Le point sur le commerce et l'investissement – 2009

II. Aperçu de l'évolution du commerce mondial

Avec, en toile de fond, le ralentissement de la croissance dans l'économie mondiale et la grande volatilité des prix des produits de base, les exportations mondiales de marchandises ont crû de 15 p. 100 au cours de 2008 en termes nominaux, pour atteindre 15,8 billions de dollars É.U.5 Les exportations de services commerciaux étaient en hausse de 11 p. 100, à 3,7 billions de dollars É. U.1 La progression plus rapide du commerce des marchandises peut s'expliquer par la montée des prix des produits de base durant l'année, notamment un bond de 40 p. 100 des prix de l'énergie.

Après septembre, on a assisté à une baisse soudaine des échanges commerciaux. Un aspect notable du ralentissement du commerce et de la production dans le monde est son synchronisme. Les exportations et les importations mensuelles des principales économies développées et en développement ont chuté à l'unisson dans la dernière partie de l'année.

En termes réels, la croissance du commerce mondial des marchandises est tombée à 2,0 p. 100 en 2008, alors qu'elle avait atteint 6,0 p. 100 en 2007. Le déclin de 4 points de pourcentage a contribué à ramener la croissance réelle des exportations de marchandises au niveau de la croissance réelle de la production mondiale, qui a avancé de 1,7 p. 100.

Les écarts observés dans la croissance réelle des échanges commerciaux entre les régions demeurent importants et traduisent des variations marquées dans l'activité économique et des mouvements de prix relatifs. Le tableaugénéral fait ressortir une croissance continue durant la première moitié de l'année, les pays exportateurs de pétrole profitant notamment des niveaux record des prix des produits de base. Par la suite, la croissance a fléchi et les premiers signes d'un sérieux ralentissement sont apparus dans la seconde moitié de l'année, d'abord aux États-Unis, puis dans d'autres pays développés et, enfin, dans les pays en développement.

Le commerce des marchandises

Le commerce en valeur (nominal)

La valeur des exportations mondiales de marchandises a augmenté de 15 p. 100 en 2008, pour atteindre 15,8 billions de dollars É.-U. - un taux légèrement inférieur à celui de 16 p. 100 enregistré en 2007. Les chiffres annuels du commerce, exprimés en dollars, ont été largement influencés par les variations des prix des produits de base et des taux de change en 2008. Même si les prix des carburants ont terminé l'année 2008 sous leur niveau le plus bas de 2007, les prix moyens ont été d'environ 40 p. 100 plus élevés en 2008 qu'en 2007, ce qui a eu tendance à gonfler la valeur des importations totales de marchandises dans la plupart des pays.

Une dichotomie évidente est apparue entre les économies développées et les économies en développement au chapitre de la performance commerciale en 2008. Les économies développées ont enregistré des taux de croissance des exportations et des importations de marchandises inférieurs à ceux des économies en développement.

En débutant par l'Amérique du Nord, les exportations ont avancé de 10 p. 100, à 2,0 billions de dollars É. U. en 2008, tandis que les importations augmentaient de 7 p. 100 pour atteindre 2,9 billions de dollars É. U. Au sein de la région, c'est aux États-Unis que les exportations ont progressé le plus vite (à un rythme de 12 p. 100), tandis qu'au Canada (hausse de 8 p. 100) et au Mexique (hausse de 7 p. 100) la progression a été moins rapide. Les importations ont augmenté de 9 p. 100 au Mexique et de 7 p. 100 au Canada et aux États-Unis (tableau 2-1).

Tableau 2-1
Commerce mondial des marchandises, par région et pour certains pays (dollars É.-U.)
 ExportationsImportations
 Valeur 2008Part 2008Variation annuelle 2007Variation annuelle 2008Valeur 2008Part 2008Variation annuelle 2007Variation annuelle 2008
Monde15 775 000 000 000 $100,0 %16 %15 %16 120 000 000 000 $100,0 %15 %15 %
Amérique du Nord2 049 000 000 000 $13,0 %11 %10 %2 909 000 000 000 $18,0 %6 %7 %
États-Unis1 301 000 000 000 $8,2 %12 %12 %2 166 000 000 000 $13,4 %5 %7 %
Canada456 000 000 000 $2,9 %8 %8 %418 000 000 000 $2,6 %9 %7 %
Mexique232 000 000 000 $1,5 %9 %7 %323 000 000 000 $2,0 %10 %9 %
Amérique du Sud et Amérique centrale602 000 000 000 $3,8 %14 %21 %595 000 000 000 $3,7 %25 %30 %
Brésil198 000 000 000 $1,3 %17 %23 %183 000 000 000 $1,1 %32 %44 %
Europe6 456 000 000 000 $40,9 %16 %12 %6 833 000 000 000 $42,4 %16 %12 %
UE(27)5 913 000 000 000 $37,5 %16 %11 %6 268 000 000 000 $38,9 %16 %12 %
Germany1 465 000 000 000 $9,3 %19 %11 %1 206 000 000 000 $7,5 %16 %14 %
France609 000 000 000 $3,9 %11 %10 %708 000 000 000 $4,4 %14 %14 %
Italy540 000 000 000 $3,4 %18 %10 %556 000 000 000 $3,4 %14 %10 %
R.-U.458 000 000 000 $2,9 %-2 %4 %632 000 000 000 $3,9 %4 %1 %
CEI703 000 000 000 $4,5 %20 %35 %493 000 000 000 $3,1 %35 %31 %
Russie472 000 000 000 $3,0 %17 %33 %292 000 000 000 $1,8 %36 %31 %
Afrique561 000 000 000 $3,6 %18 %29 %466 000 000 000 $2,9 %24 %27 %
Moyen-Orient1 047 000 000 000 $6,6 %16 %36 %575 000 000 000 $3,6 %25 %23 %
Asie4 355 000 000 000 $27,6 %16 %15 %4 247 000 000 000 $26,3 %15 %20 %
China1 428 000 000 000 $9,1 %26 %17 %1 133 000 000 000 $7,0 %21 %19 %
Japan782 000 000 000 $5,0 %10 %10 %762 000 000 000 $4,7 %7 %22 %
India179 000 000 000 $1,1 %22 %22 %292 000 000 000 $1,8 %25 %25 %
NEIs1 033 000 000 000 $6,5 %11 %10 %1 093 000 000 000 $6,8 %11 %17 %

Sources : OMC et calculs des auteurs

Comme en Amérique du Nord, le commerce de l'Europe a progressé moins rapidement qu'à l'échelle mondiale. Pour l'ensemble de la région, les exportations et les importations ont progressé de 12 p. 100 en 2008, les exportations atteignant 6,5 billions de dollars É. U. et les importations, 6,8 billions de dollars É. U. Les exportations de l'Allemagne, de la France et de l'Italie ont augmenté à des taux légèrement inférieurs à la moyenne régionale, tandis que leurs importations ont progressé un peu plus vite que celles de l'ensemble de la région (sauf pour l'Italie). La performance commerciale du Royaume-Uni a été beaucoup plus faible que celle de ses trois partenaires européens du G7. Les exportations britanniques ont avancé d'un modeste 4 p. 100 l'an dernier, après avoir reculé de 2 p. 100 l'année précédente, tandis que la croissance des importations a ralenti à 1 p. 100, après un gain de 4 p. 100 en 2007.

Les exportations du Japon ont suivi la tendance des autres pays du G7, si l'on fait exception du Royaume-Uni : en 2008, les exportations japonaises ont progressé de 10 p. 100 pour atteindre 782 milliards de dollars É. U. Cependant, les importations ont augmenté à un rythme beaucoup plus élevé, soit 22 p. 100, pour s'établir à 762 milliards de dollars É. U. Cette progression a été nettement plus rapide que celle de 7 p. 100 enregistrée en 2007.

Les économies en développement ont connu une expansion beaucoup plus robuste de leurs échanges commerciaux en 2008. Grâce aux recettes pétrolières, les pays du Moyen-Orient ont enregistré le plus haut taux de croissance de leurs exportations parmi l'ensemble des régions en 2008, soit 36 p. 100, à 1,0 billion de dollars É.-U. La valeur des exportations dans la région a augmenté à un rythme deux fois supérieur à celui de 16 p. 100 observé en 2007. Par ailleurs, les importations ont crû de 23 p. 100, à 575 milliards de dollars É. U.

La Communauté des États indépendants (CEI) a enregistré une solide croissance de ses exportations et de ses importations, grâce à la vigueur des industries extractives de la région. Les exportations ont bondi de 35 p. 100 pour atteindre 703 milliards de dollars É. U., tandis que les importations gagnaient 31 p. 100, à 493 milliards dollars É. U.

À l'instar des autres régions riches en ressources naturelles, l'Afrique a aussi connu une forte croissance de ses exportations et de ses importations en 2008. Les exportations ont avancé de 29 p. 100, à 561 milliards de dollars É. U., tandis que les importations grimpaient à 466 milliards de dollars É. U., une hausse de 27 p. 100 par rapport à l'année précédente.

L'Amérique du Sud et l'Amérique centrale ont vu leurs exportations et leurs importations croître plus rapidement en 2008 qu'en 2007. Ainsi, les exportations ont progressé de 21 p. 100, comparativement à une hausse de 14 p. 100 en 2007, tandis que les importations grimpaient de 30 p. 100, contre une augmentation de 25 p. 100 l'année précédente.

La baisse du taux de croissance des exportations chinoises a contribué à limiter la croissance des exportations en provenance d'Asie à 15 p. 100 en 2008. Les exportations de la Chine ont progressé de 17 p. 100 en 2008, comparativement à 26 p. 100 un an plus tôt. Les importations dans la région ont connu une croissance plus rapide en 2008 qu'en 2007 - 20 p. 100 par rapport à 15 p. 100 - sous l'effet des solides gains faits par les NEI6 asiatiques et la forte progression, précédemment mentionnée, au Japon.

Le commerce en volume (réel)

En volume, les échanges de marchandises n'ont augmenté que de 2,0 p. 100 en 2008, ce qui est inférieur au taux de croissance de 6,0 p. 100 inscrit en 2007 et au taux annuel moyen de 5,7 p. 100 pour la période 1998-2008. La Communauté des États indépendants est la région qui a connu la performance commerciale la plus robuste en termes réels en 2008, avec le taux le plus élevé de croissance des exportations en volume, soit 6,0 p. 100, et le second taux de croissance le plus élevé des importations, soit 15,0 p. 100, par rapport à l'année précédente.

Pour l'Afrique, le rythme d'expansion des exportations et des importations en volume a ralenti en 2008, baissant à 3,0 p. 100 du côté des exportations, contre 4,5 p. 100 en 2007, et reculant légèrement à 13,0 p. 100 du côté des importations, contre un taux de 14,0 p. 100 un an plus tôt.

La croissance des volumes d'exportations et d'importations au Moyen-Orient a aussi ralenti en 2008, glissant de 4,0 p. 100 à 3,0 p. 100 pour les exportations, et de 14,0 p. 100 à 10,0 p. 100 pour les importations d'une année à l'autre.

L'Amérique du Sud et l'Amérique centrale ont vu leurs exportations progresser de 1,5 p. 100, un taux légèrement inférieur à la moyenne mondiale. Cependant, la région a enregistré le plus haut de croissance des importations, à 15,5 p. 100. Ces taux étaient tout de même inférieurs à ceux de 2007, alors que les volumes exportés avaient progressé de 3,0 p. 100 et que les volumes importés étaient en hausse de 17,5 p. 100.

En volume, la croissance des échanges commerciaux en Asie a sensiblement fléchi en 2008 par rapport à 2007. En volume, les exportations ont augmenté de 4,5 p. 100 alors qu'elles avaient avancé de 11,5 p. 100 l'année précédente; les importations étaient en hausse de 4,0 p. 100, soit la moitié du taux de croissance de 8,0 p. 100 enregistré un an plus tôt. Les replis ont été généralisés, mais plus prononcés dans le cas de la Chine (où la croissance des exportations a ralenti à 8,5 p. 100, contre 19,5 p. 100 l'année précédente, tandis que la croissance des importations tombait à 4,0 p. 100, par rapport à 13,5 p. 100 en 2007) et de l'Inde (où la croissance des exportations a ralenti à 7,0 p. 100, comparativement à 13 p. 100 un an plus tôt, et la croissance des importations à 12,5 p. 100, en regard de 16,0 p. 100 en 2007).

L'Europe a connu la croissance la plus léthargique de toutes les régions en 2008, les volumes exportés affichant une hausse de seulement 0,5 p. 100, tandis que les volumes d'importations baissaient de 1,0 p. 100. Cela contraste nettement avec 2007 où, en volume, tant les exportations que les importations avaient progressé de 4,0 p. 100.

Enfin, en Amérique du Nord, les exportations réelles de marchandises ont avancé à un rythme inférieur à la moyenne mondiale pour la seconde année de suite en 2008, augmentant de seulement 1,5 p. 100, en dépit d'une progression de 5,5 p. 100 des volumes exportés aux États-Unis, exprimés en dollars É. U. Du côté des importations, les volumes ont fléchi de 2,5 p. 100 pour l'ensemble de la région, sous l'effet d'un recul de 4,0 p. 100 des volumes importés aux États-Unis.

Prix et taux de change

Les prix sensiblement plus élevés de l'énergie en 2008 ont eu un profond impact sur le commerce des marchandises exprimé en valeurs nominales et sur les taux de croissance en comparaison avec 2007. Le coût du baril de pétrole7 a grimpé à plus de 140 dollars É. U. au début de juillet, marquant un sommet de 145,28 dollars É. U. le 3 juillet. Cependant, les prix sont retombés après juillet et ont terminé l'année à moins de 45 dollars É. U. le baril, devant la modération de la demande de pétrole et le ralentissement de l'économie partout dans le monde. Néanmoins, les prix de l'énergie ont augmenté de 40 p. 100 en moyenne l'an dernier. Mis à part l'énergie, les prix des aliments et des boissons ont grimpé de 23 p. 100 en 2008, tandis que les prix des matières premières agricoles reculaient de moins de 1 p. 100 et que les prix des métaux perdaient 8 p. 100, selon les données du Fonds monétaire international (FMI).

L'appréciation du dollar É. U. par rapport aux autres monnaies, notamment l'euro, à la fin de 2008 a aussi influé sur les chiffres du commerce en termes nominaux. La croissance des échanges commerciaux dans les pays de la zone euro est probablement sousévaluée du fait que ceux-ci sont exprimés en dollars. Dans une large mesure, le renforcement du dollar semble attribuable à un déplacement vers cette devise, perçue comme une "valeur refuge".

Le dollar canadien, la livre britannique et le won coréen ont suivi des trajectoires similaires à celle de l'euro, s'appréciant par rapport au dollar au cours des dernières années pour ensuite connaître un revirement de tendance marqué à mesure que s'aggravait la crise financière. Le yuan chinois a progressivement gagné du terrain sur le dollar depuis 2005 et est demeuré assez stable durant la seconde moitié de 2008 malgré la turbulence des marchés financiers. Le yen japonais s'est par ailleurs fortement apprécié.

Principaux pays participant au commerce des marchandises

La valeur des exportations de marchandises de l'Allemagne (hausse de 11 p. 100 en 2008) a été légèrement supérieure à celle de la Chine, en dépit du taux de croissance plus élevé de ce pays (17 p. 100); l'Allemagne conserve donc la position de tête parmi les principaux exportateurs de marchandises dans le monde (tableau2-2). La part des exportations mondiales de marchandises détenue par ce pays atteint 9,1 p. 100, en comparaison de 8,9 p. 100 pour la Chine.

Tableau 2-2a
Principaux pays exportateurs dans le commerce mondial des marchandises, 2008 (dollars É.-U.)
 2008 Rang2007 Rang2008 Valeur2008 Part
Allemagne111 465 000 000 000 $9,1 %
Chine221 428 000 000 000 $8,9 %
États-Unis331 301 000 000 000 $8,1 %
Japon44782 000 000 000 $4,8 %
Pays-Bas56634 000 000 000 $3,9 %
France65609 000 000 000 $3,8 %
Italie77540 000 000 000 $3,3 %
Belgique89477 000 000 000 $3,0 %
Russie9-472 000 000 000 $2,9 %
Royaume-Uni108458 000 000 000 $2,8 %
Canada1110456 000 000 000 $2,8 %
Tableau 2-2b
Principaux pays importateurs dans le commerce mondial des marchandises, 2008 (dollars É.-U.)
 2008 Rang2007 Rang2008 Valeur2008 Part
États-Unis112 166 000 000 000 $13,2 %
Allemagne221 206 000 000 000 $7,3 %
Chine331 133 000 000 000 $6,9 %
Japon44762 000 000 000 $4,6 %
France56708 000 000 000 $4,3 %
Royaume-Uni65632 000 000 000 $3,9 %
Pays-Bas78574 000 000 000 $3,5 %
Italie87556 000 000 000 $3,4 %
Belgique99470 000 000 000 $2,9 %
Corée10-435 000 000 000 $2,7 %
Canada1110418 000 000 000 $2,5 %

Sources : OMC et calculs des auteurs.

Les États-Unis et le Japon sont demeurés en troisième et quatrième position avec une part des exportations mondiales de marchandises de 8,1 p. 100 et de 5,0 p. 100, respectivement.

Les pays de l'UE continuent d'occuper la plupart des autres places au classement des dix premiers. Parmi les principaux pays exportateurs de l'UE, les Pays-Bas ont enregistré la croissance la plus robuste, soit 15 p. 100, devançant la France au cinquième rang. Cette dernière a glissé au sixième rang, tandis que l'Italie a conservé la septième place. La faible croissance des exportations britanniques, soit 4 p. 100, a fait en sorte que ce pays a reculé de la huitième à la dixième position, tandis que la Belgique s'est hissée d'un cran, au huitième rang.

Sous l'impulsion des prix élevés de l'énergie, les exportations de la Russie ont bondi de 33 p. 100 pour devancer celles du Royaume-Uni et du Canada; ce pays s'est ainsi retrouvé au neuvième rang. En conséquence, le Canada ne fait plus partie des dix principaux exportateurs mondiaux de marchandises, occupant maintenant la onzième position.

Malgré la récession qui sévit et compte tenu de l'appréciation du dollar É.-U., les États-Unis sont demeurés, de loin, le premier importateur de marchandises dans le monde. L'Allemagne, la Chine occupaient les deux positions suivantes, comme dans le classement de 2007. Le Japon, la France et le Royaume-Uni ont changé de place entre 2007 et 2008, le Japon atteignant le quatrième rang, la France devenant le cinquième plus grand pays importateur, et le Royaume-Uni tombant en sixième place. De même, les Pays-Bas et l'Italie ont échangé les deux positions suivantes, les Pays-Bas devenant le septième pays importateur dans le monde et l'Italie glissant au huitième rang. La Belgique a conservé le neuvième rang, tandis que la Corée a décroché la dixième position, reléguant le Canada au onzième rang, hors du peloton des dix principaux pays importateurs.

Le commerce des services

Les exportations mondiales de services ont augmenté de 11 p. 100 en 2008 pour s'établir à 3,7 billions de dollars É. U. (tableau2-3). Les exportations de services de transport ont avancé de 15 p. 100 en 2008, tandis que les exportations de services de voyage et de services commerciaux augmentaient de 10 p. 100. Les services commerciaux, qui englobent les services financiers, comptaient pour un peu plus de la moitié de l'ensemble des services (51,2 p. 100), tandis que les services de voyage et de transport représentaient, chacun, environ le quart (25,3 p. 100 et 23,5 p. 100, respectivement) (tableau 2-4). Les États-Unis demeurent le plus important exportateur et importateur de services commerciaux, les exportations de services atteignant 522 milliards de dollars É. U., tandis que les importations totalisaient 364 milliards de dollars É. U.

Tableau 2-3
Commerce mondial des services, par région et pour certains pays (milliards de dollars É.-U. et pourcentage)
 ExportationsImportations
 Valeur
2008
Part 2008Variation annuelle 2007Variation annuelle 2008Valeur 2008Part 2008Variation annuelle 2007Variation annuelle 2008
Monde3 730 000 000 000 $100,0 %19 %11 %3 470 000 000 000 $100,0 %18 %11 %
Amérique du Nord610 000 000 000 $16,4 %14 %9 %473 000 000 000 $13,6 %9 %6 %
États-Unis522 000 000 000 $14,0 %16 %10 %364 000 000 000 $10,5 %9 %7 %
Canada62 000 000 000 $1,7 %-2 %84 000 000 000 $2,4 %-5 %
Mexique26 000 000 000 $0,7 %--25 000 000 000 $0,7 %--
Amérique du Sud et Amérique centrale109 000 000 000 $2,9 %18 %16 %117 000 000 000 $3,4 %21 %20 %
Brésil29 000 000 000 $0,8 %26 %27 %44 000 000 000 $1,3 %28 %28 %
Europe1 919 000 000 000 $51,4 %21 %11 %1 628 000 000 000 $46,9 %19 %10 %
UE (27)1 735 000 000 000 $46,5 %21 %10 %1 516 000 000 000 $43,7 %19 %10 %
Allemagne235 000 000 000 $6,3 %16 %11 %285 000 000 000 $8,2 %15 %11 %
France153 000 000 000 $4,1 %15 %6 %137 000 000 000 $3,9 %15 %6 %
Italie123 000 000 000 $3,3 %13 %12 %132 000 000 000 $3,8 %21 %12 %
R.-U.283 000 000 000 $7,6 %20 %2 %199 000 000 000 $5,7 %16 %1 %
CEI83 000 000 000 $2,2 %27 %26 %114 000 000 000 $3,3 %30 %25 %
Russie50 000 000 000 $1,3 %27 %29 %75 000 000 000 $2,2 %32 %29 %
Afrique88 000 000 000 $2,4 %22 %13 %121 000 000 000 $3,5 %31 %15 %
Moyen-Orient94 000 000 000 $2,5 %13 %17 %1 585 000 000 000 $4,6 %29 %13 %
Asie837 000 000 000 $22,4 %20 %12 %858 000 000 000 $24,7 %18 %12 %
Chine131 000 000 000 $3,5 %33 %-156 000 000 000 $4,5 %29 %-
Japon144 000 000 000 $3,9 %10 %13 %166 000 000 000 $4,8 %11 %11 %
India106 000 000 000 $2,8 %22 %-91 000 000 000 $2,6 %23 %-
NEIs271 000 000 000 $7,3 %17 %10 %247 000 000 000 $7,1 %15 %7 %

Sources : OMC et calculs des auteurs.

Tableau 2-4
Exportations mondiales de services en 2008 (dollars É.-U.)
 ValeurPartCroissance 2007-08
Ensemble des services3 730 000 000 000 $100,0 %11 %
Transport875 000 000 000 $23,5 %15 %
Voyages945 000 000 000 $25,3 %10 %
Services commerciaux1 910 000 000 000 $51,2 %10 %

Sources : OMC et calculs de l’auteur

Un indicateur de la sévérité du ralentissement du commerce mondial est la chute observée des expéditions internationales. Utilisant des données de l'Association du transport aérien international (IATA), l'OMC indique que le transport aérien de marchandises était en retrait de 23 p. 100 en décembre 2008 par rapport au niveau enregistré un an plus tôt, avec une baisse de 26 p. 100 pour la région de l'Asie-Pacifique. Pour mettre ces chiffres en perspective, signalons que la baisse enregistrée en septembre 2001, lorsque la plupart des avions avaient été cloués au sol temporairement dans le monde, n'a atteint que 14 p. 100.

Une autre mesure qui a reçu beaucoup d'attention récemment est le Baltic Dry Index, un indice du coût d'expédition des marchandises en vrac par la voie maritime publié par le Baltic Exchange de Londres, le principal marché mondial où se négocient les contrats de transport. Les mouvements de cet indice peuvent être rapprochés de la demande mondiale de biens manufacturés. Entre juin et novembre 2008, le Baltic Dry Index a dégringolé de 94 p. 100.

La crise financière ressort clairement des données trimestrielles sur les échanges de services commerciaux en Amérique du Nord. Le commerce de la région, qui affiche une croissance robuste pour les neufs premiers mois de 2008 (13 p. 100 pour les exportations et 10 p. 100 pour les importations), a freiné brusquement au dernier trimestre (repli de 2 p. 100 des exportations et de 3 p. 100 des importations). Le secteur le plus touché est celui des voyages, qui englobe le tourisme (baisse de 2 p. 100 des exportations et de 6 p. 100 des importations). Pour l'ensemble de l'année, les exportations de services en Amérique du Nord ont progressé de 9 p. 100 pour atteindre 603 milliards de dollars É. U., tandis que les importations ont augmenté de 6 p. 100, à 473 milliards de dollars É. U.

En Europe, les exportations de services ont augmenté de 11 p. 100 l'an dernier, pour atteindre 1,9 billion de dollars É. U., tandis que les importations progressaient de 10 p. 100, à 1,6 billion de dollars É. U. L'impact de la crise financière est évident également dans les données trimestrielles sur le commerce des services en Europe. Celles-ci montrent en effet que les exportations de services de la région, qui avaient progressé de 19 p. 100 durant les neuf premiers mois de 2008, ont ensuite reculé de 11 p. 100 au dernier trimestre. Il est à noter que même si les effets des variations des taux de change au dernier trimestre de 2008 ont probablement amplifié l'effet de la crise sur la valeur nominale du commerce des services européen, ils ne peuvent expliquer seuls une baisse aussi importante.

Principaux pays participant au commerce des services

Les États-Unis ont vu leurs exportations de services augmenter de 10 p. 100 en 2008, à 522 milliards de dollars É. U., ce qui place ce pays clairement en tête des exportateurs de services. La part des États-Unis dans les exportations mondiales de services atteignait 14 p. 100 en 2008. Le Royaume-Uni demeure le second plus important exportateur de services, avec une part du total mondial de 7,6 p. 100, ce qui représente 283 milliards de dollars É. U.

L'Allemagne (6,3 p. 100, soit 235 milliards de dollars É. U.), la France (4,1 p. 100, soit 153 milliards de dollars É. U.) et le Japon (3,9 p. 100, soit 144 milliards de dollars É. U.) complètent le palmarès des cinq principaux pays exportateurs de services. Le Japon a gagné une place en délogeant l'Espagne (3,8 p. 100, soit 143 milliards de dollars É. U.), qui est passée au sixième rang.

La Chine demeure au septième rang des pays exportateurs de services, avec une valeur de 137 milliards de dollars É. U. (3,7 p. 100 du total mondial), suivie de l'Italie (3,3 p. 100, soit 123 milliards de dollars É. U.) en huitième place. L'Inde occupe le neuvième rang avec une part de 2,8 p. 100 du total mondial en 2008, représentant une valeur de 106 milliards de dollars É. U.; enfin, les Pays-Bas (2,7 p. 100, soit 102 milliards de dollars É. U.) ont délogé l'Irlande pour devenir le dixième plus important pays exportateur de services.

Du côté des importations, les États-Unis occupent toujours le premier rang avec une hausse de 7 p. 100 de leurs importations de services, à 364 milliards de dollars É. U. (10,5 p. 100 des importations mondiales de services). L'Allemagne occupe le second rang, avec des importations de 285 milliards de dollars É. U. (8,2 p. 100 des importations mondiales de services). Les trois pays suivants au classement des principaux importateurs de services sont le Royaume-Uni, le Japon et la Chine avec, respectivement, 199 milliards de dollars É. U. (5,7 p. 100 du total mondial), 166 milliards de dollars É. U. (4,8 p. 100 du total mondial) et 152 milliards de dollars É. U. (4,4 p. 100 du total mondial). La France, l'Italie, l'Espagne et l'Irlande ont aussi enregistré des importations de services supérieures à 100 milliards de dollars É. U., soit 137 milliards de dollars É. U. (3,9 p. 100 du total), 132 milliards de dollars É. U. (3,8 p. 100), 108 milliards de dollars É. U. (3,1 p. 100) et 103 milliards de dollars É. U. (3,0 p. 100), respectivement. Le seul changement au classement des dix principaux pays importateurs est l'arrivée de la République de Corée (93 milliards de dollars É. U., soit 2,7 p. 100 du total mondial) au dixième rang, reléguant les Pays-Bas en onzième place.


5. Les données utilisées dans ce chapitre proviennent du communiqué PRESS/554 de l'organisation mondiale du commerce, intitulé Monde Trade 2008, Prospects for 2009, du 23 mars 2009. Toutes les données sont exprimées en dollars É.-U. et les taux de croissance sont calculés à partir de ces données. Les services englobent les services de transport et de voyage et les services commerciaux, mais excluent les services gouvernementaux.

6. Les quatre nouvelles économies industrialisées (NEI) sont : Hong Kong, la Corée, Singapour et Taïwan.

7. En dollars É. U. par baril, pétrole brut West Texas Intermediate.