Comment agissez-vous pour un monde meilleur?

J'agis pour un monde meilleur! - Envoyez-nous votre témoignage

Histoires par thème

Comment agissez-vous pour un monde meilleur?

Vous avez participé à un projet de développement international qui a changé les choses dans un pays en développement? Vous avez rendu la vie de quelqu'un meilleure? Nous voulons connaître votre histoire et vos réalisations!

Envoyez-nous votre témoignage

Histoire vedette

Une collectivité albertaine aide les agriculteurs de pays en développement

Leo Seguin de Westlock (Alberta)

Leo Seguin était un jeune agriculteur lorsque, dans les années 1980, il a vu un reportage télévisé sur la famine en Éthiopie. Pour aider, il a communiqué avec la Banque canadienne de grains et a organisé des campagnes de collectes de céréales avec d’autres agriculteurs de Westlock, en Alberta. Depuis, chaque année, cette collectivité envoie des céréales à la Banque canadienne de grains, qui les vend sur le marché canadien et utilise le montant des recettes pour mettre en œuvre des programmes d’aide au développement dans des pays en développement.

En 1996, Leo a participé à un voyage d’études en Éthiopie, organisé par la Banque canadienne de grains. Un projet d’irrigation l’a particulièrement marqué. « Nous avons roulé pendant des kilomètres dans un paysage particulièrement sec et désertique», se souvient-il. « Puis nous sommes arrivés dans une oasis où des bananes et des papayes poussaient. » Léo a vu comment ce projet avait contribué à accroître la production de nourriture et a invité ses amis agriculteurs de Westlock à s’impliquer. Depuis, les habitants de Westlock ont parrainé 18 projets d’irrigation dans la région isolée de l’Afar en Éthiopie, lesquels ont permis d’aider entre 300 000 et 400 000 personnes à mener une vie plus saine et plus productive.

* Données fournies en date de juin 2015

Pour en savoir plus :

Éducation

Des ressources éducatives pour les enfants du Ghana

Heather Aku Fancourt de Okotoks (Alberta)

Le travail de Heather au Ghana a permis de mettre sur pied la bibliothèque Aku's Place for Kids au bénéfice de plus de 500 enfants n’ayant pas facilement accès à des ressources éducatives. En effet, après avoir visité le pays en 2012, Heather a constaté les besoins du village de Sogakope. Elle a collaboré avec l’organisation locale Young Adults of Ghana pour construire et mettre sur pied la bibliothèque. Heather s’occupe aussi de la collecte et de l’envoi d’articles pour les enfants grâce aux dons de Canadiens de sa région natale, l’Alberta.

Aku's Place for Kids, qui a ouvert ses portes en 2014, offre maintenant plus de 1 000 livres, plusieurs jeux éducatifs variés et des centaines de films pour enfants. Des activités de sensibilisation, sur des sujets comme l’importance de se laver les mains, font aussi partie des services offerts aux enfants par le centre.

Pour en savoir plus :

Partager le pouvoir des nouvelles technologies en Tanzanie

Cyril Ochola

Cyril Ochola de Toronto (Ontario)

Dans le cadre de ses études au Humber College, Cyril a travaillé pendant six mois en tant que spécialiste de la technologie d’Internet à l’Université de Moshi, en Tanzanie.

Il n’y avait qu’un ordinateur pour trois étudiants lorsque Cyril est arrivé à Moshi, mais l’administration de l’université a mis en œuvre un projet visant à ajouter plus de 200 ordinateurs à la disposition des étudiants. Cyril a contribué à la mise en réseau et à la configuration des nouveaux ordinateurs ainsi qu’à l’installation d’unités d’alimentation sans coupure.

Il a aussi aidé à améliorer le site Web de l’Université, ce qui a permis de réduire la charge de travail de l’administration. De plus, il a contribué à terminer la connexion à Internet de tous les édifices du campus.

Cyril est rentré au Canada « convaincu que les technologies de l’information et des communications généreront de la croissance dans les pays en développement ».

Pour en savoir plus :

  • Le travail d'Affaires mondiales Canada en Tanzanie

Formation des enseignants par des enseignants en Bolivie

Cathie Aalders-Taylor

Cathie Aalders-Taylor de Calgary (Alberta)

En 2010, Cathie Aalders-Taylor a mis sur pied un programme d'apprentissage de l'anglais à Rurrenabaque, en Bolivie, pour les résidants qui travaillent dans l'industrie du tourisme. Depuis, elle coordonne la participation d'enseignants canadiens bénévoles désireux de transmettre leurs connaissances en Bolivie. En 2013, elle a aussi conçu un programme particulier pour que des enseignants canadiens donnent des cours d'anglais à leurs homologues boliviens et leur montrent comment enseigner efficacement l'anglais à leurs étudiants. Ainsi, les enseignants locaux continuent de donner une formation en anglais après le départ des enseignants canadiens, assurant ainsi la pérennité du programme. En 2014, en plus de donner des cours d'anglais, Mme Aalders-Taylor et ses bénévoles ont offert des ateliers sur l'utilisation des dominos, des cartes et des dés dans l'enseignement des mathématiques.

Pour en savoir plus :

Appui à des organisations de défense des droits des femmes au Ghana

Kelsey Parsons

Kelsey Parsons de Oakville (Ontario)

Alors qu'elle travaillait à l'élaboration et à la mise en œuvre de la première stratégie de communication d'un organisme au Ghana qui cherche à sensibiliser les femmes à leurs droits juridiques, Kelsey a découvert qu'une école professionnelle pour les filles située en région rurale avait besoin d'aide. Bénéficiant du soutien de généreux donateurs, Kelsey a recueilli assez d'argent pour ramener l'eau courante et l'électricité à l'école, permettant ainsi aux filles de continuer à apprendre comment subvenir à leurs besoins au sein de leur collectivité.

Pour en savoir plus :

Aider les enfants du Nicaragua à compléter leur éducation primaire

Tom Affleck

Tom Affleck de Almonte (Ontario)

En 2006, Tom s'est rendu dans les régions rurales du Nicaragua et a donné des cahiers de notes et des crayons à deux jeunes filles. L'un des pères a souri et leur a dit : « Maintenant, vous pouvez aller à l'école. » Tom a alors compris qu'il avait fait bien plus que d'offrir des cahiers et des crayons à ces jeunes filles.

De retour chez lui, il fonde SchoolBOX, avec le soutien de la petite ville d'Almonte, en Ontario. Depuis, cette organisation a construit des écoles, aidé à mettre sur pied des programmes de soccer et distribué des fournitures scolaires et des livres pour les bibliothèques. À ce jour, SchoolBOX a aidé quelque 15 000 enfants à fréquenter l'école primaire et à améliorer la qualité de l'éducation qu'ils reçoivent, tout en les encourageant à rester à l'école.

Pour en savoir plus :

Améliorer l'éducation des enfants au Rwanda

Avec la permission d'Elizabeth Johnson

Elizabeth Johnson de Langley (Colombie-Britannique)

Elizabeth, Rwandaise qui vit maintenant au Canada, a réussi à amasser 150 000 $ au profit de l'école où elle a elle même étudié lorsqu'elle était enfant. C'est ainsi que des donateurs canadiens ont contribué à la construction de deux bâtiments (8 classes), de 16 latrines et d'une nouvelle cuisine qui sert des repas à 1 500 enfants, ainsi qu'à l'aménagement de petites bibliothèques dans d'autres écoles en milieu rural, auxquelles plus de 5 000 enfants ont accès jusqu'à présent.

Pour en savoir plus :

Donner de la formation aux éducatrices du Mali

Avec la permission d'Anna-Gina Bazinet

Anna-Gina Bazinet de Montréal (Québec)

Anna-Gina donne des séances de formation à plus de 30 éducatrices maliennes à Sikasso, et organise des activités communautaires de sensibilisation à l'importance de l'éducation, auxquelles plus de 100 personnes ont participé.

Pour en savoir plus :

 

Améliorer la vie des enfants au Kenya

Avec la permission de Thomas Conant

Thomas Conant de Burlington (Ontario)

Thomas a travaillé auprès de 18 écoles secondaires du district de Kakamega, au Kenya, où il a enseigné l'anglais et les compétences de base. Il a aussi aidé à construire un nouveau dortoir et une bibliothèque, et il a organisé un marathon pour communiquer un message de paix avant les élections de 2013.

Pour en savoir plus :

 

Des aliments de meilleure qualité et des clients plus satisfaits au Guyane

Avec la permission de Ralph Graham

Ralph Graham de Victoria (Colombie-Britannique)

Ralph, chef réputé qui a cuisiné pour la reine d'Angleterre, a aidé des employés de l'auberge écologique de Surama, une entreprise écotouristique communautaire, à améliorer leurs techniques de préparation des aliments et leurs habiletés en matière d'accueil, et à potentiellement faire croître leur entreprise.

Pour en savoir plus :

Favoriser le tourisme autochtone en Argentine

Avec la permission de Diane Tisdall

Diane Tisdall de Toronto (Ontario)

Dans le cadre d'un programme de stages en collaboration avec le Niagara College, Diane prépare des ateliers pour former des Autochtones sur les affaires, les ordinateurs et les premiers soins, et contribue au développement de tourisme géré par la collectivité à Yryapu.

Pour en savoir plus :

Formation d'agriculteurs dans le domaine de l'agriculture biologique durable en Zambie

Avec la permission du Frère Paul Desmarais

Frère Paul Desmarais de Stoney Point (Ontario)

Le frère Paul a créé un centre d'agriculture biologique et a contribué à former 1 500 petits exploitants agricoles de Kasisi et leur famille en vue d'augmenter le rendement des cultures, d'atténuer la faim et d'atteindre l'autonomie.

Pour en savoir plus :

 

Former des gestionnaires de la santé pour améliorer les soins de santé en Haïti

Jean-François Labadie

Jean-François Labadie de Montréal (Québec)

Jean-François Labadie a participé à un projet de l'Université de Montréal qui a permis à 275 Haïtiens de terminer leurs études universitaires en gestion de la santé et des ressources humaines. Certains de ces diplômés ont participé à l'élaboration d'un programme national de formation des sages-femmes répondant aux normes internationales. D'autres ont contribué à la mise en place d'un système d'information permettant de gérer l'assiduité et les compétences du personnel. Ces nouvelles pratiques de gestion contribuent à améliorer les soins de santé offerts partout au pays, particulièrement les soins ceux destinés aux mères et à leurs enfants.

Pour en savoir plus :

Santé des mères, des nouveaux-nés et des enfants

Améliorer la santé des enfants et des populations éloignées au Kenya

Kaitlin Atkinson

Kaitlin Atkinson de Penticton (Colombie Britanique)

Kaitlin a participé à un projet pilote visant à détruire les parasites et à contrôler les vers chez les enfants de moins de 5 ans. Le projet a été repris depuis par le gouvernement du Kenya et est maintenant offert dans 9 écoles primaires publiques.

Kaitlin a également géré l'implantation de deux cliniques mobiles de santé afin d'offrir des soins de santé et des ateliers de prévention aux habitants de deux communautés rurales éloignées des grands centres. Quelque 452 personnes ont ainsi pu consulter, la plupart pour la première fois de leur vie, un professionnel de la santé.

Pour en savoir plus :

Utilisation d'ANP en Éthiopie et au Zimbabwe pour mesurer les bébés avec plus de précision

Avec la permission de Cynthia Fallu

Cynthia Fallu de Montréal (Québec)

À titre de volontaire pour Health Bridge, Cynthia a conçu une enquête grâce à laquelle CARE Canada a pu établir des données de référence pour son projet destiné à améliorer la santé des mères et des enfants en Éthiopie et au Zimbabwe. De plus, elle a montré à 20 recenseurs locaux comment se servir d'assistants numériques personnels (ANP), des instruments de collecte de données tenant dans la main semblables aux téléphones intelligents d'aujourd'hui. Ces ANP permettent de recueillir des données, entre autres sur la taille et le poids des bébés, et de les transmettre en temps réel, ce qui fournit des renseignements cruciaux au sujet de la santé et de la nutrition des enfants.

Pour en savoir plus :

Réduction de la mortalité juvénile en Sierra Leone

Avec la permission de Wes Strickland

Wes Strickland de Nanaimo (Colombie-Britannique)

Avec l'aide de son ami sierra-léonien Aiah Gbakima, Wes a fondé le Village Medical Project for Sierra Leone Society, qui, depuis 2007, a permis de fournir des traitements médicaux gratuits aux villageois et de réduire de 82 % le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans dans le district de Kono.

Pour en savoir plus :

Santé

Un petit poisson en fer qui fait une grande différence

Christopher Charles et Gavin Armstrong de Guelph (Ontario)

Christopher Charles a passé cinq ans dans les villages de Lvea Aem et de Preak Khmeng, au Cambodge, où il a constaté de ses propres yeux les incidences de l’anémie chez les femmes enceintes. Cette insuffisance provoque le travail précoce, des hémorragies durant l’accouchement et des troubles cognitifs chez les bébés.

Charles savait qu’un petit morceau de fer ajouté à de l’eau libérerait un supplément vital de fer, mais cette idée n’était pas populaire auprès des femmes, qui s’occupent la plupart du temps de la cuisine. Lorsqu’il leur a proposé d’utiliser un poisson en fer représentant une espèce locale de poisson réputé pour porter chance, elles se sont montrées plus réceptives. Quel fut le résultat de l’utilisation du poisson de fer chanceux? L’anémie a chuté de façon spectaculaire dans le village.

Pour contribuer à mettre un poisson dans chaque casserole, un autre Canadien, Gavin Armstrong, a créé une entreprise à vocation sociale appelée « The Lucky Iron Fish » avec le soutien de Grands Défis Canada. En date de février 2015, cette entreprise avait fabriqué et distribué 6 600 poissons chanceux en fer au Cambodge, une initiative qui pourrait profiter à plus de 30 000 hommes, femmes et enfants.

Pour obtenir de plus amples renseignements :

Une coopérante volontaire de RANDSTAD en Tanzanie

Hélène Paradis

Hélène Paradis de Québec (Québec)

Hélène Paradis a passé six semaines en Tanzanie en tant que coopérante volontaire d'entreprise. Cela signifie que l'entreprise pour laquelle elle travaille au Canada, RANDSTAD, lui a accordé un congé afin qu'elle puisse partager ses compétences dans le domaine des affaires. Hélène a choisi de travailler avec le personnel du Forum sur le sida de la Tanzanie (FST), un réseau qui regroupe 57 organisations membres vouées à la cause du VIH et du sida.

Durant son séjour, Hélène a évalué le plan stratégique de FTS, fourni des conseils au personnel afin d'améliorer les services offerts aux organisations membres du réseau, trouvé des moyens pour les aider à obtenir du financement et proposé l'envoi d'un bulletin quotidien d'information aux membres.

Les employés de FTS ont désormais les outils pour mieux gérer l'organisation et communiquer plus efficacement avec leurs membres. FTS peut ainsi faire davantage de prévention et d'éducation sur le VIH et le sida, et offrir de meilleurs soins aux porteuses du VIH et du sida qui ont accès aux services du réseau.

Pour en savoir plus :

Aider des enfants à vivre une vie normale et en santé en Afrique

Rhoda Lee

Rhoda Lee d'Edmonton (Alberta)

Rhoda Lee s'est portée volontaire à deux occasions pour travailler comme infirmière sur le Mercy Ships, le plus grand navire-hôpital de bienfaisance au monde, qui offre des soins de santé transformationnelle gratuits. Elle a offert des soins médicaux et de l'aide à des patients de tous les âges, notamment à Kadiatu, qui a perdu la partie centrale de son visage à cause du noma, une maladie infectieuse qui touche surtout les enfants. Bien que cette maladie mangeuse de chair soit évitable et traitable, la plupart des personnes qui en sont affectées n'ont pas accès aux soins de santé nécessaires et des milliers d'entre elles en meurent chaque année. Avec le soutien de Rhoda, Kadiatu a reçu des traitements appropriés et elle a maintenant une chance de vivre une vie normale et en santé.

Pour en savoir plus :

Améliorer le traitement du cancer chez les enfants au Bangladesh

Megan Doherty

Megan Doherty d'Ottawa (Ontario)

De nombreux médecins au Bangladesh n'ont pas de formation précise pour traiter la douleur ou prescrire des médicaments contre la douleur aux patients atteints d'un cancer. En préparant des documents de formation simples et en fournissant un mentorat clinique au personnel, la Dre Megan Doherty s'efforce de changer les choses. Elle a aussi élaboré un programme de thérapie par le jeu pour les enfants qui ont besoin d'un traitement contre le cancer avec hospitalisation, puisque l'on reconnaît que le jeu est essentiel pour aider les enfants à gérer, sur le plan psychologique, une maladie grave et le stress.

Pour en savoir plus :

Sensibilisation des jeunes à la santé génésique au Belize

Avneet Dhillon

Avneet Dhillon de Oakville (Ontario)

Avneet a travaillé avec la Belize Family Life Association pour aider à mettre en œuvre une formation entre pairs éducateurs dans cinq écoles secondaires du pays. Elle a donné des cours à plus de 2 000 étudiants âgés de 12 à 20 ans sur la santé sexuelle et génésique. Elle a organisé 12 activités de sensibilisation communautaire comme des foires sur la santé, des émissions hebdomadaires de radio et de télévision, des visites dans les écoles et des rassemblements de jeunes dans le cadre de la Journée mondiale du sida pour mieux sensibiliser les jeunes aux enjeux liés à la santé sexuelle. Grâce à ces diverses activités, la collectivité connaît mieux les pratiques sexuelles sûres, des mythes tenaces ont été brisés et des idées fausses très répandues ont été discréditées.

Pour en savoir plus :

Un ingénieur règle des problèmes techniques et contribue à améliorer la santé des enfants et de toute la population

Pierre Rivard

Pierre Rivard de Nominingue (Québec)

Pierre a modifié les équipements d'iodation du sel, réduisant ainsi de 40 % les pannes mécaniques. Il a également offert une formation technique à 100 exploitants et rédigé un manuel d'utilisation à leur intention. Sa contribution a permis d'accroître la production de sel iodé de qualité et d'améliorer la santé de la population.

Une carence en iode affecte le développement du cerveau et diminue le quotient intellectuel de populations entières. Le sel iodé de qualité permet de prévenir les déficiences mentales, notamment chez les enfants.

Pour en savoir plus :

Eau et assainissement

Construction d'un puits au Kenya

Kinsey Brockie, Mississauga (Ontario)

Kinsey et ses collègues étudiants de l'Université McGill s'emploient à amasser 15 000 $ pour la construction d'un puits à Utoo, lequel permettra d'approvisionner en eau potable 1 000 familles qui doivent actuellement marcher pendant six heures pour puiser leur eau.

Pour en savoir plus :

  • Site Web It Is Well (en anglais), créé par des étudiants de l’Université McGill
  • Le travail d'Affaires mondiales Canada au Kenya

Une invention canadienne redessinée pour approvisionner les Cambodgiens en eau potable

Carolyn Truong

Carolyn Truong de Toronto (Ontario)

Carolyn Truong, ingénieure environnementale en formation d'origine cambodgienne mixte, a fait sept mois de bénévolat auprès de l'ONG locale Clear Cambodia afin d'aider à améliorer l'accès des populations rurales du Cambodge à de l'eau potable. Le défi consistait à adapter la technologie canadienne de filtration lente sur sable, employée habituellement à petite échelle dans les ménages, afin d'approvisionner en eau de grandes installations, comme des écoles.

Après des mois d'essais et de consultations auprès des collectivités, Carolyn et une équipe de collègues canadiens et cambodgiens n'ont pas seulement redessiné la technologie, mais ont en outre créé un manuel de l'utilisateur et un programme entier dont l'objectif est de doter les salles de classe de services d'assainissement et d'hygiène et de les approvisionner en eau potable. Carolyn a participé à la mise en œuvre de deux prototypes. L'un d'eux a été installé dans une école de plus de 300 élèves et l'autre, dans les installations de Clear Cambodia où 25 personnes travaillent. Depuis que Carolyn est revenue au Canada, Clear Cambodia a mis en œuvre le nouveau système dans 72 écoles.

« J'ai appris énormément de choses. Pour travailler à l'international, il faut de la créativité, une capacité d'adaptation et une pensée critique. Je commence à peine à acquérir ces compétences, et j'espère continuer de les perfectionner au fil du temps », a indiqué Carolyn.

Pour en savoir plus :

Carolyn a pris part à ce projet en tant que jeune professionnelle, dans le cadre du Programme de stages internationaux pour les jeunes d'Affaires mondiales Canada.

De l'eau propre pour une collectivité éloignée du Salvador

Shelley DeCoste

Shelley DeCoste de Calgary (Alberta)

Shelley s'est rendue dans le village de Hoja de Sal, au Salvador, pour y fabriquer, installer et surveiller des filtres d'eau.

L'équipe canadienne de Shelley, mise sur pied par Samaritan's Purse Canada, et l'équipe locale Agua Viva, ont fabriqué et installé une centaine de filtres et en ont surveillé quelque 200 autres. Pendant les travaux d'installation, Shelley a eu l'occasion de visiter des familles et des enfants et d'observer les conditions difficiles dans lesquelles ils vivent. En guise de remerciement au dirigeant de la collectivité et aux familles d'accueil pour leur hospitalité, Shelley a eu l'idée de peindre le centre communautaire local pendant le séjour de l'équipe, afin que tous puissent en profiter durant de nombreuses années à venir.

Pour en savoir plus :

Faire participer une classe d'élèves canadiens au développement

Avec la permission de Paul Stinson

Paul Stinson de Craik (Saskatchewan)

Paul, professeur à Davidson School, encourage ses élèves à changer les choses dans le monde et dans leur communauté. Ses élèves ont participé à la collecte de fonds de Free the Children pour le programme Pennies for change. Plus de 200 $ ont été amassés pour fournir de l'eau potable à 15 personnes vivant au Kenya. Ils ont aussi créé un petit potager et ont distribué leurs tomates, haricots, carottes, concombres et fraises dans la communauté de Davidson.

Pour en savoir plus :

Croissance économique et innovations

Partager son expertise en communication au Honduras

Jody Paterson

Jody Paterson de Victoria (Colombie-Britannique)

Jody a travaillé au Honduras durant deux ans comme agente en communication. Elle a préparé et mis en œuvre un plan et des outils de communication destinés à la Comision de Accion Social Menonita (CASM), une organisation locale partenaire de CUSO International. Le plan visait à faire connaître le travail de la CASM, qui aide les collectivités défavorisées à prévenir l'insécurité alimentaire, à exercer les droits de la personne, à augmenter le revenu familial et à renforcer la capacité d'atténuer les effets des désastres naturels.

Grâce à l'aide de Mme Paterson, la CASM a maintenant des sites Web et des pages Facebook pour chacune de ses sept régions ainsi que des vidéos et une banque de données d'environ 500 photos de ses projets. Les membres de l'organisation ont aussi acquis de nouvelles connaissances en communication. Ils sont également capables de mettre à jour les outils leur permettant de partager leur travail, aidant ainsi à réduire la pauvreté et à sensibiliser la population.

Pour en savoir plus :

Autonomisation de jeunes en Ouganda au moyen de solutions locales

Daphne Nederhorst

Daphne Nederhorst de Vancouver (Colombie-Britannique)

Depuis l'âge de sept ans, Daphne Nederhorst se dévoue pour donner une voix aux champions méconnus qui, même s'ils vivent dans une pauvreté extrême, ont trouvé des solutions simples pour surmonter leur pauvreté et aider leur collectivité à s'en sortir. Mme Nederhorst a fondé Sawa World pour faire connaître des solutions pratiques conçues à l'échelle locale qui fonctionnent, indépendamment des organismes de bienfaisance ou de l'aide étrangère. Ces solutions pour contrer la pauvreté sont expliquées dans de courtes vidéos, puis transmises à des jeunes vulnérables et sans emploi. De 2011 à 2014, les reporters de Sawa World en Ouganda ont produit plus de 150 vidéos vues par plus de 15 032 personnes défavorisées, les inspirant à reproduire ces solutions dans leur collectivité.

Pour en savoir plus :

Donner les moyens d'agir aux apiculteurs Zambiens grâce à un partenariat innovateur

Liz Connell et Paul Whitney

Liz Connell et Paul Whitney d'Ottawa (Ontario)

Liz et Paul ont créé l'entreprise African Bronze Honey Project en 2013. Inspirés par un ami, Dan Ball, qui a donné une formation en apiculture à 6 000 personnes en Zambie, ils commercialisent le miel zambien au Canada et visent à générer suffisamment de profit pour former 6 000 apiculteurs de plus.

Ils font équipe avec des écoles canadiennes et des organismes sans but lucratif pour vendre ce miel dans le cadre d'activités de financement. Les apiculteurs sont payés au prix du marché international pour leur miel, et 25 % du prix de vente est versé au programme de formation en apiculture ou à des partenaires canadiens sans but lucratif. Environ 10 % est réinvesti dans la création de nouveaux produits.

Pour en savoir plus :

L'autonomisation des femmes au Burkina Faso

Avec la permission d'Oumou Nomoko

Oumou Nomoko de Gatineau (Québec)

Oumou aide l'Association Munyu des Femmes de la Comoé, au Burkina Faso, à établir quatre micro-entreprises pour faire augmenter le revenu des femmes de 20 %. Elle offre aussi son aide pour donner de la formation aux femmes membres de l'association afin qu'elles atteignent l'autonomie financière.

Pour en savoir plus :

Mettre en commun des compétences en Tanzanie

Avec la permission de Kelly Galloway-Sealock

Kelly Galloway-Sealock de Kitchener (Ontario)

Kelly collabore avec la ville de Morogoro afin de travailler à des projets de développement économique locaux, comme la création de corridors économiques pour relier les collectivités rurales et urbaines.

Pour en savoir plus :

 

Sécurité alimentaire

Des « familles modèles » montrent la voie à suivre vers une meilleure alimentation

Diane Baik

Diane Baik de Waterloo (Ontario)

La nutritionniste, Diane Baik, forme des intervenants en Zambie pour assurer la mise en œuvre d'un programme d'alimentation fondé sur le principe suivant : dans chaque collectivité, malgré les difficultés liées à la pauvreté, certaines familles réussissent à élever des enfants en les nourrissant adéquatement. Les intervenants formés transmettent aux membres de la collectivité ce que ces « familles modèles » font différemment et ils les aident à créer des repas nutritifs. Le programme entraîne l'amélioration durable de l'alimentation des enfants et permet aux familles d'être en meilleure santé.

Pour en savoir plus :

Améliorer la production maraîchère biologique en Haïti

Mathieu Roy

Mathieu Roy de Montréal (Québec)

Le conseiller en agronomie Mathieu Roy a passé près d'un an en Haïti et a formé une équipe composée d'un agronome-coordonnateur et de six techniciens agricoles haïtiens. Il a aménagé neuf jardins-écoles afin de leur enseigner de nouvelles techniques de production de légumes biologiques visant l'amélioration de la productivité générale (compostage, fertilisation, taille, rotation des cultures, etc.). L'équipe haïtienne est maintenant responsable de la gestion de ces jardins, en collaboration avec les représentants des neuf associations paysannes de la commune de Marigot, qui ont cédé les parcelles de terrain nécessaires à ce projet.

Pour en savoir plus :

La réhabilitation de marais de vallées intérieures pour améliorer la production alimentaire

Vasile Klaassen

Vasile Klaassen de Calgary (Alberta)

Vasile a travaillé en Sierra Leone dans 11 collectivités en tant que volontaire de CUSO, où elle a contribué à l'amélioration de la production de riz et de légumes dans le district de Kenema. Elle a formé 22 jeunes de l'endroit afin d'améliorer les pratiques agricoles durables grâce à la construction de structures de gestion de l'eau permettant d'optimiser l'utilisation des systèmes de cultures tout au long de l'année. Depuis, ces pratiques ont été adoptées dans l'ensemble du pays et aujourd'hui, une plus grande quantité de nourriture est produite et plus de familles peuvent payer leurs frais de scolarité grâce à la vente de leur production supplémentaire.

Pour en savoir plus :

Amélioration de la nutrition des enfants de la Bolivie grâce à des jardins potagers

Avec la permission de Jean Beaudry

Jean Beaudry de Saint-Bruno-de-Montarville (Québec)

Jean a aidé 80 familles dans huit quartiers défavorisés de la ville de Riberalta à aménager un potager pour y cultiver les fruits et les légumes dont ils avaient besoin pour protéger leurs enfants contre la malnutrition, et ce, en une année seulement.

Pour en savoir plus :

Accroître la sécurité alimentaire au Mozambique

Avec la permission de Lise Hamilton

Lise Hamilton de Calgary (Alberta)

Lise contribue au suivi et à l'évaluation de projets pour améliorer les méthodes de plantation et de conservation employées par les agriculteurs, et pour leur permettre d'accroître leur productivité et de fournir plus d'aliments à leur famille, à Pemba.

Pour en savoir plus :

Un stagiaire de la Nouvelle-Écosse fait la promotion du développement international

Paul Manning

Paul Manning de Bible Hill (Nouvelle-Écosse)

En 2010, Paul s'est rendu en Éthiopie pour travailler à un projet de développement international avec l'Université Dalhousie. Le projet avait pour but d'accroître la quantité d'aliments disponibles pour la population locale.

À son retour, Paul a présenté quelque 20 conférences au cours desquelles il a invité les participants à œuvrer en faveur du développement international. Paul poursuit actuellement des études au Royaume-Uni, et il continue de s'impliquer activement dans des initiatives de développement international.

Pour en savoir plus :

Environnement

Un ingénieur forestier aménage des forêts durables en Zambie

Garry Brooks de Victoria (Colombie-Britannique)

Lorsque Garry Brooks est allé en Zambie en 2002, il a reçu tout un choc. Comment pouvait-il parler de reboisement à des personnes qui n’avaient ni eau potable, ni école, ni soins de santé? Malgré tout, il a lancé l’année suivante le projet African Community afin d’aider des collectivités rurales à implanter des forêts communautaires durables.

Au début, Garry et son équipe plantaient environ 5 000 arbres par an, mais les villageois ne comprenaient pas comment des arbres qui prennent plus de 50 ans à atteindre la maturité pouvaient leur être utiles. L’équipe a alors opté pour des arbres à croissance rapide, prêts pour la coupe en plus ou moins trois ans et pouvant servir à court terme à la combustion, la fabrication de paniers et différents autres usages. Dès lors, les villageois se sont intéressés aux travaux et y ont participé.

Depuis, des millions d’arbres ont été plantés. Des barrages ont été édifiés afin de créer des réservoirs d’eau pour irriguer les plantations, des pépinières ont été aménagées et des programmes éducatifs sur l’environnement ont été mis en place. De plus, comme le projet visait également à résoudre des enjeux locaux, il a ouvert la voie à la construction d’écoles, à l’amélioration des services de santé de base et à la création de petites entreprises agricoles.

À ce jour, 11 forêts communautaires ont été créées, au profit de plus de 20 000 personnes.

Pour obtenir de plus amples renseignements :

Apprendre aux enfants à protéger l'environnement au Nicaragua

Kelsie Wright et trois autres stagiaires canadiennes

Kelsie Wright d'Orillia (Ontario)

Kelsie et trois autres stagiaires canadiennes ont organisé une journée de sensibilisation à l'environnement qui a permis de joindre environ 200 enfants nicaraguayens dans trois collectivités, soit Pearl Lagoon, Raitipura et Haulover. Par l'entremise de différentes activités – vidéo, livre géant, jeux et créations artistiques – des élèves de première et de deuxième année ont appris autant qu'ils ont ri. Ils sont maintenant mieux outillés pour protéger l'environnement, les tortues de mer et les ressources naturelles dans leurs collectivités.

Pour en savoir plus :

Prévenir les catastrophes naturelles au Bénin

Avec la permission de Geneviève Sylvestre

Geneviève Sylvestre de Berthierville (Lanaudière), Québec

Geneviève aide au renforcement des capacités de partenaires locaux pour mieux prévenir et gérer les catastrophes naturelles, comme des inondations qui ont touché les 42 villages de la Commune de Sô-Ava et un incendie et une épidémie de choléra qui ont frappé l'un de ces villages.

Pour en savoir plus :

Transformer des déchets en trésor au Nicaragua

Avec la permission de Gary Buchanan

Gary Buchanan d'Athabasca County (Alberta)

Gary fournit des conseils sur le développement économique et aide à convertir des rebuts de papier en briquettes de cuisson, lesquelles permettront de réduire le déboisement et de créer de nouveaux emplois à Somoto.

Pour en savoir plus :

 

Informer les agriculteurs sur les changements climatiques grâce à des émissions de radio de qualité

Sylvie Harrison

Sylvie Harrison d'Ottawa (Ontario)

Sylvie, qui se spécialise en radiodiffusion, a travaillé dans le cadre du projet CHANGE (Climate Change Adaptation in Northern Ghana Enhanced), en partenariat avec quatre stations de radio dans trois régions du Ghana. Le projet visait à proposer des émissions de radio plus éducatives et de meilleure qualité en utilisant des vox pop et de courtes pièces dramatiques pour mieux capter l'attention des auditeurs. Ces programmes ont permis de donner aux agriculteurs de l'information sur les changements climatiques et sur les technologies agricoles sans risque pour le climat. Avec ces nouvelles techniques, les agriculteurs de sexe masculin et féminin sont en mesure de prendre des décisions éclairées relativement aux pratiques agricoles durables.

Pour en savoir plus :

Assistance humanitaire

Aider les Népalais – avant et après le séisme

Elsie James, High River (Alberta)

En 2009, Elsie James a célébré son 75e anniversaire au camp de base du mont Everest, au terme d’une randonnée de 23 jours. La randonnée visait à amasser des fonds pour rénover un centre de répit à Katmandu pour les familles d’enfants malades.

Bénévole depuis plus de sept ans au sein de Medical Mercy Canada (MCC à titre de gestionnaire de projets au Népal, Elsie a, notamment, contribué à la création d’un orphelinat à Katmandou et à la mise en œuvre d’un programme de mentorat agricole destiné aux jeunes de Dhading Besi.

Le séisme du 25 avril dernier a causé des dommages considérables aux projets de MMC au Népal. Elsie sait que le travail de reconstruction sera long, mais pas question de baisser les bras! Elle poursuivra ses efforts pour aider les Népalais.

Pour en savoir plus :

Crise de l’Ebola : dissiper la peur en Sierra Leone

Garth Tohms, Winnipeg (Manitoba)

En tant que travailleur humanitaire de la Croix-Rouge canadienne, Garth Tohms a aidé des gens à divers endroits. Il a travaillé comme technicien de l’eau et de l’assainissement au sein de l’équipe de réponse aux urgences aux Philippines et au Soudan du Sud, et plus récemment, au Centre de traitement de l’Ebola en Sierra Leone.

Pendant un mois, Garth a travaillé en étroite collaboration avec le personnel local pour assurer l'approvisionnement en eau potable et en électricité de l’hôpital d'urgence de 60 lits. Il a tissé des liens solides avec ses collègues de Sierra Leone. Lorsque ceux-ci lui confiaient leurs craintes de contracter le virus, Garth leur répondait que leur sécurité était sa « priorité numéro un ». Il a tenu sa promesse puisqu’aucun d’eux n’a été infecté. Pour montrer leur gratitude, ses collègues lui ont offert une plaque spéciale le jour de son départ.

« Cette mission a été la plus émouvante de toutes celles auxquelles j’ai participé », nous a confié Garth. Serait-il prêt à retourner là-bas? « Certainement », nous répond-il.

Pour en savoir plus :

Travailler dans des endroits éloignés afin d'atteindre les personnes les plus vulnérables

Brett Hanley

Brett Hanley de New Glasgow (Nouvelle-Écosse)

Brett a amorcé sa carrière de travailleuse humanitaire au Tadjikistan en tant que stagiaire du Programme des stages internationaux pour les jeunes. Elle a ensuite terminé une maîtrise en action humanitaire internationale, puis a été embauchée par le Programme alimentaire mondial (PAM).

Jusqu'à récemment, elle participait aux programmes d'aide alimentaire du PAM en Éthiopie ayant pour but d'aider quelque 44 000 personnes vulnérables et 38 000 réfugiés venus du Soudan du Sud, le pays voisin. Elle travaille actuellement pour le PAM au Liban, où elle fournit de l'aide aux réfugiés syriens.

Pour en savoir plus :

Nous n'appuyons pas nécessairement les activités et opinions sur ces liens externes. Ils ne devraient pas être interprétés comme l'indication d'une approbation officielle ou d'un changement de nos politiques et programmes.