Assistance alimentaire

Lutter contre la faim dans le monde

Dans le monde, près de 870 millions de personnes n'ont pas accès à une quantité suffisante de nourriture de qualité, en raison de conflits, de catastrophes naturelles et de la pauvreté chronique.

Le Canada vient en aide aux personnes vulnérables en finançant deux types d'assistance alimentaire :

  • L'assistance alimentaire d'urgence, qui constitue une intervention à court terme pour répondre aux besoins alimentaires immédiats des populations touchées par des catastrophes naturelles, des crises ou des conflits, notamment les réfugiés et les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays.
  • L'assistance alimentaire dans un contexte de développement, qui vise à aider, à moyen et long terme, les personnes vulnérables à acquérir des moyens de subsistance — ou à améliorer ceux qu'elles possèdent — et à devenir autonomes, éléments essentiels d'un développement durable.

Accroître la sécurité alimentaire est l’un des trois thèmes prioritaires qui orientent le travail du Canada en développement international. Soutenue par l'engagement que le gouvernement du Canada a annoncé au Sommet du G-8 de 2009, la stratégie sur la sécurité alimentaire comporte trois volets :

En novembre 2012, le Canada a ratifié la nouvelle Convention relative à l'assistance alimentaire.

Les fonds du Canada au chapitre de l'assistance alimentaire sont distribués par l'intermédiaire de deux mécanismes principaux : le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies et la Banque canadienne de grains (en anglais). En octobre 2011, le Canada a annoncé un soutien additionnel à la sécurité alimentaire mondiale par l'entremise de ces deux organisations, qui s'élevait à 350 millions de dollars sur cinq ans. Cette contribution aidera le Canada à atteindre ses objectifs en ce qui a trait à la sécurité alimentaire.

 
Logo du Programme Alimentaire Mondial

Le Programme alimentaire mondial est le plus important organisme d'aide humanitaire du monde. En 2012, le PAM a nourri plus de 97,2 millions de personnes dans 80 pays, et a permis à 24,7 millions d'enfants de participer à des initiatives d'alimentation en milieu scolaire . Le Canada est le troisième donateur en importance au PAM, avec une contribution totale de 383 millions de dollars.

 
Tiges de blé

La Banque canadienne de grains (en anglais) fournit une assistance alimentaire (en argent, en grains ou en denrées agricoles autres) ainsi qu'une aide au développement aux personnes démunies au nom de 15 organismes confessionnels canadiens. Il s'agit de la principale organisation non gouvernementale canadienne œuvrant dans le domaine de l'assistance alimentaire. La Banque est reconnue comme un centre d'expertise au chapitre de l'assistance et de la sécurité alimentaires. En 2011-2012, la Banque canadienne de grains, avec l'appui du Canada, a distribué 40 849 tonnes métriques de denrées alimentaires et de semences à 2,2 millions de bénéficiaires dans 36 pays.

 

« Comme nous sommes à un moment crucial dans la lutte contre la faim, l'investissement et le leadership du Canada pour que l'action mondiale soit efficace permet non seulement de sauver des vies, mais aussi d'aider à briser le cercle de la faim et de la malnutrition. » (Traduction)

— Josette Sheeran, directrice exécutive du PAM,
le 26 octobre 2011

Délier l'assistance alimentaire

People watering crops © WFP/Benedicte Pansier

Dans la région de Kaffrine, au Sénégal, un programme du PAM financé par le Canada favorise la création de jardins dans les écoles. Les fruits et légumes cultivés s'ajoutent aux rations de nourriture fournies par le PAM pour les élèves.

Jusqu'à récemment, en 2007, plus de la moitié de l'assistance alimentaire canadienne acheminée vers les pays en développement devait être achetée au Canada. Mieux connue sous l'appellation d'aide liée — cette aide n'est ni efficace, ni économique. L'aide liée mine la capacité des agriculteurs dans les pays en développement de produire ou d'acheter eux-mêmes des biens. Elle retarde aussi l'acheminement de l'aide vers ceux qui en ont tant besoin.

Le Canada a délié tout son budget d'assistance alimentaire en 2008. Il ouvre ainsi 100 % de son budget en matière d'assistance alimentaire pour s'approvisionner sur les marchés internationaux et privilégie l'achat de vivres dans les pays en développement.

Étant donné que les prix des aliments et du carburant continuent d'atteindre des niveaux sans précédent, le fait d'offrir aux partenaires du Canada la possibilité de s'approvisionner à l'échelle locale et régionale réduit grandement les coûts de transport. Ces économies leur permettent d'acheminer une plus grande quantité de nourriture à un plus grand nombre de personnes.

En levant les restrictions relatives à la provenance des aliments, le Canada favorise le développement des marchés locaux et régionaux et, surtout, accroît la rapidité, l'efficacité et l'efficience de l'assistance alimentaire canadienne.

« Nos organismes membres, partenaires mondiaux et défenseurs partout au pays sont profondément reconnaissants de cet appui soutenu. Celui-ci nous permet de fournir une assistance alimentaire, entre autres formes d'aide, à un bien plus grand nombre de personnes, et ce, au moment voulu. Le partenariat de longue date avec l'ACDI nous a permis de réagir à la crise alimentaire en Afrique de l'Est bien avant que cette situation ne fasse les manchettes, et nous permettra, bien longtemps après, de continuer à fournir une aide au cours du processus de rétablissement. » (Traduction)

— Jim Cornelius, directeur général de la Banque canadienne de grains, le 26 octobre 2011