République démocratique du Congo

Dotée d’abondantes richesses naturelles, la République démocratique du Congo (RDC) a un potentiel de développement économique et social énorme. Toutefois, ce potentiel est peu exploité au bénéfice de la population congolaise, et la pauvreté demeure extrême sur tout le territoire malgré une croissance soutenue sur le plan macroéconomique. En 2014, la RDC occupait le 186e rang sur 187 pays selon l’indice du développement humain établi par le Programme des Nations Unies pour le développement, et environ 87,7 p. 100 de sa population vivait avec moins de 1,25 $US par jour.

La population de la RDC comprend un grand nombre d’enfants et de jeunes : 47 p. 100 des Congolais sont âgés de moins de 15 ans. Ils forment un segment de la population particulièrement vulnérable, étant donné le niveau de pauvreté élevé et l’insuffisance des soins de santé de base. En 2001, la RDC a ratifié la Convention relative aux droits de l’enfant et quelques avancées ont été enregistrées, notamment l’adoption du Code de protection de l’enfant qui interdit l’enrôlement et l’embauche d’enfants de moins de 18 ans par les forces armées, les groupes armés et la police. Même si le gouvernement de la RDC s’est engagé à prévenir le recrutement d’enfants et la violence sexuelle, l’État ne dispose que de faibles capacités pour assurer la sécurité de ses citoyens et leur offrir des services de santé, d’éducation, de protection, d’assainissement et d’accès à l’eau potable. Bien que certains progrès aient été réalisés en éducation et en santé, la plupart des Objectifs du Millénaire pour le développement n’ont pas été atteints. Le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans et le taux de mortalité maternelle demeurent parmi les plus élevés au monde. En 2014, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans était de 104 décès pour 1 000 naissances vivantes et le taux de mortalité maternelle était de 540 décès pour 100 000 naissances vivantes. Une réforme est en cours dans le secteur de la santé afin de décentraliser les structures administratives et améliorer l’accès des populations aux services de base.

La situation demeure préoccupante dans l’est du pays, où continuent de sévir de nombreux groupes armés. Les déplacements de population et les violences contre les femmes et les filles persistent. Au 31 mars 2014, la RDC comptait plus de 2 635 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays.

En 2006, après 10 ans de guerre et 32 ans de dictature ayant complètement mis à plat les institutions du pays, les premières élections présidentielles démocratiques ont eu lieu. Les élections suivantes ont eu lieu en 2011. Toutefois, la communauté internationale a critiqué leur manque de crédibilité et de transparence et les résultats ont été largement contestés. Selon la constitution, des élections doivent avoir lieu en 2016.

Priorités

En 2014, la RDC a été confirmée comme l’un des pays ciblés pour l’aide au développement international du Canada. La programmation de développement international du Canada en RDC est harmonisée à la Stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté élaborée par le gouvernement congolais.

Le renforcement des capacités des institutions publiques est au cœur de la stratégie du Canada, lequel souhaite contribuer à mettre en place un État plus démocratique, plus prospère et plus équitable – un État qui réussira à réduire durablement la pauvreté et à assurer l’avenir et la protection de ses enfants et de ses jeunes. Le Canada apporte aussi une aide humanitaire substantielle aux populations touchées par les conflits.

Enfants et jeunes

Le Canada travaille à renforcer le système de santé congolais en ciblant les besoins prioritaires des populations démunies, en particulier ceux des mères, des enfants et des jeunes. La programmation vise à améliorer l’accès de ces populations à des soins de santé primaires de qualité. Elle vise aussi à offrir aux décideurs du domaine de la santé des compétences accrues en gestion afin de rehausser l’efficacité du système.

Le Canada s’emploie aussi à accroître les capacités des responsables du gouvernement, des autorités locales et de la société civile afin de venir en aide à des dizaines de milliers de femmes et de filles survivantes de violences sexuelles dans les provinces de l’Est et de participer à la lutte contre ce genre de crime, notamment en s’attaquant à l’impunité des auteurs de ceux-ci.

En outre, la programmation canadienne en RDC envisagera de nouvelles possibilités afin de lutter contre la violence, l’exploitation et les mauvais traitements infligés aux enfants, et à les prévenir.

Vers une aide plus efficace

La RDC adhère à la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide (PDF, 1,55 Mo, 26 pages), et participe également au New Deal pour l’engagement dans les États fragiles. Le New Deal est un dialogue international qui a pour but de favoriser le développement dans les États fragiles et touchés par les conflits, notamment en mettant l’accent sur la consolidation de la paix et les objectifs de renforcement de l’État, y compris la promotion de règlements politiques inclusifs et la lutte contre les injustices.

Les pays donateurs font preuve d’une volonté manifeste d’harmoniser leurs interventions avec les priorités de la RDC. Le gouvernement congolais a élaboré une architecture de coordination de l’aide, mais sa mise en œuvre tarde, faute d’efforts concrets.

Dans le secteur de la santé, par souci de coordonner l’aide canadienne avec celle des autres donateurs, et à la demande du gouvernement congolais, le Canada concentre surtout ses efforts dans la province de Kinshasa.

Réalisations

2013-2014

Réalisations 2013-2014

Santé des mères, des nouveau-nés et des enfants (province de Kinshasa)

  • Permettre une augmentation du nombre de femmes enceintes qui ont reçu des soins prénatals, qui est passé de 31,8 p. 100 à 43 p. 100 dans le district de santé de la Funa et de 38 p. 100 à 39 p. 100 dans celui de Nsele (Kinshasa).
  • Permettre de former 181 travailleurs de la santé sur les questions d’hygiène hospitalière et d’assainissement.
  • Faire augmenter le taux de référence de la clientèle vers les hôpitaux généraux de référence; ce taux est passé de 0,42 p. 100 à 1,9 p. 100 dans le district de santé de la Funa et de 4,21 p. 100 à 10 p. 100 dans celui de Nsele.
  • Aider la Centrale d'achat et de distribution des médicaments essentiels de Kinshasa (CAMESKIN) à élargir son réseau de distribution de 59 pharmacies et centres de santé en 2011 à 96 pharmacies et centres de santé en 2013.

Égalité entre les femmes et les hommes

  • Fournir une formation en égalité entre les femmes et les hommes à 97 membres des équipes-cadres des zones de santé appuyées dans la province de Kinshasa.
  • Contribuer à la mobilisation et à l’autonomisation des femmes dans les zones de santé appuyées. Ainsi, le nombre de femmes présidentes des comités communautaires de développement a considérablement augmenté, passant de 0 à 28 p. 100.
  • Permettre d’offrir à environ 774 survivants de violences sexuelles, surtout des femmes et des filles, des services holistiques incluant l’accueil, l’écoute et un appui psychosocial ainsi que des soins de santé, un accompagnement juridique et de l’appui pour une réinsertion socioéconomique.

Gouvernance et promotion de la démocratie

  • Contribuer au renforcement de la capacité des fonctionnaires du gouvernement, des autorités locales et de la société civile à promouvoir l’état de droit et à poursuivre les auteurs de crimes de violence sexuelle.
  • Appuyer plusieurs tribunaux mobiles dans le Nord-Kivu et le Sud-Kivu, où 67 cas ont été traités en 2014, qui a donné lieu à la condamnation de plusieurs hauts gradés des Forces armées congolaises.

Projets de développement international en République démocratique du Congo

Décaissements de l'ACDI au Congo: 2012-2013

Décaissements de l'ACDI au Congo
CIDA Disbursements$M
Sources
Décaissements de l'ACDI51,43
Assistance humanitaire21,40
Total72,83