Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le point sur le commerce et l’investissement – 2009

Équivalents textuel pour les figures

Figure 3.1 Croissance du PIB réel canadien, 2004-2008

La figure 3-1 illustre la variation annuelle en pourcentage du PIB canadien réel de 2004 à 2008 et sa croissance annualisée par trimestre en 2008. La croissance du PIB réel atteignait 3,1 % en 2004, 2,9 % en 2005, 3,1 % en 2006, 2,7 %, en 2007 et 0,5 % en 2008. Au premier trimestre de 2008, la croissance économique annualisée un trimestre à l’autre s’établissait à -0,9 %; au deuxième trimestre de 2008 à 0,6 %, au troisième trimestre de 2008 à 0,9 % et au quatrième trimestre de 2008 à -3,4 %.

Source : Statistique Canada

Figure 3.2 Produit intérieur brut en termes de dépenses, 2004-2008 (milliards de dollars enchaînés de 2002)

La figure 3.2 illustre diverses composantes du produit intérieur brut (PIB) réel en termes de dépenses (en dollars enchaînés de 2002), au cours de la période 2004-2008, en milliards de dollars canadiens. Les dépenses en biens et services de consommation ont augmenté, passant de 698 milliards de dollars en 2004 à 812 milliards de dollars 2007. Les dépenses publiques au titre des biens et services ont augmenté, passant de 268 milliards de dollars en 2004 à 310 milliards de dollars en 2008. Les dépenses des entreprises ont progressé, de 233 milliards de dollars en 2004 à 282 milliards de dollars en 2008, tandis que les exportations nettes ont diminué progressivement, passant de plus 10 milliards de dollars à moins 89 milliards de dollars en 2008.

Source : Statistique Canada

Figure 3.3 Croissance du PIB réel par province, 2008

La figure 3.3 illustre la croissance en pourcentage du PIB par province, en 2008. La croissance du PIB atteignait 0,5 % pour l’ensemble du Canada, -0,1 % pour Terre-Neuve-et-Labrador, 0,9 % pour l’Île-du-Prince-Édouard, 2,0 % pour la Nouvelle-Écosse, 0,0 % pour le Nouveau-Brunswick, 1,0 % pour le Québec, -0,4 % pour l’Ontario, 2,4 % pour le Manitoba, 4,4 % pourla Saskatchewan, -0,2 % pour l’Alberta et -0,3 % pourla Colombie-Britannique.

Source : Statistique Canada

Figure 3.4 Taux de chômage au Canada, 2004-2008

La figure 3.4 illustre le taux de chômage (en pourcentage) au Canada au cours de la période 2004-2008. Le taux de chômage était de 7,2 % en 2004, de 6,8 % en 2005, de 6,3 % en 2006, de 6,0 % en 2007 et de 6,1 % en 2008.

Source : Statistique Canada

Figure 3.5 Taux de chômage au Canada et dans les provinces, 2007-2008

La figure 3.5 illustre le taux de chômage (en pourcentage) au Canada et dans les provinces en 2007 et 2008. Au Canada, le taux de chômage s’élevait à 6,0 % en 2007 et à 6,1 % en 2008. Dans les provinces, le chômage atteignait les niveaux suivants. Terre-Neuve-et-Labrador : 13,6 % en 2007 et 13,2 % en 2008; Île-du-Prince-Édouard : 10,3 % en 2007 et 10,8 % en 2008; Nouvelle-Écosse : 8,0 % en 2007 et 7,7 % en 2008; Nouveau-Brunswick : 7,5 % en 2007 et 8,6 % en 2008; Québec : 7,2 % en 2007 et 7,2 % en 2008; Ontario : 6,4 % en 2007 et 6,5 % en 2008; Manitoba : 4,4 % en 2007 et 4,2 % en 2008; Saskatchewan : 4,2 % en 2007 et 4,1 % en 2008; Alberta : 3,5 % en 2007 et 3,6 % en 2008; Colombie-Britannique : 4,2 % en 2007 et 4,6 % en 2008.

Source : Statistique Canada

Figure 3.6 Indices des taux de change (2002=100)

La figure 3.6 illustre les variations des indices des taux de change du dollar canadien par rapport à 2002 – l’année de référence –, où l’indice était de 100 pour tous les taux de change. L’indice pour le dollar américain a enregistré une progression continue pour atteindre 147,3 en 2008. La livre a reculé à 98,9 en 2004 avant de remonter à 120,2 en 2008. L’euro a chuté à 91,7 en 2004 pour rebondir à 95,1 en 2008. Enfin, le yen japonais a grimpé à 121,1 en 2008.

Source : Banque du Canada

Figure 3.7a Indices des prix des produits de base et des taux de change (2002=100)

La figure 3.7a illustre les indices des prix des produits de base et des taux de change par année, au cours de la période 1995-2008, tous les indices étant égaux à 100 pour 2002 (année de référence). Le taux de change du dollar canadien en dollar américain, qui s’élevait à 114,4 en 1995, a reculé progressivement pour s’établir à 100,0 en 2002, avant de remontrer graduellement à 147,1 en 2008. L’indice des prix des produits de base a fléchi, passant de 104,7 en 1995 à un creux de 88,7 en 1998, puis a rebondi à 245,6 en 2008. L’indice des prix des produits de base énergétiques a fait un bond, passant de 62,8 en 1995 à 333,5 en 2008. L’indice des prix des matières industrielles de base a glissé, passant de 138,9 en 1995 à 100,0 en 2002, pour ensuite remonter à 185,5 en 2008.

Source : Banque du Canada

Figure 3.7b Indices des prix des produits de base et des taux de change, par mois, 2008

La figure 3.7b illustre les indices mensuels des prix des produits de base et des taux de change en 2008, tous les indices étant égaux à 100 en 2002 – l’année de référence. Le taux de change du dollar canadien en dollar américain s’élevait à 138,6 en janvier, mais il a chuté graduellement pour s’établir à 113,6 en décembre. L’indice des prix des produits de base a progressé, passant de 230,7 en janvier à un sommet de 304,5 en juin, avant de retomber à 158,8 en décembre. L’indice des prix des produits de base énergétiques a augmenté, passant de 300,5 en janvier à 435,2 en juillet, avant de retomber à 176,8 en décembre. L’indice des prix des matières industrielles de base est passé de 183,0 en janvier à un sommet de 205,4 en juillet avant de redescendre à 153,8 en décembre.

Source : Banque du Canada

Figure 3.8 Taux directeur de la Banque du Canada

La figure 3.8 illustre l’évolution du taux directeur dela Banquedu Canada en 2008. Le 22 janvier, le taux directeur s’établissait à 4,00 %. Il a ensuite glissé tout au long de l’année, atteignant 3,5 % le 4 mars, 3,0 % le 22 avril, 2,5 % le 8 octobre, 2,25 % le 21 octobre, et enfin, 1,5 % le 9 décembre.

Source : Banque du Canada

Figure 3.9 IPC et IPC de référence, 2004-2008

La figure 3.9 illustre la croissance annuelle (en pourcentage) de l’indice des prix à la consommation (IPC) et de l’IPC de référence de 2004 à 2008. L’IPC a augmenté de 1,8 % en 2004, de 2,2 % en 2005, de 2,0 % en 2006, de 2,2 % en 2007 et de 2,3 % en 2008. L’augmentation de l’PIC de référence représentait 1,6 % en 2004, 1,6 % en 2005, 1,9 % en 2006, 2,1 % en 2007 et 1,7 % en 2008.

Source : Statistique Canada

Figure 3.10

s.o.l

Source : Statistique Canada

Figure 4.1 Exportations de biens et services par grande région, 2003-2008

La figure 4.1 illustre les exportations de biens et services par grande région, de 2003 à 2008, en milliards de dollars canadiens. Les exportations dans le monde ont augmenté avec régularité, passant de 461 milliards de dollars en 2003 à 558 milliards de dollars en 2008. Les exportations à destination des États-Unis se sont accrues, passant de 365 milliards de dollars en 2003 à 406 milliards de dollars en 2005, avant de se replier à 398 milliards de dollars en 2006 puis de rebondir à 407 milliards de dollars en 2008. Les exportations à destination de l’Union européenne ont augmenté, passant de 34 milliards de dollars en 2003 à 53 milliards de dollars en 2008. Les exportations au Japon, qui atteignaient 11 milliards de dollars en 2003, ont bondi à 13 milliards de dollars en 2008. Les exportations vers les autres régions ont augmenté progressivement, passant de 51 milliards de dollars en 2003 à 85 milliards de dollars en 2008.

Source : Statistique Canada

Figure 4.2 Importations de biens et services par grande région, 2003-2008

La figure 4.2 illustre les importations de biens et services par grande région, de 2003 à 2008, en milliards de dollars canadiens. Les importations en provenance du monde ont progressé de façon régulière, passant de 416 milliards de dollars en 2003 à 533 milliards de dollars en 2008. Les importations en provenance des États-Unis ont augmenté progressivement, passant de 294 milliards de dollars en 2003 à 332 milliards de dollars en 2008. Les importations en provenance de l’Union européenne ont augmenté, passant de 47 milliards de dollars en 2003 à 62 milliards de dollars en 2008. Les importations en provenance du Japon, qui s’établissaient à 13 milliards de dollars en 2003, ont atteint 15 milliards de dollars en 2007, avant de retomber à 14 milliards de dollars en 2008. Enfin, les importations en provenance des autres régions ont augmenté progressivement, passant de 72 milliards de dollars en 2003 à 124 milliards de dollars en 2008.

Source : Statistique Canada

Figure 4.3 Croissance des exportations et des importations de biens et services par grande région, 2008

La figure 4.3 illustre la croissance (en pourcentage) des exportations et des importations de biens et services au Canada, par grande région, en 2008. Les exportations dans le monde ont progressé de 5,2 % et les importations, de 6,3 %. Les exportations vers les États-Unis ont augmenté de 3,8 % et les importations en provenance des États-Unis, de 4,6 %. Les exportations vers l’Union européenne ont augmenté de 3,1 % et les importations en provenance de cette région, de 6,8 %. Les exportations vers le Japon ont progressé de 16,5 % tandis que les importations en provenance du Japon ont reculé de 6,5 %. Les exportations vers les autres régions ont augmenté de 12,1 %, et les importations en provenance de ces régions, de 13,0 %.

Source : Statistique Canada

Figure 4.4 Croissance des exportations de biens par grand groupe, 2008 (variation annuelle en pourcentage)

La figure 4.4 illustre la croissance (variation annuelle en pourcentage) des exportations de biens par grand groupe en 2008. Les exportations de matières et de biens industriels ont augmenté de 6,6 % en valeur et diminué de 1,5 % en volume. Les exportations de produits agricoles et de la pêche ont augmenté de18,9 % en valeur et de 0,9 % en volume. Les exportations de produits énergétiques ont augmenté de 37,2 % en valeur et de 0,8 % en volume. Les exportations des autres biens de consommation ont diminué de 3,0 % en valeur et de 3,3 % en volume. Les exportations de machines et d’équipement ont diminué de 0,5 % en valeur et de 2,1 % en volume. Les exportations de produits automobiles ont chuté de 21,0 % en valeur et de 23,4 % en volume. Les exportations de produits forestiers ont diminué de 12,3 % en valeur et de 14,6 % en volume.

Source : Statistique Canada

Figure 4.5 Croissance des importations de biens par grand groupe, 2008 (variation annuelle en pourcentage)

La figure 4.5 illustre la croissance (variation annuelle en pourcentage) des importations de biens par grand groupe en 2008. Les importations de produits agricoles et de la pêche ont augmenté de 11,8 % en valeur et de 2,4 % en volume. Les importations de produits énergétiques ont augmenté de 44,9 % en valeur et de 11,4 % en volume. Les importations d’autres produits de consommation ont augmenté de 5,0 % en valeur et de 2,8 % en volume. Les exportations de machines et d’équipement ont augmenté de 5,1 % en valeur et de 4,1 % en volume. Les importations de matières et de biens industriels ont augmenté de 7,6 % en valeur mais chuté de 2,7 % en volume. Les importations de produits automobiles ont baissé de 10,1 % en valeur et en volume. Les importations de produits forestiers ont baissé de 4,2 % en valeur et de 1,0 % en volume.

Source : Statistique Canada

Figure 1 : Ventes de biens et services des sociétés affiliées à l’étranger

La figure 1 illustre les ventes de biens et services de sociétés affiliées à l’étranger (en milliards de dollars canadiens) de 1999 à 2006. En 1999, les ventes de biens ont atteint 198,7 milliards de dollars et les ventes de services117,7 milliards de dollars, pour un total de 316,4 milliards de dollars. En 2000, les ventes de biens s’élevaient à 226,7 milliards et les ventes de services à 140,4 milliards, pour un total de 367,1 milliards. En 2001, les ventes de biens se chiffraient à 221,1 milliards et les ventes de services à 143,4 milliards, pour un total de 364,6 milliards. En 2002, les ventes de biens ont atteint 219,1 milliards et les ventes de services 135,5 milliards, pour un total de 354,6 milliards. En 2003, les ventes de biens s’élevaient à 218,5 milliards et les ventes de services à 119,2 milliards, pour un total de 337,8 milliards. En 2004, les ventes de biens ont atteint 249,9 milliards et les ventes de services131,3 milliards, pour un total de 381,2 milliards. En 2005, les ventes de biens ont atteint 268,8 milliards et les ventes de services 145,8 milliards, pour un total de 414,7 milliards. Enfin, en 2006, les ventes de biens s’élevaient à 288,1 milliards et les ventes de services à 153,0 milliards, pour un total de 441,1 milliards.

Source : Statistique Canada

Figure 2 : Ventes des sociétés affiliées à l’étranger en proportion des exportations totales (pourcentage des exportations de biens et services, 2006)

La figure 2 illustre les ventes des sociétés affiliées à l’étranger en proportion (pourcentage) des exportations canadiennes totales (biens et services) en 2006. Cette part atteignait 84,7 % pour le monde, 60,4 % pour les États-Unis, 192,9 % pour l’Union européenne, 101,5 % pour les autres pays membres de l’OCDE et 177,0 % pour les pays non membres de l’OCDE.

Source : Statistique Canada

Encadré : L’évolution de l’excédent commercial du Canada

Cette figure illustre l’évolution du solde de la balance commerciale du Canada (en milliards de dollars canadiens), par grand groupe de produits, de 1990 à 2008. Le solde de la balance commercial pour les produits agricoles et de la pêche est demeuré excédentaire durant cette période (passant de 4,2 milliards de dollars en 1990 à 12,3 milliards de dollars en 2008). Le solde de la balance commerciale pour les produits énergétiques a augmenté progressivement, passant de 6,7 milliards en 1990 à 55,1 milliards en 2007 et à 72,7 milliards en 2008. Pour ce qui des produits de la forêt, le solde de la balance commerciale est passé de 20,4 milliards en 1990 à un sommet de 40,8 milliards en 2000, pour ensuite plonger à 22,8 milliards en 2008. Le solde de la balance commerciale des biens et matériaux industriels a connu un excédent de 4,3 milliards en 1990, est devenu déficitaire de 1997 à 2003 (8,0 milliards en 2000), pour ensuite rebondir et afficher des excédents de 19,3 milliards en 2007 et de 19,8 milliards en 2008. Pour les machines et l’équipement, les soldes ont été déficitaires durant toute la période visée : moins 16,5 milliards en 1990, moins 29,9 milliards en 1999 et moins 29,6 milliards en 2008. Le solde des produits de l’automobile a enregistré un excédent de 4,2 milliards en 1990 et atteint un sommet de 17,9 milliards en 1999, pour ensuite devenir déficitaire (moins 2,7 milliards en 2007 et moins 10,9 milliards en 2008). Enfin, la balance commerciale des autres biens de consommation a enregistré des déficits de plus en plus importants tout au long de la période – de moins 13,2 milliards en 1990 à moins 39,4 milliards en 2008.

Source : Statistique Canada

Part des échanges intra-entreprises dans le commerce des biens entre le Canada et les États-Unis

Cette figure illustre la part (en pourcentage) des échanges intra-entreprises dans le commerce entre le Canada et les États-Unis de 1990 à 2006. Cette part s’élevait à 41,0 % en 1990, à 39,3 % en 1995, à 33,6 % en 2000 et à 28,7 % en 2006.

Source : U.S. Bureau of Economic Administration – BEA

Échanges intra-entreprises entre le Canada et les États-Unis par industrie, 2006

Cette figure illustre la part (en pourcentage) des échanges intra-entreprises du commerce Canada-États-Unis par industrie en 2006. Le matériel de transport représentait 46,8 % de ces échanges, les produits chimiques 5,6 %, la machinerie et le matériel électronique 2,2 %, les autres biens manufacturés 17,8 %, le commerce de gros 16,7 % et les autres industries 6,5 %.

Source : U.S. Bureau of Economic Administration – BEA

Part des échanges intra-entreprises dans le commerce avec les États-Unis, 2006

Cette figure illustre la part (en pourcentage) des échanges intra-entreprises dans le commerce avec les États-Unis pour divers pays en 2006. Au Japon, cette part atteint 89,1 %, en Allemagne 66,3 %, au Royaume-Uni 52,2 %, en France 42,8 %, au Canada 28,7 % et en Italie 21,1 %.

Source : U.S. Bureau of Economic Administration – BEA

Figure 5.1 Parts des exportations de marchandises par province

La figure 5.1 illustre la part (en pourcentage) des exportations de marchandises par province, en 2008. Ontario : 39,0 %; Alberta : 22,9 %; Québec : 14,7 %; Colombie-Britannique : 7,0 %; Saskatchewan : 6,3 %; autres : 10,2 %.

Source : Statistique Canada

Figure 5.2 Parts des importations de marchandises par province

La figure 5.2 illustre la part (en pourcentage) des importations de marchandises par province, en 2008. Ontario : 55,8 %; Québec : 18,1 %; Colombie-Britannique : 9,9 %; Alberta : 5,1 %, Manitoba : 3,5 %; autres : 7,6 %.

Source : Statistique Canada

Figure 6.1 Entrées mondiales de capitaux

La figure 6.1 illustre les entrées mondiales de capitaux par année (investissements directs et de portefeuille et autres flux de capitaux, en milliards de dollars américains), dans le monde et dans les pays en développement, de 1999 à 2007. Les entrées mondiales ont atteint 1,95 milliard de dollars en 1999, grimpé à 3,28 milliards de dollars en 2000, puis chuté à 1,78 milliard de dollars en 2002 avant de reprendre une progression soutenue et atteindre 9,1 milliards de dollars en 2007. Les entrées dans les pays en développement ont atteint 0,23 milliard de dollars en 1999, augmenté pour s’établir à 0,76 milliard de dollars en 2005, puis progressé rapidement pour atteindre 1,92 milliard de dollars en 2007.

Source : Fonds monétaire international – FMI

Figure 6.2 Entrées mondiales d’IED

La figure 6.2 illustre les entrées mondiales d’investissement étranger direct (IED) dans les pays développés et les pays en développement (en milliards de dollars américains), de 1999 à 2008. En 1999, les entrées d’IED se chiffraient à 1 088,5 milliards de dollars (851,5 milliards dans les pays développés et 237,0 milliards dans les pays en développement). Les rentrées ont augmenté rapidement pour atteindre 1 398,2 milliards en 2000 (1 134,6 milliards dans les pays développés et 263,6 milliards dans les pays en développement), pour ensuite redescendre à 561,1 milliards en 2003 (361,1 milliards dans les pays développés et 200,0 milliards dans les pays en développement). Après plusieurs années de progression, les entrées mondiales d’IED ont atteint un sommet de 1 833,3 milliards en 2007 (1 247,6 milliards dans les pays développés et 585,7 milliards dans les pays en développement), mais elles sont ensuite retombées à 1 449,1 milliards en 2009 (840,1 milliards dans les pays développés et 609,0 milliards dans les pays en développement).

Source : CNUCED, Rapport sur l’investissement dans le monde 2008

Figure 6.3 Part des fusions et acquisitions dans les entrées mondiales d’IED (2008)

La figure 6.3 illustre la part des entrées mondiales d’IED représentées par les fusions et acquisitions (81,7 %) et les investissements en installations nouvelles (18,3 %).

Source : CNUCED, Rapport sur l’investissement dans le monde 2008

Figure 6.4 Sorties mondiales d’investissement direct

La figure 6.4 illustre la part moyenne (en pourcentage) des sorties mondiales d’investissement direct de diverses destinations géographiques de 2005 à 2007, soit : 56,9 % pour l’Union européenne, 13,1 % pour les États-Unis, 2,9 % pour le Canada, 11,0 % pour les autres économies développées, 1,3 % pour la Chine, 2,1 % pour les économies en transition et 12,5 % pour les autres économies en développement.

Source : CNUCED, Rapport sur l’investissement dans le monde 2008

Figure 6.5 Stocks d’IED entrant et sortant du Canada

La figure 6.5 illustre les stocks d’IED entrant et sortant du Canada (en milliards de dollars canadiens) de 1990 à 2008. En 1991, le stock d’IED sortant du Canada s’élevait à 109,0 milliards de dollars et le stock d’IED entrant à 135,2 milliards de dollars. En 1996, la valeur du stock d’IED sortant était de 181,2 milliards et celle du stock d’IED entrant de 182,1 milliards. Après 1996, le stock d’IED sortant a été supérieur au stock d’IED entrant. En 2000, la valeur du stock d’IED sortant a atteint 356,5 milliards et le stock d’IED entrant 319,1 milliards. En 2002, le stock d’IED sortant s’élevait à 435,5 milliards et le stock d’IED entrant à 356,8 milliards. En 2008, le stock d’IED sortant se chiffrait à 637,3 milliards et le stock d’IED entrant à 504,9 milliards.

Source : Statistique Canada

Figure 6.6 Parts du stock d’IED au Canada (2008)

La figure 6.6 illustre la part (en pourcentage) du stock d’IED entrant au Canada par pays ou région d’origine en 2008. Les États-Unis comptent pour 58,2 % du stock d’IED entrant au Canada, le Royaume-Uni 10,8 %, les Pays-Bas 6,7 %, la France 3,7 %,la Suisse 3,0, le Japon 2,6 %, le Brésil 2,4 %, l’Allemagne 1,9 %, les Émirats arabes unies 1,0 %,la Chine 0,5 % et les autres pays et régions 9,3 %.

Source : Statistique Canada

Figure 6.7 Parts de l’IDCE (2008)

La figure 6.7 illustre la part en pourcentage du stock d’IED sortant du Canada (investissement direct canadien à l’étranger ou IDCE) par pays ou région de destination en 2008. Les États-Unis ont absorbé 48,8 % de l’IDCE en 2008, le Royaume-Uni 8,5 %, la Barbade 7,1 %, les Bermudes 3,5 %, l’Irlande 3,2, les îles Caïmans 3,0 %,la France 2,9 %,la Hongrie 1,7 %, l’Allemagne 1,6 % et les autres 17,7 %.

Source : Statistique Canada

Figure 1 PIB par habitant (PPA), 1980-2007

La figure 1 illustre le PIB par habitant, selon la parité du pouvoir d’achat (PPA), en dollars internationaux constants de 2005 pour plusieurs pays, de 1980 à 2007. Le PIB par habitant du Botswana a augmenté, passant de 3 322 en 1980 à 12 664 en 2007. Le PIB du Brésil est passé de 7 629 à 9 034. Le PIB du Canada est passé de 23 015 à 36 178. Le PIB de la Chine est passé de 525 à 5 046. Le PIB de l’Inde est passé de 869 à 2 599. Le PIB du Japon est passé de 18 644 à 31 607. Le PIB des États-Unis est passé de 25 446 à 43 227. Le PIB du Kenya est passé de 1 373 à 1 449. Le PIB dela Corée du Sud est passé de 5 176 à 23 363.

Source : Banque mondiale

Figure 2 Convergence de la croissance de la population, 1990-2021

La figure 2 illustre l’accroissement démographique annuel réel et projeté dans divers pays afin de démontrer la tendance à la convergence. Aux États-Unis, la population s’est accrue de 1,2 % en 1990 et de 1,0 % en 2008, et devrait s’accroître de 0,9 % en 2021. Au Brésil, la population s’est accrue de 1,7 % en 1990 et de 1,3 % en 2008, et devrait s’accroître de 0,8 % en 2021. Au Japon, la population s’est accrue de 0,3 % en 1990 et de 0,0 % en 2008, et la croissance démographique devrait reculer de 0,4 % en 2021. En Corée du Sud, la population s’est accrue de 0,9 % en 1990 et de 0,5 % en 2008, et devrait s’accroître de 0,1 % en 2021. En Chine, la population s’est accrue de 1,4 % en 1990 et de 0,5 % et devrait s’accroître de 0,3 % en 2021. En Inde, la population s’est accrue de 2,2 % en 1990, de 1,5 % en 2008 et devrait s’accroître de 1,0 % en 2021. Aux Émirats arabes unis, la population s’est accrue de 5,5 % en 1990, de 2,8 % en 2008 et devrait s’accroître de 1,7 % en 2021. Enfin, au Nigéria, la population s’est accrue de 2,9 % en 1990, de 2,3 % en 2008 et devrait s’accroître de 1,7 % en 2021.

Source : IHS Global Insight

Figure 3 Part du Canada dans les marchés d’importation des pays du groupe BRIC

La figure 3 illustre la part en pourcentage des exportations canadiennes dans les pays du groupe BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine), sur leur marché d’importation respectif, entre 1999 et 2007. En 1999, les importations canadiennes représentaient 2,0 % des importations totales au Brésil mais la part du Canada a diminué pour s’établir à 1,4 % en 2007. En 1999, les importations canadiennes représentaient 0,5 % des importations totales en Russie, comparativement à 0,7 % en 2007. En 1999, les importations canadiennes représentaient 0,8 % des importations totales en Inde, et même si cette part a atteint 1,0 % en 2001 et 2002, elle est redescendue à 0,8 % en 2007. En 1999, les importations canadiennes représentaient 1,4 % des importations totales en Chine; cette part a grimpé à 1,7 % en 2000 et 2001, mais est récemment retombée à 1,0 % à 2006 et à 1,2 % en 2007.

Source : IHS Global Insight

Figure 4 Profil de l’ACRN du Canada dans le monde, 2006

La figure 4 illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes dans le monde en 2006, par principaux secteurs. Comparativement aux importations mondiales en provenance de tous les pays, le Canada affiche une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs de l’agroalimentaire (+23,5), des métaux et des minéraux (+14,3), de l’énergie (+202,9), du bois et du papier (+223,5), de l’automobile (+295,8) et de l’aérospatiale (+46,8). Cependant, le Canada accuse une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs des produits chimiques (-105,5), de la machinerie et du matériel électrique (-469,3) et des produits manufacturés divers (-232,0).

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial

Figure 5 Profil de l’ACRN du Canada dans le monde (à l’exclusion des États-Unis), 2006

La figure 5 illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes dans le monde, à l’exclusion des États-Unis, par principaux secteurs en 2006. Comparativement aux importations mondiales (excluant les États-Unis), le Canada affiche une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs de l’agroalimentaire (+66,7), des métaux et des minéraux (+53,9), du bois et du papier (+62,8) et de l’aérospatiale (+41,9). Cependant, il accuse une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs de l’énergie (-79,1), des produits chimiques (-105,5), de la machinerie et du matériel électrique (-52,6), de l’automobile (-27,8) et des produits manufacturés divers (-49,3).

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial

Profil de l’ACRN du Canada en Chine (2008)

Cette figure illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes en Chine en 2008, par principaux secteurs. Comparativement à la performance à l’exportation du Canada dans le monde (excluant les États-Unis), les exportations canadiennes en Chine affichent une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs de l’énergie, des produits chimiques, de l’automobile et des produits manufacturés divers, tandis qu’elles accusent une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs de l’agroalimentaire, du bois et du papier, de la machinerie et du matériel électrique et de l’aérospatiale. Cependant, la performance du Canada à l’exportation est à parité avec la performance mondiale dans les secteurs des métaux et des minéraux.

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial

Profil de l’ACRN du Canada en Inde (2007)

La figure illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes en Inde en 2007, par principaux secteurs. Comparativement à la performance à l’exportation du Canada dans le monde (excluant les États-Unis), les exportations canadiennes en Inde affichent une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs de l’agroalimentaire, des produits chimiques, de la machinerie et du matériel électrique, de l’automobile et des produits manufacturés divers. Cependant, le Canada accuse une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs des métaux et des minéraux, de l’énergie, du bois et du papier et de l’aérospatiale.

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial

Profil de l’ACRN du Canada en Indonésie (2007)

La figure illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes en Indonésie, en 2007, par principaux secteurs. Comparativement à la performance à l’exportation du Canada dans le monde (excluant les États-Unis), les exportations canadiennes en Indonésie affichent une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs de l’agroalimentaire, de l’énergie, des produits chimiques, de la machinerie et du matériel électrique et de l’automobile. Par contre, le Canada accuse une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs du bois et du papier et de l’aérospatiale. Dans le secteur des métaux et des minéraux, la performance du Canada à l’exportation est à parité avec la performance mondiale.

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial

Le profil de l’ACRN du Canada en Malaisie (2007)

La figure illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes en Malaisie en 2007, par principaux secteurs. Comparativement à la performance à l’exportation du Canada dans le monde (excluant les États-Unis), les exportations canadiennes en Malaisie affichent une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs de l’agroalimentaire, de l’énergie, des produits chimiques, de l’automobile et des produits manufacturés divers. Le Canada accuse cependant une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs des métaux et minéraux, du bois et du papier, de la machinerie et du matériel électrique et de l’aérospatiale.

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial

Le profil de l’ACRN du Canada au Mexique (2008)

La figure illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes au Mexique en 2008, par principaux secteurs. Comparativement à la performance à l’exportation du Canada dans le monde (excluant les États-Unis), les exportations canadiennes au Mexique affichent une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs de l’agroalimentaire, de l’énergie, des produits chimiques et de l’automobile, mais elles accusent une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs des métaux et des minéraux, du bois et du papier, de la machinerie et du matériel électrique, de l’aérospatiale et des produits manufacturés divers.

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial

Le profil de l’ACRN du Canada au Venezuela (2008)

La figure illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes au Venezuela en 2008, par principaux secteurs. Comparativement à la performance à l’exportation du Canada dans le monde (excluant les États-Unis), les exportations canadiennes au Venezuela affichent une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs de l’agroalimentaire, de l’énergie, de l’automobile et des produits manufacturés divers. Elles accusent toutefois une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs des métaux et minéraux, des produits chimiques, du bois et du papier, de la machinerie et du matériel électrique et de l’aérospatiale. Enfin, la performance du Canada à l’exportation est à parité avec la performance mondiale dans le secteur.

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial

Le profil de l’ACRN du Canada au Brésil (2008)

La figure illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes au Brésil en 2008, par principaux secteurs. Comparativement à la performance à l’exportation du Canada dans le monde (excluant les États-Unis), les exportations canadiennes au Brésil affichent une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs de l’agroalimentaire, des métaux et des minéraux, des produits chimiques, de l’automobile et des produits manufacturés divers; cela dit, elles accusent une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs de l’énergie, du bois et du papier, de la machinerie et du matériel électrique et de l’aérospatiale.

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial

Le profil de l’ACRN du Canada en Colombie (2008)

La figure illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes en Colombie en 2008, par principaux secteurs. Comparativement à la performance à l’exportation du Canada dans le monde (excluant les États-Unis), les exportations canadiennes en Colombie affichent une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs de l’agroalimentaire, de l’énergie, de la machinerie et du matériel électrique, de l’automobile et des produits manufacturés divers; cependant, elles accusent une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs des métaux et des minéraux, des produits chimiques, du bois et du papier et de l’aérospatiale.

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial

Le profil de l’ACRN du Canada en Russie (2008)

La figure illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes en Russie en 2008, par principaux secteurs. Comparativement à la performance à l’exportation du Canada dans le monde (à l’exclusion des États-Unis), les exportations canadiennes en Russie affichent une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs de l’agroalimentaire, de l’énergie, de la machinerie et du matériel électrique et des produits manufacturés divers; cependant, elles accusent une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs des métaux et des minéraux, des produits chimiques, du bois et du papier, de l’automobile et de l’aérospatiale.

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial

Le profil de l’ACRN du Canada en Turquie (2008)

La figure illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes en Turquie en 2008, par principaux secteurs. Comparativement à la performance à l’exportation du Canada dans le monde (excluant les États-Unis), les exportations canadiennes en Turquie affichent une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs de l’agroalimentaire, de l’énergie, de la machinerie et du matériel électrique et des produits manufacturés divers; cela étant, elles accusent une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs des métaux et des minéraux, des produits chimiques, du bois et du papier et de l’aérospatiale. Enfin, la performance à l’exportation du Canada est à parité avec la performance mondiale dans le secteur de l’automobile.

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial

Le profil de l’ACRN du Canada en Afrique du Sud (2008)

La figure illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes en Afrique du Sud en 2008, par principaux secteurs. Comparativement à la performance à l’exportation du Canada dans le monde (à l’exclusion des États-Unis), les exportations canadiennes en Afrique du Sud affichent une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs des métaux et des minéraux, de l’énergie, de la machinerie et du matériel électrique, de l’automobile et des produits manufacturés divers; cependant, elles accusent une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs de l’agroalimentaire, des produits chimiques, du bois et du papier et de l’aérospatiale.

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial

Le profil de l’ACRN du Canada en Algérie (2007)

La figure illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes en Algérie en 2007, par principaux secteurs. Comparativement à la performance à l’exportation du Canada dans le monde (excluant les États-Unis), les exportations canadiennes en Algérie affichent une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs de l’agroalimentaire, de l’énergie, de la machinerie et du matériel électrique, de l’aérospatiale et des produits manufacturés divers; cependant, elles accusent une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs des métaux et des minéraux, des produits chimiques, du bois et du papier et de l’automobile.

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial

Le profil de l’ACRN du Canada en Égypte (2008)

La figure illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes en Égypte en 2008, par principaux secteurs. Comparativement à la performance à l’exportation du Canada dans le monde (excluant les États-Unis), les exportations canadiennes en Égypte affichent une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs des métaux et des minéraux, de l’énergie, du bois et du papier, de la machinerie et du matériel électrique et des produits manufacturés divers; cependant, elles accusent une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs de l’agroalimentaire, des produits chimiques, de l’automobile et de l’aérospatiale.

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial

Le profil de l’ACRN du Canada aux Émirats arabes unis (E.A.U., 2006)

La figure illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes aux Émirats arabes unis en 2006, par principaux secteurs. Comparativement à la performance à l’exportation du Canada dans le monde (excluant les États-Unis), les exportations canadiennes dans les Émirats arabes unis affichent une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs de l’agroalimentaire, de l’énergie, de la machinerie et du matériel électrique et des produits manufacturés divers; par ailleurs, elles accusent une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs des métaux et des minéraux, des produits chimiques et du bois et du papier. Enfin, la performance à l’exportation du Canada est à parité avec la performance mondiale dans les secteurs de l’automobile et de l’aérospatiale.

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial

Le profil de l’ACRN du Canada en Arabie saoudite (2007)

La figure illustre l’avantage comparatif révélé normalisé (ACRN) des exportations canadiennes en Arabie saoudite en 2007, par principaux secteurs. Comparativement à la performance à l’exportation du Canada dans le monde (excluant les États-Unis), les exportations canadiennes en Arabie saoudite affichent une surperformance (supérieure à la moyenne) dans les secteurs de l’énergie, de l’automobile et des produits manufacturés divers; toutefois, elles accusent une sous-performance (inférieure à la moyenne) dans les secteurs des métaux et des minéraux, des produits chimiques, du bois et du papier, de la machinerie et du matériel électrique et de l’aérospatiale. Enfin, leur performance est à parité avec la performance mondiale dans le secteur de l’agroalimentaire.

Sources : Base de données Comtrade de l’ONU et Atlas du commerce mondial


Figure 1 Croissance du nombre d’exportateurs entre 2001 et 2006

La figure 1 illustre la croissance (en pourcentage) du nombre d’exportateurs, par taille de l’entreprise et par destination, de 2001 à 2006. Le nombre total d’entreprises exportant aux États-Unis a diminué de 15,5 % – une baisse de 16,1 % chez les petites et moyennes entreprises (PME) et de 3,5 % chez les grandes entreprises. Le nombre total d’entreprises exportant en Europe a augmenté de 37,0 % – une hausse de 42,1 % chez les PME et de 8,5 % chez les grandes entreprises. Le nombre total d’entreprises exportant en Asie du Pacifique a augmenté de 50,5 % – une hausse de 56,0 % chez les PME et de 21,2 % chez les grandes entreprises.

Source : Registre des exportateurs, Statistique Canada

Figure 2 Croissance en pourcentage du nombre d’exportateurs offrant plusieurs produits par région de destination, de 2001 à 2006

La figure 2 illustre la croissance (en pourcentage) du nombre d’exportateurs offrant plusieurs produits, par région de destination, de 2001 à 2006. Le nombre d’exportateurs offrant plusieurs produits a augmenté de 96 % vers l’Afrique, de 45 % vers l’Asie du Pacifique, de 38 % vers l’Europe, de 71 % vers l’Amérique latine, de 69 % vers le Moyen-Orient et de 102 % vers l’Océanie, mais ces hausses ont été entièrement annulées par le déclin de 13 % enregistré dans les exportations vers l’Amérique du Nord, qui a provoqué fléchissement global de 6 % pour toutes les destinations combinées.

Source : Registre des exportateurs, Statistique Canada