Les partenaires en Arctique internationaux

Le Nord englobe :

  • le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut, le Nunavik (Nord du Québec) et tout le Labrador;
  • l'Alaska (à l'exception de la région connue comme le Sud-Est);
  • tout le Kalaallit Nunaat (Groenland);
  •  l'Islande;
  • les régions nordiques de la Norvège, de la Suède et de la Finlande;
  • tout ce que la Russie appelle l'Arctique et le Nord russe;
  • les systèmes marins de l'océan Arctique et ses mers adjacentes, dont les mers de Beaufort, du Labrador, de Béring, de Chukchi, du Groenland, de Norvège, de Barents, de Kara, de Laptev et de la Sibérie orientale

Partenariats et relations bilatérales dans le Nord

Le gouvernement du Canada entretient plusieurs partenariats et relations bilatérales dans le Nord. Ces relations avec les autres pays de l’Arctique, notamment les États-Unis, La Fédération de Russie et les pays nordiques, ont permis d’établir des partenariats déterminants et de signer des accords de premier plan.

Carte de la région polaire arctique

La Fédération de Russie

L’identité arctique que le Canada partage avec la Fédération de Russie fournit une base de coopération spéciale entre nos deux pays.

Notre proximité géographique fera en sorte que les questions nordiques restent une priorité des relations canado-russes, de même que le fait que depuis plus de 40 ans, nos deux pays coopèrent sur les questions nordiques.

L'Accord sur la coopération dans l'Arctique et le Nord a été conclu en 1989, avec ce qui était alors l'URSS. Un accord semblable a été conclu en 1992 avec la Fédération de Russie.

Notre programme arctique commun inclut des initiatives conjointes sur la surveillance des domaines suivants :

  • l'environnement;
  • le transport;
  • les questions relatives aux Autochtones;
  • les services d'électricité;
  • le pétrole et le gaz 

Ce programme appuie le Groupe de travail sur l’Arctique et le Nord de la Commission économique intergouvernementale. Il permet à des résidents du Nord venant d’entreprises et de gouvernements de se réunir pour discuter de questions comme :

  • le transport dans l'Arctique;
  • le tourisme et le commerce nordiques;
  • la responsabilité sociale des entreprises;
  • la mise en valeur des ressources de l’Arctique.

Pour de plus amples renseignements à ce sujet, voir l’Ambassade du Canada en Russie.

Royaume du Danemark

En tant qu’États côtiers voisins dans l’Arctique et membres actifs du Conseil de l’Arctique, le Canada et le Danemark (Groenland) entretiennent d’excellentes relations bilatérales.

Les liens historiques entre nos communautés inuites respectives, leur langue, leurs traditions et leur culture communes ont favorisé une étroite relation entre le Nunavut et le Groenland. Le Nunavut et le Groenland ont conclu un protocole d’entente (PE) sur la collaboration afin de faciliter l’établissement d’un éventail d’arrangements en matière de culture et d’éducation.

 En 2010, le ministre de l’Environnement de l’époque, l’honorable Jim Prentice, a visité les installations gazières et pétrolières du Groenland. Dans la foulée de l’Accord de coopération Danemark-Canada en matière d’environnement marin de 1983, le Groenland a collaboré avec le Canada à l'élaboration de lignes directrices applicables sur l’exploitation pétrolière et gazière et à la promotion de mécanismes de prévention des déversements d’hydrocarbures.

États côtiers voisins dans l’Arctique, le Canada et le Danemark ont, depuis longtemps, établi des liens de collaboration sur les questions nordiques, des liens fondés sur un dialogue politique de haut niveau et sur la coopération dans les organisations internationales.

Le Danemark et le Canada sont des partenaires privilégiés puisqu’ils ont une approche similaire des principales questions nordiques.

En mai 2010, les Chefs d’État major canadien et danois concluaient un protocole d’entente de collaboration opérationnelle dans l’Arctique. Chaque année, le Canada et le Danemark tiennent des exercices militaires communs dans le Nord.

La coopération scientifique entre le Canada et le Danemark (Groenland) est de plus en plus marquée et touche des domaines tels :

  • la climatologie;
  • le contrôle des écosystèmes;
  • les recherches scientifiques conjointes sur le plateau continental.

En octobre 2009, le Canada, le Nunavut et le Groenland ont signé un protocole d’entente trilatéral pour la conservation et la gestion des populations partagées d’ours blancs.

De plus, des recherches scientifiques conjointes sur les pêches ont été entreprises à la suite d’un protocole d’entente sur la collaboration scientifique convenu entre Pêches et Océans Canada et le Greenland Institute of Natural Resources.

Pour de plus amples renseignements, voir l’Ambassade du Canada au Danemark.

Finlande

Quant au Conseil de l’Arctique, la Finlande et le Canada partagent une vision commune; les deux États y voient la principale tribune intergouvernementale où aborder les politiques relatives à l’Arctique et travailleront à renforcer son rôle normatif et ses capacités institutionnelles.

Dans le cadre de la politique de la dimension septentrionale, où le Canada a un statut d’observateur, la Finlande collabore avec l’Union européenne, la Norvège, l’Islande et la Fédération de Russie en vue d’intensifier une coopération concrète sur les enjeux économiques.

La navigation dans l’Arctique est un élément auquel tant le Canada que la Finlande accordent une grande importance; en effet, plus de 80 p. 100 des marchandises d’importation ou d’exportation finlandaises transitent par des routes maritimes, d’où l’intérêt de la Finlande pour la technologie des brise-glaces et la construction de navires polaires.

En 2003, l’Agence spatiale canadienne (ASC) et la National Technology Agency of Finland (TEKES) ont signé un protocole d’entente visant à :

  • faciliter la coopération dans le domaine de la télédétection par satellite;
  • promouvoir le potentiel commercial des applications, produits et services basés dans l’espace;
  • consolider les possibilités de développement technologique et économique entre le Canada et la Finlande.

Pour de plus amples renseignements, voir l’Ambassade du Canada en Finlande.

Islande

Comme le Canada, l’Islande est un membre actif du Conseil de l’Arctique. Les deux pays collaborent étroitement au Conseil sur les questions liées aux changements climatiques et au développement humain dans l’Arctique.

Les deux pays entretiennent également d’excellentes relations bilatérales en ce qui a trait à l’industrie de la pêche. L'Islande milite activement en faveur du développement durable dans le Nord, notamment par la protection de l’environnement marin.

Pour de plus amples renseignements, voir l’Ambassade du Canada en Islande.

Norvège

Tous deux États côtiers de l’Arctique, la Norvège et le Canada entretiennent des relations bilatérales étroites et ont des points de vue communs sur l’Arctique. Les deux États soulignent l’importance de l’Arctique à titre d'importante région prioritaire stratégique pour les années à venir.

Membres actifs du Conseil de l’Arctique, les deux États considèrent le Conseil comme une tribune où faire la promotion de questions essentielles tel le développement durable.

Chaque année, la Norvège et le Canada tiennent un Dialogue sur le Nord où l’on discute des enjeux arctiques tels que les changements climatiques et la gestion des ressources. De surcroît, les deux États travaillent ensemble aux enjeux maritimes internationaux et à la gestion des océans dans l’Arctique.

Pour de plus amples renseignements, voir l’Ambassade du Canada en Norvège.

Suède

Le Canada et la Suède entretiennent de solides relations bilatérales en raison de leurs nombreux liens culturels et économiques. La Suède a des territoires arctiques (mais pas un littoral sur l’océan Arctique), des peuples arctiques (les Lapons), et effectue des recherches approfondies sur l’Arctique.

En tant que membres fondateurs du Conseil de l’Arctique, le Canada et la Suède collaborent pour promouvoir la coopération circumpolaire dans la région de l’Arctique au sein du Conseil, dont la Suède assure actuellement la présidence (2011-2013).

Au cours de ce mandat, la Suède entend promouvoir certaines priorités, dont :

  • l’environnement et le climat;
  • les peuples autochtones;
  • les mers arctiques;
  • le renforcement de la position du Conseil.

La Suède met surtout l’accent sur la nécessité de collaborer au sein du Conseil et de faire en sorte que la voix des résidents du Nord soit entendue.

Le Canada doit succéder à la Suède pour la présidence du Conseil de l’Arctique, et il entend collaborer avec les responsables suédois de la présidence afin de bien tenir son futur rôle.

Dans le passé, la Suède a assuré la présidence du Conseil euro‑arctique de la mer de Barents (2009-2011), auquel le Canada participe comme observateur.

Pour de plus amples renseignements, voir l’Ambassade du Canada en Suède.

Les États-Unis

Les États-Unis sont notre premier partenaire dans l’Arctique, et nous partageons une longue histoire de collaboration. Une collaboration dans les domaines de la science, de la technologie, de la protection environnementale, de l’infrastructure et de la surveillance soutenue par une myriade d’accords qui, ensemble, forment un cadre solide pour le développement économique et la sécurité de l’Arctique, et rejoignent les objectifs des instruments suivants :

  • la Stratégie du Canada pour le Nord de 2009;
  • l’Énoncé de la politique étrangère du Canada pour l’Arctique de 2010; et,
  • la United States Presidential Directive on Arctic Region Policy de 2009.

Les États-Unis et le Canada ont procédé ensemble à des exercices militaires dans l’Arctique. L’Opération Nanook, l’exercice militaire annuel de l’armée canadienne en territoire arctique conçu pour promouvoir la capacité opérationnelle de l’Arctique, témoigne de cette étroite collaboration. En 2010, les instances militaires des États-Unis et du Danemark ont été invitées à participer afin de développer des capacités d'intervention conjointe.

Pour de plus amples renseignements, voir l'Ambassade du Canada à Washington .