L’Initiative de sécurité contre la prolifération

L'exercise PANAMAX 08L’Initiative de sécurité contre la prolifération (ISP) a été créée en mai 2003 en raison de la menace grandissante que constituent les armes de destruction massive (ADM), leurs vecteurs et les matières connexes. Les pays participants se sont mis d’accord sur une Déclaration de principes d’interception qui inclut des engagements politiques volontaires, notamment à prendre des mesures efficaces pour intercepter le transport d’ADM, de leurs vecteurs et de matières connexes à destination et en provenance d’États et d’acteurs non étatiques qui suscitent des préoccupations en matière de prolifération, à échanger des informations concernant leurs soupçons sur des activités de prolifération afin de faciliter les interceptions et, au besoin, à travailler au renforcement des bases juridiques nationales pertinentes en matière de lutte contre la prolifération. L’ISP se caractérise le mieux comme une activité plutôt qu’un organisme et demeure un mécanisme souple et ouvert.

Position du Canada

Le Canada s’est associé à l’ISP en décembre 2003. Plus de 90 autres États participent à cette initiative. La participation du Canada est compatible avec l’importance qu’il accorde au renforcement des mécanismes de lutte contre la prolifération pour promouvoir la stabilité régionale et la sécurité internationale. La participation du Canada à l’ISP nous aide à

  • aborder la menace de prolifération d’ADM en mettant fin aux activités des réseaux de trafic;

  • renforcer notre capacité d’intervention pour que nous puissions prendre des mesures immédiates et opportunes quand et si nous sommes appelés à le faire;

  • améliorer l’échange d’informations avec les partenaires de l’ISP concernant des activités liées à l’interception.

La participation à l’ISP nécessite une approche multidisciplinaire pangouvernementale. Le MAECI est responsable des questions politiques alors que le ministère de la Défense nationale s’occupe des questions de nature opérationnelle. Le Canada a assisté à chacune des réunions du Groupe d’experts opérationnels, durant lesquelles se réunissent des spécialistes de 20 principaux pays participant à l’ISP pour partager de l’information sur les tendances de prolifération et les réponses possibles. Il a accueilli les réunions du Groupe à Ottawa en avril 2004 et à Montréal en décembre 2006. Le Canada participe aussi activement au programme d’exercices de l’ISP qui permet aux pays de tester leurs capacités opérationnelles d’interception terrestre, maritime ou aérienne. Grâce aux exercices multinationaux, les participants à l’ISP démontrent à ceux qui contribueraient à la prolifération leur détermination collective de lutter contre le trafic illicite d’ADM, de leurs vecteurs et des matières connexes.