Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

international.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. >
  3. Rapports

Capacité du Canada en matière d’effectifs étudiants internationaux

Affaires étrangères et Commerce international Canada - The Illuminate Consulting Group, novembre 2011

Principales constatations

Le Canada est devenu une destination par excellence pour les étudiants internationaux suite à des années de croissance forte et soutenue des effectifs. Cependant, comme la plupart des indicateurs laissent entrevoir une croissance continue, la question s’est posée à savoir si les étudiants internationaux risquaient de nuire à la capacité d’accueil des établissements d’enseignement canadiens.  Pour répondre à cette question, les recherches effectuées dans le cadre du présent rapport ont suivi un certain nombre de pistes d’analyse. Entre autres, il s’agissait de situer le Canada dans un contexte international, d’établir des scénarios fondés sur la démographie et les taux de participation et de ventiler l’analyse de la capacité du Canada selon de multiples dimensions telles que par province, par secteur et par niveau d’études.

Voici les principales constatations du rapport reliées à la question précédente :

  • Comparativement aux autres pays de destination d’étudiants, tels que l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou le Royaume-Uni, le Canada n’affiche pas de problème notable relativement à ses capacités d’accueil auprès des étudiants internationaux aux cycles supérieurs à l’échelle nationale.
  • D’après les scénarios calculés, le Canada, à l’échelle nationale, n’éprouvera pas de problème de capacité dans un avenir rapproché (2020).
  • Bien que les effectifs étudiants internationaux diffèrent selon les provinces, les données et l’analyse ne dénotent  pas de problème de capacité à l’échelle provinciale.
  • Les effectifs relatifs ou globaux dans certaines provinces moins peuplées sont très faibles comparativement à la situation internationale (et à celle des provinces plus peuplées), ce qui laisse la place à des possibilités de croissance soutenue.
  • Les effectifs dans certaines régions métropolitaines (et dans certains établissements) atteignent des niveaux relativement élevés dans le contexte canadien, ce qui pourrait mener à des effets d’agglomération. Cependant, si l’on fait une comparaison à l’échelle internationale, ces effectifs ne sont pas inhabituels.
  • De la maternelle à la 12e année, les étudiants internationaux représentent une très petite portion des inscriptions. Étant donné les tendances démographiques, un taux d’inscription plus élevé serait souhaitable.
  • Les effectifs étudiants internationaux aux cycles supérieurs sont beaucoup plus élevés que ceux d’étudiants de premier cycle mais il semble être encore trop faible pour satisfaire les besoins actuels et futurs du Canada en matière de main-d’œuvre et d’innovation.
  • Il faudrait particulièrement prendre en considération les inscriptions combinées d’étudiants internationaux et des immigrants admis.
  • Les recherches et les analyses sont ralenties par un important manque de données sur les étudiants internationaux et une carence encore plus prononcée de données sur les immigrants admis (étudiants).

Tout compte fait, la question déterminante ne semble pas être la capacité en soi, mais plutôt la manière de gérer la capacité afin de conserver la réputation du Canada en matière de qualité.

Pour obtenir le texte complet de l'étude de marché, veuillez contactez Édu-Canada à edu-canada@international.gc.ca.

Pied de page

Date de modification :
2013-01-25