Indonésie

L’Indonésie fait partie de la tranche inférieure des pays à revenu intermédiaire. Elle possède d’abondantes ressources naturelles. La croissance économique forte et soutenue en Indonésie a permis de créer des emplois et d’accroître les dépenses publiques en santé, en éducation et dans le secteur de l’infrastructure. Cependant, une pauvreté importante persiste, particulièrement dans l’est du pays. Plus de 43 % des 247 millions d’habitants vivent avec moins de 2 $ US par jour et demeurent vulnérables aux crises économiques et aux catastrophes naturelles. La majorité des personnes pauvres vivent en milieu rural. Quelque 35 % des Indonésiens tirent leur revenu de l’agriculture. En 2012, l’Indonésie occupait le 121e rang sur 187 pays pour ce qui est de l’indice du développement humain établi par le Programme des Nations Unies pour le développement.

L’Indonésie est une démocratie multipartite dynamique, qui a tenu plusieurs élections pacifiques et légitimes depuis qu’elle est sortie d’un régime autoritaire, en 1998. Le transfert de pouvoirs importants de l’autorité centrale aux 33 provinces et aux 497 districts est l’une des caractéristiques principales de cette démocratie décentralisée. Les réformes de décentralisation ont surpassé la capacité des administrations locales à fournir des services sociaux, qui demeurent inadéquats pour un pays à revenu intermédiaire. C’est pourquoi il est possible que l’Indonésie n’atteigne pas certaines cibles des Objectifs du Millénaire pour le développement, surtout celles qui touchent la santé des mères et des enfants.

Le secteur privé de l’Indonésie joue un rôle dominant dans l’économie. L’économie structurée est surtout constituée de conglomérats, d’entreprises d’État et d’investisseurs étrangers (principalement dans le secteur de l’extraction). On estime toutefois que 70 % du secteur privé indonésien se trouve dans le secteur non structuré, qui comprend un grand nombre de microentreprises et de PME. Les femmes contribuent dans une proportion de 65 % à cette économie parallèle.

En tant que membre de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) et de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) et seul membre du G-20 en Asie du Sud-Est, le pays joue un rôle essentiel dans la stabilité régionale en Asie du Sud-Est.

Priorités

En 2014, l’Indonésie a été confirmée comme l’un des pays ciblés par le gouvernement du Canada en ce qui concerne les efforts de développement international.

Le programme du Canada en Indonésie a pour objectif d’améliorer la prospérité économique durable pour les femmes et les hommes pauvres, en établissant des assises économiques, en investissant dans le capital humain et en favorisant la gouvernance démocratique.

Le gouvernement de l’Indonésie a établi un certain nombre de priorités en matière de développement dans son plan quinquennal de développement à moyen terme pour 2010-2014 et dans d’autres documents stratégiques importants. L’Indonésie a comme objectifs prioritaires :

  • de renforcer la capacité du gouvernement à fournir les services;
  • d’améliorer la qualité des ressources humaines;
  • d’accroître la capacité en matière de développement des sciences et de la technologie et de renforcer la compétitivité économique;
  • de poursuivre les réformes liées à la croissance économique dans les régions;
  • d’améliorer la gestion des ressources naturelles.

Croissance économique

Établir des assises économiques

Le Canada aidera les gouvernements à :

  • stimuler le développement économique et à mettre en application des politiques de développement économique local et régional ;
  • générer des recettes et à les gérer (mesures fiscales et redevances);
  • acquérir des biens et des services ;
  • gérer les finances publiques de façon transparente et favorable à l’égalité des sexes ;
  • réduire les obstacles au commerce et à l’investissement.

Le Canada examinera la possibilité de soutenir le cadre de réglementation des partenariats public-privé et d’autonomiser les femmes sur le plan économique. Le Canada soutiendra également la prestation d’une assistance technique pour établir et appliquer des politiques sur l’utilisation des ressources naturelles renouvelables et non renouvelables.

Principaux résultats escomptés :
  • Capacité améliorée des gouvernements à renforcer les cadres législatifs et réglementaires, les systèmes et la mise en œuvre, éléments essentiels à la stabilité de l’économie nationale et des économies locales.
  • Capacités renforcées en matière de gestion et de finances publiques, dans l’optique de l’égalité entre les sexes, à l’échelle locale, régionale et nationale.
  • Capacité accrue des institutions locales, régionales et nationales à gérer les ressources naturelles de façon durable et responsable.

Investir dans le capital humain

La population de l’Indonésie est jeune et elle croît; actuellement, un habitant sur quatre est âgé de moins de 15 ans. Bien que cet atout démographique assurera une bonne disponibilité de main-d’œuvre dans l’avenir, le secteur privé signale qu’il est difficile de trouver de la main-d’œuvre qualifiée. L’aide apportée par le Canada permettra d’augmenter la capacité des établissements d’enseignement à satisfaire aux exigences du marché du travail définies en consultation avec le gouvernement de l’Indonésie et les intervenants du secteur privé.

Principaux résultats escomptés :
  • Accès élargi à la formation essentielle axée sur les compétences et la demande ainsi qu'aux connaissances de base nécessaires pour participer au marché du travail officiel;
  • Possibilités accrues, appropriées, significatives et structurées d'apprentissage en milieu de travail;
  • Initiatives d'apprentissage mises en place et axées sur les résultats, qui soutiennent la croissance des entreprises, l'expansion des marchés et la productivité.

Promouvoir la démocratie

Puisque le Canada appuie le développement démocratique de l’Indonésie depuis longtemps, il bénéficie d’un créneau unique pour mettre en œuvre des programmes en matière de pluralisme religieux et de réforme du secteur public. Le Canada appuiera les objectifs de l’Indonésie en matière d’avancement de la démocratie en :

  • faisant la promotion d’une société démocratique plus équitable et plus inclusive soutenue par des institutions publiques fortes dans laquelle les citoyens, y compris ceux appartenant à des minorités religieuses, peuvent faire valoir leurs droits fondamentaux;
  • renforçant les capacités du secteur public, y compris celles des institutions qui travaillent à faire avancer la démocratie.

Vers une aide plus efficace

L’Indonésie étant un pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, son gouvernement perçoit l’assistance  étrangère comme un partenariat entre égaux tel que défini dans l’Engagement de Jakarta (2009), un plan d’action sur l’efficacité de l’aide signé par le gouvernement de l’Indonésie et tous ses donateurs, y compris le Canada. Les donateurs se sont engagés à harmoniser leurs programmes aux priorités de développement déterminées par le gouvernement de l’Indonésie dans son plan de développement national à moyen terme (2009-2014) et son plan directeur pour le développement économique (2011-2025). Les principaux éléments de l’Engagement de Jakarta visent à :

  • renforcer la prise en charge locale;
  • établir des partenariats plus efficaces et plus inclusifs;
  • produire des résultats et en rendre compte.

Réalisations

2012-2013

Réalisations 2012-2013

Croissance économique

  • A aidé à créer 2 759 nouveaux emplois – soit une augmentation de 248 % depuis 2009 – en fournissant des compétences techniques aux petites et moyennes entreprises, aux organisations de développement des entreprises et aux institutions de microfinancement.
  • A amélioré les compétences de gestion et de formation d’organisations de développement des entreprises, en offrant 53 services tels que des études du marché et le contrôle de la qualité à 5 743 clients.
  • A aidé à accroître les connaissances et les compétences de 4 200 fonctionnaires dans la budgétisation et la planification de services locaux.
  • A mis en œuvre des budgets qui tiennent compte des sexospécificités dans 27 ministères et institutions et 10 provinces pilotes.
  • A appuyé la fourniture de 176 041 prêts à des microentreprises et à de petites et moyennes entreprises qui valaient 219,6 millions de dollars américains, soit plus du double du nombre de prêts ciblés et de la valeur totale en argent visée.
  • A aidé à améliorer le climat d’investissement en appuyant la promulgation de 25 lois, règlements, modifications et codes, et en encourageant l’amélioration ou l’élimination de 24 autres procédures ou règlements, ce qui a permis des économies de conformité aux coûts directs de plus de 900 000  dollars américains pour le secteur privé.
  • A aidé 10 724 agriculteurs à renforcer leurs compétences en affaires et à s’en servir pour gérer de façon durable 176 549 hectares de terres et gagner des revenus additionnels de 7 204 864 $.
  • A appuyé 2 927 projets communautaires de création de revenus visant la production de cultures commerciales, l’énergie renouvelable et la protection des écosystèmes; a rejoint 1 509 169 bénéficiaires dans 78 sous-districts, ce qui a permis d’accroître les revenus nets des ménages de 137 $ US par année.
  • A contribué à la remise en état des mangroves dans 60 villages, ce qui a bénéficié à 1 237 ménages et leur a permis d’accroître leurs revenus de 50 %.
  • A établi 48 pépinières et 27 champs de démonstration pour promouvoir et instaurer un système agroforestier qui sera employé sur une superficie de 500 000 hectares.
2011-2012

Réalisations 2011-2012

Croissance économique

  • A aidé à créer 2 628 emplois — soit une hausse de 230 % depuis 2009 — dans les industries de l’algue, de la noix de cajou et de la noix de coco.
  • A aidé à offrir de la formation dans neuf organisations de développement des affaires, ce qui leur a permis de servir 5 511 représentants de petites et moyennes entreprises.
  • A aidé 12 institutions de microfinance à élargir leur portefeuille de prêts de 19 % par rapport à l’année précédente, ce qui a permis de soutenir 175 000 prêts à des microentreprises d’une valeur de près de 29 millions de dollars, dont 89 % ont bénéficié à des femmes.
  • A permis à 1 million de fermiers de profiter de pratiques agricoles écologiques telles que la production d’engrais biologiques et de briquettes de charbon faites de coques de noix de coco, l’apiculture, la culture d’algues et l’établissement de pépinières.
  • A aidé 193 villages à élaborer et mettre en œuvre des plans d’action qui ont permis de cerner 2 375 projets visant à créer des moyens de subsistance durables et respectueux de l’environnement en agroforesterie dans de grandes plantations de caféiers et de cacaoyers, en gestion d’étangs de pisciculture et en développement de produits forestiers non ligneux.
  • A aidé 80 villages à élaborer 10 plans d’action utilisant des bassins versants afin d’améliorer la qualité de l’eau et de créer davantage de moyens de subsistance durables sur le plan écologique.
  • A soutenu la formation de 26 000 personnes sur la planification participative visant à améliorer l’assainissement et la qualité de l’eau, ainsi que la présentation de nouvelles techniques de gestion du bétail, des cultures, des sols et de la lutte antiparasitaire.
  • A remis en état 1 000 hectares de mangroves, tandis qu’un moratoire contre l’élimination des mangroves protégera 12 700 hectares supplémentaires.
  • A garanti les titres fonciers de milliers d’hectares de terres agricoles à des agriculteurs sans terre, qui utilisent maintenant ces terres pour réaliser des activités de subsistance durables, comme les étangs de pisciculture, l’élevage d’animaux, les industries à domiciles, l’utilisation de biocarburants, le compostage et la production d’aliments biologiques.
2010-2011

Réalisations 2010-2011

Croissance économique

  • A contribué à la création de 1 669 emplois, une hausse de 90 % par rapport à l'année précédente, en offrant des compétences techniques aux petites et moyennes entreprises, aux fournisseurs de services aux entreprises et aux établissements de microfinancement.
  • A offert un soutien aux institutions de microfinancement afin qu'elles augmentent leur portefeuille de prêts de 18 % (dont 50 % accordés aux femmes) par rapport à l'année précédente.
  • A amélioré les connaissances de 158 législateurs (sur 200) à l'égard du processus d'examen des plans et des budgets.
  • A contribué à la formation de 304 représentants du gouvernement sur la planification et l'établissement du budget afin qu'ils puissent être mieux à l'écoute des besoins locaux, y compris ceux des femmes.
  • A participé à la mise sur pied d'un système de surveillance et d'évaluation des administrations locales en matière d'exécution des programmes et de prestation des services.
  • A augmenté le nombre de contribuables inscrits de 4 millions à 16 millions de 2009 à 2010 en soutenant les réformes administratives et fiscales.
  • A contribué à la mise sur pied de plus de 300 bureaux de services à la clientèle décentralisés pour les contribuables.
  • A offert du soutien à plus de 26 500 villageois afin qu'ils puissent participer aux décisions des gouvernements locaux qui ont eu une incidence sur leur revenu.
  • A contribué à la protection d'une vaste mangrove afin d'empêcher qu'elle ne soit transformée en étangs de crevettes; cela a permis de protéger les poissons et le milieu biologique marin, deux sources de revenus pour les collectivités locales.

Projets de développement international en Indonésie

Carte des projets en Indonésie
Banque de projets - Indonésie

Décaissements de l’ACDI en Indonésie : 2012-2013

Total : 29,3 M$