Invest in Canada/Investir au Canada

PENSEZ CANADA
Mai 2016

Préparé par :

Stratégie et analyse de l'investissement, Bureau de l’économiste en chef
Affaires mondiales Canada

1. D'excellents facteurs économiques fondamentaux

Figure 1-1

Équivalent textuel pour Figure 1-1
Prévisions de croissance du PIB réel (En %)
 CanadaÉ.-U.R.-U.FranceItalieAllemagneJapon
2011-142,12,02,10,9-0,71,50,6
2015-171,72,22,11,31,01,60,5

Source : Consensus Forecasts, mai 2016, Consensus Economics inc.

Malgré le ralentissement économique mondial, les perspectives économiques du Canada sont relativement solides, comme en témoigne un consensus des prévisions…

Selon Consensus Economics, le Canada a enregistré l’un des taux de croissance du PIB les plus élevés de tous les pays du G-7 de 2011 à 2014 et devrait continuer de se positionner ainsi en 2015-2017.

Figure 1-2

Équivalent textuel pour Figure 1-2
Prévisions de croissance du PIB réel (En %)
 CanadaÉ.-U.R.-U.FranceItalieAllemagneJapon
2011-142,31,92,10,8-1,11,60,7
2015-171,82,42,41,31,21,80,7

Source : Perspectives économiques de l'OCDE, no 98, novembre 2015.

D'autres prévisions mettent en évidencel'économie relativement vigoureuse du Canada

De même, selon de récentes statistiques de l'OCDE, le Canada obtient l'un des meilleurs résultats parmi les pays du G-7 quant à la croissance de son PIB entre 2011 et 2014, et au cours la période de prévision 2015-2017.

Figure 1-3

Équivalent textuel pour Figure 1-3

Croissance réelle du PIB dans les pays du G-7 de 2005 à 2014 (%)

  • Canada : 1,9
  • États-Unis : 1,5
  • Allemagne : 1,4
  • Royaume-Uni : 1,3
  • France : 0,9
  • Union européenne : 0,7
  • Japon : 0,6
  • Italie : -0,5

Source : Perspectives économiques de l’OCDE, no 98, novembre 2015

…et le Canada affiche la croissance du PIB à long terme la plus élevée des pays du G-7

Les données statistiques de l’OCDE des dix dernières années sur la croissance du PIB à long terme positionne le Canada en tête des pays du G-7.

Figure 1-4

Équivalent textuel pour Figure 1-4

Croissance de l'emploi (%) 2005-2014

  • Allemagne : 1,16
  • Canada : 1,12
  • R.-U. : 0,75
  • É.-U. : 0,51
  • France : 0,41
  • Japon : 0,04
  • Italie : -0,04

Source : Perspectives économiques de l'OCDE, no 98, novembre 2015.

Le Canada connaît également une croissance forte de l’emploi…

Le Canada a recouvré l’extrant économique et les emplois perdus pendant la récession de 2008-2009 et en a même créé de nouveaux.

Environ 1 367 300 Canadiens de plus travaillent aujourd’hui comparativement à la fin de la récession en juin 2009. On compte aussi près de 940 800 emplois de plus qu’avant le sommet d’octobre 2008 enregistré avant la récession. Plus de 80 % des positions créées depuis juin 2009 ont été dans des positions à plein temps et au sein d’industries qui rémunèrent bien, avec presque 80 % dans le secteur privé.

Figure 1-5

Équivalent textuel pour Figure 1-5
Solde budgétaire du gouvernement fédéral (% du PIB)
 2015-162016-17*2017-18*2018-19*2019-20*2020-21*
Canada-0,3-1,5-1,4-1,0-0,8-0,6
É.-U.-2,9-2,9-2,8-3,5-3,7-4,0

* Prévisions pour les deux pays

Source pour le Canada : Budget fédéral, ministère des Finances Canada, 22 mars 2016.

Source pour les États-Unis : United States Congressional Budget Office, 25 janvier 2016

…un bilan qui témoigne d’une gestion financière responsable …

Le déficit fédéral du Canada, comme pourcentage du PIB, devrait connaître une hausse, passant de 0,3 p. 100 en 2015-2016 à 1,5 p. 100 en 2016-2017, en raison des dépenses à court terme visant à stimuler l’économie. Il doit ensuite reculer progressivement et s’établir à 0,6 p. 100 d’ici 2019-2020.

À titre de comparaison, en tant que pourcentage du PIB, le déficit budgétaire des États-Unis devrait augmenter de 2,9 p. 100 à 4,0 p. 100.

Figure 1-6

Équivalent textuel pour Figure 1-6
Solde budgétaire fédéral total 2014-2016 (% du PIB)
(sur la base des comptes nationaux)
 CanadaItalieR.-U.AllemagneFranceÉ.-U.Japon
2014-1,6-3,0-5,70,3-3,9-5,1-7,7
2015-2016-1,7-2,4-3,30,8-3,6-4,4-6,2

*Le budget total du gouvernement inclut les budgets fédéral, provinciaux/étatiques et municipaux

Source : Perspectives économiques de l'OCDE, no 98, novembre 2015.

…Devant la plupart des autres pays du G-7…

Même si le Canada affichait un déficit de 1,6 p. 100 de son PIB en 2014, sa situation financière demeurera meilleure que celle de la majorité des pays du G-7 pendant la période de prévision de deux ans de 2015-2016, pour laquelle on prévoit un déficit général de 1,7 p. 100 du PIB.

Figure 1-7

Équivalent textuel pour Figure 1-7
Ratio de la dette fédérale au PIB
 2014-152015-16*2016-17*2017-18*2018-19*2019-20*2020-21*
Canada31,031,232,532,432,131,630,9
É.-U.73,675,675,775,776,777,878,8

* Prévisions pour les deux pays

Source pour le Canada :Budget fédéral, ministère des Finances Canada, 22 mars 2016.

Source pour les États-Unis : United States Congressional Budget Office, 25 janvier 2016

…une dette fédérale à la baisse…

Après avoir atteint un sommet de 68,4 p. 100 du PIB en 1995-1996, le ratio de la dette fédérale au PIB du Canada a diminué pour s’établir à 31 p. 100 en 2014­2015; il est censé augmenter pour s’établir à 32,5 p. 100 en 2016-2017, en raison des dépenses à court terme visant à stimuler l’économie, avant de reculer progressivement et se fixer à 30,9 p. 100 en 2020-2021.

À titre de comparaison, le ratio de la dette au PIB des États-Unis continue de s’accroître et devrait atteindre plus de deux et demi fois celui du Canada d’ici 2020-2021.

Figure 1-8

Équivalent textuel pour Figure 1-8
Dette nette globale du gouvernement 2014-16
(% du PIB)
 CanadaAllemagneÉ.-U.R.-U.FranceItalieJapon
201526,748,880,680,789,1111,4128,1
2016-1726,645,882,280,090,8111,2130,4

Source : FMI, Fiscal Monitor, avril 2016

…le ratio de la dette le plus faible parmi les pays du G-7…

En 2015, le Canada affichait le ratio de la dette au PIB le plus faible parmi les pays du G-7, un ratio qu’il maintiendra durant la période de prévision allant de 2016 à 2017.

Figure 1-9

Équivalent textuel pour Figure 1-9
Inflation
(% de changement d'une année à l'autre)
 20102011201220132014
Canada1,82,91,51,01,9
É.-U.1,63,12,11,51,6
G-71,52,62,01,31,3

Source : Perspectives économiques de l'OCDE, no 98, novembre 2015

…Un faible taux d'inflation…

Une faible inflation fournit aux investisseurs une assurance sur le plan commercial. Le taux d'inflation cible du Canada, situé entre 1 % et 3 %, a été prolongé jusqu'en 2016.

Au cours des cinq dernières années, le Canada a connu un taux d'inflation relativement faible, enregistrant un taux moyen de 1,8 p. 100, comparativement à 2,0 p. 100 pour les États-Unis et à 1,7 p. 100 pour l'ensemble des pays du G-7.

Figure 1-10

Équivalent textuel pour Figure 1-10
Rendement des obligations à long terme (En %) - 2010
 janvfévmarsavrmaijuinjulaoûtseptoctnovdéc
Canada3,353,453,563,663,253,083,222,832,742,893,193,16
É.-U.3,663,73,843,83,212,973,032,542,522,752,933,35
Rendement des obligations à long terme (En %) - 2011
 janvfévmarsavrmaijuinjulaoûtseptoctnovdéc
Canada3,313,323,293,273,083,092,882,492,192,382,151,96
É.-U.3,453,493,473,393,133,143,012,232,032,232,081,93
Rendement des obligations à long terme (En %) - 2012
 janvfévmarsavrmaijuinjulaoûtseptoctnovdéc
Canada2,041,982,122,11,791,721,61,81,751,781,721,82
É.-U.2,011,982,212,011,631,651,431,661,641,721,631,77
Rendement des obligations à long terme (En %) - 2013
 janvfévmarsavrmaijuinjulaoûtseptoctnovdéc
Canada1,991,861,761,722,072,52,452,632,572,422,542,72
É.-U.2,031,911,871,732,132,552,62,782,632,552,742,99
Rendement des obligations à long terme (En %) - 2014
 janvfévmarsavrmaijuinjulaoûtseptoctnovdec
Canada2,362,442,452,42,222,262,162,02,22,051,931,79
É.-U.2,692,672,712,672,442,572,572,372,572,342,242,17
Rendement des obligations à long terme (En %) - 2015
 janvfévmarsavrmaijuinjulaoûtseptoctnovdec
Canada1,351,321,331,591,671,771,521,451,451,471,591,4
É.-U.1,731,961,932,062,142,382,292,182,062,12,232,31
Rendement des obligations à long terme (En %) - 2016
 janvfévmarsavrmaijuinjulaoûtseptoctnovdec
Canada1,241,151,221,5
É.-U.2,021,751,831,87
Rendement quotidien (En %)
 CanadaÉ.-U.
2-octobr-151,391,99
16-octobr-151,462,04
30-octobr-151,542,16
13-novembr-151,652,28
27-novembr-151,562,22
11-decembr-151,412,13
25-decembr-151,372,25
8-janv-161,292,13
22-janv-161,312,07
5-fév-161,131,86
19-fév-161,121,76
4-mars-161,251,88
18-mars-161,291,88
01-avril-161,241,79
15-avril-161,261,76
29-avril-161,51,83
13-mai-161,271,71

Source pour le Canada : obligation de 10 ans du gouvernement du Canada, 13 mai 2016

Source pour les É.-U. : obligation de 10 ans à échéance fixe du Trésor américain, 13 mai 2016

…de faibles taux d’intérêt…

L’excellente situation financière et le faible taux d’inflation du Canada ont engendré de faibles taux d’intérêt.

Figure 1-11

Équivalent textuel pour Figure 1-11

Classement du G-7 selon le Legatum Prosperity Index*

  1. Canada
  2. États-Unis
  3. Allemagne
  4. Royaume-Uni
  5. Japon
  6. France
  7. Italie

* Le Legatum Prosperity Index classe les pays en fonction de 89 variables regroupées en huit sous-indices qui établissent une moyenne à l'aide de facteurs égaux. Les sous-indices sont : l'économie; l'entrepreneuriat et les possibilités; la gouvernance; l'éducation; la santé; la sécurité et la liberté, dont la liberté personnelle et le capital social.

Source : Legatum Institute, Londres, novembre 2015

…un climat global de prospérité

Selon le Legatum Prosperity Index*, le Canada se classe au premier rang des pays du G-7 et au sixième rang parmi 142 pays en ce qui concerne la prospérité globale basée sur la richesse matérielle et le bien-être personnel.

Figure 1-12

Équivalent textuel pour Figure 1-12

Indice du progrès social – Pays du G-7

  • Canada : 86,89
  • R.-U. : 84,68
  • Allemagne : 84,04
  • Japon : 83,15
  • É.-U. : 82,85
  • France : 80,82
  • Italie : 77,38

Source : The Social Progress Imperative, avril 2015.

* L'indice est la somme de trois volets : les besoins humains fondamentaux, les assises du bien-être et les possibilités. Chaque volet se compose de quatre composantes de pondération égale (sur une échelle objective allant de 0 à 100). Cette échelle est établie en déterminant, pour chaque indicateur, le résultat le plus élevé et le moins élevé parmi tous les pays au cours des 10 dernières années, et en utilisant ces valeurs pour établir les limites maximale (100) et minimale (0).

…et un niveau élevé de progrès social

Le Canada s'est classé au premier rang du G-7 et au sixième rang sur 133 pays dans le cadre d'une étude portant sur la mesure du progrès social, qui est défini comme la capacité d'une société de satisfaire aux besoins humains fondamentaux de ses citoyens, d'établir des assises qui permettent aux citoyens et aux collectivités d'améliorer leur qualité de vie et de la maintenir, et de créer des conditions pour permettre à chaque personne d'atteindre son plein potentiel.

2. Un climat d'affaires hautement concurrentiel

Figure 2-1

Équivalent textuel pour Figure 2-1

Milieu des affaires des pays du G-7 Rang pour la période de prévision 2016-2020

  1. Canada
  2. États-Unis
  3. Royaume-Uni
  4. Allemagne
  5. France
  6. Japon
  7. Italie

Source : Economist Intelligence Unit, mai 2016

Le Canada est reconnu par l’EIU pour son climat d’affaires supérieur…

Le Canada est conscient de l’importance que revêt son milieu des affaires et a créé un environnement propice à son succès.

Selon l'Economist Intelligence Unit (EIU), le Canada sera l’endroit idéal parmi les pays du G-7 où faire des affaires au cours des cinq prochaines années. En outre, il s'est classé au troisième rang parmi 82 pays dans les classements commerciaux mondiaux de l'EIU pour la période de prévision 2016-2020.

Le Canada se classe également en bonne position en ce qui concerne l’infrastructure, les débouchés, les faibles taux d’imposition et les mesures de contrôle des changes et du commerce avec les pays étrangers.

Figure 2-2

Équivalent textuel pour Figure 2-2

Les 10 principaux pays du G-20 qui font des affaires en 2015

  1. Canada
  2. Royaume-Uni
  3. Australie
  4. Allemagne
  5. États-Unis
  6. Japon
  7. France
  8. Corée du Sud
  9. Italie
  10. Afrique du Sud

*Classement parmi les pays du G-20. Classement en fonction des 11 catégories des indicateurs quantitatifs et qualitatifs suivants : la liberté des échanges, la stabilité de la monnaie et le libre jeu du marché, les droits de propriété, l'innovation, la technologie, la faiblesse des contraintes administratives, la protection des investisseurs, le faible degré de corruption, le libre choix des personnes, la faiblesse du fardeau fiscal et le fonctionnement du marché.

Source : Forbes Publishing, décembre 2015.

…et, récemment, Forbes l'a également souligné

La dernière étude annuelle réalisée par Forbes sur les meilleurs pays où faire des affaires classe le Canada au premier rang du G-20 et au septième rang parmi 144 pays.

Le Canada s’est particulièrement bien classé en ce qui concerne plusieurs sous-éléments, dont le libre choix des personnes (1e) et la faiblesse des contraintes administratives pour démarrer une entreprise (2e).

Figure 2-3

Équivalent textuel pour Figure 2-3

Indice de l’investissement en infrastructure – classement G-7

  1. Canada
  2. États-Unis
  3. Royaume-Uni
  4. Japon
  5. Allemagne
  6. France
  7. Italie

Source : Global Infrastructure Investment Index, ARCADIS NV Consulting, mai 2016

*Position par rapport à 41 pays. L’infrastructure économique est le mécanisme interne principal d’un pays qui rend possibles les activités commerciales, notamment les communications, le transport, la distribution, les finances et l’approvisionnement énergétique. Ces ressources sont essentielles à la société et à la croissance économique.

Le Canada recèle un potentiel élevé en matière de croissance et d’investissement en infrastructure

Le Canada s’est classé au 1er rang parmi les pays du G-7 et au 4e rang mondial dans le cadre d’une étude récente qui évalue le potentiel de croissance et d’investissement de l’infrastructure économique d’un pays.*

Figure 2-4

Équivalent textuel pour Figure 2-4

Nombre de procédures*

  • Canada : 2
  • Royaume-Uni : 4
  • France : 5
  • Italie : 5
  • Moyenne de l'OCDE : 5
  • Etats-Unis : 6
  • Japon : 8
  • Allemagne : 9

* On appelle « procédure » toute interaction du fondateur de l'entreprise avec des parties externes (organismes gouvernementaux, avocats, vérificateurs, notaires, etc.). Les interactions entre les fondateurs ou les administrateurs de l'entreprise et des employés ne sont pas considérées comme des procédures distinctes. À titre d'exemple, une séance d'investiture où les actionnaires élisent des administrateurs el le secrétaire de l'entreprise n'est pas considérée comme une procédure, car aucune partie extérieure n'est concernée.

Source : Doing Business in 2016 - Le Groupe de la Banque mondiale, 2015.

L'établissement d'une entreprise au Canada est relativement plus facile et rapide qu'ailleurs…

La réglementation touchant le lancement de nouvelles entreprises est considérablement plus souple au Canada que dans les autres pays du G-7.

Parmi les pays du G-7 et de l'OCDE, le Canada est celui où le nombre de procédures nécessaires pour lancer une nouvelle entreprise est le moins élevé.

Figure 2-5

Équivalent textuel pour Figure 2-5

Temps nécessaire pour démarrer une entreprise (en nombre de jours)

  • Canada : 1,5
  • France : 4,0
  • Royaume-Uni : 4,5
  • Italie : 5,5
  • États-Unis : 5,6
  • Moyenne de l'OCDE : 8,2
  • Japon : 10,2
  • Allemagne : 10,5

Source : Doing Business in 2016 - Le Groupe de la Banque mondiale, 2015

…et prend relativement moins de temps

Le Canada est un chef de file du G-7 pour le plus petit nombre de jours nécessaires pour établir une nouvelle entreprise.

Figure 2-6

Équivalent textuel pour Figure 2-6

Taux d'imposition total* (% du profit commercial) 2016

  • Italie : 64,8
  • France : 62,7
  • Japon : 51,3
  • Allemagne: 48,8
  • É.-U. : 43,9
  • R.-U. : 32,0
  • Canada : 21,1

Somme des impôts et des taxes sur les bénéfices, la main-d’œuvre et autres.
Source : PriceWaterhouseCoopers, Paying Taxes 2016

Le Canada offre le taux d’imposition total
sur les bénéfices le plus bas parmi les pays du G7...

Selon le rapport Paying Taxes de PriceWaterhouseCoopers, le Canada offre aux sociétés menant des activités au pays le plus bas taux d’imposition total parmi les pays du G7 et le deuxième parmi ceux du G20.

Figure 2-7

Équivalent textuel pour Figure 2-7

Comparaison des taux globaux d'imposition des sociétés dans différents pays (2015)

  • É.-U. : 38,9
  • France : 34,4
  • Allemagne : 30,2
  • Japon : 30,0
  • Italie : 27,5
  • Canada : 26,7
  • R.-U. : 20,0

Taux effectif marginal d'imposition* sur les nouveaux investissements commerciaux, 2015

  • Japon : 37,3
  • É.-U. : 34,7
  • France : 31,2
  • Royaume-Uni : 28,6
  • Allemagne : 26,5
  • Moyenne de l'OCDE** : 20,2
  • Italie : 19,0
  • Canada : 17,5

*Le taux d’imposition applicable aux nouveaux investissements commerciaux est le taux effectif marginal d’imposition (TEMI) qui tient compte des taux d’imposition du revenu des sociétés prévus par la loi aux niveaux fédéral, provincial et territorial, des déductions et crédits que comporte le régime d’imposition des sociétés ainsi que d’autres impôts et taxes versés par les sociétés, notamment les impôts provinciaux sur le capital et les taxes de vente au détail sur les intrants commerciaux.

** Moyenne de l’OCDE (n’inclut pas le Canada).

Source : Finances Canada, avril 2016

… et le taux d’imposition le plus bas sur l’investissement
commercial, qui repose sur les taux d’imposition
relativement faibles des sociétés

Le Canada se classe au deuxième rang des pays du G7 affichant le plus bas taux d’imposition des sociétés en date de 2015.

De plus, le taux d’imposition général* que le Canada applique aux nouveaux investissements commerciaux est considérablement moins élevé que celui de tous les autres pays du G7.

Figure 2-8

Équivalent textuel pour Figure 2-8

Avantage (désavantage) de coût par rapport aux États-Unis (en pourcentage)

  • Canada : 14,6
  • Italie : 10,7
  • France : 9,5
  • R.-U. : 9,1
  • Allemagne : 7,7
  • Japon : 7,3
  • É.-U. : 0,0

Source : KPMG, Choix concurrentiels, 2016.

…avec les coûts les plus bas du G-7 pour la conduite des affaires…

Selon l’étude « Choix concurrentiels » de KPMG, le Canada se classe au premier rang parmi les pays du G-7 où il coûte le moins cher de faire des affaires. Le Canada affiche un avantage de coût de 14,6 % par rapport aux États-Unis.

Figure 2-9

Équivalent textuel pour Figure 2-9

Avantage (désavantage) de coût par rapport aux États-Unis (en pourcentage)…

Numérique

  • Canada : 26,0
  • Italie : 16,5
  • R.-U. : 14,4
  • France : 12,2
  • Japon : 11,2
  • Allemagne : 11,0
  • É.-U. : 0,0

Recherche et développement

  • Canada : 27,7
  • France : 22,4
  • Italie : 21,0
  • Allemagne : 16,0
  • Japon : 12,8
  • R.-U. : 11,9
  • É.-U. : -0,4

Source : KPMG, Choix concurrentiels, 2016

…surtout dans les secteurs du numérique et de la recherche et du développement

Le Canada est le pays du G-7 offrant les coûts les plus faibles dans les secteurs du numérique et de la recherche et du développement.

Le Canada est le pays du G-7 où il coûte le moins cher de faire des affaires dans les deux industries du secteur numérique, soit le divertissement numérique et la conception de logiciels.

Parmi les trois industries qui composent le secteur de la recherche et du développement, le Canada est le pays du G-7 offrant les coûts les plus faibles dans les industries de la biotechnologie et de l’évaluation des produits et dans l’industrie des essais cliniques.

Figure 2-10

Équivalent textuel pour Figure 2-10

Avantage (désavantage) de coût par rapport aux États-Unis (en pourcentage)…

Fabrication

  • Canada : 3,8
  • R.-U. : 3,0
  • France : 1,2
  • Japon : 0,5
  • Italie : 0,4
  • É.-U. : 0,0
  • Allemagne : -0,9

Services aux entreprises

  • R.-U. : 12,7
  • Canada : 12,5
  • Italie : 6,7
  • France : 2,5
  • Japon : 1,4,5
  • É.-U. : 0
  • Allemagne : -0,5

Source : KPMG, Choix concurrentiels, 2014.

Le Canada propose également des coûts très concurrentiels par rapport aux autres pays du G-7 dans le secteur de la fabrication et dans celui des services aux entreprises.

Le Canada arrive en tête des pays membres du G-7 pour ce qui est des coûts les plus faibles dans le secteur manufacturier et le secteur des services aux entreprises.

Parmi les industries qui composent le secteur manufacturier, le Canada se classe au premier rang des pays membres du G-7 pour ce qui est des coûts les plus faibles dans les douze industries suivantes : l’aérospatiale, l’agroalimentaire, l’automobile, les produits chimiques et électroniques, l’énergie verte, les instruments médicaux, les composants métalliques, les produits pharmaceutiques, les matières plastiques, la fabrication de précision et les télécommunications.

Parmi les deux industries qui composent le secteur des services aux entreprises, le Canada offre les coûts les plus faibles parmi les pays du G-7 dans l’industrie des services professionnels et les services de soutien.

Figure 2-11

Équivalent textuel pour Figure 2-11

Avantage (ou désavantage) en pourcentage d'un pays donné par rapport aux États-Unis

Compétitivité du taux d'imposition

  • Canada : 46,4
  • Royaume-Uni : 33,4
  • États-Unis : 0,0
  • Allemagne : -16,3
  • Japon : -18,6
  • Italie : -35,8
  • France : -63,3

* Une mesure des impôts totaux payés par les entreprises dans un endroit donné, exprimée en pourcentage des impôts totaux payés par les entreprises aux États-Unis.

Source : KPMG, Choix concurrentiels 2014 : Pleins feux sur la fiscalité

…et le taux d'imposition le plus compétitif des pays du G-7

Le Canada se classe en tête des pays du G-7 pour ce qui est de la compétitivité sur le plan fiscal, mesurée au moyen d’un indice relatif nommé indice d’imposition total*, selon lequel les impôts totaux au Canada sont inférieurs de 46,4 p. 100 aux impôts totaux aux États-Unis.

Figure 2-12

Équivalent textuel pour Figure 2-12

Classement mondial des banques* en matière de stabilité

  1. Canada
  2. Finlande
  3. Australie
  4. Nouvelle-Zélande
  5. Singapour
  6. Norvège
  7. Hong Kong
  8. Afrique de Sud
  9. Malte
  10. Chili
  11. Qatar

*Position par rapport à 148 pays. Classement fondé sur le degré de stabilité des institutions financières.
Source : Rapport sur la compétitivité globale, 2015-2016

** Classement parmi 500 banques du monde selon l'actif total et la cote de crédit à long terme.
Source : Global Finance Magazine, septembre 2015

...avec des institutions financières stables

Les investisseurs peuvent se réjouir du fait que le Canada possède le système bancaire le plus stable des pays du G-7.

Selon une récente étude, le Canada compte six des 50 banques du monde les plus sûres: Banque Toronto-Dominion (10e), Banque Royale du Canada (16e), Banque Scotia (27e), Caisse Centrale Desjardins (31e), Banque de Montréal (35e), et CIBC (38e).**

3. Une main-d'œuvre dynamique

Figure 3-1

Équivalent textuel pour Figure 3-1

Pourcentage de personnes âgées entre 25 et 64 ans ayant atteint un niveau d'études collégiales ou universitaires — les 10 premiers pays de l'OCDE

  • Canada : 53,6
  • Israël : 48,5
  • Japon : 48,2
  • Luxembourg : 45,0
  • Corée du Sud : 44,6
  • États-Unis : 44,2
  • Royaume-Uni : 42,2
  • Australie : 41,9
  • Finlande : 41,8
  • Norvège : 41,8
  • Irlande : 41,0

Source : Regards sur l'éducation de l'OCDE, novembre 2015

Le Canada a l’un des bassins de talents les plus scolarisés du monde…

Le bassin de talents du Canada affiche le pourcentage le plus élevé, parmi les pays de l’OCDE, de personnes ayant un diplôme d’études collégiales ou universitaires; plus de la moitié de la population âgée entre 25 et 64 ans a atteint un niveau d’éducation tertiaire.

Selon le classement universitaire mondial de Quacquarelli Symonds du Royaume-Uni de 2015-16, quatre universités canadiennes se classent parmi les 100 meilleures universités du monde : l’Université McGill (24e ); l’Université de Toronto (34e); l’Université de la Colombie-Britannique (50e) et l’Université d’Alberta (96e).

Figure 3-2

Équivalent textuel pour Figure 3-2

Indice de qualité de l'enseignement en gestion*

  • Canada : 8,00
  • É.U. : 7,29
  • Allemagne : 6,99
  • R.U. : 6,29
  • Italie : 5,39
  • France : 5,02
  • Japon : 4,19

* Classement parmi les 61 économies recensées dans l'annuaire de la compétitivité mondiale 2015.

Source : IMD

…une formation en gestion de niveau supérieur…

Selon les classements mondiaux des MBA du Financial Times (R.-U.) pour 2016, cinq écoles canadiennes de gestion se classent parmi les 100 meilleures du monde :l’Université de Toronto (Rotman), 60e; l’Université McGill (Desautels), 85e, l’Université Western (Ivey), 88e, l’Université Queen's 93e et l’Université de la Colombie­-Britannique (Sauder), 96e.

En outre, le Canada est arrivé au premier rang du G-7 dans une étude évaluant la mesure dans laquelle l'enseignement de la gestion répond aux besoins du monde des affaires. (Voir le graphique ci-dessous.)

Figure 3-3

Équivalent textuel pour Figure 3-3

Indice de disponibilité des ingénieurs compétents*

  • Canada : 8,26
  • France : 7,88
  • Italie : 7,12
  • États-Unis : 7,11
  • Japon : 7,01
  • Royaume-Uni : 6,18
  • Allemagne : 6,07

* Classement parmi les 61 économies recensées dans l'annuaire de la compétitivité mondiale 2015.

Source : IMD

…et dispose d'un vaste bassin d'ingénieurs compétents facilement mobilisables

Selon une enquête menée par l'Institute for Management Development, le Canada figure au premier rang des pays du G-7 ayant le plus grand nombre d'ingénieurs qualifiés dans sa population active.

Figure 3-4

Pointage dans le classement du PISA (points – parmi les pays du G-7)

Lecture
PaysScore
Japon538
Canada523
Allemagne508
France505
Royaume-Uni499
États-Unis498
Italie490
Science
PaysScore
Japon547
Canada525
Allemagne524
Royaume-Uni514
France499
États-Unis497
Italie494
Mathématique
PaysScore
Japon536
Canada518
Allemagne514
France495
Royaume-Uni494
Italie485
États-Unis481

Source : OCDE 2012

Canada est aussi un chef de file mondial sur le plan du rendement des jeunes en matière d'éducation…

Les écoliers canadiens se sont classés au deuxième rang des écoliers des pays du G-7 dans chacun des trois domaines (lecture, sciences et mathématiques) faisant l'objet du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) de l'OCDE.

Les écoliers canadiens se sont classés au 9e rang en lecture, au 10e en sciences et au 13e en mathématiques parmi les 65 pays et économies qui ont participé au PISA 2012.

Réalisée chaque année auprès de plus de 500 000 écoliers de 65 pays, l'enquête PISA évalue la capacité des écoliers de 15 ans à comprendre et à résoudre des problèmes scolaires.

Figure 3-5

Bar Graph: L’indice mondial d’entrepreneuriat*:classement G-7
Équivalent textuel pour Figure 3-5

L’indice mondial d’entrepreneuriat*:classement G-7

  • É.-U.: 86.2
  • Canada: 79.5
  • R.-U.: 67.7
  • France: 66.4
  • Allemagne: 64.6
  • Japon: 50.6
  • Italie: 41.1

*L’indice mondial d’entrepreneuriat classe les pays selon 3 sous-indices : les attitudes entrepreneuriales, les capacités entrepreneuriales et les aspirations entrepreneuriales qui reposent sur 14 piliers : perception des possibilités, compétences au démarrage, acceptation des risques, réseautage, soutien culturel, démarrage d’entreprises, assimilation de la technologie, capital humain, compétition, innovation en matière de produit, innovation en matière de processus, forte croissance, internationalisation et capital de risque.

Source : Indice mondial d’entrepreneuriat de 2016 – The Global Entrepreneurship and Development Institute, 12 novembre 2015

…avec l’un des meilleurs climats d’affaires au monde favorisant la prospérité des entrepreneurs…

Selon l’indice mondial d’entrepreneuriat* - une mesure de la santé de l’écosystème entrepreneurial, le Canada se classe au 2e rang parmi les pays du G-7 et au 2e rang parmi 132 pays.

Les décideurs canadiens sont donc plus en mesure que la plupart des économies mondiales de mettre en œuvre des politiques favorisant un milieu entrepreneurial productif qui aura un effet positif sur l’innovation, la productivité et la croissance de l’emploi.

Figure 3-6

Équivalent textuel pour Figure 3-6

Ordinateurs personnels par 1 000 habitants

  • É.-U. : 1111
  • Canada : 995
  • Allemagne : 993
  • France : 966
  • R.-U. : 966
  • Italie : 886
  • Japon : 869

Utilisateurs Internet par 1 000 habitants

  • É.-U. : 880
  • Canada : 877
  • Japon : 869
  • Allemagne : 865
  • R.-U. : 834
  • France : 832
  • Italie : 820

Source : IMD — * Classement parmi les 61 économies recensées dans l’annuaire de la compétitivité mondiale 2015.

…et un chef de file en ce qui a trait au nombre d’utilisateurs d’ordinateurs personnels et de l’Internet

Le Canada compte une population et une main-d’œuvre habiles avec la technologie. Il arrive au deuxième rang des pays du G-7 pour ce qui est du nombre d'utilisateurs d'Internet par habitant et au deuxième rang après les États-Unis pour ce qui est du nombre d'ordinateurs personnels par habitant.

4. Un lieu propice à l'investissement

Figure 4-1

Équivalent textuel pour Figure 4-1

Générosité relative des régimes fiscaux pour la R-D*
(Indice: Canada = 100,0)

  • France : 123,9
  • Canada : 100,0
  • Japon : 85,9
  • R.-U. : 84,0
  • É.-U. : 80,6
  • Italie : 77,0
  • Allemagne : 76,1

Source : Warda, Jacek, Assessing changes to SR&ED and related policy instruments on Canada's competitiveness for Foreign Direct Investment, 22 novembre 2013.

Nota : La générosité relative est déterminée en divisant le coût net d'impôt pour réaliser 1 dollar de R-D par 1 moins le taux d'imposition des sociétés. Les résultats sont indexés à la générosité relative du régime fiscal canadien de soutien aux activités de R-D. Plus le taux est élevé, plus le régime fiscal est concurrentiel.

* Les calculs fondés sur les grandes entreprises. ** En attente d'une nouvelle proposition de dispositions législatives.

Le Canada est avantagé, car son régime fiscal pour la R-D est l'un des meilleurs parmi les pays du G-7

Le Canada offre actuellement l'un des régimes fiscaux les plus favorables pour la R-D parmi les pays du G-7.

  • Le Canada fournit un programme de crédits d'impôt et de déductions fiscales accélérées pour une vaste gamme de dépenses en R-D.
  • Les frais admissibles comprennent notamment : les salaires, les coûts indirects, les biens d'équipement et le matériel.

Ces régimes fiscaux permettent aux sociétés de réduire de façon importante leurs coûts de R-D grâce à l'investissement direct ou à la sous-traitance au Canada.

Figure 4-2

Équivalent textuel pour Figure 4-2

Investissement en R-D dans le secteur de l'enseignement supérieur, 2013

  • Canada : 0,65
  • Allemagne : 0,49
  • France : 0,46
  • Japon : 0,45
  • R.-U. : 0,44
  • É.-U. (2013) : 0,39
  • Italie : 0,35

Source : Principaux indicateurs sur les sciences et la technologie, OCDE, 2015, volume 2, février 2016.

…et un niveau plus élevé d'investissement en R-D dans le secteur de l'enseignement supérieur

Le Canada est un chef de file mondial dans la recherche postsecondaire, dépassant les autres pays du G-7 au chapitre de l'investissement dans l'enseignement supérieur.

Figure 4-3

Équivalent textuel pour Figure 4-3

Proportion de l'IED par rapport au PIB de 2010 à 2014

  • R.-U. : 52,7
  • Canada : 35,0
  • É.-U. : 25,9
  • Moyenne du G-7 : 25,8
  • France : 25,7
  • Allemagne : 21,0
  • Italie : 16,6
  • Japon : 3,7

Source : Base de donné CNUCED Stat, octobre 2015

L'environnement d'investissement est supérieur à la moyenne

Le Canada se classe en tête parmi les pays du G-7 pour ce qui est du rendement de l’investissement direct étranger, mesuré par rapport au PIB.

Figure 4-4

Équivalent textuel pour Figure 4-4

Classement du G-7 sur les mesures de protection des investisseurs*

  1. Royaume-Uni : 78,3
  2. Canada : 72,5
  3. France : 67,5
  4. Italie : 66,7
  5. États-Unis : 65,8
  6. Japon : 62,5
  7. Allemagne : 59,2

* Classement fondé sur trois dimensions de la protection des investisseurs : la transparence des transactions entre parties apparentées; la responsabilité visant les délits d'initié; la capacité des actionnaires de poursuivre les administrateurs et les directeurs pour cause d'inconduite.

Source : Indice mondial 2015 de l’innovation, Université Cornell, Institut européen d’administration des affaires (INSEAD), et Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI)

qui offre une solide protection des investisseurs

Le Canada arrive au deuxième rang des pays du G-7, et au septième sur 142 pays, dans le cadre d’une étude sur les mesures de protection des investisseurs.

Figure 4-5

Équivalent textuel pour Figure 4-5
Stock d'IED au Canada et d'IDCE (en milliards de dollars)
 20052006200720082009201020112012201320142015
IED397,828437,171512,266550,539573,901592,406603,455633,778688,873719,574768,467
IDCE452,195518,839515,294641,920630,818637,285675,020704,335778,371825,3031005,227

Source : Statistique Canada, 26 avril 2016

L'économie mondialisée du Canada est stimulée par un processus dynamique d'investissement bilatéral

Au cours des dix dernières années, le Canada a enregistré une croissance importante de l’investissement étranger direct (IED) et de l’investissement direct du Canada à l’étranger (IDCE), ce qui reflète ses liens solides avec les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Le stock d'IED au Canada a atteint 768 milliards $CAN en 2015, soit près de deux fois plus qu'en 2005 (398 milliards $CAN).

Pour sa part, l’IDCE a connu une hausse tout aussi spectaculaire, passant de 452 milliards $CAN en 2004 à 1105 milliards $CAN en 2015.

Figure 4-6

Équivalent textuel pour Figure 4-6
Distribution du stock d'IED au Canada selon les grandes régions, 2015 (%)
Régions2015
États-Unis50,4
Europe33,8
Asie et Océanie11,4
Amérique latine3,9
Autres0,5

Part des 10 principales sources de stock d'IED au Canada, 2015 (%)

  • États-Unis : 50,4
  • Pays-Bas : 11,6
  • Luxembourg : 7,9
  • Royaume-Uni : 4,5
  • Japon : 2,9
  • Chine : 2,7
  • Brésil : 2,6
  • Hong Kong : 2,1
  • Allemagne : 1,8
  • Suisse : 1,6
  • Autres : 12,0

Source : Statistique Canada, 26 avril 2016

Les États-Unis constituent la première source d'IED du Canada

En 2015, la part de l’IED au Canada attribuable aux États-Unis a atteint 50,4 %, ce qui montre bien la confiance que manifeste ce pays à l’égard de l’environnement des affaires du Canada.

Figure 4-7

Équivalent textuel pour Figure 4-7

Part du stock d'IED du Canada des cinq principaux secteurs, 2015 (%)

  • Fabrication : 26,7
  • Extraction minière, pétrolière et gazière : 20,6
  • Gestion d'entreprises : 18,0
  • Finances et assurances : 12,8
  • Commerce de gros : 7,6
  • Commerce de détail : 5,1
  • Tous les autres : 9,3

Source : Statistique Canada, 26 avril 2016

*Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN)

…et l’IDE général est orienté vers les industries offrant de solides avantages concurrentiels.

Près de 80 p. 100 de l’investissement étranger vise principalement quatre industries : la fabrication; l’extraction minière, pétrolière et gazière; la gestion de sociétés et d’entreprises; et les finances et les assurances

Figure 4-8

Équivalent textuel pour Figure 4-8

Flux d'IED cumulatifs par habitant dans les pays du G-7, 2010-2014 $US

  • Canada : 6 632 $
  • R.U. : 4 441 $
  • É.U : 2 872 $
  • Allemagne : 2 093 $
  • France : 1 822 $
  • Italie : 1 316 $
  • Japon : 25 $

Source : Base de données CNUCED Stat, octobre 2015

Le Canada est aussi un chef de file pour ce qui est d'attirer de l'IED

Depuis la crise financière et le ralentissement économique mondial qui a suivi, le Canada s'en est mieux tiré que les grandes économies mondiales pour ce qui est d'attirer de l'investissement étranger direct (IED) : de 2010 à 2014, le Canada est arrivé au premier rang des bénéficiaires de flux d'IED par habitant parmi les pays du G-7 et au deuxième rang parmi les pays du G-20, derrière l'Australie.

Figure 4-9

Équivalent textuel pour Figure 4-9

Facteurs économiques et institutionnels liés à l’attraction des IDE : classement G-7

  • Canada
  • R.U.
  • Japon
  • Allemagne
  • É.U
  • France
  • Italie

*L’index 2015 classe 136 pays sur la base de 61 variables agrégeant quatre catégories : facilité de faire des affaires, fondamentaux économiques, qualité réglementaire et l’état de droit. Chacune des 4 catégories mesure un facteur économique ou institutionnel lié a l’attraction des investissements directs à l’étranger.

Source: Milken Institute, juillet 2015

…grâce à son contexte économique et institutionnel favorable aux IDE

Le Global Opportunity Index* positionne le Canada au premier rang des pays du G-7 et du G-20 et au sixième rang des 136 pays évalués, relativement aux facteurs économiques et institutionnels liés à l’attraction des investissements directs à l’étranger (IDE).

5. Un accès facile aux marchés

Figure 5-1

Équivalent textuel pour Figure 5-1
Nombre annuel de passages à la frontière - 1983-1992
Nombre total de camions et de voyageurs aériens du Canada et des États-Unis
(dans les deux sens)
 1983198419851986198719881989199019911992
Camions5,1505,9166,4456,8957,0977,4117,5247,2987,1827,788
Avions9,0809,5659,87410,86011,56212,54413,01713,74112,54713,148
Nombre annuel de passages à la frontière - 1983-1992
Nombre total de camions et de voyageurs aériens du Canada et des États-Unis
(dans les deux sens)
 1993199419951996199719981999200020012002
Camions8,7319,66310,31610,93111,56612,19413,33813,63613,17713,464
Avions13,61113,50314,81617,08618,13419,01019,64420,82418,56817,575
Nombre annuel de passages à la frontière - 1983-1992
Nombre total de camions et de voyageurs aériens du Canada et des États-Unis
(dans les deux sens)
 2003200420052006200720082009201020112012*
Camions13,19813,44813,33312,93512,57111,5439,77110,51710,54010,780
Avions16,87318,50719,86121,07521,45721,73820,52921,96422,75324,022
Nombre annuel de passages à la frontière - 1983-1992
Nombre total de camions et de voyageurs aériens du Canada et des États-Unis
(dans les deux sens)
 2013*2014*2015*
Camions10,74310,72010,559
Avions24,67225,97027,580

Source : Statistique Canada et Transports Canada, 2016 (*Données préliminaires de 2015 sur les voyageurs aériens)

Le Canada a un système simplifié de circulation transfrontalière…

Le marché nord-américain est desservi par un réseau de transport bien intégré, l’un des meilleurs au monde.

  • Après une période d’essai, on met en opération des postes frontaliers à permis automatisés, des systèmes d’identification des transporteurs et des centres de traitement communs pour faciliter le mouvement des biens.
  • Résultat : le système d’inspection aux frontières est l’un des plus efficaces au monde.

Figure 5-2

Carte du Nord et l'Amérique centrale

* Source : FMI, Fiscal Monitor, avril 2016

…avec un accès direct au marché de l’ALENA

Les entreprises canadiennes ont accès à un marché de 484 millions de consommateurs qui représente un PIB combiné de près de 20 billions $US.*

Bon nombre de centres canadiens de production sont situés plus près des marchés américains que ne le sont certains centres de production américains. Des 20 plus grandes villes canadiennes, 16 sont situées à moins d’une heure et demie de route des États-Unis.

…et un système de transport efficace qui lie l'Amérique du Nord à l'Asie et à l'Europe

Un système de transport fiable et efficient est essentiel pour assurer une participation efficace aux chaînes d'approvisionnement mondiales.

En octobre 2006, le Canada a lancé l'Initiative de la porte et du corridor de l'Asie-Pacifique, une harmonisation sans précédent des investissements des secteurs public et privé visant à renforcer la position du Canada en tant que point d'accès rapide, efficace et sûr entre l'Amérique du Nord et l'Asie.

Ces investissements ont amélioré le flux de personnes, de marchandises et de services sur les chemins de fer, les routes et les ponts ainsi que dans les ports et les aéroports du Canada.

Par rapport à d'autres ports en Amérique du Nord, les ports en eau profonde de l'Atlantique et du Pacifique du Canada permettent aux entreprises d'épargner jusqu'à deux jours de navigation.

6. Un excellent endroit où vivre

Figure 6-1

Équivalent textuel pour Figure 6-1

Indicateur du bien-être* – Classement du G-7

  • Canada : 7,75
  • É.U. : 7,66
  • Allemagne : 7,35
  • R.U. : 7,10
  • France : 6,45
  • Japon : 6,03
  • Italie : 5,81

* Index fondé sur une moyenne pondérée de 11 thèmes (hébergement, revenu, emplois, communauté, éducation, environnement, engagement civique, santé, satisfaction de vivre, sécurité et équilibre travail-vie) définis comme essentiels par l'OCDE dans les domaines des conditions de vie matérielles et de la qualité de vie.

Source : OCDE, juin 2015

La qualité de vie générale au Canada figure parmi l'une des meilleures au monde…

Le Canada se classe au premier rang parmi les pays du G-7 et au sixième rang parmi les 34 pays de l'OCDE en ce qui a trait aux conditions de vie et à la qualité de vie en général.

Figure 6-2

Équivalent textuel pour Figure 6-2

Produit intérieur brut par habitant des pays du G-7 (2013)
(En dollars américains, au taux de change du marché)

  • États-Unis : 55 805 $
  • Royaume-Uni : 43 771 $
  • Canada : 43 332 $
  • Allemagne : 40 997 $
  • France : 37 675 $
  • Japon : 32 486 $
  • Italie : 29 867 $

* Source : FMI, Fiscal Monitor, avril 2016

…et le niveau de vie plus élevé des pays du G-7…

Le Canada possède l’un des niveaux de vie les plus élevés au monde, se positionnant au 3e rang des pays du G-7 et au 4e rang des pays du G-20, tel que mesuré par son produit intérieur brut (PIB) par habitant.

Figure 6-3

Équivalent textuel pour Figure 6-3

Classement général sur la qualité de vie ( 25 premiéres villes)

  • 1ere - Vienne
  • 2e - Zurich
  • 3e - Auckland
  • 4e - Munich
  • 5e - Vancouver
  • 6e - Dusseldorf
  • 7e - Frankfurt
  • 8e - Genéve
  • 9e - Copenhague
  • 10e - Sydney
  • 11e - Amsterdam
  • 12e - Wellington
  • 13e - Berlin
  • 14e - Berne
  • 15e - Toronto
  • 15e - Melbourne
  • 17e - Ottawa
  • 18e - Hambourg
  • 19e - Luxembourg
  • 19e - Stockholm
  • 21e - Bruxelles
  • 21e - Perth
  • 23e - Montréal
  • 24e - Stuttgart
  • 24e - Nurnberg

Source : Mercer Human Resources Consulting : mars 2016

…une qualité de vie exceptionnelle dans les villes…

Selon un classement annuel récent sur la qualité de vie de 230 villes dans le monde, quatre villes canadiennes se retrouvent dans les 25 premières.

Figure 6-4

Équivalent textuel pour Figure 6-4

Réputation à l'échelle mondiale* – Classement des dix premiers pays

  1. Canada
  2. Norvège
  3. Suède
  4. Suisse
  5. Australie
  6. Finlande
  7. Nouvelle-Zélande
  8. Danemark
  9. Pays Bas
  10. Belgique

Classement selon le rapport Country RepTrak™ 2014 du Reputation Institute, une étude annuelle qui vise à mesurer les opinions du public à l'égard de 55 pays du monde. Cette étude évalue le degré général de confiance, de respect, d'admiration et de bons sentiments du public pour ces pays, ainsi que leurs perceptions par rapport à 16 caractéristiques différentes, y compris une bonne qualité de vie, un endroit sûr où vivre et une grande importance accordée à l'environnement.

Source : Reputation Institute, New York, juillet 2015

…et la meilleure réputation globale à l'échelle mondiale

Le Reputation Institute considère que le Canada bénéficie de la meilleure réputation parmi 55 pays, sur la base de plusieurs indicateurs, incluant une bonne qualité de vie, un endroit sécuritaire où vivre, une économie avancée, un gouvernement efficace et un environnement attrayant.

Figure 6-5

Équivalent textuel pour Figure 6-5

Classement du G-7 selon l'indice mondial de la paix*

  1. Canada
  2. Japon
  3. Allemagne
  4. Italie
  5. R.-U.
  6. France
  7. É.-U.

* Classement parmi 162 pays. Cet indice classe les pays selon leur degré de pacifisme à l'échelle nationale et internationale, en s'appuyant sur 22 indicateurs, notamment le nombre de soldats tués à l'étranger, le taux d'actes criminels violents commis à l'échelle nationale et les relations avec les pays voisins.

Source : Economist Intelligence Unit, juin 2015

Le Canada est un modèle à suivre en matière de pacifisme.

Selon l'indice mondial de la paix (Global Peace Index), une mesure établie récemment par l'Economist Intelligence Unit, le Canada se classe un premier rang parmi les membres du G-7 et septième parmi les 162 pays examinés.

Figure 6-6

Équivalent textuel pour Figure 6-6

Classement des pays du G-7 selon l'indice de démocratie*

  1. Canada
  2. Allemagne
  3. R.-U.
  4. É.-U.
  5. Japon
  6. France
  7. Italie

*Rang parmi les 167 pays recensés. Les pays sont classés en fonction de 60 indicateurs regroupés en cinq grandes catégories : processus électoral et pluralisme, libertés civiles, fonctionnement du gouvernement, participation politique et culture politique.

Source : Economist Intelligence Unit, avril 2015

…et démocraties dynamiques

Selon l'indice de démocratie de l'Economist Intelligence Unit, le Canada occupe le premier rang des pays du G-7, le premier des pays du G-20 et le septième des 167 pays recensés.

Figure 6-7

Équivalent textuel pour Figure 6-7

Sécurité* – Rang à l'échelle mondiale

  • Canada: 8,8
  • Allemagne : 8,6
  • R.-U. : 8,3
  • Japon : 8,1
  • É.-U. : 8,1
  • France : 7,3
  • Italie : 5,2

* Confiance dans la protection des personnes et des biens. Rang parmi les 61 pays étudiés dans le 2015 World Competitiveness Yearbook.

Justice** – Rang à l'échelle mondiale

  • Allemagne : 8,3
  • R.-U. : 8,1
  • Canada: 7,9
  • Japon : 7,8
  • É.-U. : 7,5
  • France: 6,6
  • Italie : 3,3

**Degré d'équité du système judiciaire dans la société visée. Classement parmi les 61 pays mentionnés dans le 2015 World Competitiveness Yearbook.

Source : IMD

Le Canada est également une société …

Le Canada figure parmi les chefs de file des pays du G-7 aux chapitres de la sécurité, que ce soit pour y vivre ou y faire des affaires, et de l'équité de l'administration du système judiciaire.

Figure 6-8

Équivalent textuel pour Figure 6-8

Égalité des chances* — Rang à l'échelle mondiale

  • Canada : 7,70
  • R.-U. : 6,78
  • Japon : 6,54
  • É-U. : 6,50
  • France : 5,79
  • Allemagne : 5,63
  • Italie : 5,06

* La race, le sexe et les origines familiales ne sont pas des obstacles à la compétitivité. Classement parmi les 61 pays mentionnés dans le 2015 World Competitiveness Yearbook

Source : IMD

…le pays de l'égalité des chances…

Parmi les pays du G-7, le Canada se classe premier pour ce qui est de l'égalité des chances entre les personnes d'origines diverses.

Figure 6-9

Équivalent textuel pour Figure 6-9
Distribution linguistique au Canada* (% de la population)
 20012011
Anglais59,157,8
Français22,921,7
Autre18,020,6

*selon la langue maternelle.

Source : Statistique Canada, Recensements de 2001 et 2011

Le Canada est une société riche sur le plan multiculturel

Le Canada est l'un des pays du monde affichant la plus grande diversité linguistique, puisqu'on y recense plus de 200 langues comme langue maternelle.

Il y a eu un recul alors que la proportion de la population dont la langue maternelle n’est ni le français ni l’anglais a globalement augmenté, passant de 18,0 % en 2001 à 20,6 % en 2011.

Le Canada – De solides raisons pour y investir

Les facteurs économiques fondamentaux du Canada et ses avantages relatifs en matière de coûts créent un climat commercial de premier ordre. Le Canada propose :

D’excellents facteurs économiques fondamentaux

  • Les taux d'inflation et d'intérêt sont faibles
  • L’une des économies les plus solides du G-7

Un climat d'affaires hautement concurrentiel

  • Facilité de création et d'exploitation d'une nouvelle entreprise
  • Coûts concurrentiels
  • Un régime fiscal concurrentiel
  • Environnements financier et technologique solides

Une main-d'œuvre dynamique

  • L'une des mains-d'œuvre les plus instruites et les plus axées sur l'international
  • Formation de qualité du personnel de direction
  • Des travailleurs compétents en matière de technologie

Un lieu propice à l'investissement

  • Traitement fiscal de qualité de la R-D
  • Un chef de file mondial de la recherche de niveau postsecondaire

Un accès facile aux marchés

  • Grâce à sa situation géographique et à l’ALENA, le Canada offre un accès facile au marché le plus prospère du monde
  • Des liaisons hautement efficaces en matière de transport avec l’Asie et à l’Europe

Un excellent endroit où vivre

  • Globalement, une qualité de vie exceptionnelle
  • Une société riche sur le plan multiculturel

Investir au Canada

Par l'entremise des missions diplomatiques du Canada à l'étranger et grâce à un accès direct à des contacts en matière d'investissement à l'échelle nationale, provinciale et municipale au Canada, la Direction générale de l'Investissement au Canada du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement est bien placée pour vous aider à accroître vos investissements. Venez découvrir tout ce que le Canada peut vous offrir à : www.investiraucanada.com

Pour des informations complémentaires, veuillez contacter nos spécialistes d’investissement à votre ambassade, haut-commissariat ou consulat du Canada local  : www.tradecommissioner.gc.ca/

Pensez Canada! est préparé par Arif Mahmud,
Analyse et stratégie des investissements
Bureau de l'économiste en chef