Glossaire interculturel

>

Voici un court glossaire qui vous permettra de trouver la définition de certains mots ou de découvrir de nouveaux concepts.

A

ACCULTURATION
modification de la culture d'une personne ou d'un groupe sous l'influence de la culture d'un autre groupe.
ADAPTATION
processus d'adaptation qui permet d'interagir différemment grâce à des changements apportés à nos attitudes et à nos opinions, inhérents à notre propre culture.
ASSIMILATION CULTURELLE
plus forte que l'acculturation, dans la mesure où la culture originelle est oubliée ou qu'une nouvelle culture est adoptée. (voir ACCULTURATION)

C

COLLECTIVISME
lorsque les besoins du groupe sont privilégiés par rapport aux besoins de l'individu.
CHOC CULTUREL
gêne que ressentent les personnes qui se trouvent dans une autre culture et qui essaient de s'adapter à des pratiques culturelles inconnues.
CONTEXTE PRÉPONDÉRANT
Edward Hall a décrit les cultures en termes de contexte « prépondérant » et « non prépondérant » Les cultures à contexte « prépondérant » s'appuient fortement sur l'environnement de l'échange qui véhicule le message, les mots étant secondaires. La responsabilité de la compréhension du message échoit principalement à celui qui le reçoit, et qui doit être en harmonie avec la subtilité des messages énoncés par des marqueurs tels que le silence, le ton, la présence ou l'absence de personnes importantes, etc. Les Premières Nations et les Japonais, par exemple, valorisent en général une communication où le contexte est essentiel. (voir CONTEXTE NON PRÉPONDÉRANT)
CONTEXTE NON-PRÉPONDÉRANT
Edward Hall a décrit les cultures en termes de contexte « prépondérant » et « non prépondérant. » La communication dans un contexte « non prépondérant » est explicite, de sorte que toute l'information est contenue directement dans les énoncés, il n'y a pas, ou peu, de significations véhiculées par le contexte. Selon cette définition, les Scandinaves et les Suisses-allemands, par exemple, sont généralement perçus comme valorisant une communication dans un contexte « non prépondérant. » (voir CONTEXTE PRÉPONDÉRANT)
CULTURE
valeurs, comportements, pratiques, opinions que nous avons acquis par notre appartenance à un groupe qui les possède.

D

DÉCODAGE
le fait de trouver la signification d'un message véhiculée par les mots, les gestes, le moment où il a été exprimé, le contexte, qui sont culturellement déterminés.
DIFFUS
l'une des dimensions proposées par Trompenaars et Hampden-Turner (1997) qui reflète nos préférences concernant " le degré d'engagement. " Dans une culture diffuse, les relations sont établies soigneusement, mais dès qu'elles l'ont été, elles englobent de multiples domaines de la vie et ne sont plus limitées, par exemple, au travail ou à une activité en particulier (voir SPÉCIFIQUE).
DISTANCE HIÉRARCHIQUE
cette dimension correspond au degré d'inégalité attendu et accepté par les individus qui se situent au bas de la hiérarchie. D'après les dimensions culturelles du sociologue Geert Hofstede.

E

ETHNOCENTRIQUE
lorsque l'on considère que la façon d'interagir de son propre groupe est normale et souhaitable; évaluation de la culture d'autres groupes en fonction de nos valeurs propres.
ETHNORELATIVISME
acceptation que les valeurs et les croyances de l'autre, ainsi que les opinions qui en découlent, sont liées de manière logique et qu'il n'y a pas de position absolue à partir de laquelle on peut juger la moralité, les connaissances, la vérité. [Cela ne veut pas dire que toutes les autres pratiques culturelles sont acceptables, mais seulement qu'il est nécessaire de tenir compte du contexte culturel lorsque l'on évalue des pratiques rencontrées dans une autre culture.]

G

GÉNÉRALISER
se servir d'une caractéristique prédominante des membres de son groupe pour le décrire sans être catégorique : « les Canadiens, en général, sont en faveur du financement public des soins de la santé. » (voir STÉRÉOTYPE)

I

INDIVIDUALISME
lorsqu'une personne se sent indépendante par rapport aux groupes; ses intérêts prévalent sur ceux du groupe.
INTERCULTUREL
personnes issues de cultures différentes qui interagissent les unes avec les autres dans la mesure où les deux groupes font des arrangements pour établir une relation.

M

MONDIALISATION
expansion qui dépasse les frontières nationales, généralement concernant les échanges commerciaux.
MONOCHRONIQUE
tendance à envisager le temps comme linéaire et limité, regroupé en unités.
MULTICULTUREL
groupe de personnes de différentes cultures, généralement dans un contexte politique ou géographique.

N

NATURE HUMAINE
ce qui fait que nous avons un certain comportement et certaines opinions que nous héritons et partageons avec tous les autres êtres humains. (voir PERSONNALITÉ, CULTURE)

P

PARTICULARISME
l'une des dimensions proposées par Trompenaars et Hampden-Turner (1997) qui suggère que l'on privilégie les relations par rapport aux règles. Les sociétés particularistes tiennent moins compte des règles, reconnaissant que pour assurer l'impartialité, il faut prendre en compte les circonstances particulières. (voir UNIVERSALISME)
PERSONNALITÉ
caractère unique d'une personne, inhérent à l'influence culturelle de nombreux groupes ainsi que ses tendances et préférences innées. (voir CULTURE, NATURE HUMAINE)
POLYCHRONIQUE
tendance à envisager le temps comme circulaire, non limité et au cours duquel on peut effectuer de nombreuses tâches en même temps.

S

SPÉCIFIQUE
l'une des dimensions proposées par Trompenaars et Hampden-Turner (1997) qui témoigne d'une préférence pour le « degré d'engagement. » Dans une culture donnée, les relations s'établissent facilement, mais se limitent à certains domaines de la vie. Les collègues de travail peuvent ne pas être les amis de la famille ou les compagnons de tennis, par exemple. (voir DIFFUS)
STÉRÉOTYPE
attribution d'une caractéristique prédominante d'un groupe à un individu de ce groupe sans que l'on tienne compte de la différence de cet individu. « Lee est Canadienne, donc nous présumons qu'elle est en faveur du financement public des soins de santé. » (voir GÉNÉRALISER)

T

TRIANGULATION
dans une étude scientifique de géologie ou de physique, technique de repérage d'un objet par le croisement de trois données connues; dans l'apprentissage culturel, la triangulation fait référence au croisement de divers véhicules de communication (personnes, publications, littérature, télévision) et de plusieurs de chacune de ces sources avant de décider de la signification d'une chose d'une autre culture.

U

UNIVERSALISME
l'une des dimensions proposées par Trompenaars et Hampden-Turner (1997) qui suggère que l'on privilégie les règles par rapport aux relations. Dans une culture universaliste, l'impartialité est assurée par l'application des règles quel que soit l'individu, sans que l'on tienne compte des relations. (voir PARTICULARISME)

V

VALEURS
qualités relatives au comportement, aux pensées et aux attitudes que la société considère comme étant intrinsèquement bonnes, qui donnent des résultats souhaitables et valables pour l'émulation des autres.