La participation du Canada à la Francophonie

Pour le Canada, appartenir à la Francophonie c’est faire partie de l’importante communauté des 77 États et gouvernements (57 membres et 20 observateurs)  qui ont le français en commun. Il s’agit d’un réseau qui s’étend de l’Europe au Moyen-Orient, d’Afrique jusqu’au Pacifique, en passant par l’océan Indien, les Antilles ainsi que les Amériques, regroupant ainsi une population de 900 millions d’habitants et de 220 millions de francophones.

La participation du Canada à la Francophonie internationale met en valeur la dualité linguistique du pays et son attachement aux valeurs partagées dans l’espace francophone. Le Canada s’attache en particulier à y promouvoir le développement démocratique, le respect des droits de la personne, la consolidation de l’État de droit, la paix et la sécurité, ainsi que la réduction de la pauvreté et le développement durable. L’appartenance à la Francophonie donne aux Canadiens davantage de possibilités de rayonnement international dans les domaines de la langue et de la culture, de l’économie et des nouvelles technologies, ainsi que de la coopération internationale. Elle permet au reste du monde de prendre la juste mesure de la contribution originale du Canada à la construction d’une Francophonie internationale moderne et ouverte à la diversité.

Le Canada et la construction de la Francophonie institutionnelle

Le Canada a été l’un des premiers pays à promouvoir la Francophonie en participant activement à la création et au développement de ses institutions. Ainsi, c’est sous l’impulsion d’un Canadien, Jean-Marc Léger, qu’est née l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), en 1961. Plus tard, en 1979, l’Association internationale des maires et des responsables des capitales et métropoles partiellement ou entièrement francophones (AIMF) a été créée à l’initiative des Maires de Paris et de Québec.

De plus, le Canada fut l’un des membres fondateurs de l’Agence de coopération culturelle et technique, créée en 1970 à Niamey, qui est par la suite devenue l’Agence intergouvernementale de la Francophonie, puis l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF)  en 2005.

Le Canada a, par ailleurs, encouragé la Francophonie à prendre un virage politique, en appuyant la tenue des Sommets (« Les Sommets de la Francophonie »), la création de la fonction de secrétaire général et l’adoption de la Déclaration de Bamako qui confirme l’attachement de la Francophonie à la démocratie et aux droits de la personne.

Le Canada a également soutenu les réformes institutionnelles mises en œuvre afin d’accroître l’efficacité et la cohérence des institutions francophones. Il a été un acteur clé dans l’élaboration du Cadre stratégique décennal 2005-2014 de la Francophonie, qui a été adopté au Sommet de Ouagadougou, en 2004, et qui détermine les quatre grandes missions de la Francophonie :

  1. Promouvoir la langue française et la diversité culturelle et linguistique ;
  2. Promouvoir la paix, la démocratie et les droits de l’homme ;
  3. Appuyer l’éducation, la formation, l’enseignement supérieur et la recherche ;
  4. Développer la coopération au service du développement durable.

Dans cette foulée, le Canada a décidé d’accompagner l’OIF dans la mise en œuvre de réformes en vue de rendre la coopération francophone plus efficace et ses méthodes de gestion plus rigoureuses et plus transparentes, par le resserrement de la programmation et l’adoption de principes de gestion axée sur les résultats.

Le Canada : hôte de la Francophonie

Le Canada a été l’hôte du Sommet de la Francophonie à trois reprises : à Québec en 1987, à Moncton en 1999 et de nouveau à Québec en 2008, année marquant le 400e anniversaire de la fondation de la ville.

Le Canada a accueilli de nombreuses conférences ministérielles de la Francophonie, notamment la première Conférence des ministres francophones chargés des inforoutes, à Montréal en 1997, la Conférence ministérielle de la Francophonie sur la prévention des conflits et la sécurité humaine, à Saint-Boniface au Manitoba, en mai 2006, ainsi que la 24e Conférence ministérielle de la Francophonie, à Québec en octobre 2008. Le Canada a également accueilli la quatrième édition des Jeux de la Francophonie, à Ottawa/Hull en 2001.

En juillet 2012, la ville de Québec (délégation Canada-Québec) était l’hôte du premier Forum mondial de la langue française, réunissant près de 2000 participants francophones et francophiles de la société civile en provenance de 93 pays venus entreprendre une réflexion commune et participer au débat sur la place actuelle et l’avenir de la langue française.

Deux institutions ont leur siège au Canada : l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) à Montréal et l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD), organe subsidiaire de l’OIF, à Québec.

La participation des provinces et territoires

Le Canada s’est toujours montré soucieux d’associer toutes les provinces et territoires à son action en Francophonie internationale, dans l’intérêt de tous les Canadiens.

Le Québec et le Nouveau-Brunswick se sont joints à la Francophonie, respectivement  en 1971 et 1977. Ils occupent chacun un siège distinct de celui du Canada dans les différentes instances de la Francophonie ainsi qu’au sein des organes décisionnels des opérateurs. On parle alors des sièges du Canada-Québec et du Canada-Nouveau-Brunswick.

Traditionnellement, des représentants des autres provinces et territoires canadiens sont invités à se joindre à la délégation canadienne à l’occasion des sommets. Ils sont aussi régulièrement invités à participer aux activités des opérateurs ou organismes associés à la Francophonie internationale.

Événements majeurs récents et à venir en Francophonie

VIIes Jeux de la Francophonie, Nice 2013

Un récent évènement d’envergure pour la Francophonie fut la VIIe édition des Jeux, à Nice, en France, du 7 au 15 septembre 2013. Les Jeux de la Francophonie ont la particularité de combiner la culture et le sport. Pour les jeunes participants, ils sont l’occasion de célébrer le fait français ainsi que la diversité culturelle et l’excellence sportive, des valeurs chères au Canada.

La délégation canadienne aux Jeux de Nice a été constituée de trois équipes : l’Équipe Canada, l’Équipe Canada-Québec et l’Équipe Canada-Nouveau-Brunswick. À elle seule l’Équipe Canada pourrait compter plus de 200 participants.

Sommet de Kinshasa, 2012

Le dernier Sommet de la Francophonie a eu lieu à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC), du 12 au 14 octobre 2012. Il s’agissait d’une étape clé pour le rayonnement de l’OIF en Afrique centrale et sur le continent en général. Le Sommet de Kinshasa a permis de réaffirmer la pertinence de la Francophonie dans la gestion des grands enjeux mondiaux actuels en se penchant notamment sur le thème du Sommet des « enjeux environnementaux et économiques face à la gouvernance mondiale».

Le Canada compte démontrer des progrès mesurables quant aux engagements pris dans le cadre de la Déclaration de Kinshasa et des résolutions : 1) Situation au Mali; 2) Situation en RDC; 3) Piraterie dans le Golfe de Guinée; 4) Bonne gouvernance des industries extractive et forestière; et 5) Situations de crise, de sortie de crise et de consolidation de la paix en Francophonie. L'un des engagements de la Déclaration de Kinshasa, l'élaboration d'une stratégie économique pour la Francophonie, est l’une des priorités du Canada.

Sommet de Dakar, 2014

Le prochain Sommet de la Francophonie se tiendra à Dakar, au Sénégal, en novembre 2014. Le Canada est engagé à faire de ce sommet un succès.

Media Centre