Mongolie

La Mongolie, un pays sans accès à la mer, a réalisé des progrès considérables depuis son virage vers une démocratie et une économie de marché ouverte en 1990. La moitié de sa population (2,8 millions d’habitants) vit dans la capitale Oulan-Bator ou aux environs.

Malgré une réduction de la pauvreté, dans l’ensemble, plus d’un Mongolien sur cinq lutte pour survivre avec moins de 1,25 $ US par jour ; en 2012, la Mongolie occupait le 108e rang parmi les 187 pays classés selon l’indice du développement humain du Programme des Nations Unies pour le développement.

La Mongolie a tenu ses premières élections démocratiques en 1990 et sa première élection présidentielle en 1993. Elle continue de tenir des élections démocratiques et justes, dont celles de juin 2013.

La Mongolie possède de vastes réserves de cuivre, d’or, de pétrole et de charbon ; l’exportation de ces ressources constitue sa principale source de revenus et devrait être le moteur de sa croissance économique au cours des cinq prochaines années. Le pays met en place des systèmes lui permettant de gérer cette croissance stimulée par les exportations, de protéger l’environnement et les actifs naturels du pays, et d’assurer un partage équitable des profits entre les citoyens. Quelque 22 % de la main-d’œuvre de la Mongolie travaille encore dans le domaine de l’agriculture, un chiffre qui est toutefois en déclin, tandis que le secteur minier, en pleine croissance, repose dans une large mesure sur les travailleurs étrangers, puisque la main-d’œuvre mongolienne n’a pas les compétences voulues.

Priorités

En 2014, la Mongolie a été confirmée comme l’un des pays ciblés par le gouvernement du Canada en ce qui concerne les efforts de développement international.

Les programmes d’aide bilatérale au développement international du Canada en Mongolie sont étroitement harmonisés au plan d’action 2010-2015 de la Mongolie à l’égard de ses priorités en matière de développement économique et social , qui est axé sur le développement humain, la réduction des disparités entre les régions rurales et urbaines, et l’amélioration de la concurrence économique.

L’objectif du programme d’aide du Canada est de stimuler la croissance économique durable en renforçant la capacité de la fonction publique, surtout en ce qui a trait à la gestion du secteur de l’extraction.

Croissance économique

Le Canada s’emploiera à aider la Mongolie à améliorer la qualité, la stabilité et la transparence de ses lois, politiques et règlements liés au secteur minier, y compris l’attention portée aux questions touchant l’environnement ainsi que la santé et la sécurité en milieu de travail. Le Canada appuiera aussi les efforts de la Mongolie en vue d’établir une fonction publique professionnelle, axée sur le mérite et non partisane, qui peut planifier et administrer les réformes et les initiatives gouvernementales, en particulier celles du secteur de l’extraction.

Principaux résultats escomptés

  • Capacité renforcée des institutions de la fonction publique de la Mongolie de gérer de manière responsable et durable le secteur de l’extraction.

Résultats à ce jour

  • A appuyé la révision et l’élaboration d’un plan de mise en œuvre de la nouvelle loi sur la fonction publique.
  • A permis d’accroître l’efficacité et la visibilité des femmes parlementaires mongoliennes, pour qu’elles entreprennent une réforme législative en vue de mettre fin à la violence fondée sur le sexe.
  • A permis de renforcer la formation sur la gestion de l’eau offerte aux entreprises minières et aux intervenants de ce secteur dans le Gobi du Sud.

Vers une aide plus efficace

La Mongolie est signataire de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide au développement (PDF, 1,55 Mo, 26 pages). La plupart des donateurs se concentrent sur l’infrastructure économique, l’éducation et les services sociaux.

Projets de développement international en Mongolie

Carte des projets en Mongolie
Banque de projets - Mongolie

Décaissements de l’ACDI en Mongolie : 2012-2013

Total : 3,9 millions de dollars