Relations bilatérales entre le Canada et l’Afghanistan

Le Canada et l’Afghanistan ont rétabli leurs relations diplomatiques en 2002, à la suite de la chute du gouvernement taliban. Le Canada est représenté en Afghanistan par l’ambassade du Canada à Kaboul, d’où le premier ambassadeur résident mène ses activités depuis son entrée en fonction, en 2003. L’Afghanistan, qui a nommé sont premier ambassadeur résident au Canada en 2002, est représenté par son ambassade à Ottawa.

Les relations bilatérales entre le Canada et l’Afghanistan sont solides. Elles sont fondées sur l’engagement rapide du Canada à l’égard des efforts visant à démanteler le régime taliban, à éliminer le terrorisme en Afghanistan et à permettre au peuple afghan de diriger son pays de façon démocratique et, ainsi, de définir son propre avenir. Les Afghans et les Canadiens ont fait d’importants sacrifices dans la lutte contre le terrorisme, et le Canada demeure résolu à aider les Afghans à bâtir un pays stable, sûr et démocratique – un pays où l’on respecte les droits de la personne, y compris les droits des femmes ainsi que les droits de liberté de religion et de conviction.

Ces étroites relations ont été renforcées par des visites de haut niveau fréquentes. Le premier ministre Harper a effectué une visite en Afghanistan à trois reprises, soit en 2006, 2007 et 2011. Le président de l’Afghanistan, Hamid Karzaï, a effectué une visite officielle au Canada en septembre 2006. Plusieurs visites ont également été menées en Afghanistan par des ministres canadiens, entre autres, le ministre de la Défense Rob Nicholson (septembre 2013) et la ministre d’État des Affaires étrangères Lynne Yelich (novembre 2013).

Prenant appui sur le soutien qu’il a fourni en Afghanistan depuis la chute du régime taliban, le Canada a promis 227 millions de dollars en aide au développement ainsi que 330 millions de dollars pour aider les Forces nationales de sécurité de l’Afghanistan (FNSA) jusqu’en 2017.

Aide au développement

Les initiatives canadiennes actuelles en matière de développement sont axées sur l'éducation, la santé, les droits et l'autonomisation des femmes et des filles et l'assistance humanitaire. Les programmes visent à accroître l’accès à l’éducation (particulièrement pour les femmes et les filles), à soutenir l’éradication de la poliomyélite et à œuvrer au soutien des services de santé auprès des mères et de leurs enfants. Afin d’appuyer les projets humanitaires, le Canada investit dans la fourniture d’aide alimentaire (y compris de l’aide alimentaire d’urgence) ainsi que dans la prestation d’aide aux réfugiés, aux rapatriés et aux personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays. Le Canada s'est engagé à verser, de 2014 à 2017, 227 millions de dollars afin de conserver les gains durement obtenus au profit des femmes et des filles en continuant de se concentrer sur l'éducation, la santé, les droits et l'autonomisation des femmes et des filles et l'assistance humanitaire.

Droits des femmes/défense des intérêts

Les Afghanes sont devenues de plus en plus présentes dans la vie publique au cours des dix dernières années. Aujourd’hui les femmes occupent de nombreux postes importants au gouvernement et sont élues à titre de représentantes au gouvernement national ou à l’échelle locale, notamment en raison de quotas prévus dans les lois afghanes. Par ailleurs, le Canada s’est montré un grand défenseur de la participation des femmes aux affaires politiques, particulièrement avant les élections à la présidence et aux conseils provinciaux de 2014. Toutefois, les femmes en Afghanistan ne cessent de se heurter à des difficultés chaque jour dans l’exercice de leurs droits.

La violence contre les femmes demeure l’un de plus graves obstacles à la pleine réalisation des droits des femmes et des filles en Afghanistan. En 2009, le gouvernement a adopté la Loi sur l’élimination de la violence contre les femmes (LEVF). L’adoption de celle-ci a aidé à sensibiliser les gens au problème de la violence contre les femmes, mais sa mise en œuvre se fait lente, malgré le fait qu’elle constitue un engagement clé du gouvernement de l’Afghanistan dans le contexte de l’Accord-cadre de responsabilité mutuelle de Tokyo. Le Canada continue d’accorder une priorité élevée à la promotion de cet élément de l’Accord-cadre.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les efforts déployés par le Canada en vue d’améliorer la vie des femmes et des filles en Afghanistan, veuillez consulter la page de l’ambassade.

Assistance offerte aux Forces nationales de sécurité de l’Afghanistan (FNSA)

Le Canada a promis de fournir 330 millions de dollars en trois ans à compter de 2015 afin d’aider à soutenir les FNSA, qui comprennent l’Armée nationale afghane (ANA) et la Police nationale afghane (PNA). Ce financement s’inscrit dans le cadre des efforts importants déployés par le Canada en vue de promouvoir la primauté du droit et de développer des forces de sécurité compétentes et professionnelles qui peuvent faire la fierté des Afghans. De 2006 à 2011, les Forces armées canadiennes ont entraîné et encadré l’ANA et la PNA dans la province de Kandahar, en Afghanistan. Après la fin de sa mission de combat, en 2011, le Canada a joué un rôle de premier plan dans la Mission de formation de l’OTAN en Afghanistan, pour laquelle il a fourni en tout 950 membres du personnel militaire à la fois pour aider à former les FNSA jusqu’en 2014. La police civile canadienne est présente en Afghanistan depuis 2003. De 2011 à 2014, le Canada a affecté en tout 45 agents de la police civile à la fois pour aider à la formation et à la réforme de la police. En 11 ans, près de 300 agents de la police civile canadienne ont formé et encadré quelque 23 000 agents de la PNA.

Relations commerciales

En 2013, les importations canadiennes de biens en provenance de l’Afghanistan se sont élevées à 2 millions de dollars et étaient composées surtout de fruits et de noix, de tapis et d’instruments, alors que les exportations canadiennes de biens vers ce pays ont dépassé les 40 millions de dollars et étaient composées principalement d’aéronefs et de pièces connexes ainsi que de machines. De 2010 à 2012, le nombre d’entreprises canadiennes menant des activités commerciales en Afghanistan a connu une forte hausse malgré les risques à la sécurité et les risques apparents de corruption (l’Afghanistan occupe le dernier rang – qu’il partage avec la Corée du Nord et la Somalie – des 177 pays figurant sur l’Indice de perception de la corruption de 2013 de Transparency International).

L’exploitation des ressources minérales constitue un secteur commercial prioritaire pour le gouvernement de l’Afghanistan. Les débouchés dans ce secteur se trouvent surtout dans l’exploitation du cuivre, de l’or, du pétrole et du gaz, du fer, du charbon, de la chromite, de l’uranium, des métaux du groupe des terres rares, des pierres précieuses et semi-précieuses et d’autres minéraux. Ce secteur présente un potentiel énorme en ce qui concerne l’investissement canadien à l’étranger et devrait s’avérer un moteur clé de la croissance économique future en Afghanistan. Les nombreuses occasions d’affaires dans le secteur extractif pourraient bénéficier de l’adoption d’une nouvelle et prometteuse loi sur l’exploitation minérale.


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pour accéder à ce fichier, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page d'aide.