Le protectionnisme dans une économie mondialisée : les contrecoups de la politique du chacun pour soi

Version PDF (526 ko)Note de bas de page *

Erik Ens
Bureau de l'économiste en chef
24 mars 2009

Les politiques protectionnistes au cours de la Crise de 1929 étaient appelées « beggar thy neighbour » car, dans un contexte de demande décroissante, elles visaient à favoriser les produits nationaux au détriment des importations. Dans la pratique, les politiques comme la Loi Hawley-Smoot de 1930 (Smoot-Hawley Tariff Act) ont engendré un cycle de mesures de rétorsion qui n'a fait qu'aggraver la dépression. La présente crise économique mondiale, qui s'accompagne de rumeurs protectionnistes un peu partout dans le monde, a fait naître la crainte d'une nouvelle vague de protectionnisme commercial. Le coût de ces politiques est encore plus élevé aujourd'hui qu'il ne l'était en 1930 : l'économie mondiale est beaucoup plus intégrée grâce aux liens commerciaux et d'investissement, et les importations sont plus susceptibles d'être des intrants dans les processus de production des industries nationales, en tant qu'élément des chaînes de valeur mondiales. De nouveaux obstacles au commerce auraient comme conséquence inattendue d'augmenter les coûts des industries nationales déjà en difficulté.

Le coût du protectionnisme s'est accru

Le protectionnisme a accentué la Crise de 1929 : on estime que les barrières commerciales plus élevées ont eu pour effet de réduire le taux réel des activités commerciales de l'époque de 19 %Note de bas de page 1 (le commerce réel a chuté de plus de 30 %, conjugué à d'autres facteurs, et le commerce nominal de prés de deux tiers). Une répétition de cet échec des politiques serait encore plus néfaste maintenant. Les exportations mondiales de marchandises équivalent en ce moment à 25 % du PIBNote de bas de page 2 mondial. Le graphique 1 illustre la hausse spectaculaire du commerce par rapport à l'économie mondiale, une part importante de cette hausse étant attribuable au commerce des produits intermédiaires. La vitesse de contraction de la valeur du commerce mondial (graphique 2) souligne le degré d'intégration de celui-ci, phénomène qui résulte de l'effet multiplicateur généré par l'augmentation du commerce des produits intermédiaires. Global Insight prévoit un effondrement de 28 % de la valeur du commerce mondial d'ici le milieu de 2009, par rapport au sommet atteint en 2008, et l'OMC prévoit une baisse de 9 % du volume des échanges commerciaux en 2009, une situation désastreuse que le protectionnisme commercial ne ferait qu'aggraver.   

Graphique 1 – Évolution du PIB et des exportations mondiales (de 1965 à 2007)

Source : Bureau de l'économiste en chef.

Données : indicateurs du développement mondial, Organisation mondiale du commerce. 

Le graphique 1 compare la croissance du PIB mondial et des exportations mondiales de 1965 à 2007, en utilisant 1965 comme année de référence (indice = 1). En partant d’une valeur initiale de 1 en 1965, les exportations mondiales ont commencé à s’accroître lentement pour atteindre 5 en 1974 et 10 en 1980, puis le rythme de la croissance s’est accéléré jusqu’à s’établir à 23,75 en 1995. Les exportations mondiales ont poursuivi leur progression et ont atteint 32,5 en 2000 avant de culminer à 72,5 en 2007. En partant d’une valeur initiale de 1 en 1965, le PIB mondial a crû très lentement pour atteindre 5 en 1974 et 10 en 1990, avant de progresser jusqu’à un sommet de 23,75 en 2007. La source est le Bureau de l’économiste en chef. Les données sont tirées des Indicateurs du développement mondial de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Graphique 2 – Contractions des exportations depuis 2008

Le graphique 2 présente la variation, en pourcentage, de la valeur des exportations de certains grands pays du monde depuis juillet 2008. La contraction de la valeur des exportations a été de 32 pour les États-Unis, de 33 pour l’Australie, de 34 pour l’Allemagne, de 35 pour la Chine, de 42 pour Taïwan, de 45 pour le Royaume-Uni, de 46 pour le Canada et de 47 pour le Japon.

Source : organismes de statistique de chaque pays jusqu'à janvier 2009, sauf pour l'Allemagne et Taïwan (décembre 2008). Veuillez noter que l'importante contraction de la valeur des exportations du Canada est due en partie à la chute brutale des prix des produits de base depuis les sommets atteints en 2008.

Remarque : Il se peut que les valeurs ne soient pas exactes à 100 % en raison du manque de données.)

Données : Organisation mondiale du commerce (OMC).

À ce jour, on a constaté peu de nouvelles restrictions flagrantes au commerceNote de bas de page 3, mais plutôt une vague de politiques nationalistes, notamment l'encouragement des prêts nationaux par rapport aux prêts internationaux, les subventions industrielles et les efforts visant à rapatrier dans le pays d'origine la production faite à l'étranger. Au cours de la Crise de 1929, les barrières non tarifaires ont été à l'origine de prés du tiers de la chute du commerce mondial attribuable au protectionnismeNote de bas de page 4 et elles peuvent maintenant représenter une menace encore plus grave pour la reprise économique.

En Amérique du Nord, de nombreux secteurs sont intégrés au niveau de l'entreprise et de l'industrie et la compétitivité mondiale de ces entreprises dépend d'un marché continental intégré. Entre 1995 et 2005, la croissance des importations américaines de produits intermédiaires a été plus de deux fois supérieure à celle de la production nationale (147 % par rapport à 65 %Note de bas de page 5). Cela est dû en partie au rôle de plus en plus important que joue le Canada en tant que fournisseur des États-Unis, à la suite de l'ALE Canada-États-Unis et de l'ALENA. Le Conference Board du CanadaNote de bas de page 6 estime que nos exportations de biens intermédiaires en Amérique du Nord ont augmenté de 115 % au cours des années 90, 60 % des 25 principales marchandises exportées étant des biens intermédiaires (une valeur de plus de 200 milliards de dollars, par extrapolation à la totalité des exportations).

Il convient de noter que 30,3 % du commerce Canada-États-Unis représente des échanges intra-entreprises, bien qu'il ne s'agisse que d'un type d'échanges dans la chaîne de valeur. La majeure partie du commerce intra-entreprises entre le Canada et les États-Unis est le fait des entreprises américaines : les trois quarts des exportations intra-entreprises du Canada vers les États-Unis proviennent de filiales américaines qui exportent vers les sociétés mères, et 94,4 % des importations intra-entreprises entre le Canada et les États-Unis proviennent de filiales américaines. Les barrières commerciales perturberaient ainsi les chaînes de valeur internes des entreprises américaines en augmentant leurs coûts de production même au moment ou elles font face à des marchés en contraction, ce qui désavantagerait de façon disproportionnée ces mêmes entreprises. En outre, plusieurs produits de la chaîne de valeur traversent la frontière canado-américaine plus d'une fois, de sorte que les coûts additionnels des barrières au marché se multiplieraient à chaque étape de production.

Compte tenu des coûts plus élevés des politiques protectionnistes, les stratégies de relance économique devraient tenir compte de l'importance des échanges dans la chaîne de valeur. Le Canada a donné l'exemple avec l'élimination unilatérale des tarifs d'importation sur une gamme importante de machines et d'équipement, dans son budget 2009, démontrant ainsi qu'un commerce ouvert non seulement aide nos partenaires commerciaux, mais améliore aussi la compétitivité de nos industries.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Madsen, Jakob,Trade Barriers and the Collapse of World Trade in the Great Depression

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Fondé sur les données du FMI concernant le commerce et le PIB en 2007

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Nouveaux développements commerciaux liés à la crise financière, OMC, février 2009

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Madsen, Jakob;Trade Barriers and the Collapse of World Trade in the Great Depression

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Calculs basés sur les tables harmonisées d'intrants et d'extrants de l'OCDE

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Participation du Canada aux chaînes de valeur régionales et mondiales, mai 2008

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page *

Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pour accéder à un fichier sur cette page, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Retour à la référence de la note de bas de page *