Évaluation environnementale stratégique : déclaration publique

L'engagement pangouvernemental du Canada au Soudan

L'évaluation environnementale stratégique approfondie de l'engagement pangouvernemental du Canada au Soudan portait principalement sur les trois facteurs qui exercent des pressions sur l’environnement du pays, soit l'utilisation des terres, de l'eau et des ressources naturelles. Dans le cadre de cette évaluation, l'incidence potentielle des activités canadiennes sur ces facteurs a été analysée et les répercussions environnementales positives et négatives potentielles ont été décrites. L’évaluation a également révélé que des efforts canadiens en matière de diplomatie, d’aide et de sécurité pourraient grandement contribuer à la stabilisation de la situation au Soudan et que des mesures précises visant à favoriser le développement durable et équitable pourraient favoriser la paix dans cette région. Les auteurs recommandent aussi la mise en place de mesures pour réduire l'empreinte écologique de certaines activités canadiennes sur le terrain.

Les recommandations précises sont les suivantes :

Recommandation 1

Pour tous les piliers, renforcer l'engagement du Canada en déployant des efforts conjointement avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement et d'autres organisations internationales, nationales ou de la société civile soudanaise axées sur l'environnement en vue de trouver des solutions à des questions de gouvernance de l’environnement et des ressources naturelles, ou en veillant à ce que l’engagement du Canada et l’action de ces autres entités soient complémentaires.

Recommandation 2 (diplomatie)

  1. Gouvernance : Dans le cadre des efforts canadiens de sensibilisation et de consolidation de la paix, il faut cibler les lois actuelles créées par l'Accord de paix global et les institutions responsables de la gouvernance de l'environnement et des ressources naturelles (de l'exploitation au partage des avantages), particulièrement en ce qui a trait au régime foncier et à la gestion intégrée des ressources en eau.
  2. Développement : Mettre l'accent sur la participation transparente et consultative des parties intéressées à tous les niveaux, afin de leur procurer des moyens de subsistance durables et équitables ainsi qu'une capacité de récupération environnementale, notamment en ce qui concerne les changements climatiques et la désertification.
  3. Sécurité : Veiller à ce que les processus de paix soient soutenus par la capacité d’assurer la médiation avec les parties intéressées et par la connaissance des questions liées à l’environnement et aux ressources naturelles susceptibles de déclencher des conflits. Atténuer les effets de nos activités sur l'environnement.

Recommandation 3 (aide)

  1. Gouvernance : Appuyer les interventions visant à mettre sur pied une gouvernance de l'environnement et des ressources naturelles transparente, inclusive, valable au point de vue scientifique, contraignante et équitable.
  2. Développement : Concevoir des programmes de développement communautaire qui veillent à ce que l'utilisation des ressources naturelles et la sécurité alimentaire soient durables et équitables, et qui abordent des questions liées à la résilience environnementale à long terme.
  3. Sécurité : Veiller à ce que les efforts humanitaires, entre autres, déployés en collaboration avec les forces de sécurité puissent contribuer à l'atténuation des conflits, notamment les éléments déclencheurs liés à l'environnement et aux ressources naturelles.

Recommandation 4 (sécurité)

  1. Gouvernance : Appuyer les interventions visant à mettre sur pied une gouvernance de l'environnement et des ressources naturelles transparente, inclusive, scientifiquement valable, contraignante et équitable.
  2. Développement : Renforcer la capacité d’assurer la liaison avec les efforts humanitaires, entre autres, en vue de contribuer à l'atténuation des conflits, en remédiant aux éléments déclencheurs liés à l'environnement et aux ressources naturelles.
  3. Sécurité : Veiller à ce que les interventions militaires soient soutenues par la capacité à assurer la médiation avec les parties intéressées et par la connaissance des questions liées à l’environnement et aux ressources naturelles susceptibles de déclencher des conflits. Atténuer les effets de nos activités sur l'environnement.

Des débouchés pour la promotion commerciale et l’exploitation du marché du carbone ont été relevés, au cas où la situation politique s'améliorerait.

La plus récente étude effectuée sur le rôle que joue l'environnement dans les conflits est un rapport publié par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) en février 2009 et intitulé « Du conflit à la consolidation de la paix : le rôle des ressources naturelles et de l’environnement ». Fondé sur les études de cas de treize pays/régions (y compris la région du Darfour), ce rapport formule les six recommandations pratiques générales suivantes à l'intention du système des Nations Unies et de la communauté internationale :

  1. Continuer à renforcer les capacités d’alerte précoce et d’action rapide des Nations Unies;
  2. Améliorer la surveillance et la protection des ressources naturelles en période de conflit;
  3. Traiter les questions relatives aux ressources naturelles et à l’environnement dans le cadre du processus de rétablissement et de maintien de la paix;
  4. Tenir compte des ressources naturelles et de l’environnement dans la planification post-conflit;
  5. Gérer judicieusement les ressources naturelles pour favoriser la relance économique;
  6. Tirer parti des possibilités de coopération environnementale afin de contribuer à la consolidation de la paix.

En tenant compte de ces objectifs, l'évaluation a pour but :

  1. d'informer les décideurs sur les répercussions environnementales possibles des plans d'action proposés au Soudan et, ce faisant,
  2. proposer de nouvelles façons d'intégrer la dimension environnementale aux politiques, plans et programmes canadiens pour le Soudan;
  3. déterminer de quelle façon le Canada peut utiliser ces mêmes activités afin d'atténuer les aspects du conflit liés à l'environnement et aux ressources naturelles.