SPA-007 : Performance du Canada sur le marché Américain, 1995-2009

  • Mykyta Vesselovsky, Le Bureau de l’économiste en chef, MAECI
  • Florence Jean-Jacobs, Le Bureau de l’économiste en chef, MAECI
  • David Boileau, Le Bureau de l’économiste en chef, MAECI

Juin, 2010

Résumé

Le commerce entre le Canada et les États-Unis n’est pas seulement la première relation commerciale bilatérale en importance au monde, il constitue également le fondement de l’économie canadienne actuelle. L’importance de cette relation pour le Canada est telle que plusieurs industries canadiennes sont davantage influencées par la conjoncture économique américaine que par celle de leur propre pays. De ce fait, il est très important de comprendre comment se comporte notre part de marché aux États-Unis et de déceler rapidement ses tendances à long terme.

Ce que révèlent ces tendances n’est pas très encourageant. Depuis 1995, le Canada a perdu environ le quart de sa part du marché américain des importations de marchandises, phénomène qui semble avoir été accéléré par la récession mondiale. La plus grande part de cette perte s’est concrétisée après 2000 et elle est principalement attribuable à une chute de compétitivité des exportations canadiennes. Cette tendance a été aggravée par la récession mondiale et a donné lieu à des pertes tant en ce qui concerne la gamme de produits que la compétitivité des exportations du Canada vers les États-Unis.

Si la perte survenue après 2000 ne s’était pas matérialisée, la valeur de nos exportations vers les États-Unis de 2000 à 2009 aurait augmenté de 92 milliards $. La compétitivité a été le principal facteur de cette perte tandis que l’effet de la gamme de produits offerte aux États-Unis sur la croissance des exportations du Canada a été marginal jusqu’en 2009 (incidence légèrement négative sur la croissance globale entre 1995 et 2000 et légèrement positive entre 2000 et 2008). En 2009, cependant, la contribution de la gamme de produits à la diminution des exportations canadiennes a été plus importante que celle de l’effet de compétitivité.

Bien que la chute de compétitivité ait joué un rôle de premier plan dans la diminution de la part de marché du Canada, il est difficile d’établir avec certitude si c’est l’appréciation du dollar canadien ou l’accroissement de la compétitivité des exportateurs d’Asie orientale (particulièrement de la Chine) qui a joué le rôle déterminant. Puisque ces facteurs risquent de persister, la présente analyse met en relief la nécessité d’accroître la compétitivité du Canada au moyen d’une productivité accrue ainsi que d’une plus grande compétitivité en amenant de nouveaux exportateurs sur le marché américain – un sujet de discussions stratégiques intenses à l’heure actuelle. Même s’il n’est peut-être pas possible de conserver des parts de marché face aux économies émergentes, une nation innovatrice avec une forte productivité, un système d’éducation de calibre mondial ainsi que des investissements et des politiques budgétaires tournés vers l’avenir serait bien placée pour réussir dans une économie mondiale plus diversifiée qu’autrefois. Si les changements observés ces dix dernières années quant à notre part de marché aux États-Unis se révèlent profonds et permanents, il s’imposera peut-être alors de tenir compte des nouvelles réalités commerciales et d’adopter ainsi des stratégies d’action diversifiées si l’on veut pouvoir maintenir le statut du Canada au rang des plus grandes nations commerciales au monde, et à cet égard, le SDC aura un grand rôle à jouer aux États-Unis et ailleurs.


Pour obtenir une copie du rapport complet, prière d'envoyer un courriel à l'adresse suivante:
statistiquescommerciales.cea@international.gc.ca