Le point sur le commerce et l'investissement – 2009

V. Points saillants de l'évolution du commerce des marchandises du canada

Dans le chapitre précédent, nous avons brossé un large tableau du commerce canadien. Les produits énergétiques, qui ont subi de fortes fluctuations de prix en cours d'année, ont été à l'origine de changements importants dans la performance commerciale du Canada au niveau bilatéral et régional. De même, les prix élevés des métaux et des produits agricoles ont influé sur les mouvements observés dans les échanges de ces produits. La récession économique aux États-Unis et le ralentissement persistant du marché de l'habitation dans ce pays ont eu de profondes répercussions sur le commerce des produits de l'automobile et des produits forestiers. Ces facteurs ont entraîné une contraction des échanges de ces produits et infléchi l'évolution de la performance commerciale des provinces.

Dans ce chapitre, nous examinons plus en détail les points saillants du commerce des marchandises du Canada en 2008 – au niveau des principaux partenaires commerciaux, des produits de base et des provinces – en utilisant des statistiques sur le commerce canadien compilées au niveau de la classification détaillée des produits et des pays.12

Les exportations de marchandises canadiennes ont atteint 484,4 milliards de dollars en 2008 et les importations de marchandises, 433,2 milliards de dollars. Une bonne partie de ces échanges se concentre sur un petit nombre de pays. En 2008, six pays – les États-Unis, le Royaume-Uni, le Japon, la Chine, le Mexique et l'Allemagne – représentaient près de sept dollars pour chaque tranche de huit dollars d'exportations de marchandises et six dollars pour chaque tranche de huit dollars d'importations des marchandises. Fait à signaler, le Japon a regagné le troisième rang au classement des destinations des exportations canadiennes, tandis que la Chine est retombée en quatrième position; la Corée du Sud a progressé de trois échelons, devenant la septième destination en importance des exportations du Canada.

Pour ce qui est des produits qui ont soutenu la performance commerciale du Canada en 2008, le pétrole brut, les huiles de pétrole et les autres gaz tirés du pétrole (principalement le gaz naturel) ont dominé les échanges de produits énergétiques du Canada, intervenant pour la plus grande partie de l'augmentation des niveaux d'importations et d'exportations et de l'excédent commercial. Les échanges avec les États-Unis ont été le principal moteur de la croissance du commerce des produits énergétiques durant la plus grande partie de 2008; dans le cas du charbon, la progression s'explique par la forte demande provenant de l'Asie, due à des problèmes d'approvisionnement au niveau régional. Dans les secteurs de l'automobile et des produits liés à l'automobile, c'est encore une fois le commerce avec les États-Unis qui est à l'origine de l'évolution observée; dans ce cas, toutefois, il y a eu un repli des échanges accompagné d'une sérieuse détérioration des soldes commerciaux pour les voitures et les camions.

Au-delà des produits énergétiques, les autres produits liés aux ressources qui ont eu une influence considérable sur les échanges commerciaux du Canada en 2008 sont notamment le blé et le canola, où les fortes hausses de prix et de bonnes récoltes au Canada coïncidant avec de mauvaises récoltes ailleurs ont fait grimper les niveaux d'exportation, mais les prix plus élevés ont aussi gonflé les valeurs à l'importation. L'or a connu une année exceptionnelle, alors que les prix ont atteint de nouveaux sommets et que la demande a été robuste, propulsant à la fois les exportations et les importations; le soufre a aussi contribué à une progression marquée des exportations de métaux et minéraux. Les exportations de potasse ont augmenté sensiblement, grâce à la demande provenant des États-Unis et de certaines grandes économies émergentes, tandis que les exportations d'uranium vers l'Europe étaient en net recul.

Dans le secteur de la fabrication de pointe, les exportations de matériel téléphonique et de pièces accusaient une forte baisse, mais les importations de ces produits ont enregistré une croissance robuste. Tant les exportations que les importations d'aéronefs ont diminué en 2008 en raison du fléchissement de la demande au Canada et aux États-Unis. Cependant, les exportations et les importations de turbines à gaz, surtout utilisées dans le secteur aéronautique, ont fortement progressé, principalement sous l'effet d'une augmentation des échanges avec les États-Unis.

Le commerce avec les dix principaux partenaires commerciaux du Canada

Les exportations de marchandises

Les exportations de marchandises canadiennes vers le monde ont progressé de 7,5 p. 100 en 2008, pour atteindre 484,4 milliards de dollars, une augmentation de 33,7 milliards de dollars.

Les États-Unis ont été la principale destination des exportations de marchandises du Canada, accaparant un peu plus des trois quarts des exportations totales. En dépit d'une demande léthargique13, les exportations aux États-Unis ont gagné 20,4 milliards de dollars (5,7 p. 100) en 2008, pour s'établir à 376,3 milliards de dollars, en raison principalement de la hausse des prix des produits de base durant la première moitié de l'année. La plus grande partie des gains est attribuable aux produits énergétiques, notamment le pétrole brut, en hausse de 25,8 milliards de dollars (62,0 p. 100) et le gaz naturel, en hausse de 5,2 milliards de dollars (18,2 p. 100); les exportations de produits de l'automobile ont par contre chuté brusquement. Les exportations de camions ont reculé de 6,1 milliards de dollars (63,8 p. 100), tandis que les exportations de voitures baissaient de 5,9 milliards de dollars (14,9 p. 100). Les exportations de pièces d'automobiles étaient aussi en baisse de 2,8 milliards de dollars (22,0 p. 100).

Le Royaume-Uni arrive au second rang des destinations des exportations canadiennes avec 13,1 milliards de dollars (2,7 p. 100). Le ralentissement marqué de l'économie britannique a assombri les perspectives d'exportation du Canada dans ce pays, ce qui explique que les exportations n'aient progressé que de 2,0 p. 100. Les exportations d'or ont fait une contribution positive, avec une augmentation de 52,5 p. 100, imputable à la forte hausse du prix de ce métal mentionnée au chapitre précédent. La valeur des exportations de diamants a plus que doublé, atteignant près de 1,4 milliard de dollars. La demande accrue d'or et de diamants à des fins de placement explique vraisemblablement la montée des exportations de ces produits depuis que la crise financière a frappé de plein fouet le Royaume-Uni en 2008.

Le Japon a repris le troisième rang (délogeant la Chine) en 2008, alors que les exportations vers ce pays ont bondi de 20,2 p. 100, à 11,1 milliards de dollars. Les exportations de charbon ont plus que doublé pour atteindre 2,3 milliards de dollars, une conséquence directe des problèmes éprouvés par les fournisseurs traditionnels de charbon de la région, tels que la Chine (tempêtes de neige) et l'Australie (pluies torrentielles et des inondations). Les exportations de canola et de blé ont aussi augmenté par suite des récoltes record enregistrées au Canada et d'un resserrement de l'offre en provenance d'autres pays, causé par un climat chaud et sec. Les exportations de canola étaient en hausse de 56,3 p. 100, à 1,4 milliard de dollars, tandis que les exportations de blé ont fait un bond de 76,0 p. 100, pour s'établir à 551 millions de dollars.

La Chine a glissé au quatrième rang, même si les exportations canadiennes vers ce pays ont progressé de 10,4 milliards de dollars (9,2 p. 100). Les exportations de soufre en Chine ont presque triplé, avançant de 544,1 millions de dollars, à 819,6 millions de dollars. Comme dans le cas du Japon, les exportations canadiennes de charbon en Chine étaient en hausse, gagnant 158 millions de dollars – douze fois le niveau enregistré en 2007. Les exportations de graines de canola ont progressé de 451 millions de dollars, à 781,9 millions de dollars, tandis que les exportations d'huile de canola fléchissaient de 75,6 millions de dollars, à 172,9 millions de dollars. Le bilan pour les produits du nickel est partagé : les exportations de nickel brut ont fléchi de 322,7 millions de dollars, tandis que les exportations de mattes de nickel et d'autres produits intermédiaires ont augmenté de 166,3 millions de dollars.

Le Mexique était le cinquième plus important pays d'accueil des exportations canadiennes en 2008. Les exportations au Mexique ont atteint 5,8 milliards de dollars, ce qui représente une hausse de 887,2 millions de dollars (17,9 p. 100) par rapport à 2007. Les exportations de canola, en progression de 365,7 millions de dollars (80,3 p. 100) et les exportations de charbon, en hausse de 127,3 millions de dollars (593,0 p. 100) ont dominé la liste des gains. Parmi les autres avancées dignes de mention, il y a les exportations de circuits électroniques intégrés et de pièces de machines, qui ont connu des hausses de 259,1 millions de dollars et de 140,0 millions de dollars, respectivement.

L'Allemagne se classait au sixième rang en 2008, alors qu'elle occupait le septième rang en 2007. Les exportations vers l'Allemagne ont progressé de 594,1 millions de dollars (15,3 p. 100) pour s'établir à 4,5 milliards de dollars. Trois produits expliquent l'essentiel de cette progression : le minerai de fer, en hausse de 423,7 millions de dollars (96,2 p. 100), le charbon, en hausse de 104,8 millions de dollars (56,3 p. 100) et le minerai de cuivre, en hausse de 99,7 millions de dollars (66,2 p. 100).

La Corée du Sud arrivait en septième place en 2008, alors qu'elle était dixième au classement en 2007. Les exportations vers la Corée du Sud étaient en hausse de 812,7 millions de dollars (27,0 p. 100), à 3,8 milliards de dollars. Les exportations de charbon sont à la base de la plus grande partie de cette augmentation, avec un gain de 717,9 millions de dollars (129,3 p. 100).

Les Pays-Bas se classaient au huitième rang en 2008, les exportations vers ce pays ayant fléchi de 344,7 millions de dollars (8,5 p. 100), à 3,7 milliards de dollars. La dégringolade des exportations d'uranium et d'autres éléments radioactifs et isotopes, soit 453,7 millions de dollars (84,8 p. 100), explique la plus grande partie de ce repli. Parmi les autres baisses notables des exportations, mentionnons le nickel brut et l'aluminium brut, avec des pertes de 185,1 millions de dollars et de 111,0 millions de dollars, respectivement. Contrebalançant en partie ces baisses, les exportations d'huiles de pétrole autres que légères ont progressé de 666,8 millions de dollars.

Au neuvième rang en 2008, on retrouvait la Belgique, onzième au palmarès en 2007. Les exportations vers la Belgique ont augmenté de 435,6 millions de dollars (14,7 p. 100), à 3,4 milliards de dollars. La hausse est essentiellement attribuable aux huiles de pétrole autres que légères et à la graine de lin, dont les exportations ont progressé de 185,7 millions de dollars et de 134,7 millions de dollars, respectivement.

Complétant la liste des dix principaux marchés d'exportation du Canada, on retrouve la France en dixième place. Les exportations canadiennes vers la France ont avancé de 3,7 p. 100 en 2008, à 3,2 milliards de dollars.

Outre l'augmentation des exportations en Chine notée précédemment, les exportations de marchandises vers les autres pays du groupe BRIC ont progressé fortement avec, en tête, le Brésil (gain de 1,1 milliard de dollars, soit 70,7 p. 100), l'Inde (gain de 625,9 millions de dollars, soit 34,9 p. 100) et, enfin, la Russie (gain de 348,2 millions de dollars, soit 30,3 p. 100).

Exportateurs canadiens : vendre davantage de produits sur plus de marchés

Les exportateurs canadiens se sont progressivement diversifiés, tant pour ce qui est du nombre de marchés desservis que du nombre de produits exportés. Dans les éditions passées de Le commerce international du Canada, l'analyse des données du Registre des exportateurs1 a révélé que le nombre d'entreprises desservant uniquement le marché américain a diminué, tandis que le nombre d'entreprises exportant aux États-Unis et vers d'autres marchés, ou uniquement vers des marchés autres que les États-Unis avait augmenté. L'analyse de cette année, fondée sur les données disponibles pour les cinq années les plus récentes, vient confirmer que le nombre moyen de marchés par exportateur a augmenté et que le nombre d'exportateurs qui desservent plusieurs marchés a bondi de près de 40 p. 100. En termes de diversification des produits, le nombre d'exportateurs canadiens qui vendent plus d'un produit hors du marché nord-américain a aussi augmenté de façon spectaculaire.

Les dernières données indiquent que le nombre moyen de destinations desservies par les exportateurs canadiens est passé de 1,8 en 2001 à 2,5 en 2006. Même si le nombre d'entreprises exportant vers un seul marché est encore beaucoup plus élevé que celui des entreprises desservant plusieurs marchés – plus de 32 000 contre moins de 12 000 (Tableau 1) , il n'en demeure pas moins que le nombre d'exportateurs desservant plusieurs marchés a progressé de 38 p. 100 entre 2001 et 2006. Ce gain est encore plus impressionnant lorsqu'on considère que le nombre total d'exportateurs a diminué de 8 p. 100 au cours de la période. En effet, 3 000 entreprises de plus on commencé à desservir de multiples marchés, tandis que le nombre d'exportateurs desservant un seul marché a chuté de plus de 7 000. Ce recul est en partie attribuable au fait que des exportateurs desservant un seul marché ont commencé à exporter sur plus d'un marché.

Tableau 1
Exporter canadians, 2001-2006
 20012006Variation en absolueVariation en pourcentage
Nombre total d'exportateurs48 14044 127-4 013-8,3 %
Valeur moyenne des exportations7 500 000 $8 600 000 $1 200 000 $16,0 %
Nombre monyen de destinations1,82,50,738,8 %
Exportateurs un seul marché35 59132 296-7 295-18,4 %
Exportateurs plusieurs marché8 54911 8313 28238,4 %
Exportateurs seul produit19 21716 969-2 248-11,7 %
Exportateurs plusieurs produit28 92327 158-1 765-6,1 %

Cette croissance du nombre d'exportateurs desservant plus d'un marché est entièrement attribuable aux PME2. Le nombre de PME exportant vers plus d'une destination a augmenté de 48 p. 100, passant de 7 046 en 2001 à 10 406 en 2006. Durant cette période, le nombre de PME exportant en Asie et en Europe a augmenté de façon significative – de 56 p. 100 et 42 p. 100, respectivement – tandis que le nombre de PME exportant aux États-Unis a diminué.

Les exportateurs canadiens diversifient non seulement leurs marchés, mais aussi leurs gammes de produits. Même si le nombre total d'exportateurs offrant plusieurs produits a fléchi de 6 p. 100, la part de la population totale des exportateurs qu'ils représentent a augmenté. En outre, il y a eu une progression notable de la diversification des produits hors du marché nord-américain. Bien que le nombre d'exportateurs offrant plusieurs produits ait diminué au total et pour l'Amérique du Nord, les autres régions affichent une forte augmentation du nombre d'exportateurs offrant plusieurs produits. Cela est notamment vrai de l'Océanie et de l'Afrique, où le nombre d'exportateurs canadiens expédiant plusieurs produits a doublé.

La diversification des marchés et des produits a vraisemblablement été un facteur de premier plan dans l'augmentation de la valeur moyenne des exportations par entreprise, qui est passée de 7,5 millions de dollars en 2001 à 8,6 millions de dollars en 2006. Cette tendance est particulièrement marquée dans le cas des PME exportatrices, dont la valeur moyenne des exportations est passée de 2,4 millions de dollars en 2001 à 3,2 millions de dollars en 2006.

Les importations de marchandises

Les États-Unis ont été la première source d'importations de marchandises au Canada, avec un peu plus de la moitié de nos importations totales. La valeur des importations des États-Unis a atteint 226,9 milliards de dollars en 2008, en hausse de 6,4 milliards de dollars (2,9 p. 100) par rapport à 2007. Comme dans le cas des exportations, la hausse des prix des produits de base a eu un impact sur la valeur du commerce d'importation. Les produits énergétiques ont enregistré des gains appréciables (56,8 p. 100) avec, en tête, les huiles de pétrole autres que légères (1,8 milliard de dollars), le gaz naturel (1,2 milliard de dollars), le pétrole brut (1,2 milliard de dollars) et l'essence et les autres carburants (833,6 millions de dollars). Les métaux précieux, notamment l'or sous diverses formes, ont aussi vu leurs exportations progresser de quelque 1,2 milliard de dollars (44,7 p. 100). Le ralentissement dans le secteur de l'automobile a fait régresser les importations de voitures et de produits connexes, qui ont fléchi de 12,2 p. 100 en 2008. Fait à noter, les importations de pièces d'automobiles ont reculé de 3,0 milliards de dollars, les importations de camions, de 2,0 milliards de dollars et les importations de voitures, de 1,2 milliard de dollars.

La Chine vient au second rang des sources d'importations de marchandises au Canada. Les importations en provenance de Chine étaient en hausse de 4,3 milliards de dollars (11,3 p. 100), à 42,6 milliards de dollars en 2008. Les gains étaient assez partagés avec, en tête, le matériel téléphonique (515,8 millions de dollars), le matériel informatique (426,9 millions de dollars), les jeux vidéos (396,8 millions de dollars) et le coke (241,5 millions de dollars).

Les importations de marchandises en provenance du Mexique, qui demeure le troisième plus important fournisseur du Canada, ont progressé de 727,9 millions de dollars (4,2 p. 100), à 17,9 milliards de dollars en 2008. Les importations de voitures ont dominé les gains, soit 418,7 millions de dollars, allant ainsi à l'encontre de la tendance générale à la baisse des importations de voitures en 2008. Les importations de téléviseurs, de téléphones cellulaires, de pétrole brut et d'or ont aussi enregistré des gains notables, soit 342,7 millions de dollars, 260,8 millions de dollars, 249,3 millions de dollars et 163,1 millions de dollars, respectivement. Les importations plus faibles de camions (en baisse de 206,1 millions de dollars), de pièces d'automobiles (en baisse de 121,7 millions de dollars) et de fils et câbles isolés (en baisse de 121,6 millions de dollars) sont venues atténuer les gains.

Le Japon, qui occupe le quatrième rang des dix principales sources d'importations au Canada, est le seul pays du groupe qui a vu ses importations au Canada diminuer entre 2007 et 2008 : les importations ont reculé de 166,8 millions de dollars (1,1 p. 100), à 15,3 milliards de dollars. Ce sont les pièces d'automobiles qui montrent le repli le plus marqué, soit 181,3 millions de dollars, tandis que les gains et les pertes plus modestes enregistrés pour les autres biens et produits de base se sont annulés les uns les autres.

Les importations en provenance d'Allemagne, la cinquième source en importance pour le Canada, étaient en hausse de 1,2 milliard de dollars (10,2 p. 100), à 12,7 milliards de dollars. Les importations de voitures, qui expliquent environ le quart de la hausse, ont progressé de 307,0 millions de dollars. Viennent ensuite les bateaux, avec un gain de 118,3 millions de dollars, suivis des médicaments, en progression de 110,2 millions de dollars.

Les importations du Royaume-Uni, qui occupe le sixième rang, ont enregistré une augmentation de 1,1 milliard de dollars (9,4 p. 100), à 12,6 milliards de dollars. Les produits énergétiques sont à l'origine de l'augmentation, alors que les importations de pétrole brut ont progressé de 812,5 millions de dollars, que les importations d'essence et d'autres carburants ont plus que doublé (gain de 169,3 millions de dollars) et que les importations d'huiles de pétrole autres que légères ont gagné 69,1 millions de dollars.

Les importations en provenance de l'Algérie, passée de la dixième à la septième place en 2008, ont progressé de 2,6 milliards de dollars (51,8 p. 100), à 7,7 milliards de dollars. Ce gain est entièrement imputable au pétrole brut, qui représentait 99,97 p. 100 des importations canadiennes d'Algérie.

Les importations de Norvège, qui a glissé au huitième rang en 2008, ont augmenté de 853,2 millions de dollars (15,9 p. 100), à 6,2 milliards de dollars. L'augmentation est en partie due à la hausse de 868,6 millions de dollars des importations de pétrole brut. Une baisse de 118,6 millions de dollars des importations d'essence et d'autres carburants a été en bonne partie annulée par la progression de 85,8 millions de dollars des importations d'alliages de fer et l'accroissement des autres importations en provenance de la Norvège.

Les importations de la Corée du Sud, qui se classe au neuvième rang, affichaient une hausse de 638,6 millions de dollars (11,9 p. 100), à 6,0 milliards de dollars en 2008. Les gains étaient généralisés avec, en tête de liste, les circuits intégrés électroniques (256,0 millions de dollars), les appareils téléphoniques (111,4 millions de dollars), l'essence et les autres carburants (70,7 millions de dollars) et les huiles de pétrole autres que légères (64,9 millions de dollars).

Les importations de France, qui occupe le dixième rang, étaient en hausse de 845,9 millions de dollars (16,6 p. 100), à 5,9 milliards de dollars. Les gains étaient généralisés avec, au premier rang, l'essence et les autres carburants (101,3 millions de dollars) et les produits sanguins (76,4 millions de dollars).

Les importations de marchandises des pays du groupe BRIC (sauf la Chine, examinée ci-dessus) étaient en hausse pour la Russie (582,8 millions de dollars, soit 38,9 p. 100) et l'Inde (222,4 millions de dollars, soit 11,2 p. 100), tandis qu'elles ont fléchi pour le Brésil (de 675,6 millions de dollars, soit 20,1 p. 100).

Le commerce des marchandises par principaux produits

Le commerce du Canada est dominé par quelques produits, et davantage encore du côté des exportations que du côté des importations14 : 28 produits représentaient plus de la moitié des exportations de marchandises canadiennes en 2008, près de 40 p. 100 des importations de marchandises et la totalité de l'excédent du commerce des marchandises du Canada. Comme il ressort du tableau 5-1, ces produits dominants entrent dans deux grandes catégories : ceux qui affichent un excédent commercial et ceux qui montrent un déficit commercial. Dans chaque catégorie, les échanges peuvent être répartis entre le commerce qui est largement bidirectionnel et le commerce qui est principalement unidirectionnel15 .

Tableau 5-1a
Produits affichant un excédent commercial : exportations élevées et importations élevées, 2008
 ExportationsCroissance des exportationsImportationsCroissance des importationsSoldeÉvolution du solde
Pétrole brut67 439 000 000 $61,2 %34 107 000 000 $41,4 %33 332 000 000 $15 628 000 000 $
Gaz de pétrole37 203 000 000 $18,7 %4 819 000 000 $34,9 %32 384 000 000 $4 604 000 000 $
Voitures (particulières)34 514 000 000 $-14,7 %26 959 000 000 $-1,1 %7 555 000 000 $-5 632 000 000 $
Pétrole (non brut)17 913 000 000 $35,1 %10 475 000 000 $46,6 %7 437 000 000 $1 320 000 000 $
Or8 157 000 000 $38,2 %3 788 000 000 $28,4 %4 370 000 000 $1 418 000 000 $
Aéronefs, à moteur6 900 000 000 $-14,0 %3 556 000 000 $-14,6 %3 344 000 000 $-517 000 000 $
Turbines à gaz5 213 000 000 $19,0 %4 355 000 000 $14,5 %858 000 000 $281 000 000 $
Total partiel177 339 000 000 $22,1 %88 059 000 000 $20,6 %89 280 000 000 $17 103 000 000 $
Tableau 5-1b
Produits affichant un excédent commercial : exportations élevées et importations limitées, 2008
 ExportationsCroissance des exportationsImportationsCroissance des importationsSoldeÉvolution du solde
Aluminum brut7 360 000 000 $-1,9 %342 000 000 $-9,7 %7 018 000 000 $-105 000 000 $
Blé et méteil7 089 000 000 $50,9 %12 000 000 $66,2 %7 077 000 000 $2 386 000 000 $
Potasse6 311 000 000 $109,2 %21 000 000 $20,6 %6 290 000 000 $3 291 000 000 $
Charbon6 176 000 000 $111,1 %1 335 000 000 $22,7 %4 841 000 000 $3 003 000 000 $
Bois de sciage5 370 000 000 $-28,2 %507 000 000 $-12,5 %4 863 000 000 $-2 037 000 000 $
Pâte chimique de bois5 226 000 000 $-5,3 %173 000 000 $14,7 %5 053 000 000 $-316 000 000 $
Papier journal, rouleaux ou feuilles4 264 000 000 $6,6 %59 000 000 $47,8 %4 205 000 000 $245 000 000 $
Canola (graines)3 882 000 000 $71,2 %104 000 000 $28,2 %3 778 000 000 $1 591 000 000 $
Polymères de l'éthylène, sous formes primaires4 571 000 000 $9,4 %1 352 000 000 $11,4 %3 219 000 000 $256 000 000 $
Total partiel50 250 000 000 $20,8 %3 906 000 000 $9,8 %43 125 000 000 $8 060 000 000 $
Tableau 5-1c
Produits affichant un déficit commercial : exportations élevées et importations élevées, 2008
 ExportationsCroissance des exportationsImportationsCroissance des importationsSoldeÉvolution du solde
Pièces et accessoires d'automobiles11 131 000 000 $-22,4 %18 931 000 000 $-14,9 %-7 800 000 000 $111 000 000 $
Médicaments, sous forme de doses5 234 000 000 $-3,0 %8 309 000 000 $0,1 %-3 076 000 000 $-171 000 000 $
Matériel téléphonique et pièces4 745 000 000 $-19,0 %6 203 000 000 $11,9 %-1 458 000 000 $-1 775 000 000 $
Véhicules de transport de marchandises3 681 000 000 $-62,8 %9 229 000 000 $-19,7 %-5 549 000 000 $-3 935 000 000 $
Moteurs à pistons2 497 000 000 $-24,0 %5 375 000 000 $-12,0 %-2 878 000 000 $-59 000 000 $
Ordinateurs et périphériques2 435 000 000 $2,7 %8 525 000 000 $2,3 %-6 090 000 000 $-125 000 000 $
Circuits intégrés et pièces2 784 000 000 $22,4 %3 691 000 000 $1,5 %-907 000 000 $456 000 000 $
Pièces d'aéronefs2 409 000 000 $5,2 %3 703 000 000 $13,6 %-1 293 000 000 $-324 000 000 $
Total partiel34 916 000 000 $-23,6 %63 966 000 000 $-7,2 %-29 050 000 000 $-5 821 000 000 $
Tableau 5-1d
Produits affichant un déficit commercial : exportations limitées et importations élevées, 2008
 ExportationsCroissance des exportationsImportationsCroissance des importationsSoldeÉvolution du solde
Fils et câbles isolés977 000 000 $-8,2 %3 009 000 000 $-3,6 %-2 032 000 000 $24 000 000 $
Bulldozers, niveleuses, décapeuses, etc.475 000 000 $-14,5 %3 437 000 000 $8,5 %-2 962 000 000 $-348 000 000 $
Téléviseurs, y compris moniteurs vidéos et projecteurs349 000 000 $15,3 %4 332 000 000 $9,3 %-3 983 000 000 $-321 000 000 $
Sièges (non professionnels) et pièces1 679 000 000 $-18,5 %3 083 000 000 $-6,7 %-1 405 000 000 $-159 000 000 $
Total partiel3 480 000 000 $-6,3 %13 862 000 000 $5,1 %-10 382 000 000 $-803 000 000 $
Total cumulatif265 985 000 000 $12,8 %169 793 000 000 $7,0 %92 972 000 000 $18 538 000 000 $
Monde, total484 369 000 000 $7,5 %433 242 000 000 $6,5 %51 127 000 000 $7 416 000 000 $

Les produits pour lesquels il y a un important commerce bidirectionnel (c.-à-d. un niveau élevé tant d'exportations que d'importations) et où le Canada enregistre un excédent commercial englobent les produits énergétiques, les voitures, l'or et les aéronefs. Les produits axés sur les ressources qui figurent dans ce groupe enregistrent une forte croissance, tant du côté des exportations que du côté des importations, en raison des effets de prix déjà mentionnés. Les reculs observés dans les échanges de produits manufacturés – les voitures et les avions – sont liés au ralentissement de l'économie, bien que le commerce des turbines à gaz ait augmenté.

Les produits pour lesquels le Canada enregistre un niveau élevé d'exportations mais un niveau limité d'importations sont principalement des ressources non énergétiques, par exemple le blé, la potasse et les produits du bois. Plusieurs de ces produits ont affiché des gains importants dans le contexte marqué par les prix élevés des produits de base en 2008; le bois d'oeuvre a toutefois poursuivi sa tendance baissière à plus long terme.

Les produits pour lesquels il y a un commerce bilatéral important mais où le Canada enregistre un déficit sont notamment les pièces d'automobiles et d'aéronefs, les camions, les moteurs, le matériel de communication, ainsi que les ordinateurs et les circuits intégrés – tous des produits manufacturés de pointe. Les exportations ont largement chuté dans ce groupe. En revanche, parmi ces produits, les importations sont en baisse seulement pour les produits liés à l'automobile.

Enfin, les produits pour lesquels le Canada enregistre un niveau élevé d'importations mais un niveau limité d'exportations entrent presque tous dans le secteur des produits manufacturés de pointe. Les téléviseurs et les moniteurs vidéo affichent des gains importants, tandis que la performance a été plus terne pour les autres produits.

Le commerce des marchandises par grands groupes de produits

Dans cette section, nous examinons la performance commerciale en 2008 pour les groupes de produits suivants : produits énergétiques; véhicules et pièces; machines et appareils mécaniques; machines et matériel électriques et électroniques; matériel technique et scientifique; produits agricoles et agroalimentaires; minéraux et métaux; produits chimiques, plastiques et caoutchouc; bois, pâte et papier; textiles, vêtements et cuir; biens de consommation et produits manufacturés divers; et autre matériel de transport.

Produits énergétiques16

Tel qu'indiqué au chapitre 4, les produits énergétiques ont joué un rôle clé dans l'accroissement des exportations et des importations canadiennes de marchandises en 2008, les fortes hausses des prix de l'énergie étant responsables de la plus grande partie des gains.

Les exportations canadiennes de combustibles et huiles minéraux ont bondi de 40,5 milliards de dollars (43,1 p. 100) en 2008, à 134,4 milliards de dollars. Les importations de ces produits ont augmenté de façon presque aussi spectaculaire, soit de 15,8 milliards de dollars (41,8 p. 100), à 53,7 milliards de dollars pour l'année. En conséquence, l'excédent commercial des produits énergétiques a augmenté de 24,6 milliards de dollars, passant de 56,0 milliards de dollars à 80,6 milliards de dollars. En 2008, les États-Unis ont reçu 86,0 p. 100 des exportations d'énergie du Canada et ils ont fourni 38,6 p. 100 de nos importations d'énergie; ces échanges sont responsables de la totalité de l'augmentation de l'excédent commercial.

Trois produits – le pétrole brut, le pétrole non brut et les autres gaz de pétrole (principalement le gaz naturel) – comptent pour plus de 90 p. 100 des échanges commerciaux de produits énergétiques, tant du côté des exportations que du côté des importations. Le pétrole brut arrive en tête avec la moitié des exportations d'énergie et près des deux tiers des importations d'énergie. Les exportations de pétrole brut du Canada ont augmenté de 25,6 milliards de dollars, à 67,4 milliards de dollars, les États-Unis comptant pour la totalité des gains. Parallèlement, les importations ont progressé de 10,0 milliards de dollars, à 34,1 milliards de dollars. Des gains notables dans nos importations d'énergie ont été enregistrés avec l'Algérie, l'Angola, les États-Unis, l'Azerbaïdjan et la Norvège. Les exportations ayant progressé davantage que les importations, l'excédent commercial du Canada dans ses échanges de pétrole brut a presque doublé en 2008, grimpant de 15,6 milliards de dollars à 33,3 milliards de dollars.

Les gaz de pétrole ont représenté 27,7 p. 100 des exportations d'énergie et 9,0 p. 100 des importations d'énergie en 2008. Le gaz naturel à l'état gazeux est le produit le plus important dans cette catégorie, accaparant environ 90 p. 100 du commerce bidirectionnel, dont la presque totalité s'est déroulé avec les États-Unis. Les exportations ont progressé d'un peu moins de 5,2 milliards de dollars, tandis que les importations avançaient de 1,2 milliard de dollars; l'excédent commercial du commerce du gaz naturel a augmenté de 3,9 milliards de dollars pour atteindre 29,2 milliards de dollars.

Les huiles de pétrole autres que légères ont représenté environ 60 p. 100 du commerce du pétrole non brut et les huiles de pétrole légères (y compris l'essence), environ 40 p. 100. Globalement, les exportations de pétrole non brut ont augmenté de près de 4,7 milliards de dollars (notamment une hausse de 2,0 milliards de dollars des exportations aux États-Unis), tandis que les importations croissaient de 3,3 milliards de dollars (dont une hausse de 2,7 milliards de dollars des importations en provenance des États-Unis); l'excédent commercial a progressé de 1,3 milliard de dollars. L'excédent des échanges de pétrole léger a fondu de 0,4 milliard de dollars, à 2,2 milliards de dollars, tandis que l'excédent des échanges de pétrole lourd s'est creusé de 1,7 milliard de dollars, à 5,3 milliards de dollars.

Les exportations de charbon ont plus que doublé en 2008, gagnant près de 3,3 milliards de dollars, sous l'impulsion d'une forte demande venant de l'Asie. En tenant compte d'une augmentation de 246,9 millions de dollars des importations, l'excédent du commerce du charbon a grimpé de 3,0 milliards de dollars pour l'année.

Véhicules et pièces17

En 2008, les exportations de véhicules et pièces ont régressé de 14,8 milliards de dollars (21,6 p. 100), à 53,8 milliards de dollars. La baisse est presque entièrement attribuable au recul de 14,4 milliards de dollars des exportations de ces produits aux États-Unis. Trois produits – les voitures d'une cylindrée supérieure à 3 000 cm3, les camions légers et les pièces d'automobiles – sont à l'origine des pertes subies, les exportations de ces produits aux États-Unis reculant de 5,6 milliards de dollars, de 5,6 milliards de dollars et de 2,8 milliards de dollars, respectivement.

Les importations de véhicules ont aussi régressé en 2008 – de quelque 5,5 milliards de dollars (8,0 p. 100), à 63,3 milliards de dollars. Le recul est imputable à la baisse des importations des États-Unis, soit 6,1 milliards de dollars, ce qui est légèrement supérieur à la baisse totale. Les importations d'Allemagne ont augmenté de 349,1 millions de dollars, tandis que celles provenant du Mexique ont avancé de 119,0 millions de dollars. Comme dans le cas des exportations, les voitures d'une cylindrée supérieure à 3 000 cm3, les camions légers et les pièces d'automobiles explique nt les pertes subies, les importations de ces trois produits des États-Unis reculant de 1,1 milliard de dollars, de 1,2 milliard de dollars et de 3,0 milliards de dollars, respectivement. En outre, les importations des États-Unis de certains autres camions18 à allumage par compression ont baissé de 1,1 milliard de dollars.

Les exportations ayant reculé davantage que les importations, le solde du commerce des véhicules et pièces est passé d'une situation à peu près équilibrée en 2007 à un déficit de près de 9,5 milliards de dollars en 2008. L'accroissement du déficit commercial avec les États-Unis représente près de 90 p. 100 de cet écart (8,3 milliards de dollars). La détérioration du déficit commercial est imputable principalement aux voitures et aux camions, dont les soldes commerciaux ont fléchi de 5,6 milliards de dollars et de 3,9 milliards de dollars, respectivement. Le solde du commerce des pièces d'automobiles s'est amélioré légèrement, le déficit se refermant de 111,3 millions de dollars : les exportations de pièces d'automobiles ont reculé de 3,2 milliards de dollars, mais les importations ont diminué encore davantage (3,3 milliards de dollars).

Machines et appareils mécaniquess 19

Les machines et appareils mécaniques (ci-après, machines) occupent un seul chapitre du système de classification SH. C'est aussi l'une des catégories de biens les plus importantes dans les échanges commerciaux du Canada. En 2008, les machines ont dépassé les véhicules pour devenir la catégorie d'importations la plus importante, à 63,6 milliards de dollars; de même, c'est la troisième catégorie d'exportations en importance, à 36,6 milliards de dollars, après les produits énergétiques et les véhicules.

Les exportations machines ont augmenté de 0,6 milliard de dollars (1,6 p. 100) en 2008. Les turbines à gaz, principalement destinées aux aéronefs, ont dominé les gains alors que les exportations de ces produits ont avancé de 833,8 millions de dollars, principalement à destination des États-Unis (hausse de 356,4 millions de dollars) et de la France (hausse de 138,7 millions de dollars). Les exportations de pièces destinées à diverses machines mobiles, telles que les ascenseurs, les grues et les niveleuses, ont également progressé de 483,7 millions de dollars. Les principales destinations étaient le Mexique (gain de 140,0 millions de dollars) et les États-Unis (gain de 123,6 millions de dollars). Il y a aussi eu augmentation des exportations de séchoirs industriels et de dispositifs de changement de température, soit 195,2 millions de dollars au total, principalement à destination des États-Unis (55,3 millions de dollars), du Kazakhstan (25,8 millions de dollars) et de la Chine (23,4 millions de dollars). Les baisses les plus importantes ont été observées pour les moteurs à pistons, en raison du recul du secteur de l'automobile (789,9 millions de dollars) et les pièces de machines de bureau (279,0 millions de dollars) – dans les deux cas, des exportations moins élevées vers les États-Unis expliquent les pertes.

Globalement, les gains dans les exportations de machines ont été les plus élevés dans le cas du Mexique (173,3 millions de dollars), de la France (131,9 millions de dollars), de la Chine (109,3 millions de dollars) et de la Corée du Sud (100,7 millions de dollars), tandis que les exportations au Royaume-Uni et aux États-Unis ont régressé de 115,8 millions de dollars et de 773,4 millions de dollars, respectivement.

Les importations de machines ont crû de 1,1 milliard de dollars (1,7 p. 100) en 2008. La hausse est imputable à la Chine (583,6 millions de dollars, notamment les ordinateurs et les pièces), l'Autriche (256,6 millions de dollars, principalement les moteurs à pistons), l'Allemagne (143,6 millions de dollars) et le Mexique (132,4 millions de dollars). Il y a aussi eu quelques baisses notables, surtout dans le cas de l'Afrique du Sud (165,4 millions de dollars) et du Japon (139,3 millions de dollars). Au niveau des produits, les turbines à gaz ont connu la progression la plus importante, soit 552,7 millions de dollars avec, en tête, les États-Unis (gain de 328,9 millions de dollars), ainsi que la Pologne et le Royaume-Uni (gain de 56,6 millions de dollars chacun); viennent ensuite le matériel de terrassement autopropulsé, tels que les bulldozers, les niveleuses et les excavatrices, en hausse de 267,8 millions de dollars, et les machines agricoles servant aux récoltes, en hausse de 256,4 millions de dollars. Tant pour le matériel de terrassement que pour les machines agricoles servant aux récoltes, l'augmentation des importations a principalement profité aux États-Unis et, dans une moindre mesure, à l'Allemagne. Comme dans le cas des exportations, les baisses les plus importantes ont touché les importations de moteurs à pistons (730,7 millions de dollars) et de pièces de machines de bureau (469,7 millions de dollars). Le recul des importations de ces deux produits s'est fait sentir aux États-Unis et, dans une moindre mesure, en Chine.

Les importations ayant augmenté davantage que les exportations, le déficit du commerce des machines et appareils mécaniques s'est creusé de 486,5 millions de dollars en 2008, à 27,0 milliards de dollars.

Machines et matériel électriques et électroniques20

Les machines et le matériel électriques et électroniques ont été la quatrième plus importante catégorie de produits échangés en 2008, tant pour les exportations que pour les importations.

Les exportations de produits électriques et électroniques ont reculé de 1,3 milliard de dollars, à 19,1 milliards de dollars, notamment à destination des États-Unis (baisse de 605,4 millions de dollars), du Royaume-Uni (baisse de 265,9 millions de dollars), du Japon (baisse de 139,6 millions de dollars) et de l'Australie (baisse de 111,3 millions de dollars). En revanche, les exportations au Mexique ont progressé de 240,1 millions de dollars. Les pertes subies dans cette catégorie du SH ont visé principalement les appareils de transmission pour les télécopieurs, les postes radio, les téléviseurs, les téléphones cellulaires et d'autres produits connexes, en baisse de 553,3 millions de dollars, ainsi que le matériel téléphonique et le matériel connexe, en baisse de 1,1 milliard de dollars. Dans la catégorie des appareils de transmission, les deux tiers environ du recul sont attribuables aux États-Unis (baisse de 355,6 millions de dollars); pour le matériel téléphonique, les pertes ont été plus largement réparties, touchant principalement les États-Unis, le Royaume-Uni et le Japon. Les exportations de circuits intégrés ont gagné du terrain l'an dernier, avançant de 509,0 millions de dollars, grâce à des gains importants du côté des partenaires du Canada au sein de l'ALÉNA.

Les importations de produits électriques et électroniques ont atteint 42,6 milliards de dollars en 2008, une progression de 1,8 milliard de dollars par rapport à 2007. En tête, on retrouve les importations de Chine (gain de 799,4 millions de dollars), du Danemark (gain de 541,9 millions de dollars) et de la Corée du Sud (gain de 351,7 millions de dollars), tandis que les importations des États-Unis fléchissaient de 227,2 millions de dollars. Cinq produits ont enregistré des hausses d'au moins un quart de milliard de dollars, dont le matériel téléphonique et le matériel connexe, qui a progressé de 661,0 millions de dollars (en provenance principalement de la Chine et de la Corée du Sud) et les groupes électrogènes (notamment ceux fonctionnant à l'énergie éolienne), en hausse de 558,9 millions de dollars (en provenance principalement du Danemark). Viennent ensuite les téléviseurs (hausse de 366,9 millions de dollars, principalement en provenance du Mexique), les DVD vierges (hausse de 352,7 millions de dollars, la majorité en provenance des États-Unis) et les transformateurs électriques, convertisseurs statiques et inducteurs (hausse de 256,0 millions de dollars – les gains, largement répartis, ont été dominés par la Suède). Les pertes subies du côté des pièces pour les moteurs électriques et les groupes électrogènes, soit 245,8 millions de dollars, et des pièces diverses pour les postes de radio, les téléviseurs et les radars, soit 187,7 millions de dollars, ont contrebalancé partiellement les gains.

Avec la baisse des exportations et l'augmentation des importations, le déficit du commerce des machines et du matériel électriques et électroniques s'est creusé de 3,1 milliards de dollars en 2008, à 23,3 milliards de dollars.

Matériel technique et scientifique21

Les exportations de matériel technique et scientifique ont atteint 5,9 milliards de dollars en 2008, en hausse de 0,5 milliard de dollars par rapport à 2007 grâce surtout à la progression de 299,4 millions de dollars des exportations de ces produits aux États-Unis. Parallèlement, les importations ont augmenté de 0,6 milliard de dollars, à 11,6 milliards de dollars, avec notamment des gains pour l'Allemagne (155,2 millions de dollars) et la Chine (143,7 millions de dollars).

Les dispositifs, appareils et instruments optiques divers venaient en tête des gains à l'exportation, soit 264,6 millions de dollars (principalement aux États-Unis), suivis des instruments, appareils et machines de mesure et de contrôle divers, qui ont progressé de 100,0 millions de dollars, principalement vers les États-Unis, le Japon et la Chine. L'augmentation des importations dans cette catégorie du SH s'explique principalement par des importations plus élevées d'instruments et d'appareils médicaux et chirurgicaux (gain de 189,0 millions de dollars – surtout des États-Unis et de l'Allemagne), d'appareils orthopédiques et autres qui sont portés, transportés ou implantés (gain de 112,2 millions de dollars – dominé par les États-Unis) et d'appareils médicaux et chirurgicaux utilisant des radiations (gain de 92,1 millions de dollars – dominé par l'Allemagne). Les importations d'appareils de régulation et de contrôle automatique divers ont accusé une baisse substantielle de 131,9 millions de dollars, les importations en provenance des États-Unis reculant de 125,9 millions de dollars.

Les importations ayant augmenté plus que les exportations, le déficit du commerce de matériel technique et scientifique s'est creusé de 62,8 millions de dollars, à 5,7 milliards de dollars.

Produits agricoles et agroalimentaires22

Gonflée par les fortes hausses de prix survenues en 2008, la valeur des exportations de produits agricoles et agroalimentaires a grimpé de 7,4 milliards de dollars (21,2 p. 100), à 42,6 milliards de dollars. Les gains se retrouvent principalement dans les exportations de blé, d'orge, de canola, de légumineuses sèches et de porc.

Les exportations de blé ont avancé de 2,4 milliards de dollars en 2008, en raison notamment de la fermeté des prix et d'une bonne récolte au Canada, mais aussi du resserrement de l'offre à l'étranger. Les exportations aux États-Unis, en Algérie et au Japon viennent en tête de liste des gains, alors que de nouveaux marchés se sont ouverts en Iran et au Pakistan. La chute importante des exportations en Inde et en Iraq a annulé en partie ces gains.

Les exportations de graines de canola ont grimpé de 1,6 milliard de dollars (71 p. 100) en 2008, à 3,9 milliards de dollars, grâce aux gains enregistrés au Japon, en Chine, au Mexique, aux États-Unis et dans les Émirats arabes unis. En revanche, les exportations vers le Pakistan ont régressé. Les exportations d'huile de canola aux États-Unis ont aussi progressé sensiblement, soit de 723,7 millions de dollars.

Les exportations d'orge ont augmenté d'un peu plus de 0,25 milliard de dollars en 2008, les États-Unis, l'Arabie saoudite et Japon expliquant 95 p. 100 de la hausse.

Les lentilles et les pois sont responsables de la plus grande partie de la progression des exportations de légumineuses sèches, le premier produit fournissant environ les deux tiers, et le second produit, le quart, de l'augmentation globale de 555,1 millions de dollars. Les exportations en Turquie et en Inde comptent pour plus de la moitié de ces gains.

Une hausse des exportations en Russie et dans plusieurs pays d'Asie a contribué à faire avancer les exportations canadiennes de porc de 262,6 millions de dollars. Un peu plus de la moitié de la hausse est imputable à la Russie et une autre tranche de 91,9 millions de dollars, au Japon. Les exportations vers plusieurs autres marchés asiatiques, dont Hong Kong, Taïwan, les Philippines et le Vietnam ont progressé de plus de 200 p. 100, expliquant l'essentiel des gains restants.

Les importations de produits agricoles et agroalimentaires ont progressé de 3,2 milliards de dollars en 2008, à 29,2 milliards de dollars. Onze produits seulement ont enregistré une hausse des importations supérieure à 100 millions de dollars. Les eaux sucrées et boissons non alcoolisées viennent en tête de liste avec une hausse de 179,5 millions de dollars, suivies du pain, des pâtisseries, des gâteaux, des biscuits et des autres produits de boulangerie et de pâtisserie, en hausse de 176,9 millions de dollars, puis du maïs, en hausse de 162,0 millions de dollars.

Minéraux et métaux23

Les exportations de minéraux et métaux ont progressé de 4,3 milliards de dollars en 2008, à 70,1 milliards de dollars. Les gains ont été dominés par l'or (2,3 milliards de dollars), le soufre (1,5 milliard de dollars), le minerai de fer (1,1 milliard de dollars), les diamants (781,1 millions de dollars), les produits plats laminés à chaud en fer et en acier (718,0 millions de dollars) et les pièces de monnaie (666,9 millions de dollars). Les pertes étaient largement réparties parmi les produits du nickel et de l'aluminium, dont les exportations ont chuté, respectivement, de 3,5 milliards de dollars et de 0,5 milliard de dollars.

Le Royaume-Uni et les États-Unis comptent pour la plus grande partie de l'augmentation des exportations de pierres et métaux précieux. Dans le cas du Royaume-Uni, les exportations d'or étaient en hausse de 1,5 milliard de dollars, tandis que les exportations de diamants ont progressé de 714,4 millions de dollars. Les exportations d'or aux États-Unis ont progressé de 488,4 millions de dollars par rapport à 2007, tandis que les exportations de diamants étaient en hausse de 45,5 millions de dollars.

Cinq destinations – la Chine, les États-Unis, le Brésil, l'Afrique du Sud et l'Australie – expliquent l'essentiel de l'augmentation des exportations de soufre.

L'Allemagne et les États-Unis ont été responsables d'environ 70 p. 100 de l'augmentation des exportations de minerai de fer, avec des hausses appréciables des exportations vers la France, la Chine, Trinidad et Tobago, la Belgique, le Japon, l'Arabie saoudite et l'Australie.

Du côté des importations, les métaux et minéraux ont avancé de 5,3 milliards de dollars en 2008, à 50,4 milliards de dollars. Les importations de pierres et métaux précieux, de produits en fer et en acier et de fer et d'acier sont à l'origine de la plus grande partie des gains, avec des hausses de 2,3 milliards de dollars, de 1,6 milliard de dollars et de 1,1 milliard de dollars, respectivement.

Dans le groupe des pierres et métaux précieux, les importations de déchets et de débris de métaux précieux ont augmenté de 1,0 milliard de dollars, suivies des importations d'or (hausse de 837,0 millions de dollars), d'argent (hausse de 158,6 millions de dollars) et de diamants (hausse de 94,2 millions de dollars). En majorité, les importations de déchets et de débris de métaux précieux provenaient des États-Unis, du Royaume-Uni et du Chili, tandis que les gains les plus élevés dans nos importations d'or ont été enregistrés avec les États-Unis et le Pérou, ainsi qu'avec le Mexique, les Émirats arabes unis, le Suriname et la Suisse.

Les États-Unis, la Chine et l'Allemagne comptent pour environ les trois quarts de l'augmentation des importations canadiennes de produits en fer et en acier. La hausse des importations de divers tubes et tuyaux est derrière l'augmentation des importations en provenance de ces trois pays.

L'augmentation de près de 1,0 milliard de dollars des importations de fer et d'acier est imputable en très grande partie aux États-Unis. Les produits plats laminés à chaud de fer et d'acier et les déchets et débris ferreux représentent environ 60 p. 100 de la progression des importations totales de fer et d'acier en provenance des États-Unis.

Produits chimiques, plastiques et caoutchouc24

Les exportations de produits chimiques ont augmenté de 2,6 milliards de dollars en 2008, à 48,2 milliards de dollars. Dans cette catégorie, la performance a été inégale, les exportations d'engrais progressant de près de 3,7 milliards de dollars, tandis que les exportations de produits chimiques organiques et inorganiques reculaient de près de 1,1 milliard de dollars par rapport aux niveaux de 2007. Les exportations de caoutchouc et de plastiques étaient aussi en recul en 2008.

L'essentiel de la hausse des exportations d'engrais est attribuable à un gain de 3,3 milliards de dollars des exportations de potasse, les engrais à base d'azote accaparant la plus grande partie du reste. Les États-Unis sont à l'origine de 1,7 milliard de dollars de l'augmentation des exportations de potasse, tandis qu'une tranche de 0,5 milliard de dollars est imputable à l'Inde. Le Canada a aussi fait des gains notables dans ses exportations en Indonésie, au Brésil, en Chine et en Malaisie.

Le recul des exportations de produits chimiques inorganiques est attribuable au groupe des éléments chimiques radioactifs et des isotopes, en baisse de 2,0 milliards de dollars en 2008. Cela s'explique par la diminution des exportations d'uranium naturel et de ses composés. Le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la France et l'Allemagne comptent pour la plus grande partie de la diminution des exportations d'uranium naturel.

Les importations de produits chimiques ont augmenté de 2,5 milliards de dollars en 2008, à 56,1 milliards de dollars. Les gains se retrouvent surtout dans les importations de plastiques (591,2 millions de dollars), de produits chimiques inorganiques (540,7 millions de dollars) et d'engrais (de 393,3 millions de dollars). À un niveau plus détaillé, les importations de sang et de produits du sang étaient en hausse de 368,7 millions de dollars, les gains étant répartis entre les États-Unis et un certain nombre de pays d'Europe de l'Ouest.

Les importations d'hydrocarbures acycliques ont aussi fait un bond notable en 2008, gagnant 336,8 millions de dollars, les États-Unis étant à l'origine de l'essentiel des gains. Les hydrocarbures acycliques comprennent l'éthylène, le propylène et le butylène.

Les importations de pneus en caoutchouc on aussi augmenté considérablement en 2008, gagnant 245,4 millions de dollars, à 2,7 milliards de dollars. Les gains étaient largement distribués, quelque vingt économies affichant une hausse d'au moins 1 million de dollars. La demande de pneus d'hiver a été forte en 2008, leur utilisation étant devenue obligatoire au Québec pour les voitures à compter du 15 décembre 2008.

Bois, pâte et papier25

Les exportations de bois, pâte et papier ont fléchi de 3,7 milliards de dollars en 2008, à 31,7 milliards de dollars, le bois étant responsable de la plus grande partie du déclin, bien que les exportations de livres et de papier journal, de pâte et de liège aient également diminué. En revanche, les exportations d'ouvrages de vannerie et de produits en papier et en carton ont augmenté au cours de l'année.

Les exportations de produits du bois ont reculé de 3,7 milliards de dollars en 2008, la quatrième année consécutive de pertes supérieures à 1 milliards de dollars. Un peu plus de 95 p. 100 du recul s'explique par les exportations moins élevées aux États-Unis. Les pertes étaient largement réparties mais ont touché plus durement le bois d'oeuvre (2,1 milliards de dollars), les panneaux de particules (583,5 millions de dollars), les fenêtres, portes, bardeaux et panneaux (437,5 millions de dollars), le contreplaqué (117,5 millions de dollars), le bois brut (104,4 millions de dollars), les panneaux de fibre de bois (87,3 millions de dollars) et les placages (84,7 millions de dollars).

Les exportations de papier et de carton ont progressé de 264,0 millions de dollars en 2008, à 13,2 milliards de dollars. Les exportations de papier journal étaient en hausse de 264,1 millions de dollars, les gains provenant essentiellement du Brésil et de l'Inde. Les exportations de papier et de carton non couchés ont aussi augmenté, tandis que les exportations de papier et de carton couchés fléchissaient.

Les importations de bois, pâte et papier ont augmenté légèrement, soit de 16,6 millions de dollars, les hausses du côté des livres et du papier journal (89,7 millions de dollars), du papier et du carton (65,2 millions de dollars) et de la pâte (43,2 millions de dollars) étant en partie annulées par le recul de 171,8 millions de dollars des importations de bois.

Textiles, vêtements et cuir26

Les exportations canadiennes de textiles, vêtements et cuir (TVC) régressent depuis six ans. En 2008, elles ont reculé encore de 667,4 millions de dollars, passant de 5,4 milliards de dollars en 2007 à 4,7 milliards de dollars en 2008. Sauf pour un modeste gain du côté des pelleteries et de la chaussure, les exportations ont diminué dans toutes les autres grandes catégories de ce groupe du SH. Les exportations aux États-Unis ont reculé de 658,8 millions de dollars, ce qui représente l'essentiel des pertes. Les deux tiers du repli s'expliquent par une baisse des exportations de vêtements tricotés et tissés et de filaments synthétiques.

Les exportations de vêtements tricotés ont chuté de 181,4 millions de dollars en 2008, les pertes à ce chapitre étant assez largement réparties. Les exportations de vêtements tissés ont également diminué, soit de 142,7 millions de dollars, et les pertes sont assez largement réparties. Les baisses enregistrées pour divers produits de la catégorie TVC s'expliquent par le recul des exportations aux États-Unis.

Parmi les autres changements notables dans les exportations canadiennes de produits des TVC en 2008, mentionnons les baisses survenues dans les fils synthétiques à haute ténacité et les tissus recouverts de matière plastique – de 90,3 millions de dollars et de 54,7 millions de dollars, respectivement; ces pertes proviennent des échanges avec les États-Unis. Les exportations de produits textiles divers à usages techniques ont augmenté de 37,8 millions de dollars, essentiellement sur le marché américain, tandis que les exportations de pelleteries brutes progressaient de 62,5 millions de dollars, les gains les plus importants provenant de Hong Kong.

Les importations de produits des TVC ont augmenté de 494,7 millions de dollars, grâce à des gains assez largement répartis parmi les vêtements tricotés et tissés et certains articles en cuir. Dans le cas des vêtements tricotés, les importations ont progressé de 370,5 millions de dollars en 2008. Les importations de vêtements tissés ont augmenté de 147,8 millions de dollars, les gains étant à la fois modestes et largement répartis.

Les importations d'articles en cuir ont progressé de 126,2 millions de dollars avec, en tête, une hausse de 108,8 millions de dollars des importations de malles, valises, sacs à main, sacs de golf, sacs à outils et articles similaires en cuir. Pour l'essentiel, l'augmentation des importations de ces produits a profité à la Chine, qui a enregistré un gain de 93,7 millions de dollars.

Biens de consommation et produits manufacturés divers27

En 2008, les exportations de biens de consommation et de produits manufacturés divers ont régressé de 1,0 milliard de dollars, alors que les exportations de meubles et d'articles de literie chutaient de 889,9 millions de dollars et les exportations d'objets d'art et d'antiquités, de 220,6 millions de dollars.

Les meubles et sièges sont à l'origine de la plus grande partie du recul des exportations de meubles et d'articles de literie. Les exportations de meubles autres que ceux employés à des fins médicales, chirurgicales ou dentaires ont diminué de 494,1 millions de dollars en 2008, en raison d'exportations réduites aux États-Unis. Les exportations de sièges autres que les sièges de barbiers et de dentistes ont également fléchi en 2008, soit de 381,5 millions de dollars, encore ici, en raison du recul des exportations aux États-Unis.

Les exportations d'objets d'art et d'antiquités ont fléchi de 220,6 millions de dollars, alors que les exportations de peintures, dessins et pastels baissaient de 191,5 millions de dollars. Les Pays-Bas et la Suisse sont responsables de la plus grande partie de ces pertes.

Les importations de biens de consommation et de produits manufacturés divers ont avancé de 869,3 millions de dollars en 2008. Ce sont les importations de jouets et d'articles de sport et de meubles et d'articles de literie qui ont fourni l'essentiel de cette augmentation.

Les importations de jouets et d'articles de sport ont augmenté de 313,0 millions de dollars en 2008, principalement les articles liés aux jeux vidéo, de société et de billard, en hausse de 219,3 millions de dollars, et les articles de sport, qui ont progressé de 122,5 millions de dollars.

Les importations de tous les produits de la catégorie meubles et articles de literie ont augmenté en 2008, à l'exception des sièges, en baisse de 222,7 millions de dollars. Le recul des importations de parties de sièges explique la baisse des importations de sièges. Les meubles à usage non professionnel ont dominé les gains, avec une progression de 236,1 millions de dollars, tandis que les importations de bâtiments préfabriqués étaient en hausse de 151,9 millions de dollars.

Autre matériel de transport28

Les exportations au sein de ce groupe ont fléchi de 804,3 millions de dollars, à 11,6 milliards de dollars en 2008. La plus grande partie de la baisse se retrouve dans les exportations d'aéronefs et de matériel connexe, en recul de 768,5 millions de dollars. Les exportations de navires et de bateaux ont aussi diminué de 72,5 millions de dollars, les pertes étant largement réparties. Par contre, les exportations de matériel ferroviaire ont augmenté de 36,7 millions de dollars.

La baisse des exportations d'aéronefs et de matériel connexe a touché principalement les aéronefs (repli de 1,1 milliard de dollars), alors que les exportations d'appareils de lancement et d'entraînement aérien au sol et de pièces d'aéronefs ont progressé de 233,5 millions de dollars et de 120,1 millions de dollars, respectivement. Les avions sont responsables de la plus grande partie de la baisse des exportations d'aéronefs, puisque les exportations d'hélicoptères et de véhicules spatiaux étaient en hausse. Le recul des exportations aux États-Unis (perte de 1,0 milliard) a contribué au repli général des exportations d'aéronefs, mais on observe des variations importantes dans le cas de huit autres pays. Quatre pays montrent un gain global de 690,7 millions de dollars : le Royaume-Uni (221,3 millions de dollars), l'Autriche (191,7 millions de dollars), l'Uruguay (173,9 millions de dollars) et l'Australie (103,9 millions de dollars). Les quatre autres pays sont globalement responsables d'une baisse des exportations de 675,7 millions de dollars : la France (101,2 millions de dollars), l'Espagne (115,8 millions de dollars), le Mexique (134,3 millions de dollars) et l'Italie (324,4 millions de dollars). Ces quatre pays ont, de fait, annulé les gains observés parmi les quatre premiers.

Du côté des importations, les hausses enregistrées pour le matériel ferroviaire et les navires et bateaux ont été en partie annulées par une baisse des importations d'aéronefs et de matériel connexe, alors que les importations totales d'autre matériel de transport augmentaient de 119,0 millions de dollars en 2008, à près de 9,9 milliards de dollars.

La progression des importations de matériel ferroviaire était largement répartie, tous les produits de ce groupe affichant des gains par rapport à 2007. Dans l'ensemble, les importations de matériel ferroviaire ont augmenté de 251,5 millions de dollars en 2008, avec en tête de liste une hausse des importations de locomotives de 139,9 millions de dollars.

Dans le cas des navires et bateaux, les hausses observées pour les bateaux servant au transport des passagers et les bateaux de pêche ont été en partie effacées par la baisse des importations de yachts et autres bateaux de plaisance, d'embarcations légères, de quais flottants et de plateformes, résultant en une augmentation nette de 41,8 millions de dollars dans cette catégorie.

Les importations d'aéronefs et de matériel connexe ont fléchi de 174,4 millions de dollars, alors que la baisse de 607,9 millions de dollars des importations d'aéronefs a été en partie comblée par une hausse de 443,6 millions de dollars des importations de pièces. Le recul de 630,0 millions de dollars des importations en provenance du Brésil explique la baisse des importations d'aéronefs.

Le commerce au niveau des provinces et des territoires

L'Ontario est la seule province ou territoire qui a vu ses exportations de marchandises reculer en 2008, soit de 13,8 milliards de dollars (6,8 p. 100), à 188,7 milliards de dollars (tableau 5-2). Les pertes étaient concentrées dans les produits du nickel et ceux liés à l'automobile. Les exportations ontariennes de nickel brut et de mattes de nickel ont chuté de 2,2 milliards de dollars, tandis que les exportations de voitures, de camions et de pièces d'automobiles baissaient de 15,1 milliards de dollars et celles de moteurs à pistons et de pièces, de 930,8 millions de dollars.

Tableau 5-2
Commerce des services par grande catégorie, 2008
 ExportationsCroissance des exportationsPart des exportationsImportationsCroissance des importationsPart des importations
Ontario188 691 400 000 $-6,8 %39,0 %241 606 500 000 $0,6 %55,8 %
Alberta110 781 700 000 $33,9 %22,9 %21 938 700 000 $18,5 %5,1 %
Québec71 008 500 000 $1,6 %14,7 %78 558 500 000 $10,5 %18,1 %
Colombie-Britannique33 753 700 000 $4,2 %7,0 %42 988 000 000 $11,1 %9,9 %
Saskatchewan30 635 600 000 $55,2 %6,3 %9 022 700 000 $29,6 %2,1 %
Terre-Neuve et Labrador14 646 500 000 $26,3 %3,0 %4 255 900 000 $32,5 %1,0 %
Manitoba12 883 500 000 $3,5 %2,7 %15 291 500 000 $16,3 %3,5 %
Nouveau-Brunswick12 820 600 000 $14,5 %2,6 %10 889 500 000 $45,8 %2,5 %
Nouvelle-Écosse5 802 000 000 $6,4 %1,2 %8 432 900 000 $13,0 %1,9 %
Territoires du Nord-Ouest2 312 200 000 $22,9 %0,5 %14 600 000 $264,3 %0,0 %
Île-du-Prince-Édouard878 200 000 $9,4 %0,2 %118 800 000 $118,2 %0,0 %
Yukon132 000 000 $484,9 %0,0 %92 500 000 $-3,8 %0,0 %
Nunavut23 500 000 $323,2 %0,0 %31 900 000 $80,9 %0,0 %
 484 369 300 0007,5 % 100,0 %433 241 900 0006,5 %100,0 %

En revanche, trois provinces et deux territoires ont bénéficié d'une hausse de leurs exportations de marchandises supérieure à 25 p. 100 en 2008. Le Yukon a enregistré le plus fort taux de croissance, avec des exportations 5,8 fois plus élevées en 2008 qu'en 2007. Une année complète de production à la nouvelle mine de cuivre et d'or explique en partie le bond de 109,5 millions de dollars dans les exportations du Yukon en 2008, à 132,0 millions de dollars. Les exportations du Nunavut se sont multipliées par trois, progressant de 5,6 millions de dollars en 2007 à 23,5 millions de dollars en 2008. La hausse provient essentiellement des exportations de minerai de fer, passées de zéro en 2007 à 16,6 millions de dollars en 2008.

La Saskatchewan a connu une année exceptionnelle au chapitre des exportations de marchandises, qui ont grimpé de 10,9 milliards de dollars (55,2 p. 100), à 30,6 milliards de dollars en 2008. La solide performance de la province s'explique non seulement par les prix élevés de l'énergie et les fortes hausses des prix des produits agricoles (examinés ci-dessus), mais aussi par la vigueur de la demande de potasse. Les exportations de produits énergétiques ont progressé de 4,7 milliards de dollars, tandis que les exportations de potasse ont plus que doublé, gagnant 3,1 milliards de dollars en 2008. Les exportations de produits agricoles ont aussi inscrit des gains appréciables : blé (1,4 milliard de dollars), graines de canola (604,8 millions de dollars), légumineuses sèches (531,5 millions de dollars), huile de canola (301,5 millions de dollars), orge (139,5 millions de dollars), graines de lin (139,4 millions de dollars) et avoine (76,7 millions de dollars).

Les exportations de l'Alberta ont augmenté de 28,0 milliards de dollars (33,9 p. 100) en 2008, à 110,8 milliards de dollars, surtout en raison de la bonne tenue des produits énergétiques, qui ont progressé de 24,0 milliards de dollars. Le pétrole brut (gain de 19,6 milliards de dollars) est à l'origine d'une bonne partie de cette augmentation, tandis que les gaz de pétrole (principalement le gaz naturel) y ont contribué 4,2 milliards de dollars et le charbon, 246,0 millions de dollars. Les exportations de soufre étaient aussi en hausse, soit de 1,4 milliard de dollars, tandis que les exportations de blé et de canola, profitant de la fermeté des prix et d'une bonne récolte, ont avancé de 713,2 millions de dollars et de 666,6 millions de dollars, respectivement.

Les exportations de Terre-Neuve et Labrador ont progressé de 3,1 milliards de dollars en 2008, à 14,6 milliards de dollars. L'énergie et le minerai de fer sont responsables des gains enregistrés, alors que les exportations de pétrole brut ont augmenté de 1,5 milliard de dollars, celles de pétrole non brut, de 1,1 milliard de dollars, et celles de minerai de fer, de 613,9 millions de dollars.

L'Ontario a fourni 39,0 p. 100 des exportations de marchandises au Canada, suivie de l'Alberta avec 22,9 p. 100, du Québec avec 14,7 p. 100 et de la Colombie-Britannique avec 7,0 p. 100 (figure 5-1). Le recul de 6,0 p. 100 de la part de l'Ontario a été absorbé en grande partie par l'Alberta et la Saskatchewan, dont les parts respectives ont augmenté de 4,5 p. 100 et 1,9 p. 100.

Figure 5-1
Parts des exportations de marchandises par province, 2008

Équivalent textuel - Parts des exportations de marchandises par province

Les importations étaient en hausse dans toutes les régions du Canada, à l'exception du Yukon, où elles ont reculé de 3,8 p. 100. Des taux de croissance dans les deux chiffres ont été enregistrés dans les autres provinces et territoires, sauf l'Ontario, où les impor tations ont augmenté de 1,3 milliard de dollars (0,6 p. 100), à 241,6 milliards de dollars. En valeur, les hausses les plus marquées sont survenues au Québec (7,5 milliards de dollars), en Colombie-Britannique (4,3 milliards de dollars), ainsi qu'en Alberta et au Nouveau-Brunswick (3,4 milliards de dollars dans chaque cas). Les produits énergétiques rendent compte de la plus grande partie de ces augmentations, notamment en raison des prix élevés de l'énergie au cours de l'année.

L'Ontario a accueilli plus de la moitié des importations de marchandises au Canada (55,8 p. 100), suivie du Québec (18,1 p. 100), ainsi que de la Colombie-Britannique et de l'Alberta, avec des parts respectives de 9,9 p. 100 et de 5,1 p. 100 (figure 5-2).

Figure 5-2
Parts des importations de marchandises par province, 2008

Équivalent textuel - Parts des importations de marchandises par province


12. Les statistiques sur le commerce canadien se présentent sous deux formes : les statistiques compilées sur une base douanière et celles qui sont compilées sur la base de la balance des paiements. Au chapitre 4, l'analyse du commerce avec les « principaux partenaires » a été faite à l'aide des données du commerce produites sur la base de la balance des paiements. Les statistiques sur les échanges commerciaux désagrégés au niveau des produits de base et des pays individuels sont produites uniquement sur une base douanière. Comme le chapitre 5 examine l'évolution du commerce à un niveau détaillé, les données qui y sont présentées reflètent les statistiques compilées une base douanière.

13. Au chapitre 1, il est précisé que les dépenses de consommation ont décéléré, tandis que les importations de biens ont subi une contraction aux États-Unis.

14. Les échanges des marchandises du Canada sont habituellement présentés selon ce qu'on appelle le Système harmonisé (SH) de classification du commerce, un système international établi pour coder les produits échangés. Dans le système SH, le commerce est ventilé en quelque 97 chapitres, correspondant à la classification à deux chiffres du SH. Chaque chapitre est ensuite ventilé en sous-catégories, correspondant à la classification à quatre chiffres, et chaque sous-catégorie à quatre chiffres est elle-même ventilée en produits individuels, correspondant à la classification à six chiffres. Dans la présente section, nous examinons les principaux produits qui composent les échanges commerciaux du Canada au niveau de la classification à quatre chiffres du SH.

15. Vingt-huit produits sont examinés, y compris les 19 principales exportations et les 19 principales importations, dont dix produits qui se retrouvent à la fois du côté des principales exportations et des principales importations.

16. Chapitre 27 du SH.

17. Chapitre 87 du SH.

18. Plus précisément, les camions entrant dans les catégories SH 870421 et SH 870422.

19. Chapitre 84 du SH.

20. Chapitre 85 du SH.

21. Chapitre 90 du SH.

22. Chapitres 1 à 24 du SH.

23. Chapitres 25, 26 et 68 à 83 du SH, à l'exception du chapitre 77. Le chapitre 77 est tenu en réserve et n'existe pas à l'heure actuelle dans le système SH.

24. Chapitres 28 à 40 du SH.

25. Chapitres 44 à 49 du SH.

26. Chapitres 41 à 43 et 50 à 65 du SH.

27. Chapitres 66, 67 et 91 à 99 du SH.

28. Chapitres 86, 88 et 89 du SH.