Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

international.gc.ca

Document archivé

L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n’a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d’archivage. Les pages archivées sur le Web ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un format de rechange en communiquant avec nous.

Vérification du Consulat du Canada, Dubaï

(Janvier 2000)

Résumé

Une vérification interne du programme Promotion du commerce international (PCI), du programme d'administration et du programme des services consulaires, a été réalisée à Dubaï pendant la période du 15 au 19 mai 1999 en même temps qu'une vérification de l'ambassade à Abou Dhabi. Aucune vérification n'avait précédemment été faite à cette mission.

Gestion de la mission

La gestion de la mission se fait sur une base informelle et les trois employés canadiens se rencontrent au besoin. Il existe une ambiance de travail amicale à la Chancellerie et on a prévu du personnel de remplacement pour toutes les activités, ce qui s'avère nécessaire compte tenu du personnel restreint de cette mission. L'équipe de vérification ne veut pas entraver les styles de gestion, mais elle estime qu'il faudrait une gestion plus structurée dans certains secteurs. Il serait notamment nécessaire d'établir un protocole d'entente officiel entre la mission et l'ambassade à Abou Dhabi concernant les rôles et responsabilités de chaque mission relativement aux programmes administratifs, commerciaux, consulaires et d'immigration.

Gestion de la mission - rapport détaillé

Programme d'administration

Depuis le ler avril 1999, l'agent-gestionnaire consulaire (AGC) posté à Dubaï est également responsable des services administratifs à Abou Dhabi. Des services administratifs efficaces sont fournis aux programmes et au personnel. Les domaines qui requièrent l'adoption de mesures de la part de l'AGC concernent plutôt des questions d'administration interne.

Programme d'administration - rapport détaillé

Programme des services consulaires

L'AGC a la responsabilité du programme des services consulaires des sept émirats des Émirats arabes unis (EAU). Les clients du consulat reçoivent des services efficaces de la part de tout le personnel concerné (consul et délégué commercial principal, AGC, adjointe consulaire/administrative et réceptionniste). L'AGC visite régulièrement les prisonniers. Pendant une certaine période, les rapports d'inventaire de passeports ont accusé un retard, mais cette situation a été corrigée juste avant l'arrivée de l'équipe de vérification.

Programme des services consulaires - rapport détaillé

Programme de promotion du commerce international (PCI)

La principale occupation de la mission est son programme de promotion du commerce international. Au cours de l'année écoulée, il y a eu redéploiement des ressources en personnel entre Abou Dhabi et Dubaï avec comme conséquence une diminution de personnel à Dubaï. Néanmoins, même si le partage des secteurs de responsabilités assignés au personnel de chaque mission a besoin d'être mieux défini, le vrai succès de la mission réside dans sa fonction de catalyseur pour les gens d'affaires canadiens qui traitent avec les EAU. Le fait que la mission ait fortement appuyé l'établissement du Conseil canadien des gens d'affaires à Dubaï a contribué à la création d'un outil de maillage pour la communauté des gens d'affaires présente à Dubaï, en vue d'élargir la participation d'autres entreprises canadiennes dans ce marché. Le programme de PCI, doté d'un nombre limité d'employés, atteste de l'efficacité d'une équipe restreinte.

Programme de promotion du commerce international (PCI) - rapport détaillé

Fiche de renseignements sur les ressources de la mission

Personnel (équivalent à temps plein)

 Employés canadiensERPTotal
Promotion du commerce international18348
Activités consulaires551
Administration63541
Immigration1 1
Total3710

Ressources matérielles

BiensPossédéesEn location
Chancellerie01
Résidences officielles00
LP03
Véhicules20

Renseignements financiers (1998-1999)

Opérations585 171 $
Salaires - ERP350 434
Heures supplémentaires des EC12 000
Capital46 300
Total993 905

Gestion de la mision

1.1 Le consul et délégué commercial principal (CDCP) est à la mission depuis août 1996 et applique un style de gestion informelle. Les trois employés canadiens se rencontrent au besoin et on organise une réunion avec tout le personnel aux deux mois, normalement pour discuter des visites des délégations. Les membres du comité des employés recrutés sur place ont rencontré l'équipe de vérification et lui ont signalé qu'il faudrait mettre en place un processus de réunions plus formel afin de pouvoir soumettre leurs préoccupations au sujet de leurs conditions de travail. On a tendance à ne pas discuter de ces choses lors des rencontres informelles. On devrait préparer d'avance un ordre du jour pour chaque réunion, consigner les résolutions adoptées et distribuer le procès-verbal à tout le personnel.

Recommandation à la mission

1.2 La direction de la mission devrait se réunir périodiquement avec le comité des employés recrutés sur place.

Réponse de la mission

1.2 Des réunions avec les employés recrutés sur place auront lieu tous les trois mois; les représentants des employés recrutés sur place communiqueront à l'AGC leurs questions, inquiétudes et suggestions.

Responsabilités de l'AGC

1.3 Jusqu'au 31 mars 1999, la responsabilité des services administratifs, des avis, etc. pour Abou Dhabi incombait à l'AGC posté à Riyad. La responsabilité des services consulaires pour les Émirats a toujours été entre les mains de l'AGC en poste à Dubaï. Depuis le 1er avril 1999, l'AGC à Dubaï a aussi la responsabilité d'assurer l'administration à Abou Dhabi. Le courriel du RAM qui avisait les missions de cette décision signalait également qu'au printemps de 2000, la situation concernant l'emplacement du poste de l'AGC serait déterminée après consultation auprès de toutes les parties intéressées. C'est à l'été de 2000 que l'AGC termine son mandat; il s'agira donc d'un moment opportun pour transférer le poste à Abou Dhabi.

1.4 Avant le 1er avril, Abou Dhabi demandait souvent des avis à l'AGC, ce qui ne recevait pas l'assentiment de l'AGC à Riyad. Depuis le 1er avril, l'AGC s'occupe activement de former et de conseiller le personnel administratif à Abou Dhabi. Beaucoup a été accompli en peu de temps. L'AGC passe une journée par semaine à Abou Dhabi à exercer ses fonctions consulaires et à régler des questions de nature administrative. Pendant la mise en place des systèmes et la prestation de la formation, l'AGC devra passer plus de temps à Abou Dhabi. RAM devra débloquer des fonds pour cette activité.

1.5 L'équipe de vérification est d'avis que le poste d'AGC devrait être localisé à Abou Dhabi. Il s'agit de l'ambassade du Canada aux Émirats arabes unis, laquelle compte plus d'employés canadiens et beaucoup plus d'employés recrutés sur place (ERP) que le consulat à Dubaï (le personnel total à Abou Dhabi serait de 20 personnes alors que celui à Dubaï serait de 10 personnes). Il y a d'autres raisons pour ce transfert : d'abord les questions de politiques devraient venir de l'ambassade qui a les contacts auprès des fonctionnaires du gouvernement local, puis les risques concernant la gestion de trésorerie sont plus élevés à Abou Dhabi étant donné que les droits de visas d'immigration sont traités à cet endroit. Si les services de passeport dans les EAU sont assurés depuis Abou Dhabi, l'AGC n'aura pas à consacrer autant de temps à se déplacer à Dubaï, l'adjointe consulaire et administrative de cet endroit pouvant très bien visiter les détenus et assurer les services consulaires de tous les jours. Le rapport hiérarchique entre l'AGC et l'ambassadeur serait également bien défini.

1.6 Au cours des six prochains mois, l'AGC devra élaborer un plan détaillé pour le transfert du poste. Ce plan devrait comprendre les répercussions en matière de ressources, le calendrier de mise en oeuvre, les besoins en formation pour le personnel des deux missions et les coûts reliés à cette opération. Une des importantes décisions à prendre concernera les services consulaires et de passeport ainsi que le traitement des demandes de citoyenneté; actuellement, toutes ces activités s'accomplissent à Dubaï. Si cette fonction est centralisée par l'AGC à Abou Dhabi, elle aura des répercussions considérables sur la charge de travail du personnel de chacune des missions ayant des responsabilités consulaires. L'analyse des personnes inscrites au registre consulaire des Canadiens à l'étranger a révélé qu'environ 60 pour cent d'entre elles se trouvent dans la région de Dubaï et 40 pour cent dans celle d'Abou Dhabi. On a signalé à l'équipe qu'il y a plus de dossiers consulaires dans la région de Dubaï que dans celle d'Abou Dhabi. Le service ne devrait pas en souffrir, car dans une situation d'urgence, le CDCP à Dubaï pourrait administrer un dossier, ou encore l'AGC pourrait se déplacer à Dubaï, qui est situé à une heure 40 de route. L'adjointe consulaire et administrative à Dubaï aurait du travail administratif supplémentaire à effectuer. Un autre détail à considérer touche les arrangements bancaires, car il ne sera sans doute pas nécessaire de maintenir des comptes bancaires dans les deux missions. Il y a donc plusieurs aspects à examiner; on devrait informer RAM/JPD des décisions proposées afin qu'ils puissent évaluer les effets du point de vue de l'Administration centrale et des ressources. Une fois le plan élaboré et accepté, l'AGC devrait établir un protocole d'entente entre les deux missions pour tous les programmes. Celui-ci devrait inclure l'immigration, car, en ce moment, l'AGC consacre environ 10 pour cent de son temps à cette activité. La plupart de ce temps est passé à répondre aux demandes de renseignements sur les visas et à assurer le transfert de personnes expulsées par l'aéroport de Dubaï. Cette fonction devait normalement être assumée par le personnel de l'immigration et non par l'AGC ou autre employé à Dubaï. Une fois que le nombre d'employés canadiens chargé de l'immigration sera augmenté et que le poste de l'AGC sera transféré à Abou Dhabi, il y aura encore moins de raisons de faire appel à ses services pour assurer cette partie du programme d'immigration.

Recommandations à la mission

1.7 L'AGC devrait élaborer un plan détaillé pour le transfert proposé de son poste à Abou Dhabi, lequel comprendra un calendrier de mise en oeuvre et les besoins en matière de ressources.

1.8 Il devrait y avoir un protocole d'entente officiel entre Abou Dhabi et Dubaï définissant les rôles et responsabilités de chacune des missions relativement à toutes les activités de programmes (PCI, PERPA, immigration, services consulaires et administration).

Réponses de la mission

1.7 L'ambassade à Abou Dhabi se trouvait en situation de transition quand l'équipe de vérification s'est présentée. Depuis, l'AGC a passé deux jours par semaine à Abou Dhabi et le chef du bureau a reçu une formation du comptable de Riyad et de celui de Dubaï. L'administration à Abou Dhabi est maintenant conforme aux normes et à la méthodologie du Ministère. Les options quant à l'emplacement de l'AGC et aux programmes s'y rattachant sont présentement prises en considération par les missions en question, en tenant compte des coûts et des incidences sur la prestation des programmes et le personnel.

1.8 Après avoir consulté le personnel, le chef de mission et le CDCP se sont entendus sur un partage approprié des responsabilités entre l'ambassade et le consulat.

Recommandation au RAM

1.9 La mission devrait être adéquatement financée pour que l'AGC puisse s'acquitter de ses responsabilités dans les deux missions d'une manière efficace. (Fonds de déplacement et fonds pour la formation de l'administrateur à Abou Dhabi.)

Réponse de RAM

1.9 RAM veillera à ce que la mission ait assez de fonds pour que l'AGC puisse voyager entre Dubaï et Abou Dhabi afin de remplir ses fonctions comme convenu, et qu'il y ait assez de fonds pour la formation de l'administrateur à Abou Dhabi.

Ressources

1.10 Compte tenu de sa charge de travail actuelle, la mission croit qu'il y aurait lieu d'ajouter un demi ETP (équivalent temps plein) pour réaliser les tâches administratives. Bien que ses ressources soient limitées, aucune décision au sujet d'un emploi supplémentaire ne devrait être prise avant d'avoir évalué l'incidence du transfert du poste de l'AGC. Si de l'aide temporaire s'avérait nécessaire, on pourrait embaucher du personnel à contrat ou pour une période définie.

Programme d'administration

2.1 Gestion du programme

2.1.1 L'AGC est un AS-2 occupant un poste de AS-3; il est à la mission depuis août 1997. C'est sa première affectation. La responsabilité de la gestion du programme a été en grande partie confiée à l'AGC même si le consul et délégué commercial principal agit comme son remplaçant en son absence. L'AGC a assumé la responsabilité de l'administration d'Abou Dhabi le 1er avril 1999 mais il agissait déjà, dans une certaine mesure, à titre de conseiller avant cette date. Le poste d'AGC comporte un rôle singulier à Dubaï à cause de la diversité des tâches exécutées. L'AGC est responsable des services consulaires, des services administratifs, des services d'immigration, des affaires publiques et des services d'autres ministères.

Entente de responsabilité

2.1.2 Le CDCP à Abou Dhabi a conclu une entente de responsabilité pour les EAU pour 1998-1999. Dans le domaine des services de gestion, les objectifs sont d'introduire les réseaux SIGNET et MITNET, de former le personnel, de doter la nouvelle ambassade en personnel, d'assurer la conformité à l'an 2000 et de prêter une attention particulière aux politiques environnementales. Ces objectifs n'avaient pas été communiqués à l'AGC. Il existe une entente de responsabilité très récente entre l'ambassadeur à Abou Dhabi et le CDCP à Dubaï, mais elle ne couvre pas les activités administratives. Dans le cadre du processus de responsabilité et pour faciliter les évaluations de rendement, il devrait y avoir une entente entre l'AGC et le CDCP à Dubaï sur les programmes de travail administratifs et consulaires ainsi que sur les objectifs de l'année. Le temps de l'AGC est partagé de la façon suivante : tâches consulaires, 50 pour cent; tâches administratives, 25 pour cent; immigration, 10 pour cent; affaires publiques, 10 pour cent; autres ministères, 5 pour cent. Puisque les responsabilités de l'AGC fluctuent, pareille entente est opportune et nécessaire.

Recommandation à la mission

2.1.3 On devrait conclure une entente définissant les plans de travail, les objectifs et les calendriers entre le CDCP et l'AGC dans le cadre du processus d'évaluation du rendement.

Réponse de la mission

2.1.3 Tous les programmes de l'AGC relèvent en fin de compte du chef de mission. Au jour le jour, l'AGC doit répondre du programme de gestion à Dubaï devant le CDCP et du programme de gestion à Abou Dhabi devant le chef de mission. De la même façon, l'AGC doit répondre du programme des activités consulaires devant le CDCP à l'exception de l'aide apportée aux Canadiens dans l'émirat d'Abou Dhabi. Il doit répondre d'autres tâches devant le CDCP ou le chef de mission selon l'endroit concerné dans le pays.

2.2 Ressources humaines

2.2.1 La vérification comprenait un examen des procédures et dossiers concernant le personnel. Les évaluations des employés recrutés sur place avaient été terminées avant l'arrivée de l'équipe de vérification. Certaines descriptions de travail doivent être mises à jour, notamment celles de la réceptionniste et de l'adjointe consulaire et administrative. Une fois ces descriptions à jour, un comité de classification devrait être mis sur pied pour évaluer les postes et faire des recommandations de changement auprès de SPS. Les descriptions de travail devraient être signées par l'employé et le superviseur. Le personnel de la mission travaille de 8 h à 15 h 30 sans pause de repas officielle. Les autres pauses se prennent au besoin. Cette situation préoccupe la réceptionniste qui, à moins d'être remplacée, doit prendre son déjeuner au guichet de la réception. L'AGC devrait établir un horaire afin d'accorder à la réceptionniste une pause pour déjeuner hors de la vue du public.

Recommandations à la mission

2.2.2 Les descriptions de travail pour les employés recrutés sur place devraient être mises à jour au besoin et être examinées par un comité de classification. Toutes ces descriptions devraient être signées par l'employé et son superviseur.

2.2.3 Un système de relève devrait être mis en place pour permettre à la réceptionniste de prendre une courte pause pour son repas.

Réponses de la mission

2.2.2 Trois postes d'employés recrutés sur place devront être mis à jour, soit celui d'adjoint administratif/adjointe administrative, celui d'adjoint consulaire et administratif/adjointe consulaire et administrative, et celui de réceptionniste. Un comité composé du CDCP, du délégué commercial du Canada (Agr) et de l'AGC examinera les produits finis.

2.2.3 Un système de relève prévoyant la rotation du chauffeur, de l'adjoint administratif/adjointe administrative ou de la secrétaire à l'Agriculture pendant 30 minutes à l'heure du déjeuner sera établi.

Registres des congés pour les employés recrutés sur place

2.2.4 Il faudrait une discipline accrue en ce qui concerne le maintien des registres des congés des employés recrutés sur place. La vérification a déterminé qu'aucun des registres d'employés des sept personnes recrutées sur place n'était complet. Des rapports de congés mensuels étaient absents ou n'étaient pas signés par le superviseur. On devrait établir un système de rapport mensuel pour inscrire les congés ainsi que les soldes pour chaque employé. Tout report de congé d'un employé, à compter du 31 mars 1999, doit aussi être autorisé par le gestionnaire concerné. Les registres des congés pour 1998-1999 devront être recalculés une fois que tous les rapports mensuels auront été soumis.

Recommandation à la mission

2.2.5 Tous les registres des congés des ERP devraient être apurés pour les employés recrutés sur place pour 1998-1999 et on devrait instaurer un système pour assurer le contrôle de ces registres.

Réponse de la mission

2.2.5 Les registres des congés ont été apurés. Un nouveau programme sur feuille de calcul est en place pour effectuer un suivi des registres de congés et des rapports manquants.

Rencontre avec les représentants des employés recrutés sur place

2.2.6 L'équipe de vérification a rencontré les trois représentants du comité des employés recrutés sur place. Comme l'indique la partie du présent rapport portant sur la gestion, les représentants ont exprimé le voeu de rencontrer la direction de la mission sur une base plus formelle. Les sujets suivants ont été soulevés par les représentants : l'instauration d'un régime médical local, le rétablissement du boni du 13e mois qui a été suspendu en 1997, les augmentations de traitements, plus de souplesse dans le report du congé annuel, la piètre qualité de l'air dans l'immeuble, le manque de surveillance des visiteurs qui consultent des documents dans la Chancellerie, le stationnement payant et des inquiétudes générales sur la question de l'accès et de la sécurité. L'AGC a été pleinement informé des points soulevés lors de cette rencontre.

Temps supplémentaire des employés canadiens

2.2.7 Le CDCP et l'AGC font tous deux des réclamations pour une partie du temps supplémentaire travaillé. Le budget de temps supplémentaire de 12 000 $ est réparti pratiquement également entre les deux. Le CDCP approuve les réclamations de l'AGC, mais huit des neuf réclamations soumises par le CDCP en 1998-1999 l'ont été par lui-même. Ces réclamations devraient être approuvées par le superviseur de l'employé, c'est-à-dire l'ambassadeur à Abou Dhabi.

Recommandation à la mission

2.2.8 Les réclamations pour temps supplémentaire doivent être approuvées par l'ambassadeur à Abou Dhabi.

Réponse de la mission

2.2.8 Toutes les réclamations actuelles sont signées au niveau de supervision approprié. Les quelques réclamations antérieures de l'ancien CDCP qui n'avaient pas été signées par l'ambassadeur mais par le CDCP l'ont été parce que l'ambassadeur était à l'extérieur du pays pour une période prolongée.

Formation

2.2.9 La mission a organisé un cours sur le service à la clientèle destiné à tout le personnel. Ce cours fut un succès. L'agent de commerce et l'adjoint en agroalimentaire ont suivi des cours de français, mais la réceptionniste n'a pas voulu participer à ces cours. Quand un client à la réception désire parler français, elle obtient l'aide d'un des agents canadiens. Quand une personne téléphone, la réceptionniste lui demande de parler anglais ou arabe. On devrait donner à la réceptionniste une formation de base en langue française pour qu'elle puisse répondre aux appels téléphoniques en français et acheminer les appels à d'autres employés s'il y a lieu.

Recommandation à la mission

2.2.10 On devrait exiger que la réceptionniste suive un cours de base en français.

Réponse de la mission

2.2.10 Elle s'est inscrite à des leçons de français. Entre-temps, on lui a enseigné quelques expressions faciles pour pouvoir diriger les gens à un employé parlant français.

Indemnité d'aide de voyage pour les employés recrutés sur place

2.2.11 Les employés recrutés sur place touchent une indemnité d'aide de voyage qui couvre un billet d'avion aller-retour jusqu'au pays de résidence de ceux-ci, pour l'employé(e), son conjoint ou sa conjointe et trois personnes à charge de 19 ans ou moins. La mission paie le billet d'avion sur présentation d'une facture émise par l'agence de voyage suivie, après le voyage, du talon du billet. Dans certains cas, des employés se sont rendus dans un pays autre que leur pays de résidence. La mission tolère cette pratique à condition que le prix du billet d'avion soit inférieur à celui du pays de résidence. Le manuel de l'employé recruté sur place datant de novembre 1996, stipule que « normalement, il s'agit d'un billet d'avion au pays de résidence de l'employé ».

Recommandation à la mission

2.2.12 La mission devrait colliger des renseignements sur la nature de l'indemnité comparable versée par d'autre employeurs concurrentiels et elle devrait veiller à appliquer la règle de manière cohérente à tout le personnel de la mission. On devrait de cette façon pouvoir clarifier si l'indemnité vise à fournir le transport aller-retour vers le pays de résidence d'un employé ou vers n'importe quelle destination jusqu'à concurrence du coût de transport au pays de résidence.

Réponse de la mission

2.2.12 La question a été abordée à la lumière de l'information obtenue sur les employeurs-repères: les missions-repères permettent aussi de voyager ailleurs qu'au pays de résidence. Normalement, on ne verse pas d'indemnité d'aide de voyage à un employé avant que ce dernier n'ait travaillé 12 mois à moins que, pour des motifs de nature opérationnelle, le directeur de programme ne l'exige autrement.

2.3 Gestion financière

2.3.1 L'AGC est l'agent financier désigné et il est secondé dans la gestion des activités financières par l'adjointe consulaire et administrative. Le personnel de Riyad entre toutes les données financières dans le système FINEX. Un compte est actif à la Banque Royale du Canada à Dubaï.

Rapports budgétaires

2.3.2 Le budget de la mission pour 1998-1999 s'élevait à 993 905 $. Les prévisions budgétaires sont discutées avec les deux autres agents canadiens après avoir reçu l'avis de l'adjointe consulaire et administrative. L'AGC maintient un contrôle serré de l'état du budget après avoir effectué le rapprochement des rapports mensuels reçus de Riyad. Le directeur de l'agroalimentaire dispose d'un nombre d'engagements de fonds pour les salons agroalimentaires, les déplacements, etc. Il ne reçoit pas de rapports réguliers sur l'état de ses engagements pour lui permettre d'effectuer un rapprochement des registres des engagements. Les pouvoirs de signature pour les dépenses effectuées dans le cadre du budget de la mission sont désuets et ne correspondent pas toujours aux montants limites prévus en vertu de la délégation de pouvoirs.

Recommandations à la mission

2.3.3 Le directeur de l'agroalimentaire devrait recevoir des rapports mensuels sur les engagements.

2.3.4 Les documents concernant les pouvoirs de signature délégués devraient être mis à jour de façon à inclure les limites financières correspondant aux différentes sections.

Réponses de la mission

2.3.3 Nous lui fournissons maintenant ces rapports mensuels.

2.3.4 Les documents ont été mis à jour et envoyés à SBR jusqu'en date du 12 septembre 1999.

Paye des employés recrutés sur place

2.3.5 Les transactions salariales sont traitées par Riyad, les paiements étant versés directement dans les comptes de banque des employés. Les employés ne sont pas avisés de la façon dont est effectué le calcul des sommes virées. Étant donné que le montant net comprend le traitement, le temps supplémentaire, l'indemnité d'hébergement, l'indemnité de transport quotidien et, dans certains cas, l'indemnité de péréquation du traitement, les employés devraient connaître le détail de la somme virée. Lorsque vient le temps d'une augmentation salariale pour un employé (p. ex. lors des dates d'augmentation), l'adjointe consulaire et administrative en avise Riyad par courriel. L'AGC ne prépare ni n'approuve aucun formulaire EXT-208.

Recommandations à la mission

2.3.6 Les employés recrutés sur place doivent recevoir un relevé mensuel détaillé de leurs revenus et des prélèvements à la source.

2.3.7 L'agent-gestionnaire consulaire (AGC) doit remplir un formulaire EXT-208 pour toute modification de salaire du personnel recruté sur place et acheminer le document approuvé à Riyad pour intervention.

Réponses de la mission

2.3.6 Les employés recrutés sur place reçoivent des bordereaux de paye depuis mai 1999.

2.3.7 Tous les formulaires 208 concernant Dubai et Abou Dhabi ont été mis à jour et envoyés à Riyad et au siège social.

Activités de représentation

2.3.8 Les demandes de paiement pour les activités de représentation du consul et délégué commercial principal et de l'AGC ont été examinées et tout était dans l'ordre. Le chapitre du présent rapport sur la promotion du commerce international (PCI) contient des remarques sur les dépenses réclamées par le personnel du programme de PCI pour les réceptions officielles ainsi qu'une recommandation selon laquelle les deux missions doivent se consulter pour établir des lignes directrices sur le coût des repas « à domicile ». Les lignes directrices locales ont été mises à jour le 1er avril 1999 et doivent être modifiées pour tenir compte de la nouvelle politique sur les activités de représentation. Les lignes directrices locales stipulent que les « événements canadiens » doivent être sporadiques et représenter normalement moins de 20 pour cent du budget et que les coûts indirects ne doivent pas dépasser 25 pour cent de l'allocation totale. La nouvelle politique fixe la limite des frais indirects à 10 pour cent et seul le chef de mission est autorisé à être l'hôte de réceptions pour recevoir des Canadiens; ces événements devant être l'exception plutôt que la règle.

Recommandation à la mission

2.3.9 Les lignes directrices locales doivent être mises à jour pour tenir compte de la nouvelle politique concernant les activités de représentation (en vigueur à partir du 1er avril 1999).

Réponse de la mission

2.3.9 La mission n'avait pas reçu la directive en question, étant donné que les petites missions ont été omises de la liste d'envoi. Le centre de dépannage de Signet s'est penché sur le problème lorsque le système est passé à Signet 2000. La mission a modifié sa directive pour concorder avec la nouvelle politique. L'ambassade et le consulat suivent tous deux les mêmes lignes directrices.

Avances

2.3.10 Le rapport FINEX du 21 avril 1999 fait mention d'une avance non remboursée de 5 000 dirhams (1 938 $) qui représente un dépôt de sécurité pour un logement loué pour un employé en mission temporaire. L'employé est retourné au Canada et il faut réclamer le dépôt auprès du propriétaire.

Recommandation à la mission

2.3.11 Il faut réclamer le dépôt de sécurité pour le logement de l'employé en mission temporaire auprès du propriétaire.

Réponse de la mission

2.3.11 Le dépôt a été reçu le 7 juin, le reçu n° 953291 a été émis et les fonds ont été déposés dans le compte de banque de la mission le 8 juin 1999.

Traitement des paiements

2.3.12 Alors que Riyad entre ses transactions dans FINEX, tous les chèques qui sont tirés sont préparés à la main à Dubaï. Tous les paiements, sauf les payes du personnel recruté sur place, sont faits à partir du compte de banque à Dubaï. Dans le rapport du vérificateur sur Riyad, on recommande la signature d'un accord officiel entre les deux missions sur les services financiers fournis par Riyad. Les données sont entrées dans FINEX avec des retards importants, surtout à la fin du mois lorsque Riyad reçoit les directives de Paris de fermer les comptes six jours avant la fin du mois. Étant donné que des paiements doivent souvent être effectués pendant ces six jours, les chèques sont préparés et émis et habituellement présentés à la banque. Cela occasionne de nombreux « redressements » lors du rapprochement mensuel du compte bancaire. Cela signifie aussi que les « achats de fonds » et les recettes paraissent sur le relevé de banque pendant les six derniers jours du mois, mais pas dans FINEX, ce qui nécessite d'autres « redressements » à la fin du mois.

2.3.13 Un examen des états financiers de mars 1999 a été effectué. On a remarqué que dans deux cas, la documentation pour comptabiliser les frais consulaires n'était pas exacte. Dans les deux cas, le total était inexact, ce qui a causé un écart de 147 et de 30 dirhams respectivement, soit environ 70 $. L'adjointe consulaire et administrative ne pouvait expliquer la divergence entre les chiffres. Des recommandations sont formulées dans la partie du présent rapport sur les services consulaires pour un resserrement du contrôle des opérations liées aux recettes.

2.3.14 On a aussi remarqué que le consul et délégué commercial principal signait les reçus de paiement pour les travaux de jardinage à la résidence du personnel, même s'il engageait une personne pour effectuer ce travail. Il y a aussi des cas où la documentation comptable n'était pas signée comme l'exigent les articles 33 et 34 de la Loi sur la gestion des finances publiques et un cas où un employé s'est lui-même autorisé un paiement.

Recommandations à la mission

2.3.15 La personne qui effectue les travaux de jardinage pour le CDCP doit fournir des reçus.

2.3.16 Les pièces justificatives de paiement doivent être approuvées en vertu des articles 33 et 34 de la Loi sur la gestion des finances publiques et les employés ne doivent pas autoriser des sommes qu'ils demandent.

Réponses de la mission

2.3.15 Lorsque des sorties de fonds sont effectuées pour des travaux de jardinage, un reçu confirmant le paiement est fourni par le jardinier.

2.3.16 Les employés n'autorisent plus leurs propres dépenses depuis mai 1999.

2.4 Ressources matérielles

2.4.1 La chancellerie et les trois résidences pour le personnel sont toutes louées par la Couronne. Habituellement, un agent en mission temporaire travaille à la mission trois mois par année et on lui fournit un appartement en location. La mission possède un Plan de gestion immobilière à jour. Un comité de logement actif est composé du CDCP, d'une conjointe et de l'agent en agroalimentaire. Tous les lieux habités par le personnel ont été visités par l'équipe de vérification. Les lieux sont tous très acceptables, l'un d'entre eux étant un appartement dans une tour d'habitation et les deux autres étant des villas entourées d'un petit terrain. Les aires de réception sont adéquates. Les comptes de distribution et les conventions d'occupation sont à jour. On a accordé un contrat à la conjointe du CDCP pour compléter les comptes de distribution et pour se défaire des biens excédentaires. Ceux-ci étaient conservés dans un entrepôt privé. Quelques articles ont été expédiés à Abou Dhabi et les autres ont été vendus pour 1 200 dirhams (480 $). Le formulaire de radiation a été autorisé, mais il n'y avait pas de document attestant de qui les sommes avaient été reçues ou le montant reçu pour chaque article. Lorsque la conjointe d'un CDCP signe un contrat de prestation de services, il est nécessaire d'obtenir l'autorisation préalable de SBEE.

Recommandations à la mission

2.4.2 Lorsque des biens sont vendus, il faut rendre des comptes complets sur les sommes reçues.

2.4.3 Si la conjointe du CDCP signe un contrat de prestation de services, le contrat doit être autorisé au préalable par SBEE.

Réponses de la mission

2.4.2 Entendu. Toutefois, aucun bien n'a été vendu cette année.

2.4.3 Nous avons communiqué avec SBEE et fait autoriser un contrat semblable récemment.

La chancellerie

2.4.4 Il y a maintenant des locaux excédentaires dans la chancellerie à la suite du déménagement du Programme d'immigration à Abou Dhabi. Ces locaux ont une entrée et une salle d'attente distinctes avec deux guichets d'accueil, trois bureaux et un petit espace de rangement pour les dossiers. La mission étudie la possibilité de déménager son aire d'accueil actuelle dans l'ancien emplacement du Programme d'immigration. La salle d'attente serait plus grande, permettrait de loger des chaises en nombre suffisant et un bureau sur lequel les clients peuvent remplir des formulaires ou d'autres documents. L'aire d'accueil actuelle pourrait servir à fournir des renseignements commerciaux et présenter certains documents actuellement conservés à la chancellerie, ce qui éliminerait le besoin d'entrer dans la chancellerie elle-même. Un inconvénient est que le guichet consulaire ne fournirait pas la même discrétion aux clients que le système actuel.

Les véhicules officiels

2.4.5 La mission possède deux véhicules officiels : une Chevrolet Lumina de 1995 et une Ford Taurus de 1996. Des registres sur l'utilisation des véhicules sont conservés, mais il n'y a pas de calcul de la consommation d'essence par litre/kilomètre de chacun des véhicules. La mission fournit le stationnement pour les deux véhicules, ainsi que pour ceux du CDCP et de l'agent de commerce.

Recommandation à la mission

2.4.6 Tous les mois, le chauffeur/les messagers doivent calculer la consommation d'essence par litre/kilomètre pour chacun des véhicules officiels et le rapport doit être examiné par l'AGC.

Réponse de la mission

2.4.6 Un registre mensuel des véhicules contenant de l'information sur le kilométrage a été mis en place en juin.

2.5 Informatique

2.5.1 L'AGC est responsable de la gestion des systèmes informatiques, y compris la conformité à l'an 2000. Les rapports obligatoires envoyés à l'Administration centrale sur l'an 2000 sont à jour et il faut noter que le propriétaire de la chancellerie et le propriétaire d'un des immeubles où habite un employé (une tour d'habitation) ont communiqué des précisions sur le système de fonctionnement des immeubles. Les propriétaires des deux villas louées n'ont pas donné suite aux demandes d'information au sujet du système de fonctionnement de ces propriétés. L'AGC se procurera des génératrices et veillera à avoir des provisions d'eau suffisantes. La mission a reçu le modèle de document sur les mesures d'urgence, qu'il faut remplir pour Dubaï et Abou Dhabi, peu avant l'arrivée de l'équipe de vérification.

2.5.2 L'adjointe du programme commercial agit en qualité d'administratrice des systèmes (AS) locale. Elle reçoit des conseils pratiques de la part du gestionnaire régional de systèmes (GRS) qui est à Paris. La personne-ressource de secours pour l'AS est l'adjoint de programme pour le conseiller en agriculture. La mission a dix postes de travail, plus deux de surplus dans les anciens locaux de l'Immigration. L'AS estime qu'elle consacre de 30 à 35 pour cent de ses heures de travail aux tâches liées à la gestion des systèmes et à la conformité à l'an 2000. Elle a reçu une formation d'une semaine à Ottawa et se rendra à nouveau à l'AC en juillet 1999 pour suivre une formation de deux semaines sur le projet de renouvellement du Signet (PRS). Il y a eu certaines inquiétudes au sujet de l'absence d'un serveur de secours efficace pendant une période de six mois, malgré les efforts du GRS pour résoudre le problème. La situation a maintenant été corrigée. Une nouvelle salle pour le serveur sera installée dans un des locaux excédentaires de l'ancien service de l'Immigration et des soumissions sont sollicitées pour le travail de reconfiguration nécessaire. La mission ne possède pas de plan de formation officiel en informatique puisque l'AS conseille individuellement les utilisateurs.

2.5.3 Les messages OCTEL sont maintenant dans trois langues : l'arabe, le français et l'anglais.

Programme des services consulaires

3.1 Gestion du programme

3.1.1 L'AGC administre le programme des services consulaires pour les sept émirats. Il est secondé par l'adjointe consulaire et administrative et une réceptionniste à Dubaï ainsi que par le chef du bureau à Abou Dhabi. Le consul et délégué commercial principal à Dubaï s'occupe aussi des affaires consulaires en l'absence de l'AGC. Ce dernier consacre environ 50 pour cent de ses heures de travail aux activités consulaires comme les visites aux détenus et les déplacements à Abou Dhabi une journée par semaine pour effectuer des tâches consulaires et administratives. L'adjointe consulaire et administrative traite les demandes d'information et s'occupe du guichet consulaire de 9 h à midi tous les jours; en outre, elle est responsable de la comptabilisation des recettes et de la délivrance des passeports. Cette employée consacre environ 50 pour cent de ses heures de travail aux activités consulaires et a également le pouvoir de fournir des attestations officielles pour les documents utilisés en territoire canadien.

3.1.2 On se propose de déménager le poste d'AGC à Abou Dhabi à l'été 2000 et l'équipe de vérification est d'accord. Il faut prendre une décision au sujet de la délivrance des passeports qui pourrait être centralisée à Abou Dhabi pour réduire les risques ou qui pourrait continuer à se faire dans les deux bureaux. La section 1.6 du présent rapport fait ressortir les conséquences de ce déménagement sur la dotation en personnel et le service à la clientèle du consulat.

3.2 Les services aux canadiens

3.2.1 Les services aux clients sont fournis efficacement car tous les employés concernés sont très orientés vers le service à la clientèle. Les normes sur le service à la clientèle pour les activités consulaires sont publiées. Le système du registre consulaire des Canadiens à l'étranger (ROCA) est continuellement mis à jour par la réceptionniste. Environ 3 000 Canadiens sont inscrits, mais il y en a probablement 6 000 dans les Émirats arabes unis. Parmi les personnes inscrites, environ 60 pour cent habitent la région de Dubaï et le reste habite la région d'Abou Dhabi. Le Manuel de l'agent de service est à jour et comprend la liste de 31 coordonnateurs d'urgence.

3.2.2 Les détenus sont visités aux deux semaines à Abou Dhabi et aux trois semaines à Dubaï. Chaque visite prend environ deux heures et l'AGC est d'avis que des visites régulières sont indispensables au moral et au bien-être des détenus. L'adjointe consulaire et administrative de Dubaï possède les qualifications nécessaires pour effectuer la visite des prisons locales. Ainsi, si la décision est prise de muter l'AGC à Abou Dhabi, il ne sera pas obligé de se déplacer régulièrement à Dubaï pour cette activité. Les sommes fournies par les familles des détenus sont conservées et comptabilisées par l'AGC.

3.2.3 Le service de garde prend maintenant les appels téléphoniques de la mission après les heures ouvrables. Comme il est indiqué dans la section 3.9 du présent rapport, l'absence de services bilingues au téléphone est préoccupante et on recommande que la réceptionniste suive des cours de français.

3.3 Services de passeport et services consulaires

3.3.1 L'adjointe consulaire et administrative a la responsabilité de comptabiliser les recettes consulaires. Lorsque les comptes sont balancés, elle émet un reçu et rend des comptes sur les sommes en qualité de comptable de la mission. Cette double responsabilité accroît les risques. C'est pourquoi l'AGC doit effectuer régulièrement des contrôles plus détaillés sur les opérations comptables du consulat. Il n'est pas recommandé qu'une personne supplémentaire prenne part aux opérations comptables. Comme il est mentionné dans la section 4.13 du rapport, un contrôle des inscriptions comptables de mars a révélé deux cas où les dossiers ne concordaient pas, ce qui a mené à un écart non comptabilisé (déficit) de 177 dirhams (70 $). La balance et le dépôt des recettes consulaires ne sont pas effectués de manière régulière et devraient être faits à un jour fixe chaque semaine. Un contrôle a été mené par un membre de l'équipe de vérification le 18 mai 1999.

3.3.2 Le Bureau des passeports a exprimé ses inquiétudes à l'équipe de vérification au sujet du retard dans la réception des rapports d'inventaire des passeports de la mission, des courriels sur le sujet qui sont demeurés sans réponse et de la nécessité de scruter plus attentivement les demandes de passeport. Ces inquiétudes ont été discutées avec les employés concernés. Avant l'arrivée de l'équipe de vérification, l'arriéré dans les rapports d'inventaire des passeports avait été corrigé et les rapports envoyés au Bureau des passeports. Ces rapports couvraient la période entre juillet 1998 et avril 1999. Le CDCP ne vérifie pas l'inventaire des passeports tous les trois mois comme le règlement l'exige.

Recommandations à la mission

3.3.3 Les recettes consulaires doivent être comptabilisées au minimum toutes les semaines.

3.3.4 L'AGC doit surveiller de près la comptabilité des recettes consulaires. Il doit en outre chaque mois retenir un échantillon des passeports délivrés et dont les numéros se suivent et s'assurer que les frais pour ces passeports figurent au formulaire EXT-119.

3.3.5 Les rapports d'inventaire des passeports doivent être préparés tous les mois et, tous les trois mois, le CDCP doit vérifier les passeports vierges que la mission a en possession.

Réponses de la mission

3.3.3 Les recettes sont comptabilisées toutes les semaines depuis mai 1999.

3.3.4 Tous les mois, l'AGC examine s'il y a correspondance entre l'inventaire des passeports et les frais.

3.3.5 Tous les rapports et les dossiers sont à jour au 30 novembre.

Programme de promotion du commerce international

4.1 Aperçu

4.1.1 La principale activité de la mission est le Programme de promotion du commerce international. Au cours de l'année dernière, des ressources humaines ont été redéployées de Dubaï à Abou Dhabi. Bien que la division des tâches entre le personnel de chaque mission nécessite d'être clarifiée, la mission obtient un franc succès dans son rôle de catalyseur pour les Canadiens qui font des affaires dans les Émirats arabes unis. Le parrainage de la mission et son soutien à la fondation du Conseil canadien des gens d'affaires à Dubaï ont mené à la création d'un outil de réseautage pour les gens d'affaires canadiens présents à Dubaï et à l'accroissement de la participation d'autres entreprises canadiennes sur ce marché. Le programme de PCI, dont le personnel est réduit au minimum, prouve l'efficacité du modèle restreint (« small is beautiful »).

4.2 Gestion du programme

4.2.1 La section de PCI de la mission compte un directeur de programme, un agent principal en agroalimentaire assisté par Agriculture Canada et un agent de commerce recruté sur place. Ils sont soutenus par deux adjoints aux affaires commerciales dont un fournit les services d'administration des systèmes à tous les programmes de la mission. Une entente de responsabilité incomplète, datée du 15 mai 1999, a été conclue entre le consulat de Dubaï et l'ambassade à Abou Dhabi; elle attribue la responsabilité de la prestation d'une partie du programme de PCI dans les sept émirats des ÉAU. Bien que l'attribution de la responsabilité du secteur de l'agriculture au conseiller en agroalimentaire à Dubaï (qui exerce son mandat dans toute la région du Golfe) ne pose pas de problèmes, il n'existe pas une division des responsabilités aussi nette pour les autres secteurs d'activité économique dans les Émirats. La version préliminaire de l'entente de responsabilité ne précise pas les services qui seront fournis à partir de Dubaï, sauf la responsabilité du programme de PCI attribuée au consul chargé du bureau.

4.2.2 Mis à part le programme de PCI, le registre détaillé des activités de représentation et le journal de bord des agents du programme de PCI montrent que ces derniers ont pris une part active l'année dernière à deux visites ministérielles (fédérale et provinciale), à des visites navales et à une visite vice-royale.

4.2.3 L'évaluation du rendement du personnel de la section de PCI est à jour, mais profiterait d'une attribution précise des tâches chaque année à partir de l'Entente de responsabilité de l'agent principal.

Recommandation à la mission

4.2.4 Les ententes de responsabilité, y compris l'attribution précise des tâches de chaque agent de programme à Dubaï, devraient être préparées chaque année et constituer le document à partir duquel les évaluations du rendement du personnel recruté sur place et du personnel canadien peuvent être préparées.

Réponse de la mission

4.2.4 Des ententes de responsabilité ou des objectifs de programmes seront préparés pour les agents canadiens et les agents recrutés sur place.

4.3 Outils de gestion des ressources

4.3.1 L'entente de responsabilité de la mission dresse la liste des projets et des objectifs prioritaires. Toutefois, les rapports administratifs sur l'utilisation des ressources comme les heures supplémentaires, les réceptions officielles, les déplacements et les services professionnels ne permettent pas de jumeler aisément les objectifs des projets ou des programmes et les relevés factuels des tâches accomplies. Des modifications mineures aux documents financiers de la mission dans ces domaines permettraient de transformer ces rapports en outils quantitatifs de suivi utiles. Ils permettraient d'améliorer l'affectation des ressources à l'échelle du secteur ou du projet à l'intérieur du cadre de responsabilité de la mission pour la prestation du programme de PCI. En apparence, les activités semblent obtenir des résultats positifs, mais, sans jumelage valable entre chaque activité et le coût de la prestation, l'évaluation coûts-avantages des activités reste difficile à faire.

4.3.2 Deux initiatives de promotion du commerce, c'est-à-dire la fondation du Conseil canadien des gens d'affaires à Dubaï et la Foire alimentaire du Golfe en 1999 ont fait l'objet d'un suivi dans les dossiers de la mission et le système centralisé de suivi. Les commentaires conservés dans les dossiers et les opinions fournies verbalement par les hommes d'affaires interviewés pendant la vérification démontrent que les lignes directrices du Ministère sur les services ont été suivies.

4.3.3 La section de PCI conserve des relevés des allées et venues pour faciliter le suivi et la gestion des demandes d'information. Des travaux préliminaires ont été effectués pour mettre sur pied un site Internet pour la mission. Cela facilitera le service offert aux fournisseurs canadiens, notamment la préparation et la publication de rapports par secteur, de listes de vérification destinées aux exportateurs ainsi que le regroupement de documents d'information sur l'accès aux marchés locaux, pour la clientèle locale certes, mais aussi et surtout pour les régions non desservies par des bureaux canadiens locaux. Certains des principaux renseignements peuvent être obtenus sur le site InfoExport, mais il faudra néanmoins augmenter l'étendue de l'information fournie dans une optique résolument canadienne.

Recommandation à la mission

4.3.4 Améliorer les pages propres à la mission dans le site Internet InfoExport pour qu'elles comportent des listes de vérification destinées aux entreprises intéressées à faire des affaires aux Émirats arabes unis et de l'information sur la manière d'accéder aux services commerciaux locaux sans passer par le consulat.

Réponse de la mission

4.3.4 Les renseignements portant sur les affaires, les secteurs, les foires commerciales et les renseignements d'ordre général sur les Émirats arabes unis ont été mis à jour et intégrés dans le site InfoExport.

Aide financière de l'Administration centrale

4.3.5 GMD a versé une aide financière ciblée aux deux missions des EAU pour effectuer des projets de PCI; toutefois, l'octroi de fonds à chacune des missions pour des secteurs semblables peut entraîner une diminution de leur capacité respective à profiter de la masse critique des ressources qui est nécessaire à la prestation de services procurant les meilleurs résultats possibles. Chaque mission a reçu des fonds pour l'année en cours dans les secteurs de la santé, de la construction, des hydrocarbures et des TI, tandis que le partage préliminaire des responsabilités entre le personnel des deux missions montre que ces secteurs relèvent surtout des différents agents en place là où l'industrie est concentrée localement.

Recommandation à la mission

4.3.6 Après avoir départagé les secteurs de responsabilité première entre chacune des missions des EAU, la mission doit demander à GMD de redistribuer en conséquence les fonds alloués à ce programme.

Réponse de la mission

4.3.6 Des discussions ont eu lieu entre les intervenants du programme de promotion du commerce à Dubaï et celui d'Abou Dhabi. GMG a redistribué les fonds comme demandé pour tenir compte des réalités du marché.

Activités de représentation - PCI

4.3.7 Les fonds de soutien au programme utilisés par le conseiller à l'agriculture, fournis par Agriculture Canada, atteignent 30 000 $ et sont utilisés à la fois pour les déplacements et l'hospitalité officielle. Tous les frais engagés pendant l'exercice financier 1998-1999 ont été justifiés par des reçus; les dépenses respectaient les limites établies dans les lignes directrices de la mission et visaient la promotion du secteur agroalimentaire.

4.3.8 Les activités de représentation du CDCP et de l'agent de commerce ont été examinées en détail pour l'exercice financier 1998-1999. Il était évident que les réceptions officielles étaient liées au programme de PCI. La documentation était en règle générale acceptable et le recours à des services de traiteur de l'extérieur était documenté à l'aide de factures détaillées. Les modalités de paiement pour l'utilisation des coûts unitaires pour les réceptions « à domicile » ont besoin d'être documentées, tout comme les modalités de paiement pour les frais de personnel domestique embauché pour les réceptions officielles. Il a été observé que certaines demandes de paiement par le CDCP ont été approuvées par le demandeur plutôt que par un tiers. Des changements considérables apportés aux directives cette année et les effets des changements sur les activités de la mission ont été examinés avec l'aide du personnel du programme de PCI.

4.3.9 La participation aux activités du corps consulaire local ont été décrites comme essentielles à la prestation efficace de services du programme de PCI.

4.3.10 Les demandes de paiement incluent des frais de réception d'environ 1 800 $ déboursés par un agent autre que le demandeur pour la prestation de programmes dans les EAU. La documentation sur les sorties de fonds initiales était incomplète et manquait de clarté, tant au sujet du coût réel des services fournis et des boissons consommées que de la remise de pièces justificatives pour les services de traiteur. Nous avons fourni des conseils sur la façon appropriée d'effectuer un virement budgétaire afin de régler la question de la réaffectation des ressources du budget du demandeur, de refléter avec exactitude l'utilisation qui en est faite et de faciliter la certification exacte des comptes.

Recommandations à la mission (Information : Abou Dhabi)

4.3.11 Compte tenu du petit nombre d'employés dans chacune des deux missions des EAU, nous recommandons que la tâche de documenter les frais réels des réceptions « à domicile » soit partagée entre les deux missions afin de mieux déterminer les coûts unitaires dans les lignes directrices de la mission sur les réceptions officielles.

4.3.12 En vertu de l'article 34 de la Loi sur la gestion des finances publiques, les demandes de paiement doivent être approuvées par un employé autre que le demandeur qui a obtenu le pouvoir de signer des documents financiers. Pour le CDCP à Dubaï, ce serait soit l'ambassadeur, soit l'AGC.

Réponses de la mission

4.3.11 La tâche est terminée et partagée entre Dubaï et Abou Dhabi.

4.3.12 Les employés n'autorisent plus leurs propres dépenses depuis mai dernier.

4.4 Formation et perfectionnement - PCI

4.4.1 Les cinq employés de la mission qui s'occupent du programme de PCI ont récemment reçu de la formation sur l'IMR et commencent à utiliser les outils de ce système dans la prestation de leurs activités quotidiennes de promotion du commerce. Compte tenu de la mise en oeuvre récente de cette initiative, il est trop tôt pour mesurer qualitativement ses effets, sauf pour confirmer le sentiment très positif exprimé par le personnel de la mission à son égard.

4.5 Opérations des autres ministères - Agriculture Canada - secteur agroalimentaire

4.5.1 La viabilité de notre mission à Dubaï est renforcée par la présence du conseiller régional à l'agriculture, secondé par Agriculture Canada et par un adjoint aux affaires commerciales recruté sur place qui consacre environ 75 pour cent de ses heures de travail à l'agriculture et 25 pour cent au soutien du Centre d'éducation canadien dans le marché de Dubaï. Le territoire du conseiller régional à l'agriculture englobe les EAU, Oman, Qatar, le Koweït, l'Arabie saoudite, l'Iran, l'Égypte, le Liban, la Jordanie et la Syrie. Bien qu'il doive rendre des compte au consul qui dirige la mission, il relève directement d'Agriculture Canada qui lui verse des fonds pour des activités de promotion du commerce, les déplacements, les réceptions et le financement des programmes. Les fonds sont fournis par virement budgétaire par l'entremise des services financiers de la mission à Dubaï.

4.5.2 Le budget d'Agriculture Canada est administré par l'adjoint aux affaires commerciales recruté sur place sur une feuille de calcul de QPW. Il travaille en étroite collaboration avec les services financiers de la mission qui reçoivent les rapports du SGI de Riyad. Les mécanismes de contrôle ont été vérifiés et jugés acceptables.

Bureau de l'inspecteur général

Pied de page

Date de modification :
2008-12-01