L’Initiative mondiale de lutte contre le terrorisme

L’Initiative mondiale de lutte contre le terrorisme nucléaire a été annoncée par les États‑Unis et la Russie en juillet 2006 et sanctionnée par la suite par les dirigeants du G8 au Sommet de Saint‑Pétersbourg en 2007. Le Canada s’y est associé comme l’un des premiers pays participants.

L’Initiative mondiale de lutte contre le terrorisme nucléaire est un effort multilatéral visant à renforcer les cadres internationaux pour parer au terrorisme nucléaire et radiologique. Il ne s’agit pas d’un instrument conventionnel ayant force obligatoire, mais plutôt d’une entreprise librement consentie par un groupe de pays aux vues similaires, semblable à l’Initiative de sécurité contre la prolifération (ISP). Le but est de concentrer les efforts sur une collaboration au niveau opérationnel fondée sur une déclaration de principes, un document qui a été rédigé en octobre 2006. 

Les principes sont axés sur le renforcement de la coopération dans les huit domaines suivants :

  • les systèmes de protection;
  • la sécurité des installations nucléaires civiles;
  • la détection et la prévention du trafic;
  • la capacité à rechercher, à saisir et à contrôler les matières détenues de façon illégale;
  • les capacités de réponse, d’atténuation et d’enquête en cas d’attaque terroriste;
  • la prévention d’offres d’asile et de ressources aux terroristes;
  • les cadres juridiques et réglementaires nationaux;
  • le partage d’information.

Compte tenu de la nature mondiale de la menace de terrorisme nucléaire, la réussite de l’initiative dépend d’une forte participation. Plus de 70 pays ont souscrit aux principes de l’Initiative mondiale de lutte contre le terrorisme. En outre, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) y participe à titre d’observateur et joue un rôle important en fournissant des ressources et des connaissances techniques. Le programme de travail de l’Initiative est déterminé par les activités que les pays participants voudront appuyer, comme la tenue d’ateliers ou de séminaires techniques, la diffusion de pratiques exemplaires et la mise en commun des compétences. 

Position du Canada

La possibilité de terrorisme nucléaire constitue une menace sérieuse à la sécurité canadienne et internationale, et la participation active du Canada à l’Initiative mondiale de lutte contre le terrorisme est l’un des moyens qu’il emploie pour faire face à cette menace. Par exemple, en juin 2008, le Canada a organisé un atelier sur la sécurité des sources radiologiques à l’intention de plus de 100 représentants des membres de l’Initiative. L’Initiative vient compléter les autres activités en matière de sécurité internationale que nous réalisons pour contrer la possibilité de terrorisme nucléaire. Par exemple, le Canada travaille sur le plan bilatéral par l’intermédiaire de l’AIEA, ainsi qu’avec des tiers, pour améliorer la protection, le contrôle et le dénombrement des matières nucléaires et radioactives dans de nombreux États de l’ancienne Union soviétique. En outre, par l’intermédiaire du Programme de partenariat mondial qui a été lancé à la réunion du G8 à Kananaskis en 2002, le Canada s’est engagé à verser jusqu’à 1 milliard de dollars pour empêcher des terroristes ou ceux qui leur offre refuge de se procurer des armes de destruction massive et des matières connexes.