7. Conclusions

Les analyses présentées ci-dessus confirment que l'Accord de libre-échange Canada-Chili (ALECC) fonctionne comme prévu et favorise l'accroissement des échanges commerciaux entre les deux pays. Depuis son entrée en vigueur en 1997, le commerce bilatéral de marchandises entre le Canada et le Chili a plus que triplé, atteignant 2,7 milliards de dollars en 2011, en comparaison de 718 millions de dollars seulement en 1997 : les exportations canadiennes vers le Chili ont doublé pour s'établir à 819 millions de dollars, tandis que les importations en provenance du Chili se sont multipliées par six, totalisant 1,9 milliard de dollars en 2011. Globalement, la croissance des flux commerciaux bilatéraux entre les deux pays a été supérieure de 12,2 % en moyenne à ce qu'elle aurait été en l'absence de l'ALECC. Les gains du Canada en matière de bien-être économique général découlant de l'ALECC se sont chiffrés à 250 millions (soit un quart de milliard) de dollars annuellement.

Il y a lieu de noter que la majorité des gains commerciaux enregistrés dans la foulée de l'ALECC découlent directement de nouveaux échanges commerciaux – c'est-à-dire de produits qui ne faisaient pas l'objet d'échanges avant l'entrée en vigueur de l'Accord. Il y avait 1 178 nouveaux produits canadiens qui n'étaient pas exportés jusqu'à ce qu'ils soient ajoutés, en 2011, au portefeuille des produits d'exportation du Canada vers le Chili en vertu de l'ALECC. Ces nouveaux produits ont contribué à hauteur de 90 % à l'augmentation nette de la valeur des exportations canadiennes vers le Chili. De même, on a enregistré une hausse nette du nombre de nouveaux produits importés, soit 922, qui ont représenté 76 % de l'augmentation nette de la valeur des importations en provenance du Chili en 2011. L'expansion du nouveau commerce découlant de l'ALECC signifie que les consommateurs des deux pays ont hautement apprécié les nouveaux produits et les nouvelles variétés introduits dans le sillage de l'ALECC; parallèlement, l'ALECC répondait à la nouvelle demande des consommateurs en réduisant les seuils d'accès.

Il convient également de noter que les nombreux ALE signés par le Chili avec des pays tiers après la conclusion de l'ALECC ont diminué les avantages préférentiels dont jouissait le Canada sur le marché chilien, en particulier en ce qui a trait aux produits existants, mais ils n'ont eu qu'un effet marginal sur l'introduction de nouveaux produits canadiens au Chili. Toutefois, l'ampleur des gains résultant des nouvelles exportations du Canada vers le Chili a été limitée par la taille relativement modeste de l'économie chilienne et les pressions accrues de la concurrence de pays tiers.

En outre, l'ALECC a eu des retombées qui vont au-delà de celles associées à l'élimination des droits de douane, car une part substantielle des nouvelles exportations et du nouveau commerce correspondait à des catégories de produits exemptes de droits de douane et non à des produits visés par la libéralisation du commerce. Les mesures de libéralisation de l'investissement et des services, qui sont courantes dans les accords de libre-échange de nouvelle génération conclus aujourd'hui, et la certitude accrue que confère l'ALECC, semblent avoir eu un effet significatif sur le commerce bilatéral des marchandises, au-delà de l'effet induit par l'abaissement des droits de douane.

L'Accord continue d'évoluer. L'amendement de l'ALECC, en 2012, pour y incorporer un chapitre sur les services financiers et mettre à jour les chapitres sur les marchés publics, le règlement des différends et les procédures douanières, ouvrira de nouveaux marchés aux exportateurs des deux pays. En particulier, un nouveau chapitre sur les services financiers, qui permet l'accès aux marchés pour la fourniture transfrontières de tels services et l'investissement dans les institutions financières, marquerait une étape cruciale vers l'accroissement des échanges et des investissements directs du Canada au Chili. De même, les travaux en cours visant à mettre à jour les règles d'origine figurant dans l'Accord, de même que le consensus entre les Parties pour explorer la possibilité d'un nouvel élargissement de l'ALECC, offriront de nouvelles perspectives pour les années à venir.