Pratiques exemplaires pour les organisations canadiennes - Initiative des Stages internationaux pour les jeunes Autochtones (SIJA)

Processus de recrutement et critères d'admissibilité

  • Mener des processus de sélection approfondis et complets :
    • Organiser des entrevues en personne, lorsque c'est possible.
    • Poser des questions difficiles afin d'évaluer la santé du stagiaire (mentale et physique), les antécédents personnels, les capacités d'adaptation et le niveau de maturité.
    • Préciser les attentes du candidat ainsi que ses responsabilités et ses besoins financiers.
    • Préparer les éventuels stagiaires à composer avec le stress et à respecter les engagements pris.
  • Investir dans des réseaux et des activités de sensibilisation auprès des collectivités autochtones.
  • Fournir des options et des renseignements sur la façon dont les jeunes parents peuvent participer aux stages.
  • Communiquer la liste des candidatures solides à d'autres organisations une fois votre processus de recrutement terminé.

Formation de pré-départ

  • Tenir la formation en milieu rural et / ou dans les collectivités autochtones.
  • Veiller à inclure les éléments suivants dans la formation de pré-départ :
    • Renseignements sur la gestion de projet et le développement international
    • Renseignements détaillés sur les organisations canadiennes, le pays d'accueil et l'organisation d'accueil
    • Formation linguistique approfondie (de préférence pendant toute la durée du stage)
    • Attentes quant à la conduite professionnelle, lignes directrices sur le comportement, y compris les répercussions et les conséquences si les attentes ne sont pas respectées
    • Travail d'équipe
    • Sensibilisation aux réalités culturelles entre les stagiaires et les protocoles (autochtones) au sujet de la non-discrimination
    • Sensibilisation aux principes financiers, incluant l'établissement d'un budget selon le contexte propre à chaque pays et les frais de subsistance nécessaires
    • Recommandations sur les effets à emporter, les exigences relatives au visa et la marche à suivre pour le renouveler
  • Faire participer les anciens stagiaires à la formation; inclure un volet autochtone à la formation et demander à un Aîné d'être présent pour aider à réduire le choc culturel.
  • Inclure des ateliers donnés par des fournisseurs de services autochtones (pour éviter, entre autres, les conflits et l'isolement).

Séance de compte rendu au retour

  • Parler aux stagiaires de leur retour au Canada lorsqu'ils sont encore dans le pays d'accueil.
  • Prévoir un volet autochtone plus important – cérémonies des Aînés ou réceptions.
  • Prévoir un nombre considérable de pauses dans les calendriers de formation).
  • Favoriser la cohérence dans le choix des animateurs (à partir de la séance de pré-départ).
  • Soutenir les stagiaires dans le processus de réintégration et, en particulier, leur éviter d'avoir l'impression de ne pas pouvoir s'intégrer (pas dès leur retour, mais une fois qu'ils auront pu retourner dans leur collectivité). Aider les stagiaires à fixer des objectifs d'intégration et procéder à des vérifications immédiatement à leur arrivée. Prévoir du temps de réflexion après le retour des stagiaires dans leurs collectivités et tenir ensuite une deuxième séance de compte rendu.

Santé et sécurité

  • Fournir des lignes directrices claires et une formation sur ce qui suit : consommation d'alcool et de drogues; procédures d'urgence/de sécurité et personnes-ressources; pratiques de voyage sécuritaires; processus d'inscription des Canadiens à l'étranger; enjeux politiques du pays hôte; conditions climatiques extrêmes possibles.
  • Encourager les stagiaires à s'entraider et à s'épauler.
  • Faire en sorte que les stagiaires puissent dire « non » en toute sécurité et les encourager à le faire, surtout lorsqu'il s'agit de leur santé et de leur sécurité.
  • Porter attention à la sécurité des déplacements entre le domicile de la famille d'accueil/le lieu d'hébergement et l'emplacement du stage (p. ex. ne pas se déplacer la nuit).
  • Tenir compte des conditions de santé préexistantes (mentale/physique) et renforcer la responsabilité des stagiaires à l'égard de leur propre santé. Être prêt à offrir un soutien aux stagiaires présentant des problèmes de santé mentale pendant le stage (p. ex. dépression, choc culturel, anxiété attribuable, problèmes personnels). Évaluer la situation de chaque stagiaire afin qu'il dispose des ressources suffisantes en cas d'urgence.

Hébergement

  • Déterminer les renseignements suivants et les communiquer aux stagiaires avant leur départ et à leur arrivée dans le pays hôte :
    • Où et comment ils peuvent avoir accès à Internet.
    • Les conditions de vie qui prévalent (p. ex. aucun accès à de l'eau potable ou à des toilettes, absence d'intimité, espaces restreints, liberté restreinte, conditions de vie associées aux dispositions déjà prises pour l'hébergement).
    • Possibilités d'hébergement (conserver le modèle de famille d'accueil comme option pour les stagiaires, fournir un choix, travailler avec l'organisation d'accueil pour trouver de l'hébergement).
    • Attentes concernant l'hébergement et la propreté des lieux, entre autres.
  • Préparer les stagiaires aux défis que pose la cohabitation (pour nombre d'entre eux, ce peut être la première fois qu'ils se retrouvent éloignés de leur famille).

Soutien sur le terrain

  • Envisager un niveau élevé de soutien sur le terrain (en tenant compte des besoins des stagiaires).
  • Faciliter l'intégration des stagiaires dans la collectivité d'accueil et les encourager à partager, tout au long de leur stage, des éléments de leur propre culture autochtone.
  • Expliquer clairement aux stagiaires ce qui constitue ou ne constitue pas un motif suffisant pour mettre fin au stage, afin de contrer la peur d'être renvoyés au pays pour avoir signalé certains problèmes.
  • Établir des liens directs de communication entre les stagiaires et les organisations canadiennes, préférablement des rencontres en personne (p. ex. Skype, et non uniquement par courriel).
  • Planifier et fournir aux stagiaires l'accès sur le terrain :
    • à une personne de leur âge avec laquelle ils peuvent communiquer pour se confier, obtenir son point de vue ou un soutien moral;
    • à un Aîné;
    • à un mentor au sein de l'organisation d'accueil;
    • aux autres stagiaires (surtout les stagiaires de l'initiative des SIJA dans le même pays, mais au sein d'organisations différentes);
    • à un traducteur qui a été informé au sujet de l'organisation d'accueil et de l'organisation canadienne.
  • Assurer un bon plan d'acheminement/de distribution des allocations de subsistance dans les régions éloignées.

Activités liées aux stages

  • Déterminer les besoins de la collectivité d'accueil et faire participer les stagiaires à des projets auxquels ils auront le sentiment d'apporter une contribution importante.
  • S'assurer que le travail sur le terrain est suffisant, qu'il est intéressant et qu'il peut être géré par les stagiaires.
  • Une fois les stagiaires recrutés, peaufiner/modifier les descriptions de travail avec ces derniers et les organisations d'accueil pour que les besoins changeants des organisations correspondent aux objectifs, aux compétences et aux besoins du stagiaire (traiter les plans de travail ou les descriptions de travail comme des documents évolutifs).
  • Concevoir un guide d'activités de rechange que les stagiaires peuvent également faire, ou préparer un processus concret pour garder le stagiaire occupé et stimulé. Garder les plans de travail souples et à jour.
  • Intégrer des activités axées sur le travail d'équipe dans le placement des stagiaires.
  • Élaborer des descriptions de stages distinctes qui demandent des niveaux différents de compétences ou d'expérience.
  • Fournir aux stagiaires la possibilité d'être placés dans une collectivité autochtone.

Activités de sensibilisation communautaire

  • Encourager les stagiaires à commencer la planification des activités de sensibilisation communautaire pendant qu'ils sont sur le terrain, et fournir des lignes directrices et des objectifs clairs à cet égard.
  • Reconnaître que les efforts des stagiaires peuvent être limités lorsque l'accès à la technologie n'est pas fiable.
  • Familiariser les stagiaires aux activités de sensibilisation communautaire. Travailler avec eux afin d'augmenter leur confiance en soi de façon à les rendre apte à partager leur expérience dans leur collectivité. Faire part des histoires de réussite pour inciter d'autres jeunes à s'intéresser et à participer aux voyages à l'étranger.
  • Fournir un soutien financier pour l'engagement du public.

Promouvoir la collaboration et faire participer les jeunes et les collectivités autochtones

  • Promouvoir une meilleure communication entre les organisations canadiennes tout au long des stages.
  • Accroître le rôle des organisations et des collectivités autochtones canadiennes; prévoir la création d'alliances ou de consortiums.  
  • Organiser des séances d'information pour les familles et les membres des collectivités intéressés à participer; sensibiliser les collectivités autochtones aux besoins qu'auront les stagiaires pour un soutien, avant, pendant et après leur stage.
  • Fournir un accès libre aux Aînés et favoriser leur participation tout au long des stages (pour aider à transmettre de précieux enseignements, promouvoir les aptitudes au leadership, ouvrir les voies de communication, et inspirer un comportement modèle).
  • Avoir recours aux anciens stagiaires de l'initiative des SIJA lors des séances de formation avant le départ, à titre de soutien pendant le stage, de même que lors du retour des stagiaires au Canada.