Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Affaires étrangères et Commerce international Canada

international.gc.ca

Six façons de protéger votre propriété intellectuelle à l'étranger

En plus de protéger votre passeport et votre portefeuille lorsque vous faites des affaires à l’étranger, vous devez prendre des mesures pour protéger votre propriété intellectuelle.

Selon John Proctor, directeur de la Cyberrésilience pour CGI, une entreprise indépendante de services axés sur la technologie de l’information et les processus opérationnels, les voyageurs peuvent être victimes de violations de la sécurité informatique de la part d’entreprises, du crime organisé et même de certains gouvernements étrangers.

Il suggère six façons pratiques de protéger votre propriété intellectuelle lorsque vous faites un voyage d’affaires.

1. Évaluez vos risques

D’après M. Proctor, la première étape pour vous protéger contre les violations de la sécurité informatique est d’évaluer vos risques en examinant la valeur de vos données de nature délicate.

« Par exemple, si vous apportez le concept d’un nouveau widget ou d’un nouveau produit chimique dans le cadre d’une rencontre avec un fabricant à l’étranger, cette information possède une certaine valeur, explique-t-il. Vous devez ensuite vous demander ce qui arriverait si vous perdiez cette information ou si quelqu’un d’autre en prenait possession. »

M. Proctor affirme que vous devez également tenir compte de votre destination puisque certaines régions sont propices au vol électronique. Vous devriez consulter les conseils et les avertissements aux voyageurs diffusés par Affaires étrangères et Commerce international Canada pour évaluer les risques avant de partir.

Lorsque vous connaissez la valeur de votre information, vous pouvez ainsi prendre les mesures nécessaires pour atténuer les risques.

2. Apportez le moins de choses possible

M. Proctor conseille aux voyageurs de laisser au Canada leurs ordinateurs portatifs, leurs téléphones cellulaires ou autres appareils contenant des renseignements personnels.

Cependant, il affirme qu’habituellement, il n’est pas pratique pour la plupart des travailleurs de voyager sans technologie.

Par conséquent, il suggère d’atténuer les risques en utilisant des disques durs cryptés ou des clés USB à usage unique pour stocker des données sensibles et de laisser tout le reste au bureau.

3. Vos employés, vos processus et votre technologie doivent travailler de concert

Selon M. Proctor, les trois principes de la protection contre les violations de la sécurité informatique sont le personnel, les processus et la technologie de votre organisation.

Par exemple, vous pouvez faire l’acquisition d’une technologie onéreuse vous permettant de surveiller vos réseaux et de prévenir les fuites de renseignements par courriel. Toutefois, si vous n’avez pas mis en place de politiques pour aider à déterminer le processus en vue de classifier ou d’établir le caractère sensible ou la valeur des renseignements, la technologie sera inutile.

« De façon semblable, si vos directives organisationnelles ne précisent pas les conséquences de la diffusion de renseignements de nature délicate ou utile aux mauvaises parties, vos employés seront moins conscients de ces exigences et moins enclins à utiliser la technologie efficacement », explique-t-il.

Il souligne que vous devez vous assurer que le personnel, les processus et la technologie travaillent de concert pour appuyer la lutte contre le vol de la propriété intellectuelle.

4. N’oubliez pas les précautions simples

M. Proctor explique que certains voyageurs oublient de prendre des précautions simples, notamment de garder leur ordinateur portatif et leur téléphone cellulaire sur eux en tout temps. Il met les voyageurs en garde de ne jamais laisser sans surveillance des appareils contenant des données sensibles.

Voici d’autres moyens faciles de réduire les risques de violations de la sécurité informatique : évitez d’utiliser des ordinateurs ou des serveurs publics, utilisez des mots de passe sécuritaires, assurez-vous que vos logiciels antivirus sont à jour et faites une copie de sauvegarde de vos fichiers électroniques.

Il avertit également les voyageurs de ne pas présumer que toutes les violations sont techniques.

« Si vous dévoilez de vive voix tous vos secrets commerciaux, aucune expertise technique n’est nécessaire », ajoute-t-il.

Il en va de même pour l’affichage de renseignements sensibles sur votre écran d’ordinateur dans un lieu public.

5. Faites attention à ce que vous rapportez

M. Proctor fait cette mise en garde : les violations de la sécurité informatique n’arrivent pas seulement en voyage.

Des criminels peuvent également voler votre propriété intellectuelle en se servant de programmes malveillants personnalisés que vous rapportez au Canada. Quand vous vous branchez au réseau de l’organisation à votre retour, ce programme peut leur donner accès à vos renseignements sensibles.

« On peut comparer cette situation à un rhume attrapé à l’étranger et que vous donnez à vos collègues à votre retour, explique-t-il. Dans ce cas, vous allez à l’étranger, un programme malveillant est installé sur votre ordinateur, vous retournez au bureau et contaminez tous vos collègues. »

Si vous croyez que l’on a porté atteinte à l’intégrité de votre technologie, ne vous branchez pas au réseau de votre organisation sans un examen préliminaire de votre appareil.

6. Continuez de mettre à jour votre stratégie en matière de sécurité informatique

Selon M. Proctor, à mesure que le Canada intensifie ses liens avec des pays en développement, la protection de la propriété intellectuelle lors de voyages à l’étranger s’avère de plus en plus difficile.

« Nous renforçons nos relations commerciales avec un plus grand nombre de pays; il s’ensuit que certains des risques augmenteront en raison de lois plus souples sur la propriété intellectuelle et le vol de données », affirme-t-il.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la gestion des risques des voyageurs, veuillez consulter le site du Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail et les Conseils aux voyageurs et Avertissements d’Affaires étrangères et Commerce international Canada. De même, vous pouvez consulter le site du Service des délégués commerciaux du Canada et la page Protéger votre propriété intellectuelle en Chine.

Abonnement au : cybermagazinefil RSS et iGoogle

Pied de page

Date de modification :
2012-09-25