Le commerce international du Canada: Le point sur le commerce et l'investissement – 2011

Message de l’honorable Ed Fast, ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique

L’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique

Je suis heureux de vous présenter l’édition 2011 du rapport Le point sur le commerce. Ce rapport présente un aperçu de la performance commerciale du Canada sur le marché international au cours de la dernière année.

La conjoncture économique des dernières années s’est avérée particulièrement difficile. Mais après avoir traversé la pire récession des 80 dernières années, l’économiemondiale et l’économie canadienne ont connu une croissance robuste l’an dernier. Le Canada a enregistré l’un des taux de croissance économique les plus élevés du G-7 – une performance qui devrait se poursuivre dans les années à venir, selon le Fonds monétaire international.

Depuis que la reprise s’est amorcée en juillet 2009, près de 540 000 emplois ont été créés au Canada. Non seulement avons-nous récupéré tous les emplois perdus au cours de la récession,mais 111 000 nouveaux emplois ont été créés – pour la plupart des emplois à temps plein. En outre, la situation budgétaire du Canada est la plus saine du G-7 et tout indique que notre pays sera le premier à revenir à l’équilibre budgétaire au sein du G-7.

Néanmoins, le contexte économique actuel continue de présenter à la fois des défis et des possibilités sans précédent pour le Canada. Par l’entremise du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada, le gouvernement Harper s’est engagé à collaborer avec les entreprises canadiennes pour assurer leur succès commercial et améliorer leur bilan grâce au commerce international, consolidant du même coup la position du Canada comme chef de file au sein de l’économie mondiale.

Le gouvernement canadien est résolu à ce que le Canada demeure un havre attrayant et stable pour l’investissement des entreprises et la réussite économique. L’économie canadienne est sortie de la récession mondiale en présentant l’une des performances les plus enviables parmi les économies avancées. Tout au long de la crise des deux dernières années, le Canada est apparu aux yeux du monde comme un modèle et une source d’inspiration. Notre Plan d’action économique, une stratégie d’allégement fiscal axée sur la création d’emploi et la croissance économique, a mis en place les conditions favorables à la réussite. La prochaine étape du Plan d’action économique du Canada, le Budget 2011, vise à renforcer davantage la sécurité financière des familles canadiennes en protégeant et en créant de bons emplois, en attirant l’investissement grâce à un régime fiscal concurrentiel, en encourageant l’innovation, ainsi qu’en étendant et en renforçant nos liens commerciaux.

Ce plan comprend la poursuite d’un vaste et ambitieux programme de libreéchange. Les négociations dans le cadre du Cycle de Doha de l’Organisation mondiale du commerce demeurent une priorité pour le Canada, mais nous ne miserons pas uniquement sur cette initiative multilatérale. Les emplois au Canada dépendent de notre capacité de rivaliser d’égal à égal avec nos concurrents, dont plusieurs négocient des accords de libre-échange à leur avantage sur des marchés d’intérêt pour le Canada. Le gouvernement va donc de l’avant en ouvrant de nouveauxmarchés et en libérant le potentiel que peut offrir une plus grande libéralisation du commerce.

Depuis 2006, le gouvernement Harper a conclu des accords de libre-échange avec huit pays et nous poursuivons des négociations sur le libre-échange avec près de 50 autres pays, au nombre desquels l’Union européenne, le deuxième partenaire en importance du Canada, et l’Inde, l’une des économies dont la croissance est la plus rapide au monde. Nous étudions aussi la possibilité d’approfondir notre partenariat économique avec le Japon et de renforcer nos liens commerciaux avec les États-Unis par des initiatives clés, dans le sillage de la Déclaration sur la vision commune de la frontière, personnellement endossée par le premier ministre Harper et le président Obama en février.

De plus, nous cherchons à tisser des liens commerciaux plus étroits et à élargir notre accès aux marchés par le biais d’accords sur la promotion et la protection des investissements étrangers et la négociation d’accords bilatéraux sur le transport aérien, afin de permettre aux investisseurs et aux exportateurs canadiens de prendre de l’expansion et d’accroître leurs opérations sur de nouveaux marchés.

Le point sur le commerce démontre que les échanges internationaux du Canada sont dans une phase d’expansion. Le gouvernement Harper est déterminé à poursuivre activement ses efforts pour positionner le Canada comme un chef de file enmatière de commerce et d’investissement et comme un partenaire d’affaires stratégique ayant accès aux plus grands marchés de consommation du monde. Je me réjouis à la perspective de travailler avec tous les Canadiens pour consolider les progrès accomplis et ouvrir la voie à des réalisations encore plus grandes dans le domaine du commerce international.

L’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique