Le Fonds de secours pour la crise au Myanmar

Depuis le 25 août 2017, la crise au Myanmar a provoqué l’exode vers le Bangladesh de 600 000 réfugiés rohingyas de plus, dont la majorité sont des femmes et des enfants. Ces événements ont déclenché une crise humanitaire d’une telle ampleur qu’il faut de toute urgence mettre en œuvre une action internationale concertée. Les réfugiés, les communautés d’accueil au Bangladesh ainsi que les personnes déplacées au Myanmar ont un urgent besoin de biens de première nécessité comme la nourriture et l’eau, les services sanitaires, la protection et les abris ainsi que les soins médicaux.

Une intervention humanitaire efficace et rapide est essentielle pour répondre aux besoins vitaux des personnes touchées par la crise.

C’est pour répondre à cette situation qui, selon les Nations Unies, est « la crise humanitaire liée aux réfugiés qui connaît la croissance la plus rapide » que le Canada a lancé le Fonds de secours pour la crise au Myanmar le 31 octobre 2017.

Pour chaque don admissible versé entre le 25 août 2017 et le 28 novembre 2017 par un particulier à un organisme de bienfaisance canadien enregistré, le gouvernement versera un montant équivalent au Fonds de secours pour la crise au Myanmar. Par le biais de ce Fonds, le Canada continuera d’offrir un appui financier pour les services destinés aux femmes et aux filles, par l’entremise de programmes favorables à l’égalité entre les sexes. De plus, la priorité sera accordée aux services pour les plus vulnérables, notamment les femmes enceintes, les mères célibataires et les femmes chefs de famille.

Le Fonds de secours pour la crise au Myanmar

Cette section présente l’objectif du Fonds de secours pour la crise au Myanmar, et les critères pour faire un don.

Comment faire un don

Comment faire un don à un organisme de bienfaisance canadien enregistré pour qu’il soit admissible au Fonds de secours pour la crise au Myanmar.

Questions fréquemment posées

Questions fréquemment posées à propos du Fonds de secours pour la crise au Myanmar.

Participer à la conversation

Facebook

Date de modification: