Nouvel aéroport international Mariscal Sucre de Quito

Grâce à l’ouverture officielle en février 2013 du nouvel aéroport international Mariscal Sucre de Quito, les touristes, les résidents et les gens d’affaires en Équateur n’ont maintenant plus qu’à prendre un vol sans escale pour se rendre en Europe, en Amérique du Nord et dans de nombreuses destinations en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Le nouvel aéroport

Les travaux de construction visant à remplacer l’aéroport de Quito par une installation de calibre mondial d’une valeur de 534,5 millions de dollars ont débuté en 2006 dans le cadre d’un partenariat novateur entre le Canada et l’Équateur. La Corporation commerciale canadienne a joué un rôle déterminant en sous‑traitant les travaux de construction du nouvel aéroport à l’entreprise torontoise Aecon Construction Group Inc. Exportation et développement Canada a été l’un des principaux partenaires dans le groupe de prêt qui permis de financer et d’assurer le projet. Les entreprises équatoriennes représentaient environ 85 p. 100 des sous‑traitants, et quelque 2 000 Équatoriens occupaient un emploi dans le cadre du projet au plus fort des travaux de construction.

L’initiative a offert au Canada des occasions uniques de mettre en commun ses pratiques exemplaires et son savoir-faire avec l’Équateur en réalisant des projets d’infrastructure de façon écologique et responsable.

Nouvel aéroport international Mariscal Sucre de QuitoPar conséquent, en 2009, le projet aéroportuaire a remporté le prestigieux prix « Best Practices on Environmental Sustainability in the Americas », décerné par les Nations Unies. Ce prix vise à reconnaître l’engagement à l’égard de l’observation des pratiques exemplaires en matière d’environnement, notamment la réduction des répercussions sur l’environnement, la réduction des émissions et du bruit et l’assurance d’une incidence économique positive sur la communauté d’accueil. Le projet de construction a été récompensé de nouveau en 2010 pour son excellence en matière de responsabilité sociale des entreprises.

Le nouvel aéroport peut desservir jusqu’à 5 millions de passagers chaque année (comparativement à 3,5 millions pour l’ancien aéroport). Le nombre de zones de préembarquement a été augmenté (35 p. 100 de plus) tout comme les postes de contrôle douanier (33 p. 100 de plus). L’aéroport dispose également d’une piste de 4,1 kilomètres (un kilomètre de plus que l’ancienne piste) et a été construit à une altitude de 2 500 mètres (soit à une altitude inférieure de 400 mètres par rapport à l’ancienne piste). Comme l’aéroport a été construit à 18 kilomètres du centre‑ville, les décollages et les atterrissages sont beaucoup plus sûrs.

En raison de sa capacité accrue, le nouvel aéroport continuera de créer des emplois et de contribuer à la prospérité de Quito, car les installations prendront de l’expansion ultérieurement. Les vols de transport de marchandises pourront maintenant parcourir de plus longues distances, ce qui permettra d’accroître le nombre de clients potentiels pour les importateurs et les exportateurs en Équateur. Par exemple, les roses fraîches de l’Équateur (une exportation importante pour le pays) seront maintenant vendues dans de nombreux autres pays.