Sénégal

Projets de développement international au Sénégal

Carte des projets au Sénégal
Banque de projets - Sénégal

Décaissements 2012-2013 de l'ACDI au Sénégal

Décaissements de l'ACDI au Sénégal
Décaissements de l'ACDI$M
Sources
Décaissements de l'ACDI67,09
Assistance humanitaire3,3
Total70,39

Aperçu

Le Sénégal est l'un des pays les plus pauvres du monde. En 2011, 29,6 p. cent de ses habitants disposaient de moins de 1,25 $US par jour pour assurer leur subsistance. En 2013, il occupait le 163e rang sur 187 pays pour ce qui est de l'indice du développement humain établi par le Programme des Nations Unies pour le développement. La distribution de la richesse y est très inégale, le taux de pauvreté étant plus élevé en milieu rural.

Le Sénégal compte actuellement environ 14,13 millions d'habitants, dont 53 p. cent ont moins de 20 ans et 55 p. cent habitent en milieu rural. Le pays affiche un faible taux de productivité et des taux de chômage et de sous-emploi très élevés, surtout chez les jeunes. Tous n'ont pas accès à une éducation de base et l'analphabétisme est très répandu, plus particulièrement chez les femmes et les filles. La détérioration de l'environnement nuit au développement dans certaines régions, où la sécurité alimentaire est menacée notamment par l'érosion accélérée, la salinisation et la disparition de la couverture végétale. La sécheresse au Sahel  expose le Sénégal à des crises alimentaires et nutritionnelles récurrentes.

Le Sénégal joue un rôle de premier plan sur le continent africain. Il est un exemple de démocratie et de stabilité politique en Afrique de l’Ouest. La transition au pouvoir qui a suivi les élections présidentielles de mars 2012 et les élections législatives de juillet 2012 démontre la maturité de la tradition démocratique du Sénégal.

Dans sa nouvelle stratégie pour la croissance économique et la réduction de la pauvreté, « le Plan Sénégal Émergent » (PSE), présenté en février 2014, le Sénégal a défini ses priorités de développement en fonction des trois principaux grands axes suivants :

  • Croissance et développement de nouveaux secteurs créateurs de richesses, d’emplois et d’inclusion sociale
  • Amélioration des conditions de vie des populations et lutte contre les inégalités sociales
  • Gouvernance, institutions, paix et sécurité (incluant les droits de la personne)

Aide au développement

Le Sénégal est un des 25 pays ciblés par le gouvernement du Canada en ce qui concerne les efforts de développement international. Depuis 1969, le Canada est un partenaire de développement du Sénégal et y a investi plus de 1,2 milliard de dollars dans le cadre de l’aide publique au développement.

Les activités du Canada au Sénégal visent à réduire la pauvreté et à favoriser une croissance économique durable et inclusive dont profiteront tous les Sénégalais et Sénégalaises; cet objectif concorde avec celui énoncé dans le Plan Sénégal Émergent.

La stratégie pays pour le Sénégal (PDF, 102 Ko, 9 pages) oriente les appuis du Canada en matière d’aide au développement et l’action est ciblé par rapport aux thèmes prioritaires canadiens que sont les enfants et les jeunes ainsi que la sécurité alimentaire. La gouvernance, l’environnement et l’égalité entre les sexes sont abordés de façon transversale dans toutes les interventions du Canada au Sénégal. La croissance économique durable fait également partie de manière grandissante de l’intervention canadienne.

Le 12 novembre 2013, le Canada et le Sénégal ont signé le Cadre de responsabilité mutuelle en matière de coopération au développement. Cette entente est la première de cette nature en matière de coopération canadienne. L’objectif du Cadre consiste à réitérer les bases d’une coopération durable empreinte de transparence et d’efficacité. Le Cadre comprend des engagements clairs, des résultats escomptés et des processus rigoureux de suivi.

Priorités de l’aide au développement

Enfants et jeunes

Le Canada contribue à l’atteinte des objectifs suivants :

  • Améliorer la qualité de l'éducation
  • Améliorer la gestion de l'éducation de base et accroître l'accès à cette éducation, plus particulièrement pour les filles

Principaux résultats escomptés

  • Hausser le taux brut de scolarisation des filles et des garçons dans le système d'éducation de base du Sénégal
  • Augmenter le pourcentage de filles et de garçons qui terminent l'école primaire
  • Augmenter le nombre d'enseignants qui reçoivent une formation selon l’approche par compétences
  • Mettre en œuvre le nouveau programme d'éducation de base dans les 7 500 écoles du pays
  • Créer un environnement scolaire plus sécuritaire et plus propice à l’apprentissage

Sécurité alimentaire

Le Canada contribue à l’atteinte des objectifs suivants :

  • Hausser la production des petits agriculteurs
  • Diversifier la production et accroître la mise en marché
  • Favoriser l'accès au microcrédit dans les régions rurales

Principaux résultats escomptés

  • Accroître, diversifier et mieux mettre en marché la production agroalimentaire grâce à l'amélioration de la productivité chez 16 000 petits producteurs des régions de la Casamance, des Niayes et du Fleuve Sénégal.
  • Améliorer l’accès aux marchés, incluant à des marchés plus rémunérateurs, au profit des producteurs et des transformateurs agricoles.
  • Donner aux exploitants et aux entrepreneurs agricoles, femmes et hommes, un meilleur accès à la microfinance.

Vers une aide plus efficace

L'harmonisation et la coordination de l'aide des donateurs, sous la direction du gouvernement du Sénégal, s'améliorent chaque année, si bien que ce dernier assume de plus en plus la responsabilité du développement et que la coopération des donateurs est de plus en plus efficace.

Il y a un bon partage des tâches entre les donateurs qui contribuent à l’essor du Sénégal. Le Canada préside le groupe de donateurs fournissant un appui budgétaire conditionnel au Sénégal et préside le groupe du G7 appuyant la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition. Le Canada est également coordonnateur des donateurs du mouvement « Scaling-up Nutrition » au Sénégal, et il compte parmi les principaux donateurs bilatéraux dans le domaine de l'éducation, ce qui lui donne l'occasion de contribuer davantage à l’amélioration de l'organisation et de l'harmonisation de l'aide.

Réalisations

2013-2014

Réalisations en 2013-2014

Enfants et jeunes

  • Les inscriptions scolaires ont atteint 1,8 million de Sénégalais en 2013.
  • Les enfants sénégalais sont maintenant plus nombreux à terminer le cycle primaire, avec un taux d’achèvement de 66,5 p. cent (2013) et cela particulièrement chez les filles (70,8 p. cent de filles contre 60,9 p. cent de garçons). Cette hausse s'explique notamment par une offre éducative mieux répartie et une baisse des taux d'abandon et de redoublement.
  • L’ensemble des enseignants du primaire, soit 53 000 enseignants, dont 17 500 femmes, et quelque 7 809 directeurs et directrices ont reçu la formation en approche par compétences, un modèle canadien.
  • Le Canada a également permis d’améliorer plus directement les conditions d’apprentissage de plus de 75 187 élèves, dont 36 332 filles, dans 451 écoles, en y améliorant l’environnement physique et en offrant des rations alimentaires.
  • Les actions en matière de promotion de l’égalité entre les sexes ont également porté fruit, si bien que le nombre de filles au primaire est maintenant supérieur à celui des garçons (98,6 p. cent de filles contre 89,5 p. cent de garçons).
  • Les effectifs en formation professionnelle et technique sont en croissance et se sont élevés à 48 000 en 2013, contre 37 516 en 2011, entre autres dans les domaines de la mécanique, de l’électricité, de l’informatique, du froid et de la climatisation, de la restauration, de la coiffure et de la couture.
  • Le Canada a aidé le gouvernement du Sénégal à moderniser ses processus d’approvisionnement en manuels scolaires. Cet appui prévoit la distribution sur quatre ans de quelque 4,5 millions de manuels scolaires à 1,8 million d’élèves de tous les niveaux de l’école élémentaire au Sénégal, ce qui met fin à une pénurie chronique en manuels scolaires partout au pays. Pour la rentrée scolaire de 2014, le Canada a contribué à l’ensemble du processus d’achat en offrant plus de 1,4 million de manuels scolaires de français et de mathématiques et en les distribuant à l’échelle nationale.
  • En plus d’améliorer de façon radicale les conditions d’enseignement des écoles élémentaires, le manuel scolaire constitue de façon avérée l’un des outils ayant le plus d’impact sur la qualité de l’apprentissage par les élèves.

Sécurité alimentaire

  • Au total, le Canada a appuyé 102 000 producteurs, dont plus de 54 400 femmes, sous une forme ou une autre dans les Niayes, la Casamance et la Vallée du Fleuve Sénégal.
  • Au total, le Canada a facilité la formation d’environ 12 000 producteurs, dont plus de 6 500 femmes. Cette formation a permis d’améliorer les pratiques agricoles dans plusieurs secteurs de production, dont le miel, l’anacarde (noix de cajou), la mangue, les fruits forestiers, le bois de filao, etc.
  • Le Canada a contribué à l’augmentation de la production de riz paddy dans le delta de la Vallée du Fleuve Sénégal, passant de 25 000 tonnes en 2008 à 56 917 tonnes en 2013, ce qui a permis aux agriculteurs d’augmenter de 53 p. cent leurs revenus au cours de la même période (de 255 971 FCFA par hectare à 391 431 FCFA par hectare).
  • Cette augmentation de la production comptait pour 17 p. cent de la production nationale du Sénégal en 2013, et elle a contribué à combler le fossé séparant le pays de l’autosuffisance. Cette hausse équivaut à la consommation annuelle d’environ 400 000 personnes et à 3,6 p. cent de l’écart comblé pour atteindre l'autosuffisance.
  • Le Canada a facilité la création de 461 emplois, dont 272 réservés aux femmes, dans les filières du miel, de l’anacarde et de la production fruitière, dans le cadre de la transformation en Casamance.
  • Le Canada a favorisé la création de 2 617 emplois, dont 1 496 sont occupés par des femmes, dans le secteur de l’exploitation et de la transformation agricoles.
  • Au total, le Canada a permis d’informatiser 72 institutions de microfinance, réparties sur 226 sites, soit un total d’environ 190 000 membres.
  • L’appui du Canada a permis de distribuer des bons d’achats alimentaires à 58 613 bénéficiaires, dont 31 065 femmes, et de mettre en place 160 banques céréalières au profit de 96 000 bénéficiaires, dont 59 520 femmes, améliorant l’accès aux denrées alimentaires et augmentant le taux de consommation alimentaire des ménages de 6 à 34 p. cent dans les régions de Ziguinchor, Kolda, Sédhiou, Matam, Tamba, Kédougou, Kaolack, Fatick, Louga et Saint Louis.
  • La contribution du Canada a permis de prendre en charge 2 850 enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition aigüe sévère et de 38 504 enfants âgés de 6 à 23 mois souffrant de malnutrition aigüe modérée.

Nouvelles

Liens connexes