Évaluation sommative du Programme canadien de développement en Afghanistan - Annexe 1 Cadre de référence

Table des matières

Figures et Charts

Tableaux

Retournez au rapport

Annexe 1 Cadre de référence

A. Titre

Évaluation sommative du Programme d'Afghanistan (pour les années fiscales  2004-2005  2010-2011)

B. Définitions

  1. « État touché par un conflit » : incluant l'Afghanistan, le Burundi, la Cisjordanie et la bande de Gaza, la Côte d'Ivoire, la Géorgie, la Guinée, la Guinée-Bissau, l'Irak, le Liberia, la République centrafricaine, la République du Congo, la République populaire démocratique du Congo, la Somalie, le Tadjikistan et le Tchad. Cette liste ne représente pas les points de vue officiels de l'ACDI ou du gouvernement du Canada.
  2. « Évaluation » : Appréciation systématique et objective d'un projet, d'un programme ou d'une politique, en cours ou terminé, de sa conception, de sa mise en œuvre et de ses résultats. Le but est de déterminer la pertinence et l'accomplissement des objectifs, l'efficience en matière de développement, l'efficacité, l'impact et la durabilité. Une évaluation devrait fournir des informations crédibles et utiles permettant d'intégrer les leçons de l'expérience dans le processus de décision des bénéficiaires et des bailleurs de fonds.

    Le terme « évaluation » désigne également un processus par lequel on détermine la valeur ou la portée d'une activité, d'une politique ou d'un programme. Il s'agit d'une étude aussi systématique et objective que possible d'une intervention de développement planifiée, en cours ou terminée. Remarque : Dans certains cas, l'évaluation inclut la définition de normes adaptées, l'étude des performances par rapport à ces normes, la revue des résultats réels et escomptés, et l'identification des leçons tirées. (Source : OCDE, Comité d'aide au développement (CAD), Groupe de travail sur l'évaluation de l'aide)
  3. « Comité d'évaluation de l'ACDI » : organisme indépendant constitué d'experts du développement et de l'évaluation. Il conseille la présidence de l'ACDI pour assurer la mise en œuvre efficiente des fonctions et activités d'évaluation au sein de l'ACDI.
  4. « Équipe de consultants chargée de l'évaluation » : signifie le personnel professionnel et non professionnel mis en place par le consultant pour l'exécution de ce contrat. 
  5. « Comité consultatif d'évaluation » : organisme consultatif de l'ACDI et des autres services fédéraux qui conseille la Direction générale de l'évaluation de l'ACDI sur l'évaluation du Programme de l'Afghanistan.
  6. « Groupe d'évaluation par les pairs » : organisme consultatif externe qui fournit des conseils sur la conception, la mise en œuvre et la rédaction des rapports de l'évaluation; ceci en exclusivité pour l'ACDI afin de garantir la rigueur méthodologique et la neutralité.
  7. « Domaine d'expérience » renvoie à toute expérience particulière dans les domaines suivants :
    1. Expérience de l'évaluation (programme ou secteur thématique) au sein d'une organisation multilatérale;
    2. Expérience de l'évaluation (programme ou secteur thématique) au sein d'une organisation de développement nationale (p. ex. l'ACDI, le DFID etc.);
    3. Expérience de l'évaluation (programme ou secteur thématique) au sein d'une organisation non gouvernementale (ONG);
    4. Expérience de l'évaluation d'un seul projet de développement; et
    5. Toute autre expérience de l'évaluation.
  8. « État fragile » :  Aux fins de la présente demande de propositions (DDP) uniquement, sont compris dans cette catégorie l'Afghanistan, l'Angola, la Bosnie, le Burundi, la Côte d'Ivoire, la Cisjordanie et la bande de Gaza, l'Érythrée, la Géorgie, la Guinée, la Guinée-Bissau, Haïti, l'Irak, le Kosovo, le Liberia, le Myanmar, le Népal, la République centrafricaine, la République du Congo, la République populaire démocratique du Congo, la Sierra Leone, la Somalie, le Soudan du Sud, le Tadjikistan, le Tchad, le Timor-Leste et le Yémen. Cette liste ne représente pas les points de vue officiels de l'ACDI ou du gouvernement du Canada.
  9. « Connaissances thématiques » Ces connaissances renvoient aux thèmes abordés dans l'évaluation du programme de l'Afghanistan (en ordre alphabétique), à savoir l'aide humanitaire, l'éducation, l'égalité entre les sexes, la gouvernance, les programmes économiques (y compris l'infrastructure et le développement rural) et la santé.

C. Contexte

1. Introduction

Conformément à la Politique sur l'évaluation (2009) du Conseil du Trésor, l'ACDI est tenue d'évaluer la totalité de ses dépenses de programme directes, y compris les subventions et les contributions, tous les cinq ans. Ainsi, une évaluation sommative du Programme de l'Afghanistan de 2011 à 2012 et de 2012 à 2013 est nécessaire pour respecter aussi bien l'engagement de la Politique du Conseil du Trésor que celui de l'ACDI à entreprendre une deuxième analyse du Programme de l'Afghanistan, conformément à la présentation au Conseil du Trésor B-07/0217. L'objectif du consultant est de concevoir et de mettre en œuvre l'évaluation du programme-pays pour l'Afghanistan.

2. Contexte de développement en Afghanistan

L'Afghanistan est un État fragile dans lequel la situation sécuritaire fluctue. Il demeure parmi les pays du monde les moins développés, la majorité de sa population ne disposant d'aucun accès aux services essentiels. En 2010, il occupait le 155e rang sur 169 pays dans l'indice du développement humain établi par le Programme de l'ONU pour le développement. On estime que 42 % de la population du pays vit sous le seuil de pauvreté, et l'espérance de vie n'est que de 44,6 ans.Note de bas de page 45. Des années de conflit et de pauvreté ont ébranlé les capacités humaines, infrastructurelles et nationales de l'Afghanistan.

L'inégalité entre les sexes continue à prévaloir en AfghanistanNote de bas de page 46, ce qui entrave encore davantage le développement durable et la lutte contre la pauvreté. Les codes sociaux traditionnels limitent souvent les droits des femmes et des filles comme, par exemple, leur liberté de mouvement. Ils imposent également des contraintes particulières tels que les mariages forcés précoces et la violence sexisteNote de bas de page 47. Les écarts de taux de scolarisation entre les garçons et les filles et les proportions élevées de mortalité maternelle sont révélateurs de l'accès réduit des femmes aux services et de la discrétion de leur participation aux processus décisionnels.

Le pays a néanmoins accompli des progrès importants au cours des dix dernières années. Par exemple, le taux de mortalité des nourrissons et des enfants de moins de cinq ans a chuté de 25 % ces dernières années. Cette réduction résulte des efforts considérables déployés pour construire des centres de santé et des hôpitaux de districts, former le personnel de santé communautaire et implanter des procédés simples tels que les trousses de médicaments normalisées. De même, le pays a connu une croissance économique importante mais inégale, notamment à cause de sa forte dépendance à l'égard du secteur agricoleNote de bas de page 48.

Les premiers résultats de l'aide au développement montrent que le nombre de filles scolarisées n'a jamais été aussi élevé et que les femmes s'engagent de plus en plus en politique. Parmi les autres réussites importantes : la signature sans réserve par le gouvernement afghan de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes et l'intégration de l'égalité entre les sexes à la Stratégie nationale de développement de l'AfghanistanNote de bas de page 49.

Les progrès relatifs aux droits de la personne ont été laborieux et l'Afghanistan est encore en proie à une culture généralisée de l'impunité qui encourage la corruption et la violence. La primauté du droit est toute relative. La liberté d'expression reste menacée avec la poursuite des arrestations et détentions arbitraires, et de l'intimidation des journalistesNote de bas de page 50. Les Afghans perçoivent la corruption comme le troisième problème du pays après l'insécurité et le chômageNote de bas de page 51. Dans les faits, Transparency International a classé l'Afghanistan comme le troisième État le plus corrompu du monde en 2010Note de bas de page 52. Enfin, la faiblesse des institutions judiciaires limite la mise en œuvre et l'application de la loi pour protéger les droits sociaux et économiquesNote de bas de page 53.

La pauvreté considérable et un conflit persistant aggravent l'ampleur des problèmes humanitaires. En 2011, en raison de la pauvreté, du conflit et des catastrophes naturelles, dont beaucoup résultent de la dégradation de l'environnement, il est prévu que 7,8 millions d'Afghans seront tributaires d'une aide alimentaire. En outre, plus de 440 600 personnes déplacées à l'intérieur du pays et un demi-million de réfugiés nécessitent une aide urgenteNote de bas de page 54.

L'accès des femmes à l'aide humanitaire est difficile, car peu d'acteurs prévoient des stratégies pour évaluer les différents besoins et priorités des hommes et des femmes, et y répondre. Les acteurs de l'aide humanitaire se disent très préoccupés par le « rétrécissement de l'espace humanitaire » à cause de l'insécurité, des attaques contre les travailleurs humanitaires et de la participation apparente des forces armées internationales et afghanes à la fourniture de cette aide. Ces facteurs augmentent les risques aussi bien pour acteurs humanitaires que pour les bénéficiaires.

Enfin, la situation sécuritaire demeure fragile, malgré certaines améliorations au cours des dernières années. Depuis 2008, le gouvernement afghan a adopté des mesures importantes pour renforcer sa capacité à répondre aux besoins du pays en matière de sécurité. Cependant, les pertes humaines dues au conflit armé se sont élevées à 2 777 décès de civils en 2010, soit une augmentation de 15 % par rapport à 2009Note de bas de page 55. La recrudescence de l'insécurité a entraîné la suspension ou l'annulation de certains projets de développement et a limité la capacité du personnel gouvernemental et des organisations non gouvernementales à étendre leurs services aux populations touchées par les conflitsNote de bas de page 56. L'insécurité a augmenté le besoin en aide humanitaire, tout en limitant la portée de cette dernière.

3. Contexte du Programme de l'Afghanistan

Le Programme de l'Afghanistan représente l'initiative la plus importante de l'ACDI par sa portée, sa complexité, sa visibilité et les défis qui en découlent. Ces défis sont attribuables à une combinaison sans précédent de risques, par exemple en raison de la situation sécuritaire, de la faiblesse de l'infrastructure et des systèmes de gouvernance, de la capacité limitée des institutions afghanes en matière d'administration financière et de gestion des risques, et des problèmes de capacité d'absorption du gouvernement afghan. Depuis 2001, les efforts de développement de l'ACDI ont soutenu plusieurs priorités nationales afghanes alignées sur les centres d'attention du Canada.Note de bas de page 57

Le montant total de la contribution canadienne à l'aide au développement en Afghanistan, pour la période de 2001 à 2011, s'élève à 1,9 milliard de dollars. Cette somme comprend la contribution totale de l'ACDI, soit 1,6 milliard de dollars (voir le tableau 1). Avant et au cours de l'année 2001, la priorité de l'ACDI était l'aide humanitaire d'urgence. Au début de l'année 2002, son action s'est amplifiée pour inclure des investissements en faveur de la gouvernance démocratique (p. ex. les élections présidentielles et législatives), des institutions nationales et de la planification de programmes de développement nationauxNote de bas de page 58.

La stratégie du Canada pour l'Afghanistan entre 2003 et 2005 a aligné les programmes d'aide au développement canadiens sur les priorités du Cadre de développement national (NDF) du gouvernement afghan. Outre le soutien apporté au Fonds d'affectation spéciale pour la reconstruction de l'Afghanistan, l'ACDI a défini trois priorités de concentration des efforts dans le NDF.

En mai 2006, les efforts de l'ACDI se sont encore élargis pour englober des programmes de développement plus durables dans tout l'Afghanistan, avec un accent sur la province de Kandahar. En pratique, la Stratégie provisoire de l'ACDI pour l'Afghanistan (2006-2008) définissait quatre points prioritaires :

Cet engagement de plus grande portée est venu compléter les efforts des autres services gouvernementaux et s'est donc inscrit dans une stratégie pangouvernementale. L'Examen du Programme de l'Afghanistan de 2007 a souligné que les besoins de l'Afghanistan avaient évolué depuis la mise en place du gouvernement provisoire de 2001, et que l'implication et la stratégie du Canada devaient s'adapter à cette évolution.

Tableau 1 : Débours relatifs à l'aide de l'ACDI pour l'Afghanistan  de 2000 à 2010 (chiffres en millions de dollars)Note de bas de page 59
en millions de dollars2000 to 20062006/20072007/20082008/20092009/2010*Totaux
Aide bilatérale
Direction générale des programmes géographiques
Programmes-pays335,96169,25270,14219,70204,831 199,87
Fonds canadien d'initiatives locales4,470,750,790,980,787,77
Direction générale du partenariat canadien1,980,770,690,760,925,12
Direction générale des programmes multilatéraux et mondiaux (DGPMM) spécifique aux pays
Programmes d'aide humanitaire70,787,358,302,2023,63112,26
Autres programmes avec des organisations internationales58,290,750,340,000,3759,75
Autre aide bilatérale0,070,060,030,020,000,18
Sous-total-aide bilatérale 471,54 178,93 280,29 223,65 230,14 1 384,55
Aide multilatérale
Financement de base multilatéral22,905,549,193,187,9840,81
Total de l'ACDI494,44 184,47 289,48 226,83 238,14 1 433,36

En 2007, le Cadre de gestion et de responsabilisation axé sur les résultats du Programme de l'Afghanistan (2007-2011) a recentré le Programme sur trois piliers du Pacte afghanNote de bas de page 60. Ces piliers étaient alignés sur la Stratégie nationale de développement de l'Afghanistan (SNDA) provisoireNote de bas de page 61. Une description de la redéfinition des priorités et du programme qui en dépend est présentée ci-dessous :

  1. Gouvernance. L'ACDI a aidé à la prestation de services et à des initiatives de renforcement des capacités en ce qui concerne la justice, les élections et les institutions des droits de la personne. Elle a également participé à la mise sur pied d'un service civil responsable et efficace.
  2. Développement social et économique. L'ACDI a soutenu l'intégration des questions d'égalité entre les sexes aux politiques et programmes afghans, ainsi que des initiatives de financement visant à permettre l'accès de tous les Afghans aux services de santé et d'éducation. Elle a également mis en œuvre des activités du programme liées à la gouvernance économique, à la croissance du secteur privé, à l'infrastructure de base et à l'exploitation des ressources naturelles.
  3. Sécurité. L'ACDI a financé des initiatives qui ont amélioré la sécurité des Afghans (élimination et destruction des mines terrestres, sensibilisation aux risques posés par les mines); a participé à la réinstallation et au rapatriement des réfugiés et des personnes déplacées à l'intérieur du pays; et a procuré une assistance sociale aux populations vulnérablesNote de bas de page 62.

En juin 2008, le programme de l'ACDI en Afghanistan pour la période de 2008 à 2011 s'est aligné aussi bien sur la SNDA 2008-2013 que sur les recommandations du rapport parlementaire intitulé Le rôle du Canada dans l'engagement en Afghanistan - Tracer la voie vers 2011Note de bas de page 63. Ainsi, l'ACDI a étoffé son programme lié à l'aide et au développement à Kandahar à hauteur de 50 % de son investissement total dans le pays. En outre, l'ACDI s'est efforcée de décentraliser du personnel et de déléguer des pouvoirs sur le terrain pour accroître l'efficacité. La durabilité environnementale et la promotion de l'égalité entre les femmes et les hommes ont constitué des thèmes transversaux.Note de bas de page 64

Une série de jalons, d'indicateurs et d'objectifs clés a été élaborée en consultation avec les ministères concernés afin de faciliter l'évaluation du rendementNote de bas de page 65. La communication des résultats impliquait un suivi étroit des progrès par rapport aux principales priorités, aux jalons établis et aux objectifs trimestriels, outre la nécessite d'en rendre compte au Parlement (l'ACDI était chargée de l'exécution pour 24 indicateurs pangouvernementaux sur 44).Note de bas de page 66 La programmation pour cette période a été guidée par la mise en œuvre de trois priorités et de trois projets de premier plan :Note de bas de page 67

Priorités :

Projets de premier plan :

4. Contexte de l'évaluation

Le consultant doit tenir compte des engagements de l'Agence en matière d'efficacité de l'aide internationale, notamment la Déclaration de Paris (2005) et le Programme d'action Accra (2008). Il prendra également en compte le nouveau consensus international sur la coopération en matière de développement (par exemple, les Objectifs du millénaire pour le développement) et les étapes clés de l'ACDI pour mettre en œuvre le Programme sur l'efficacité de l'aide du Canada (p. ex. pour accentuer les priorités, l'efficacité et la responsabilité)Note de bas de page 68 .

5. Principes pour l'engagement international dans les États fragiles et touchés par des conflits

Lors de l'évaluation du Programme de l'Afghanistan, le consultant doit se conformer aux principes, normes et pratiques définis dans les Normes de qualité pour l'évaluation du développement du CAD.

L'ACDI vérifiera que l'évaluation du Programme de l'Afghanistan se conforme à la Politique d'évaluationNote de bas de page 69 de 2009 du Conseil du Trésor et à sa DirectiveNote de bas de page 70 et à son guide annexesNote de bas de page 71.

Difficulté : L'évaluation du Programme de l'Afghanistan doit intégrer les conséquences de la crise humanitaire en Afghanistan, le conflit et la fragilité de la situation dans son approche méthodologique et dans son analyse.Note de bas de page 72 Les réseaux du CAD de l'OCDE sur l'évaluation du développement et sur les conflits, la paix et la coopération au développement fournissent des conseils pour intégrer ces considérations, et ce principalement dans les documents suivants :

L'évaluation des programmes de l'ACDI analysera la mesure dans laquelle le Programme de l'Afghanistan a incorporé les Principes pour l'engagement international dans les États fragiles et les situations précaires de l'OCDE/du CAD dans la conception, l'exécution et la gestion de sa programmation. Ces principes sont les suivants :

  1. Prendre le contexte comme point de départ;
  2. Ne pas nuire;
  3. Faire du renforcement de l'État l'objectif fondamental;
  4. Accorder la priorité à la prévention;
  5. Reconnaître qu'il existe des liens entre les objectifs politiques, sécuritaires et de développement;
  6. Promouvoir la non-discrimination comme fondement de sociétés stables et inclusives;
  7. S'aligner sur les priorités locales d'une manière différente selon le contexte;
  8. S'accorder sur des mécanismes concrets de coordination de l'action des acteurs internationaux;
  9. Agir vite … mais rester engagé assez longtemps pour avoir des chances de réussite; et
  10. Éviter de créer des poches d'exclusion.

Compte tenu de la nature complexe de la situation en Afghanistan, il est primordial que la conception, la planification et la mise en œuvre de l'évaluation du Programme de l'Afghanistan intègrent la notion de sensibilité au conflit. Il arrive que les politiques, les projets et les programmes afférents à un conflit nuisent, souvent sans le savoir.Note de bas de page 75 Nuire dans une situation de conflit consiste à entraîner des conséquences (intentionnelles ou non, directes ou indirectes) qui aggravent les griefs, augmentent les tensions ou les vulnérabilités, ou alimentent le conflit d'une manière ou d'une autre. La notion de sensibilité au conflit vise à atténuer ce risque en encourageant systématiquement la prise en compte des incidences positives et négatives des interventions réalisées en contexte de conflit, et de leurs méthodes.Note de bas de page 76

Le conflit peut également s'avérer déterminant pour l'intégration et la promotion de l'égalité des rôles entre les sexes dans une société. Les conflits violents se traduisent souvent par une montée de la violence à l'égard des femmes.Note de bas de page 77. Par conséquent, l'évaluation du Programme de l'Afghanistan expliquera de manière claire et critique en quoi consiste cette question dans le contexte particulier de l'Afghanistan.

6. Public cible de l'évaluation

L'évaluation du Programme de l'Afghanistan fournira des enseignements et des recommandations clés au président de l'ACDI, à la direction de l'ACDI, au Comité d'évaluation externe de l'ACDI, à la direction de la Force opérationnelle en Afghanistan (APTF), aux organismes centraux et aux autres ministères du gouvernementNote de bas de page 78 afin d'éclairer la prise des décisions fondées sur les faits en ce qui concerne les politiques, la gestion des dépenses et l'amélioration des programmes. 

Cette évaluation s'adresse également au gouvernement d'Afghanistan, aux ONG partenaires et aux autres organismes de développement travaillant avec l'ACDI dans ce pays. L'évaluation des programmes de l'ACDI en Afghanistan informera ces différents acteurs des réalisations et des leçons tirées des interventions de l'ACDI pour le développement en Afghanistan. Elle leur fournira également des méthodes et des approches liées à l'évaluation des interventions pour le développement dans des situations de conflit et de fragilité.

Conformément à la politique de l'ACDI en matière d'évaluation, la diffusion des rapports d'évaluation auprès de publics cibles au Canada et à l'étranger démontre la responsabilisation et la transparence à l'égard des Canadiens et apporte des avantages à la coopération au développement. Le rapport final d'évaluation des programmes de l'ACDI en Afghanistan sera mis à la disposition des parlementaires et du public canadien dans le site Web de l'Agence, conformément aux engagements de l'ACDI en faveur de l'efficience et de la reddition de comptes et à la Politique sur l'évaluation du Conseil du Trésor du Canada. 

La diffusion des constatations de l'évaluation sera un volet essentiel du processus d'évaluation. L'autorité technique de l'ACDI travaillera avec le consultant pour que les connaissances tirées de l'évaluation soient diffusées, en s'appuyant sur la Stratégie de diffusion des connaissances tirées des évaluations de la Direction de l'évaluation de l'ACDI.

7. Défis liés à l'évaluation

Le consultant devra tenir compte des défis suivants au cours de l'évaluation du Programme de l'Afghanistan :

D. Justification et objectifs

1. Justification de l'évaluation

Le consultant réalisera l'évaluation du Programme de l'Afghanistan en vue de satisfaire les exigences d'établissement de rapports du gouvernement du Canada, notamment celles induites par Loi fédérale sur la responsabilité (2006) et le Secrétariat du Conseil du Trésor (SCT) du Canada. La justification de l'évaluation du Programme de l'Afghanistan se divise en trois principes. 

2. Portée : objectifs et questions

Le consultant évaluera le Programme en fonction des six critères suivants : pertinence, cohérence, rendement (efficacité, efficience et économie), durabilité, principes de gestion/déclaration de Paris et thèmes transversaux. Le consultant évaluera ces six critères pour la période entre l'exercice 2004/2005 et l'exercice 2010/2011.  

Dans son analyse, il tiendra compte de l'effort pangouvernemental élargi dans lequel l'intervention de l'ACDI s'est inscrite. Il veillera à distinguer les activités d'aide au développement traditionnelles et celles relevant des efforts de stabilisation (p. ex. le travail d'aide au développement à Kandahar). Il tiendra également compte de la mesure dans laquelle les outils des chefs d'équipe sur le terrain ont facilité ou ralenti l'exécution des programmes dans un contexte de conflit. Enfin, le consultant évaluera l'évolution des efforts de l'ACDI avant et après 2008 avec, entre autres, une analyse des réussites et des difficultés rencontrées.

Le consultant poursuit également les objectifs suivants :

Les questions suivantes composent le corpus minimal du questionnaire. Elles seront posées pour les périodes précédant et suivant 2008 du Programme de l'Afghanistan. Néanmoins, ces questions peuvent subir des modifications au cours de la phase de conception de l'évaluation afin de refléter des objectifs, des défis et des priorités spécifiques du Programme de l'Afghanistan avant et après 2008.

Dans son rapport final, le consultant doit répondre aux questions suivantes :

Pertinence

Cohérence

Rendement efficacité, efficience, économie

Durabilité

Principes de gestion/Déclaration de Paris

Thèmes transversaux

Le Programme de l'Afghanistan a-t-il abordé de façon efficace les thèmes transversaux suivants : égalité entre les sexes, gouvernance et viabilité de l'environnement?

E. Description des services à fournir

Approche et méthodologie de l'évaluation

Compte tenu de la portée, de la nature et des défis du Programme de l'Afghanistan, le consultant procèdera à l'évaluation en deux phases séparées : i) Conception de l'évaluation et ii) Mise en œuvre de l'évaluation. Le Cadre de référence couvre ces deux phases.

La participation des intervenants est primordiale dans l'évaluation du Programme de l'ACDI pour l'Afghanistan. Le consultant devra prévoir une participation active et significative des partenaires des investissements, des bénéficiaires et des autres parties intéressées. Le consultant doit s'assurer que la participation des intervenants fera partie intégrante de la conception et de la planification de l'évaluation, de la collecte de l'information, de la rédaction des constatations, de l'établissement des rapports d'évaluation et de la diffusion des résultats. Le consultant devra inclure une analyse des opinions des intervenants sur les besoins et les priorités de l'évaluation.

Une description détaillée des deux phases est présentée ci-dessous :

Phase 1 – Conception de l'évaluation

Le consultant devra définir une méthodologie, une approche, des priorités et des délais réalistes et pertinents pour l'évaluation du Programme de l'Afghanistan. Les équipes du Programme auront l'occasion de commenter les différentes étapes de la phase de conception de l'évaluation, notamment au cours du développement de la méthodologie de l'évaluation. 

Au cours de cette phase, le consultant a également pour objectifs les suivants :

Au cours de la phase de conception de l'évaluation, le consultant effectuera une mission sur le terrain en Afghanistan, qui comprendra des entrevues avec les acteurs clés, une collecte préliminaire de données avec un examen des documents, l'établissement de rapports et des analyses fournies par les parties prenantes. Cette mission ne devrait pas durer plus d'une semaine. 

Le consultant analysera également les risques relatifs à la sécurité pour la budgétisation et la gestion de l'évaluation. La méthodologie proposée par le consultant inclura notamment une distinction claire entre les différents niveaux de résultats (immédiats, intermédiaires et finaux) et modes d'exécution (approches basées sur des projets et programmes par le biais de subventions et contributions). Le consultant doit pouvoir justifier la méthodologie d'évaluation qu'il propose, y compris son approche de la collecte et de l'analyse des données.

Le consultant examinera avec d'autres donateurs la possibilité de réaliser des évaluations conjointes. Le consultant doit évaluer les considérations logistiques (entre autres) relatives à la réalisation d'évaluations conjointes, notamment en détaillant les coûts, les délais, etc. Le consultant doit intégrer une recommandation finale à ce sujet dans le plan de travail.

REMARQUE : Suite à la validation du plan de travail pour la phase de mise en œuvre de la Phase 1, l'autorité contractante de l'ACDI informera le consultant par écrit de son intention de procéder à la Phase 2 ou de ne plus soutenir le projet. Ainsi, le consultant sélectionné pour mettre en œuvre la première phase de cette mission ne sera pas forcément choisi pour mettre en œuvre la deuxième phase. À la fin de la Phase 1, l'autorité technique de l'ACDI se réserve le droit de demander l'avis et la validation de la haute direction en ce qui concerne la méthodologie, l'approche, les priorités, les délais, etc. Si l'ACDI décide de retirer son soutien, elle en informera le consultant par écrit, et considérera que le contrat est échu, sans qu'elle ait à assumer quelque coût ou responsabilité que ce soit.

Phase 2 – Mise en œuvre de l'évaluation

Une fois qu'il a reçu le feu vert de l'ACDI pour passer à la Phase 2, le consultant doit mettre en œuvre le plan de travail de l'évaluation, y compris réaliser la mission sur le terrain en Afghanistan. Le consultant doit prendre toutes les décisions logistiques en concertation avec l'APTF et les autres ministères du gouvernement. Selon le calendrier indiqué dans le plan de travail de la phase de mise en œuvre et validé par l'ACDI, le consultant doit entreprendre la collecte des données et l'analyse au cours de l'automne 2012 (voir le calendrier provisoire ci-dessous). 

Le consultant doit communiquer son rapport à l'autorité technique selon le calendrier conclu par les deux parties. Le rapport final décrira l'évaluation et présentera les constatations de l'évaluation, les recommandations et les leçons tirées. La présentation des résultats sera intrinsèquement liée aux enjeux de l'évaluation et établira un enchaînement logique au moyen des données collectées. Le rapport d'évaluation final sera validé par le Comité d'évaluation de l'ACDI.

F. Ressources et calendrier

Voici le calendrier provisoire de l'ACDI pour l'évaluation du Programme de l'Afghanistan.

Calendrier provisoire de l'évaluation en Afghanistan
(à partir de la date de signature du contrat)
Activités et livrables \ Date d'échéanceMois
123456789101112131415
Phase 1
Plan de travail pour la phase de conception (version préliminaire)X
Plan de travail pour la phase de conception (version finale)X
Rapport de la revue de littérature (version préliminaire)X
Rapport de la revue de littérature (version finale)X
Mission exploratoireX
Rapport de la mission exploratoire (version préliminaire)X
Rapport de la mission exploratoire (version finale)X
Méthodologie d'évaluation (version préliminaire n°1)X
Méthodologie d'évaluation (version préliminaire n°2)X
Méthodologie d'évaluation (version finale)X
Plan de travail pour la phase de mise en œuvre (version préliminaire n°1)X
Plan de travail pour la phase de mise en œuvre (version préliminaire n°2)X
Plan de travail pour la phase de mise en œuvre (version finale)X
Collecte et analyse des donnéesXXX
Rapport de collecte des données (version préliminaire)X
Rapport de collecte des données (version finale)X
Rapport d'évaluation (version préliminaire n°1)X
Examen de l'autorité technique de l'ACDIX
Phase 2Note de bas de page 80
Rapport d'évaluation (version préliminaire n°2)X
Consultations du GCX
Réponse de la gestionX
Rapport d'évaluation (version préliminaire n°3)X
Examen et approbation du comité d'évaluationX
Rapport d'évaluation (version finale)X

G. Description de l'équipe

Le Consultant doit proposer une équipe pluridisciplinaire pour concevoir et mettre en œuvre l'évaluation du Programme de l'Afghanistan, notamment un chef d'équipe de l'évaluation et des spécialistes des secteurs au besoin. Le chef d'équipe et les spécialistes des secteurs participeront aux phases 1 et 2. L'équipe doit comprendre en particulier :

1. Chef d'équipe de l'évaluation

Responsabilités spécifiques

Cette ressource sera tenue de :

2. Spécialistes des secteurs

Responsabilités spécifiques

Chacune de ces ressources sera chargée de réaliser les tâches suivantes (à la demande du chef d'équipe de l'évaluation) :

3. Professionnels locaux

Responsabilités spécifiques

Le Consultant doit identifier l'expertise pertinente et appropriée disponible en Afghanistan. Chacune de ces ressources sera tenue de réaliser une partie ou la totalité des tâches suivantes :

H. Exigences linguistiques

Les ressources suivantes doivent avoir les niveaux suivants en anglais :

I. Rôles et responsabilités

Consultant

Phase 1: Conception de l'évaluation

(en incluant toutes les versions préliminaires et finales conformément aux instructions de la section « Produits livrables »)

Phase 2: Mise en œuvre de l'évaluation

Autorité technique de l'ACDI

Comité consultatif de l'évaluation de l'ACDI

L'évaluation du Programme de l'Afghanistan sera encadrée par le Comité consultatif de l'évaluation de l'ACDI, composé d'un représentant au niveau de directeur de la Force opérationnelle du programme en Afghanistan (APTF) et de la Direction générale de l'aide humanitaire internationale. Elle est présidée par le directeur de l'ACDI de la Direction générale de l'évaluation. Des représentants du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI) et du ministère de la Défense seront invités à participer aux réunions du Comité consultatif de l'évaluation de l'ACDI de façon ponctuelle. Le Comité consultatif de l'évaluation de l'ACDI agira comme organe consultatif.

Le Comité consultatif de l'évaluation de l'ACDI fournit des conseils et des recommandations à l'autorité technique de l'ACDI au sujet de l'évaluation globale. Le Comité consultatif de l'évaluation de l'ACDI transmet ses conseils et recommandations directement à l'autorité technique de l'ACDI qui peut demander au consultant d'intégrer les commentaires aux produits livrables.

Groupe d'évaluation par les pairs

Le Groupe d'évaluation par les pairs conseillera l'autorité technique de l'ACDI sur la méthodologie. Le groupe est composé de :

Le Groupe d'évaluation par les pairs fournit des conseils pour la conception et la mise en œuvre de l'évaluation ainsi que des recommandations à l'autorité technique de l'ACDI afin d'améliorer la version préliminaire des produits livrables à préparer dans le cadre de cette évaluation. Le Groupe d'évaluation par les pairs transmet ses conseils et recommandations directement à l'autorité technique de l'ACDI qui peut demander au consultant d'intégrer les commentaires aux produits livrables.

J. Produits livrables

Phase 1: Conception de l'évaluation

Ces produits livrables seront rédigés en anglais et communiqués à l'autorité technique de l'ACDI par voie électronique (courriel ou clé USB).

i. Plan de travail pour la phase de conception

Le consultant doit préparer un plan de travail détaillé pour la phase de conception (voir l'annexe 1). Il y expliquera en détail l'approche proposée pour mettre en œuvre les dispositions du cadre de référence, en indiquant précisément les délais, les produits livrables, le niveau de travail pour chaque membre de l'équipe, ainsi que l'information budgétaire.

Le consultant doit présenter à l'autorité technique de l'ACDI un plan de travail préliminaire pour la phase de conception dans les deux (2) semaines suivant la signature du contrat. L'autorité technique de l'ACDI commentera le plan de travail préliminaire pour la phase de conception dans la semaine suivant sa réception. Dans la semaine suivant la réception des commentaires de l'autorité technique de l'ACDI, le consultant présentera à l'ACDI pour approbation le plan de travail final pour la phase de conception incluant les commentaires de l'ACDI.

L'approbation du document par l'ACDI se fondera sur la table des matières de l'exemple de plan de travail fourni en annexe 1 et sur les normes de qualité pour l'évaluation du développement du CAD.

ii. Rapport de l'examen documentaire

Le consultant effectuera une revue de littérature de la situation socioéconomique en Afghanistan, des défis du développement et des réalisations. L'examen documentaire doit présenter une vision claire et critique du genre dans le contexte particulier de l'Afghanistan. Le consultant doit aussi discuter des problèmes actuels concernant l'évaluation des interventions de développement dans les États fragiles et les situations précaires, y compris l'évaluation des activités de prévention des conflits et de consolidation de la paix, ainsi que des différentes approches possibles de l'évaluation. 

Dans le rapport sur l'examen documentaire, le consultant inclura un profil du Programme de l'Afghanistan, qui fournit une description détaillée du contexte du programme et de l'évolution de sa programmation depuis 2004. Cette partie du rapport sur la revue de littérature doit s'inspirer de différents documents et rapports fournis par l'ACDI (dont une analyse interne préparée à l'avance en vue de l'évaluation du Programme de l'Afghanistan). Le rapport sur la revue de littérature doit aussi citer la liste complète des sources.

L'autorité technique de l'ACDI commentera la version préliminaire du rapport de la revue de littérature dans la semaine suivant sa réception. Dans la semaine suivant la réception des commentaires de l'autorité technique de l'ACDI, le consultant présentera à l'ACDI pour approbation la version finale du rapport de la revue de littérature incluant les commentaires de l'ACDI.

iii. Rapport de la mission exploratoire

Dans ce rapport, le consultant résumera les constatations et les recommandations émanant de la mission exploratoire d'une semaine en Afghanistan. Le rapport présentera aussi les données recueillies pendant la mission, y compris l'information recueillie dans les entrevues avec les acteurs clés ainsi que la liste des documents et rapports fournis par les acteurs locaux. 

Le consultant doit inclure dans le rapport des recommandations spécifiques pour l'élaboration de la méthode d'évaluation, incluant la gestion des risques de sécurité, le recrutement de consultants locaux, l'accès aux sites du projet, etc.

Le consultant doit soumettre la version préliminaire du rapport de la mission exploratoire dans les deux semaines suivant son retour d'Afghanistan. L'autorité technique de l'ACDI commentera ce rapport dans la semaine suivant sa réception. Dans la semaine suivant la réception des commentaires de l'autorité technique de l'ACDI, le consultant présentera à l'ACDI pour approbation la version finale du rapport incluant les commentaires de l'ACDI.

iv. Méthodologie de l'évaluation

Le consultant doit veiller à ce que la méthodologie de l'évaluation respecte la cohérence avec la contribution globale du Programme de l'Afghanistan pour l'exercice couvrant la période 2004/2005 – 2010/2011 tout en tenant compte des différents objectifs/modèles logiques qui ont orienté les programmes au cours de la période. Il doit prendre en compte les répercussions de la crise humanitaire en Afghanistan et de la situation permanente de conflit et de fragilité. En se référant au rapport de l'examen documentaire, la méthodologie du consultant doit intégrer les meilleures pratiques dérivées des récentes expériences de l'OCDE dans l'évaluation des interventions de développement dans les États fragiles et les situations précaires, y compris la notion de sensibilité au conflit. La méthode du consultant doit aussi tenir compte des risques de sécurité liés au travail sur le terrain en Afghanistan.

L'autorité technique de l'ACDI commentera la première version préliminaire de la méthodologie de l'évaluation dans les deux (2) semaines suivant sa réception. Dans les deux (2) semaines suivant la réception des commentaires de l'autorité technique de l'ACDI, le consultant présentera à l'ACDI une seconde version préliminaire de la méthodologie de l'évaluation incluant les commentaires de l'ACDI.

Le Groupe d'évaluation par les pairs et le Comité consultatif de l'ACDI commenteront la seconde version préliminaire de la méthodologie de l'évaluation dans les deux (2) semaines suivant sa réception. Dans les deux (2) semaines suivant la réception de ces commentaires, l'autorité technique de l'ACDI les transmettra au consultant. Celui-ci soumettra à l'approbation de l'ACDI une version finale de la méthodologie de l'évaluation intégrant les commentaires du Groupe d'évaluation par les pairs et du Comité consultatif de l'ACDI.

v. Plan de travail pour la phase de mise en œuvre

En fonction de l'examen documentaire et de la méthodologie, le consultant doit déterminer l'approche la plus appropriée pour mettre en œuvre l'évaluation du Programme de l'Afghanistan. Il doit étendre le plan de travail pour la phase de conception de manière à y inclure les tâches de la phase de mise en œuvre de l'évaluation du Programme de l'Afghanistan. Le consultant doit préparer un plan de travail détaillé pour l'évaluation, conforme à ce cadre de référence, et incluant des recommandations pour surmonter les défis prévus (voir la section C : Contexte, paragraphe 7, Défis liés à l'évaluation). Enfin, le plan de travail pour la phase d'évaluation intégrera des sources d'information et des éléments de preuve multiples, tels que l'examen documentaire, les entrevues et les visites sur le terrain, lorsque la situation s'y prête. À tout le moins, le plan de travail pour la phase de mise en œuvre traitera les éléments suivants

L'autorité technique de l'ACDI commentera le plan de travail préliminaire pour la phase de mise en œuvre dans les deux (2) semaines suivant sa réception. Dans les deux (2) semaines suivant la réception des commentaires de l'autorité technique de l'ACDI, le consultant présentera une seconde version préliminaire du plan de travail pour la phase de mise en œuvre incluant les commentaires de l'ACDI.

Le Groupe d'évaluation par les pairs et le Comité consultatif de l'ACDI commenteront la seconde version préliminaire du plan de travail pour la phase de mise en œuvre dans la semaine suivant sa réception. Dans la semaine suivant la réception des commentaires du responsable technique de l'ACDI, le consultant soumettra à l'approbation de l'ACDI une version finale du plan de travail pour la phase de mise en œuvre intégrant les commentaires du Groupe d'évaluation par les pairs et du Comité consultatif de l'ACDI.

Remarque : La mise en œuvre de la phase 2 de l'évaluation ne démarrera que lorsque l'autorité contractante de l'ACDI aura autorisé, par écrit, le consultant à poursuivre l'évaluation. 

L'approbation du document par l'ACDI se fondera sur la table des matières de l'exemple de plan de travail fourni en annexe 1 et sur les normes de qualité pour l'évaluation du développement du CAD (PDF).

Phase 2: Mise en œuvre de l'évaluation

Ces produits livrables seront rédigés en anglais et transmis à l'autorité technique de l'ACDI par voie électronique (courriel ou clé USB).

i. Rapport de collecte de données

Le consultant résumera dans ce rapport les activités de la mission de collecte de données en Afghanistan. Le rapport inclura ce qui suit :

Le consultant présentera la version préliminaire du rapport de collecte de données dans les deux (2) semaines suivant son retour d'Afghanistan. L'autorité technique de l'ACDI commentera ce rapport dans la semaine suivant sa réception. Dans la semaine suivant la réception des commentaires de l'autorité technique de l'ACDI, le consultant présentera à l'ACDI pour approbation la version finale du rapport incluant les commentaires de l'ACDI.

ii. Rapports d'étape

Le consultant produira des rapports d'étape mensuels pendant la phase de mise en œuvre. Ces rapports d'étape mensuels fourniront une mise à jour de l'état de la mise en œuvre de l'évaluation, des leçons à tirer, des défis et des actions entreprises par le consultant pour les surmonter.

iii. Rapport d'évaluation Note de bas de page 81

La version préliminaire du rapport d'évaluation doit être formatée suivant le modèle du rapport de la Direction de l'évaluation de l'ACDI. Le consultant doit présenter à l'autorité technique de l'ACDI pour examen une première version préliminaire du rapport d'évaluation dans les quatre (4) semaines suivant la fin du processus de collecte des données. Ce rapport devra inclure au minimum les éléments suivants :

L'autorité technique de l'ACDI commentera la première version préliminaire du rapport d'évaluation dans la semaine suivant sa réception. Dans la semaine suivant la réception des commentaires de l'autorité technique de l'ACDI, le consultant présentera une seconde version préliminaire du rapport d'évaluation incluant les commentaires de l'ACDI.

Le Groupe d'évaluation par les pairs et le Comité consultatif de l'ACDI commenteront la seconde version préliminaire du rapport d'évaluation dans les deux (2) semaines suivant sa réception. Dans la semaine suivant la réception de ces commentaires, le consultant soumettra à l'approbation de l'ACDI une version finale du rapport d'évaluation intégrant les commentaires du Groupe d'évaluation par les pairs et du Comité consultatif de l'ACDI.

L'autorité technique de l'ACDI enverra la troisième version préliminaire de ce rapport au Comité d'évaluation de l'ACDI pour commentaires et approbation  Si le Comité d'évaluation de l'ACDI formule des commentaires, le consultant en tiendra compte dans le rapport d'évaluation final.

iv. Sources de données

À la fin du contrat, le consultant doit fournir des versions électroniques des données compilées pour l'évaluation du Programme de l'Afghanistan. Lorsque le consultant remet à l'ACDI les données qu'il a directement recueillies aux fins de la présente évaluation, il doit retirer tous les renseignements personnels qui permettent d'identifier les participants avant de remettre les données à l'ACDI.

v. Approbation des documents

L'ACDI confirmera que l'ensemble des produits livrables répondent aux normes du CAD de l'OCDE pour l'évaluation. L'ACDI utilisera également les critères suivants lorsqu'elle examinera la version préliminaire du rapport d'évaluation pour approbation :

Un bon rapport d'évaluation trouve un équilibre entre profondeur et longueur. Le rapport devra contenir une trentaine de pages tandis le matériel supplémentaire devra faire partie des annexes. Le rapport devra inclure ce qui suit :

Le rapport d'évaluation doit être digne de foi (s'assurer que l'information est validée) et convaincant pour les lecteurs de l'ACDI. La progression de l'information doit être ordonnée et éviter de créer de la confusion chez les lecteurs. Le rapport d'évaluation est également le principal outil par lequel le public canadien aura accès aux résultats de l'évaluation. Par conséquent, il est essentiel que le rapport soit clair, facile à lire, concis, solide et convaincant et qu'il s'adresse à un public professionnel général.

Annexe 1 : Exemple d'aperçu des plans de travail en matière d'évaluation

Annexes

Annexe 2 Cadre logique du Programme de l'Afghanistan de l'ACDI (2004-2009)

Cadre logique du Programme de l'Afghanistan de l'ACDI (2004-2009)
Priorités/piliersFinancement du budget de fonctionnementSécurité et primauté du droitModes de subsistance en milieu rural et protection socialeGestion des ressources naturelles
Activités de programme spécifiques1. Aide budgétaire au gouvernement afghan.2. Programmation dans le pilier Sécurité et primauté du droit : PSA, réforme du secteur de la justice, dépollution, DDR, RSS, élections, coordination de l'aide.3. Programmation dans le pilier Modes de subsistance en milieu rural et protection sociale : MISFA, PNDAR, PSN, programme national d'égalité entre les sexes.4. Programmation dans le pilier Gestion des ressources naturelles : Études et projets sur l'eau pour l'agriculture.
Extrants1. Budget de fonctionnement du gouvernement afghan.2. Infrastructure judiciaire; formation des juges, des policiers, des procureurs, des législateurs, des fonctionnaires; déminage; démobilisation des anciens combattants; cadre juridique approprié.3. Micro-crédits aux personnes pauvres, en particulier les femmes; infrastructure sociale et physique de base; formation professionnelle et éducation pour les femmes.4. Études sur les possibilités d'irrigation dans les bassins de Hari Rud et Kajakai; infrastructure d'irrigation.

Résultats immédiats

(à court terme)
1. Le gouvernement fonctionne en réalité au gré des dépenses budgétaires récurrentes et peut maintenir et étendre la prestation de services de base à ses citoyens.2. Un cadre juridique approprié, un système judiciaire qui fonctionne, des mécanismes d'application de la loi efficaces et des institutions de gouvernance fiables (au niveau national et infranational) sont mis en place, existent et/ou sont appliqués.3. Micro et petites entreprises établies par des personnes pauvres en milieu rural; besoins de base dans des domaines tels que la santé et l'infrastructure de base sont de plus en plus satisfaits; participation communautaire renforcée; autonomie financière des femmes assurée.4. L'augmentation des récoltes agricoles alimentaires et non alimentaires améliore la sécurité alimentaire et génèrent des activités rémunératrices supplémentaires.
Résultats intermédiaires (à moyen terme)1. et 2. Émergence d'une capacité administrative du gouvernement et d'un secteur de la sécurité bien structuré et fiable qui peut fournir des services et promouvoir la sécurité et la protection pour un plus grand nombre d'Afghans aux niveaux national et infranational.3. et 4. Certains besoins sociaux et économiques de base des personnes sont de plus en plus satisfaits.
Résultat final (à long terme)La consolidation du pouvoir et de la légitimité du gouvernement central dans l'ensemble du pays et l'amélioration du bien-être des personnes favorisent la stabilisation de l'État afghan.

Annexe 3 Modèle logique du Programme de l'Afghanistan (2007-2011)

Annexe 3 - Texte alternatif
Modèle logique du Programme de l'Afghanistan (2007-2011)
PiliersPrioritésPoints d’entréeActivités de l’ACDIActivités de programme exécutées par les bénéficiaires des fonds de l’ACDIExtrantsImmediate OutcomesRésultats intermédiairesRésultat final
GouvernancePrimauté du droitPrimauté du droitRéalisation de recherches sur les politiques, planification de l’orientation sectorielle et de points d’entrée viables; conception de programmes et de projets et gestion des propositions d’organismes d’exécution éventuels; financement fourni aux organismes d’exécution; coordination du dialogue sur les programmes et les politiques avec les donateurs, les intervenants et les partenaires du GdA; participation aux comités directeurs et aux groupes de travail; suivi et reddition de comptes sur l’exécution et les résultats des programmes; direction de missions canadiennes de suivi et sectorielles en Afghanistan.
  • Formation d’avocats, de juges et de conseillers juridiques;
  • soutien des réformes judiciaires
  • Conseils fournis en matière de politiques sur la réforme judiciaire;
  • services juridiques offerts;
  • juges, avocats et conseillers formés
  • Meilleur accès des citoyens au système judiciaire
  • Plus grande capacité des juges, des avocats et des conseillers juridiques à fournir des services d’aide juridique équitables et transparents
  • Utilisation accrue des services juridiques
  • Plus grande confiance envers le système judiciaire
Un Afghanistan plus stable, autonome et démocratique, contribuant ainsi à une plus grande sécurité dans cette nation, dans la région et dans le monde
Développement démocratique et gouvernance efficaceInstitutions et processus démocratiques
  • Soutien à l’élaboration de politiques et de processus électoraux;
  • préparation de matériel de sensibilisation et création de réseaux
  • Politiques et processus électoraux mis au point;
  • activités de sensibilisation du public terminées
  • Capacité accrue du GdA à gérer les institutions publiques de gouvernance et à offrir des services
  • Meilleur fonctionnement et plus grande efficience de l’Assemblée nationale
  • Degré de sensibilisation accru aux institutions et aux processus électoraux
  • Un État légitime fonctionnant de manière efficace
  • Confiance accrue des femmes et des hommes envers les processus politiques et électoraux nationaux, provinciaux et locaux, et leur plus grande participation à ces processus
Réforme de l’administration publique
  • Formation des fonctionnaires;
  • développement de l’infrastructure afin d’appuyer la gouvernance à l’échelle infranationale pour les principaux services
  • Formation: gestion, financière, technique offerte;
  • capacité des ministères resp. renforcée;
  • inst. infranationales de gouvernance établies
Droits humainsDroits humains
  • Aide au dévelop. de lois et de politiques sur les droits humains et à la réforme judiciaire;
  • formation de sensibilisation aux droits humains; création de tribunes sur ces droits
  • Conseils en matière de politiques sur la réforme judiciaire offerts;
  • tribunes sur les droits humains mises sur pied;
  • formation fournie sur les droits humains
Conscience et soutien accrus des droits humains par les AfghansEnchâssement des droits universels de tous les Afghans dans la société
Développement social et économiqueMeilleur accès aux services sociauxÉgalité entre les femmes et les hommes
  • Soutien des lois, des politiques et des programmes intégrant l’égalité entre les sexes;
  • formation profes. des femmes;
  • mise sur pied d’organisations de femmes
  • Conseils fournis sur l’intégration de l’égalité entre les sexes et les lois et les réformes connexes; organisations de femmes créées
  • Capacité accrue d’offrir les services essentiels de santé et d’éducation
  • Politiques et programmation améliorées, favorisant une plus grande participation des femmes à la vie sociopolitique et économique
  • Accès amélioré aux services de santé et d’éducation
  • Participation accrue des femmes dans les secteurs de la politique et de l’économie et dans les domaines sociaux
Accès aux services de santé
  • Formation du personnel de la santé;
  • dév. de l’infrastructure de santé primaire;
  • campagnes de SSEM et d’immunisation
  • Travailleurs de la santé formés;
  • services de santé de l’enfant et maternelle (SSEM) offerts;
  • infrastructure de santé primaire en place
Accès à l’éducation
  • Formation des enseignants;
  • renfor. à tous les niveaux des cap. du portefeuille d’éduc.;
  • CFPDV pour les femmes;
  • aménagement de l’infrastructure d’éducation
  • Enseignants formés;
  • écoles construites;
  • capacité du secteur d’éducation renforcée;
  • cours de formation prof. et de dynamique de la vie (CFPDV) établis
Développement économique des pauvresGouvernance économique
  • Soutien budgétaire et au renforcement des capacités;
  • soutien à la conception et à la mise en œuvre de réformes macroéconomiques pour les entreprises
  • Conseils macroéconomiques fournis;
  • programmes et services publics de développement économique établis;
  • services d’aide aux entreprises établis
  • Plus grande capacité du secteur public à mettre au point et en œuvre des mesures, des règlements, des politiques et des services d’ordre macroéconomique, fiscal et monétaire efficaces et transparents, et de financer le développement par les revenus de l’État
  • Capacité accrue des secteurs public et privé de stimuler de façon soutenue la productivité, la compétitivité, le commerce, l’investissement et la diversification économique licite (p. ex. réduction de la dépendance au commerce de stupéfiants)
  • Capacité accrue des secteurs public et privé d’exploiter et de maintenir de façon viable l’infrastructure économique, et de gérer et d’utiliser les ressources naturelles
  • Stabilité macroéconomique soutenue et saine gestion économique, fiscale et monétaire dans le secteur public
  • Augmentation de l’emploi et des possibilités de gagner des revenus
  • Accès fiable à prix abordable du secteur privé à une infrastructure économique et à des ressources naturelles gérées de façon viable
Développement du secteur privé
  • Services financiers, techniques et de microcrédit;
  • services de développement des entreprises et des marchés favorisant les avenues de développement économique licites
  • Microfinancial & tech. services provided;
  • licit market development services provided; agriculture & livestock services provided;
  • licit trade and investment ops generated
Infrastructure et ressources naturellesDéveloppement de systèmes de gestion des terres et des eaux et de l’infrastructure économique de faible envergure
  • Water and land management systems developed;
  • economic infrastructure established
SécuritéSécurité humaineSécurité humaine et matérielle
  • Aide humanitaire aux rapatriés et aux PDIP;
  • dépistage et destruction des munitions;
  • réalisation d’activités de déminage et de formation à la sensibilisation aux dangers des mines
  • Aide au retour et à la réintégration des rapatriés et des PDIP fournie;
  • munitions dépistées et détruites;
  • programmes de déminage et d’action antimines terminés
  • Rôle et capacité accrus du GdA pour coordonner l’action antimines
  • Meilleure planification, capacité de réaction et gestion pour combler les besoins humanitaires
  • Meilleure protection des populations vulnérables et en vue du retour et de la réintégration des PDIP et des rapatriés
  • Plus grande sécurité humaine (en ce qui a trait aux mines terrestres et aux armes)

Annexe 4 Modèle logique du Programme de l'Afghanistan (2008-2011)

Annexe 4 - Texte alternatif
Modèle logique du Programme de l'Afghanistan (2008-2011)
ET piliersPriorités de l’ACDIPriorités de l’ACDI niveau 2Thèmes de l’ACDIActivités de l’ACDIActivités de programme par des bénéficiaires de l’aide financière de l’ACDIRésultatsRésultats immédiatsRésultats intermédiairesRésultat final
Développement social et économiqueServices de baseAccès à l’éducationEnfants et jeunes
  • Effectuer de la recherche sur les politiques, planifier l’orientation sectorielle et trouver des points d’entrée viables;
  • concevoir des programmes et des projets et gérer des propositions d’organismes d’exécution éventuels;
  • fournir des ressources financières aux organismes d’exécution;
  • coordonner le dialogue sur les programmes et les politiques, et appliquer les principes de l’efficacité de l’aide avec les donateurs, les parties prenantes et les partenaires du gouvernement afghan;
  • participer à des comités directeurs et à des groupes de travail;
  • surveiller l’exécution des programmes et en rendre compte;
  • diriger des missions de suivi et au niveau sectoriel canadiennes en Afghanistan.
  • Formation à l’intention des enseignants;
  • mise en place de services d’éducation au niveau des collectivités;
  • construction ou rénovation d’infrastructures à vocation éducative;
  • cours d’alphabétisation, formation professionnelle et développement des compétences de vie;
  • soutien aux capacités de développement des collectivités.
  • Achèvement de la formation des enseignants;
  • mise en place de services d’éducation au niveau des collectivités;
  • construction ou rénovation d’établissements d’enseignement;
  • exécution de programmes d’alphabétisation, de formation professionnelle et de perfectionnement des compétences de vie;
  • soutien aux capacités de développement des collectivités locales
  • Des institutions nationales, provinciales et locales mieux à même de fournir des services d’éducation de base aux filles et aux garçons Afghans
  • Des collectivités mieux à même de définir et d’exécuter des projets de développement communautaire
  • Un meilleur accès à des services financiers et d’affaires au profit des PME et des entrepreneurs (avec un accent sur Kandahar)
  • Des secteurs public et privé mieux à même de gérer durablement les ressources naturelles dans la province de Kandahar
  • Un meilleur accès à des services d’éducation de qualité pour les femmes et les filles (avec un accent sur Kandahar)
  • Un meilleur accès à des possibilités d’emploi et de revenu pour les femmes et les hommes (avec un accent sur Kandahar)
  • Un meilleur potentiel de productivité des terres et du bétail (avec un accent sur Kandahar)
Un Afghanistan plus sûr, en particulier dans la province de Kandahar, capable de fournir des services essentiels aux Afghans, et mieux à même d’assurer sa stabilité sur le long terme et son développement durable
Croissance économiqueCroissance économique
  • Planification et réalisation de projets au niveau des collectivités, notamment des projets d’infrastructures et favorisant l’accès à des modes de subsistance;
  • mise en place de systèmes de gestion de l’eau;
  • formation professionnelle et développement des compétences axés sur le marché;
  • soutien au développement de l’agriculture et de services de vulgarisation.
  • Exécution de projets de soutien aux infrastructures et aux modes de subsistance;
  • mise en place de systèmes de gestion de l’eau;
  • formation professionnelle et perfectionnement des compétences axés sur le marché;
  • soutien à des services de vulgarisation agricole
SécuritéAide humanitaireAccès à la santéEnfants et jeunes
  • Réalisation de campagnes de vaccination;
  • formation sur les soins de santé à des travailleurs de la santé;
  • mise en place d’infrastructures sanitaires essentielles.
  • Réalisation de campagnes d’immunisation;
  • formation de travailleurs de la santé;
  • soutien aux infrastructures de santé essentielles.
  • Des institutions de santé publique mieux à même de fournir des services de santé essentiels et de qualité à des populations vulnérables
  • Des institutions publiques et des collectivités mieux à même de planifier et de coordonner l’aide d’urgence
  • Des capacités et un rôle accrus du gouvernement de l'Afghanistan (GA) dans la coordination de l’action antimines
  • Un meilleur accès à des services de santé essentiels et de qualité au profit des femmes et des enfants et d’autres membres de populations vulnérables
  • Une moins grande vulnérabilité au virus de la polio et à d’autres maladies parmi les populations
  • Improved protection of returnees, refugees, IDPs, and among other vulnerable populations
  • Une plus grande sécurité humaine face à la menace posée par les mines et les restes explosifs de guerre
Aide d’urgenceSécurité alimentaire
  • Soutien à la mise sur pied d’organisations et de structures afghanes pour la gestion des catastrophes;
  • fourniture d’une aide alimentaire à des populations vulnérables.
  • Soutien aux organisations et aux structures afghanes de gestion des catastrophes naturelles;
  • fourniture d’une aide alimentaire à des populations vulnérables.
Action antiminesAucun lien thématique
  • Inspection et déminage pour détruire les mines et les autres restes explosifs de guerre;
  • formation de sensibilisation aux risques posés par les mines.
  • Inspection et déminage des terres pour que les communautés puissent s’en servir à nouveau;
  • réalisation de campagnes de sensibilisation aux risques posés par les mines.
GouvernanceInstitutions nationals et développement démocratiqueInstitutions publiquesMettre en place des conditions habilitantes au profit des enfants et des jeunes, de la sécurité alimentaire et de la croissance économique
  • Fourniture d’une assistance technique à des institutions afghanes clés;
  • soutien à l’élaboration de plans stratégiques pour les provinces;
  • soutien à la mise sur pied d’institutions de gouvernance infranationales.
  • Fourniture d’une aide technique à d’importantes institutions afghanes;
  • élaboration de plans stratégiques pour les provinces;
  • création d’institutions de gouvernance infranationales et soutien à celles­ci.
  • Des institutions publiques clés mieux à même de planifier, de budgétiser, de mobiliser des ressources, de gérer et de poursuivre la prestation de services aux niveaux national et infranational
  • Des institutions et des acteurs du système électoral afghan mieux à même de participer efficacement aux processus politiques et électoraux
  • Une meilleure gouvernance démocratique ainsi qu’une plus grande efficacité et responsabilisation des institutions publiques Une plus grande participation des hommes et des femmes aux processus électoraux et politiques aux niveaux national, provincial et local
Processus électorauxAucune contribution directe aux domaines thématiques
  • Réalisation de campagnes de sensibilisation et d’information à l’intention des candidats, des électeurs et des citoyens;
  • mise en place de capacités institutionnelles et de gestion au profit des institutions et des entités de surveillance électorales.
  • Réalisation d’activités de sensibilisation et d’information à l’intention des candidats, des électeurs et des citoyens;
  • mise sur pied d’entités de gestion et de surveillance du processus électoral, et soutien à celles ci.

Annexe 5 Modèle logique du Programme de l'Afghanistan (2011-2014)

Modèle logique du Programme de l'Afghanistan (2011-2014)
Résultat finalRésultats intermédiairesRésultats immédiatsExtrantsActivités
Satisfaction des besoins de base et réduction de la vulnérabilité de la population afghane, avec un accent sur les femmes et les fillesEnfants et jeunes :   ÉducationAccès accru des filles et des garçons à des occasions d'apprentissage pertinentes qui répondent à leurs priorités et intérêts différentsDisponibilité accrue d'espaces d'apprentissage de qualité pour les filles et les garçons.Établissements scolaires pour les filles et les garçons (établissements mixtes ou non mixtes)

Permettre à l'infrastructure en place (p. ex. latrines, murs de clôture des écoles, transports) de répondre aux différents besoins des filles et des garçons pour aller à l'école
Opérationnel :
PAQE, AKFC
BRAC, PEPQ
UNICEF-EBEFH
Défi Afghanistan

Prévu :
Soutien amélioré à l'éducation communautaire
Autres activités de programme :
Participer au groupe des donateurs du PAQE et au groupe de travail sur l'Initiative pour l'éducation des filles en Afghanistan.
Disponibilité accrue d'enseignants hommes et femmes qui reflètent le besoin de la communauté et répond à la demande sexospécifique.Des enseignants d'éducation communautaire, en particulier les femmes, sont identifiés et recrutés. Classes communautaires établies, en particulier pour les femmes et les filles.Opérationnel :
BRAC, PEPQ, UNICEF-EBEFH

Prévu :
Soutien amélioré à l'éducation communautaire

Autres activités de programme :
Présidence du groupe de travail de l'éducation communautaire (promotion de la coordination entre les partenaires et avec le ministère de l'Éducation)
Meilleure offre des opportunités d'apprentissage de qualité pour les filles et les garçons grâce au système éducatifMeilleure capacité des institutions locales, provinciales et nationales à offrir des services d'éducation de base au niveau national.Assistance technique en gestion fournie au ministère de l'Éducation

Processus d'élaboration des politiques pris en charge et coordonnés au sein du ministère de l'Éducation
Opérationnel :
PAQE, AKFC
BRAC
UNICEF-EBEFH, Éducation en situation d'urgence (CARE)

Prévu :
Assistance technique pour la certification et l'accréditation des enseignants (ministère de l'Éducation et partenaire)

Autres activités de programme :
Participer au groupe de travail sur la gestion de l'éducation (orientation stratégique et services de soutien pour la mise en œuvre des programmes d'éducation)
Meilleure capacité des enseignants et des éducateurs à offrir une éducation de base de qualité.Formation appropriée des enseignants et éducateurs.

Établissement d'un système d'accréditation pour la formation des enseignants

Établissement du système de certification des enseignants
Opérationnel :
PAQE, AKFC
UNICEF-EBEFH
BRAC, PEPQ

Prévu :
Certification et accréditation des enseignants

Autres activités de programme :
Capacité accrue des communautés à s'engager dans des processus de prise de décision liés à l'éducation de base.Établissement des organes de gouvernance des écoles communautaires locales incluant des hommes et des femmes.

Déboursement de subventions pour l'infrastructure et autres besoins
Opérationnel :
PAQE, AKFC
BRAC, PEPQ

Prévu :
Autres activités de programme :
Enfants et jeunes : Santé des mères, des nouveau-nés et des enfantsServices de santé équitables et sexospécifiques accrus pour les mères, les nouveau-nés et les enfants de moins de cinq ans.Note de bas de page 82Meilleure capacité du gouvernement à planifier, mettre en œuvre et évaluer les stratégies et programmes en matière de santé des mères, des nouveau-nés et des enfants.Appui technique fourni au ministère de la Santé publique pour renforcer son leadership et sa coordination du secteur de la santé, en particulier le sous-secteur de la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants.

Collecte normale des données de santé, propres à la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants en particulier, y compris les indicateurs sexospécifiques et les données fiables selon le sexe, à différents niveaux du système de santé.
Opérationnel :
SHARP BM
PCSI RCAM

Prévu :
Secrétariat H4+
Plan d'action H4+
États financiers à usage général

Autres activités de programme :
Président – Groupe de coordination des donateurs en matière de santé
Participant – Groupe consultatif sur la santé et la nutrition
Appui technique au ministère de la Santé publique pour l'élaboration d'un cadre stratégique
Capacité accrue du gouvernement et des institutions de santé à offrir des services de santé efficaces, sécuritaires, de qualité et standardisés pour les mères, les nouveau-nés et les enfants de moins de cinq ans.Formation préalable et pendant le service sur les interventions de santé fondées sur des données probantes à impact élevé, notamment la promotion de la santé et la p révention des maladies, fournie aux praticiens de santé, hommes et femmes.

Infrastructure pour la santé renforcée afin d'offrir des services de santé aux mères, aux nouveau-nés et aux enfants au niveau approprié du système de santé.
Opérationnel :
SHARP BM
PCSI RCAM
Santé maternelle et infantile de l'UNICEF

Prévu :
Centre régional de santé pour les mères, les nouveau-nés et les enfants
Plan d'action H4+

Autres activités de programme :
À déterminer
Utilisation accrue des fournitures et des produits de santé fondamentaux nécessaires pour prévenir, gérer et traiter les principales causes des décès chez les mères, les nouveau-nés et les enfants de moins de cinq ans, y compris les inégalités entre les sexes et les pratiques malsaines.Sensibilisation accrue auprès des hommes, des femmes et des enfants sur l'existence et l'importance de l'utilisation des ressources de santé disponibles pour prévenir, gérer et traiter les principales causes d'excès de morbidité et de mortalité des mères, des nouveau-nés et des enfants.Praticiens de santé et bénévoles locaux, hommes et femmes, formés à la communication sur l'existence et l'importance de l'utilisation des ressources de santé disponibles pour prévenir, gérer et traiter les principales causes d'excès de morbidité et de mortalité des mères, des nouveau-nés et des enfants.

Messages sur les comportements et les pratiques, ainsi que les ressources disponibles en matière de promotion de la santé et de prévention/gestion/traitement des maladies diffusés lors des rassemblements communautaires.
Opérationnel :
SHARP BM
Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite
Santé maternelle et infantile de l'UNICEF
Tuberculose OMS

Prévu :
Centre régional de santé pour les mères, les nouveau-nés et les enfants (à déterminer)
Plan d'action H4+

Autres activités de programme :
À déterminer
Accès accru et équitable à des biens et services de santé efficaces, sécuritaires et de qualité destinés à prévenir, gérer et traiter les maladies les plus répandues et les plus graves qui touchent les mères, les nouveau-nés et les enfants de moins de cinq ans, en particulier dans les zones mal desservies.Praticiens de santé, hommes et femmes, formés pour fournir des services de prévention, de diagnostic, de gestion et de traitement des principales maladies des mères, des nouveau-nés et des enfants (p. ex. gestion intégrée de la grossesse et de l'accouchement, réanimation néonatale, gestion intégrée des maladies infantiles).

Bénévoles et praticiens de la santé qualifiés et chevronnés, hommes et femmes, déployés dans des régions mal desservies pour traiter les maladies les plus répandues et les plus graves qui touchent les mères, les nouveau-nés et les enfants de moins de cinq ans.

Extension des services communautaires, y compris des campagnes de vaccination et des services de santé intégrés.
Opérationnel :
SHARP BM
Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite PCSI RCAM

Prévu :
Centre régional de santé pour les mères, les nouveau-nés et les enfants
Plan d'action H4+

Autres activités de programme : À déterminer
Amélioration des pratiques nutritionnelles saines chez les mères, les nouveau-nés et les enfants de moins de cinq ans (entre autres, en tenant compte des facteurs socioculturels et fondés sur le sexe).Disponibilité accrue des biens et des services liés à la nutrition qui réduisent les risques et optimisent les résultats en matière de nutrition, de santé et de survie, pour les hommes, les femmes et les enfants, en particulier les femmes enceintes et qui allaitent et les enfants de moins de deux ansPraticiens de santé, hommes et femmes, formés aux problèmes et aux interventions liés à la nutrition.

Rations alimentaires complémentaires et vitamines et minéraux essentiels, en formule sèche ou prête à l'emploi (p. ex. vitamine A, zinc, acide folique, sel iodé, poudres à micronutriments multiples) fournis aux femmes enceintes et aux enfants de moins de cinq ans.

Soutien compétent en matière d'allaitement fourni aux femmes qui allaitent.
Opérationnel :
SHARP BM

Prévu :
Initiative communautaire en matière de nutrition (à déterminer)
Plan d'action H4+

Autres activités de programme :
À déterminer
Sensibilisation et connaissance accrues des hommes, des femmes et des enfants sur la malnutrition aiguë modérée/sévère et les déficiences en micronutriments au niveau communautaire.Sensibilisation et connaissance d'information sur la nutrition, l'hygiène, l'eau et l'assainissement pour les hommes, les femmes et les enfants de moins de cinq ans.

Établissement d'un système de surveillance nutritionnel au niveau local.
Opérationnel :
SHARP BM

Prévu :
Initiative communautaire en matière de nutrition (à déterminer)
Plan d'action H4+

Autres activités de programme :
À déterminer
Droits de la personneParticipation et inclusion accrues des femmes et prise en compte plus rigoureuse de leurs préoccupations dans le cadre des processus décisionnels aux échelons national et infranational.Capacité accrue des Afghans, les femmes en particulier, à participer effectivement et activement à la gouvernance et au développement au niveau communautaireFormation assurée pour les dirigeants communautaires, les femmes en particulier, sur les processus de gouvernance et de prise de décision de base (p. ex. planification des priorités, consultations, négociations et connaissance budgétaire).Opérationnel :

Prévu :
Projet sur les droits des femmes/la prise de décision (à déterminer)

Autres activités de programme :
Sensibilisation accrue des Afghans, les femmes en particulier, sur leurs droits, les engagements de l'État et les mécanismes de promotion/protection des droitsActivités de formation et de sensibilisation auprès des Afghans, les femmes en particulier, au niveau communautaire sur les droits de la personne et les ressources, pour les femmes et les filles en particulierOpérationnel :
CAIDP

Prévu :
Projet sur les droits des femmes/la prise de décision (à déterminer)

Autres activités de programme :
Souligner l'efficacité des organisations vouées aux droits de la personne et des organisations de la société civile à promouvoir les droits de la personne ainsi qu'à enquêter sur les violations de ces droits et à intervenir, en particulier si des femmes et des filles en sont la cible.Capacité accrue des institutions et organisations de défense des droits de la personne, notamment la CAIDP, à promouvoir, protéger et assurer un suivi des problèmes liés aux droits de la personne, y compris les droits des femmes.Appui technique (perfectionnement des compétentes individuelles ou orientation organisationnelle stratégique) et financier fourni aux institutions de défense des droits de la personne, notamment la Commission afghane indépendante des droits de la personne (CAIDP).Opérationnel :
Soutien institutionnel pluriannuel à la Commission afghane indépendante des droits de la personne (CAIDP)

Prévu : Aucun

Autres activités de programme :
Présider le groupe des donateurs de la CAIDP
Participer au groupe de travail de l'Union européenne sur les droits de la personne (?)
Participation au groupe de coordination des donateurs en matière d'égalité entre les sexes
Coordonner, avec le MAECI, les questions liées aux droits de la personne (partage d'information mutuel et exploitation des investissements pour que les postes du GC reflètent également les opinions/préoccupations de l'ACDI)
Aide humanitaireAide humanitaire des organismes d'aide internationaux et afghans répondant mieux aux besoins humains fondamentaux des populations touchées par des crises.Accès accru des populations touchées dans les zones ciblées à une aide humanitaire appropriée, notamment aux services de protection, d'alimentation, de logement, d'approvisionnement en eau, d'assainissement et de santé.Soutien financier fourni aux acteurs humanitaires prioritaires.

Aide alimentaire fournie.

Réponse aux appels en coordination et en consultation avec les autres ministères, les donateurs et les parties prenantes.

Opérationnel (2011) :

  • Appels 2011 (CICR, Société du afghane du Croissant-Rouge/FICR, UNHCR)
  • Opération de secours et de redressement du PAM 200063 (IPSR)
  • Action d'urgence et renforcement des capacités en cas d'urgence de CARE Canada en Afghanistan pour l'exercice 2011/2012
  • Programme antimines en Afghanistan pour l'exercice 2011/2012

Prévu :

  • Évaluation de l'option de financement des appels et des opérations humanitaires en Afghanistan, notamment l'aide alimentaire et non alimentaire, pour 2012, 2013, 2014
  • Évaluation de l'option de financement des opérations d'intervention en cas de catastrophes naturelles en Afghanistan pour 2012, 2013, 2014
  • Évaluation de l'option de financement des programmes antimines en Afghanistan pour 2012, 2013, 2014

Autres activités de programme prévues :

  • Continuer de présider ou de participer au groupe de coordination des donateurs
  • Participer aux réunions de groupe humanitaires qui restent ouvertes aux donateurs, pouvant porter sur les sujets suivants : (i) Logement d'urgence; (ii) Sécurité alimentaire et agriculture; (iii) Nutrition; (iv) Télécommunications d'urgence; (v) Eau/Assainissement (WASH); (vi) réunions inter-groupes lors de catastrophes
  • Coordination et consultation d'AHI/de MULTI, du MAECI et des missions canadiennes à l'étranger (p. ex. à Genève
Résilience accrue des populations vulnérables touchées par des crises, en particulier des femmes et des filles.Capacité accrue des partenaires de mise en œuvre à appliquer des approches durables et sexospécifiques aux actions humanitaires.Aide alimentaire fournie pour le rétablissement des modes de subsistance.

Subventions en espèces fournies pour la réintégration des rapatriés.

Parties prenantes engagées dans un dialogue sur les politiques sur la question de l'égalité entre les sexes et les premières activités de redressement/d'aide humanitaire.

Opérationnel (2011) :

  • Appels 2011 (CICR, Société du afghane du Croissant-Rouge/FICR, UNHCR)
  • Opération de secours et de redressement du PAM 200063 (IPSR)
  •  Action d'urgence et renforcement des capacités en cas d'urgence de CARE Canada en Afghanistan pour l'exercice 2011/2012
  • Programme antimines en Afghanistan pour l'exercice 2011/2012

Prévu :

  • Évaluation de l'option de financement des appels et des opérations humanitaires en Afghanistan, notamment l'aide alimentaire et non alimentaire, pour 2012, 2013, 2014
  • Évaluation de l'option de financement des opérations d'intervention en cas de catastrophes naturelles en Afghanistan pour 2012, 2013, 2014
  • Évaluation de l'option de financement des programmes antimines en Afghanistan pour 2012, 2013, 2014

Autres activités de programme prévues :

  • Continuer de présider ou de participer au groupe de coordination des donateurs
  • Participer aux réunions de groupe humanitaires qui restent ouvertes aux donateurs, pouvant porter sur les sujets suivants : (i) Logement d'urgence; (ii) Sécurité alimentaire et agriculture; (iii) Nutrition; (iv) Télécommunications d'urgence; (v) Eau/Assainissement (WASH); (vi) réunions inter-groupes lors de catastrophes
  • Coordination et consultation d'AHI/de MULTI, du MAECI et des missions canadiennes à l'étranger (p. ex. à Genève)
  • Appuyer au moins une étude/évaluation qui intègre ou met l'accent sur l'égalité entre les sexes et les premières activités de redressement/d'aide humanitaire
Rendement amélioré des acteurs nationaux et infranationaux aux chapitres de la réduction des risques liés aux catastrophes et de la préparation aux situations d'urgence.Capacité améliorée des autorités afghanes à atténuer les effets des catastrophes naturelles et causées par l'homme sur la population afghane, notamment les groupes les plus vulnérables tels que les femmes et les filles.Activités de préparation aux catastrophes naturelles et causées par l'homme. Information concernant la réduction des risques de catastrophes et la préparation/intervention en cas d'urgence aux parties prenantes à travers des études/évaluations, incluant de l'information sur l'égalité entre les sexes.Opérationnel (2011) :
  • Appels 2011 (CICR, Société du afghane du Croissant-Rouge/FICR, UNHCR)
  • Opération de secours et de redressement du PAM 200063 (IPSR)
  • Action d'urgence et renforcement des capacités en cas d'urgence de CARE Canada en Afghanistan pour l'exercice 2011/2012
  • Programme antimines en Afghanistan pour l'exercice 2011/2012

Prévu :

  • Évaluation de l'option de financement des appels et des opérations humanitaires en Afghanistan, notamment l'aide alimentaire et non alimentaire, pour 2012, 2013, 2014
  • Évaluation de l'option de financement des opérations d'intervention en cas de catastrophes naturelles en Afghanistan pour 2012, 2013, 2014
  • Évaluation de l'option de financement des programmes antimines en Afghanistan pour 2012, 2013, 2014

Autres activités de programme prévues :

  • Continuer de présider ou de participer au groupe de coordination des donateurs
  • Participer aux réunions de groupe humanitaires qui restent ouvertes aux donateurs, pouvant porter sur les sujets suivants : (i) Logement d'urgence; (ii) Sécurité alimentaire et agriculture; (iii) Nutrition; (iv) Télécommunications d'urgence; (v) Eau/Assainissement (WASH); (vi) réunions inter-groupes lors de catastrophes
  • Coordination et consultation d'AHI/de MULTI, du MAECI et des missions canadiennes à l'étranger (p. ex. à Genève) sur les questions humanitaires liées à l'Afghanistan et à la région
  • Appuyer au moins une étude/évaluation qui intègre ou met l'accent sur la réduction des risques de catastrophes et la préparation/intervention en cas d'urgence et qui inclut la question de l'égalité des sexes

Annexe 6 Approche méthodologique

L'approche méthodologique de cette évaluation a été élaborée dans le cadre de « la conception et le plan de travail de l'évaluation finale du 15 octobre 2013 » pour assurer sa conformité aux exigences du cadre de référence (voir l'annexe 1). La conception de l'évaluation consiste en un document de travail interne; certains éléments de la conception sont présentés au chapitre 1 et dans cette annexe. De plus, une annexe à la conception de l'évaluation a été rédigée le 7 mai 2014 pour présenter « l'approche concernant l'intégration des constatations sur le barrage de Dahla ou le Projet de rétablissement du système d'irrigation l'Arghandab (AIRP) ».

Cette annexe complète l'information principale fournie au chapitre 1, ce qui signifie que cette information, abordée en détaillant la finalité de l'évaluation, les méthodes de collecte et d'analyse des données et l'évaluation et l'atténuation des risques, n'est pas répétée dans cette annexe.

A6.1 Principes directeurs

Dans le contexte actuel de l'Afghanistan et au vu des évaluations dans les États fragiles, les principes directeurs spécifiques suivants ont été identifiés pour l'évaluation :

  1. L'évaluation doit être basée sur la théorie du changement de l'aide au développement de l'Afghanistan par le Canada;
  2. Prendre le contexte comme point de départ, ce qui a déjà été fait dans l'examen de la littérature et sera poursuivi tout au long du processus d'évaluation;
  3. Le processus d'évaluation lui-même doit tenir compte des conflits;
  4. L'évaluation doit surmonter les problèmes de disponibilité des données en combinant différentes méthodes de collecte et de triangulation des données;
  5. Les effets imprévus de l'aide au développement de l'Afghanistan par le Canada ne doivent pas être ignorés;
  6. L'approche de l'évaluation doit tenir compte de la spécificité des genres; l'égalité entre les sexes doit être intégrée à cette approche;
  7. Un roulement rapide du personnel peut limiter la collecte des données et entraîne souvent un manque de mémoire institutionnelle qui doit être résolu;
  8. Les évaluateurs peuvent faire face au manque d'accès à des zones spécifiques et des préoccupations en matière de sécurité qui limitent la collecte des données; il se peut qu'ils ne soient pas en mesure d'interroger toutes les parties;
  9. Les évaluateurs doivent savoir que le fait de mettre l'accent sur des interventions rapides ou des « fenêtres d'opportunité » peut entraver l'établissement de lignes de base et la collecte des données de suivi.

A6.2 Logique d'intervention consolidée

Figure A6.2 Texte alternatif
A6.2 Logique d'intervention consolidée
 Intrants/activitésExtrantsRésultatsImpacts
Éducation
  • Construction/remise en état d'écoles
  • Offre d'une formation aux enseignants
  • Mise en place d'écoles communautaires
  • Alphabétisation, formation professionnelle
  • Écoles construites/améliorées
  • Enseignants formés
  • Écoles communautaires
  • Personnes formées
  • Accès amélioré, en particulier pour les filles
  • Apprentissage amélioré
  • Meilleure qualité de l'éducation
  • Capacité accrue
Un Afghanistan plus sécurisé, capable de procurer des services aux Afghans
Santé
  • Campagnes d'immunisation
  • Formation des travailleurs de la santé communautaires, sages-femmes et autres
  • Soutien aux services de santé fondamentaux
  • Offre de programme de base en services de santé
  • Enfants immunisés
  • Travailleurs de la santé formés
  • Établissements de santé plus performants
  • Indicateurs du MMIS améliorés
  • Accès amélioré aux services de santé
  • Meilleure qualité des services de santé
  • Progrès en vue d'éradiquer la poliomyélite
  • Capacité accrue
Croissance économique
  • Offre d'une infrastructure communautaire
  • Offre de microfinance
  • Soutien aux PME
  • Formation des artisans
  • Infrastructure terminée
  • Établissement de CDC
  • Prêts accordés
  • PME soutenues
  • Personnes formées
  • Accès amélioré à l'emploi et aux revenus
  • Accès amélioré à la microfinance
  • Capacité accrue
Aide humanitaire
  • Offre d'aide alimentaire
  • Offre de logement, etc.
  • Formation à la gestion des catastrophes
  • Déminage
  • Personnes concernées
  • Foyers vulnérables atteints
  • Personnes formées
  • Zone déminée
  • État alimentaire ou nutritionnel amélioré
  • Résilience accrue
  • Capacité accrue
Droits de la personne
  • Soutien à la CAIDP
  • Soutien à l'éducation civique
  • Soutien aux organisations de femmes
  • Personnel formé
  • Personnes formées
  • Subventions accordées
  • Autres activités sur les droits de la personne
  • Capacité accrue
  • Sensibilisation accrue aux droits de la personne
  • Accès amélioré à la prise de décision pour les femmes

A 6.3 Approche détaillée de l'échantillonnage

Afin d'obtenir un échantillon intéressant pour étudier le portefeuille de façon plus détaillée, l'équipe en charge de l'évaluation a utilisé la méthodologie suivante :

L'échantillonnage a entraîné la sélection de 50 initiatives, pour des déboursés de 852 millions de dollars, soit environ 55 % du total des déboursés réalisés entre 2004-2005 et 2012-2013 (1,546 millions de dollars). Tous les projets sélectionnés concernent à 100% l'Afghanistan. Les trois projets de premier plan, qui faisaient partie de l'engagement militaire du Canada à Kandahar, sont inclus dans l'échantillon. Le tableau A6.1 représente l'échantillon par secteur prioritaire.

Tableau A6.1 Échantillon de l'évaluationNote de bas de page 86
Secteur prioritaireInitiativesÉchantillon
Budget
Échantillon
Proportion
Portefeuille
Budget
Échantillon/
Portefeuille
Renforcement de l'éducation de base6133 951 83716 %153 524 54487 %
Amélioration de la santé8127 342 61915 %167 126 86176 %
Gouvernance démocratique11209 080 11825 %333 042 42163 %
Développement du secteur privé9163 966 05119 %333 366 72649 %
Aide d'urgence11101 066 52712 %184 130 02955 %
Paix et sécurité499 895 13812 %121 094 08282 %
Autres (programme d'initiatives locales à Kandahar)116 952 1182 %224 893 1078 %
Totals50852 254 408100 %1 546 257 49755 %

L'échantillon est considéré comme étant représentatif de l'ensemble du portefeuille, même si de légers écarts entre l'échantillon de l'évaluation et l'ensemble du portefeuille n'ont pu être évités. Par exemple, l'éducation, la santé et la paix et la sécurité sont légèrement surreprésentées; il en est de même pour l'égalité entre les sexes.Note de bas de page 87 C'est le cas dans les secteurs où le Programme a été plus actif ces dernières années, ce qui sert également à améliorer les occasions d'apprentissage. D'autre part, la catégorie « autres/multisecteur » est sous-représentée.Note de bas de page 88

Le secteur Gouvernance démocratique a été soumis à un autre échantillonnage, étant donné le nombre de sous-secteurs qu'il contenait, ce qui ne correspond pas toujours aux stratégies du pays. Le sous-secteur Droits de la personne, particulièrement axé sur l'égalité entre les sexes, a été sélectionné comme sous-secteur sur lequel l'évaluation s'appuiera, car il est prévu que les constatations les plus intéressantes concernent ce sous-secteur, ce qui offrira une bonne occasion de tirer des leçons. La priorité donnée à l'égalité entre les sexes constitue une autre raison de se concentrer sur ce sous-secteur. Le sous-secteur Élections a été soutenu en 2004-2005 et en 2009, et ces élections ont été minutieusement évaluées; par conséquent il n'est pas prévu que cette évaluation ajoute une valeur quelconque en termes de nouvelles données. De plus, deux projets majeurs liés à la participation démocratique et à la société civile, particulièrement axés sur le développement communautaire, ont été sélectionnés. Ces projets se sont concentrés sur la fourniture d'infrastructures rurales aux organisations communautaires; dans la logique d'intervention des programmes de l'Afghanistan, ces projets n'ont pas été classés dans le secteur Gouvernance, mais dans le secteur « Croissance économique ».

L'équipe en charge de l'évaluation a fait face à un problème particulier : la classification par secteur utilisée dans le portefeuille ne correspond pas entièrement aux priorités sectorielles du Programme de l'Afghanistan, qui ont été définies au cours de la période d'évaluation. Par conséquent, des marqueurs de secteur cohérents ont été utilisés tout au long de l'évaluation : gouvernance démocratique et droits de la personne en sous-secteur; croissance économique (dont développement du secteur privé); éducation, santé et aide humanitaire (combinaison d'aide d'urgence et de paix et sécurité).

Le tableau ci-dessous définit les projets spécifiques qui ont fait l'objet d'une enquête sous chaque titre de secteur. Un projet peut être composé de plusieurs initiatives, car les initiatives concernant les mêmes projets ou le même type d'activités ont été combinées. Par conséquent, les 50 initiatives donnent 25 projets.

Tableau A.6.2 Échantillon par nom de projet
Secteur prioritaireNom du projetNbre d'
initiatives
Agences d'exécutionPériodeTotal des
déboursés
Égalité entre les sexesKandahar
ÉducationProgramme d'amélioration de la qualité de l'éducation (PAQE)1Banque mondiale – FASRA2007
aujourd'hui
91,50Intégré en matière d'égalité entre les sexesNational, y compris à Kandahar
Éducation de base et égalité entre les femmes et les hommes (EBEHF), Kandahar2UNICEF2008
aujourd'hui
11,26Aucun résultat en matière d'égalité entre les sexes Note de bas de page 89Spécifique à Kandahar
Programme de soutien à l'éducation des filles (PSEF)Note de bas de page 902BRAC/AKF2006 à 201326,25Intégré en matière d'égalité entre les sexesProvinces sélectionnées, y compris Kandahar
Consortium pour une éducation de base en Afghanistan (BEACON)1Comité international de secours2011
aujourd'hui
4,94Intégré en matière d'égalité entre les sexesProvinces sélectionnées, y compris Kandahar
SantéInitiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite – OMS4OMS2006
aujourd'hui
74,00Intégré en matière d'égalité entre les sexesNational, y compris à Kandahar
Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite – UNICEF2UNICEF2009
aujourd'hui
28,00Intégré en matière d'égalité entre les sexesNational, y compris à Kandahar
Renforcement des activités en matière de santé pour les pauvres (SHARP)1Banque mondiale – FASRA2010 à 201215,00Résultats limités en matière d'égalité entre les sexesNational, y compris à Kandahar
Programme régional de santé des mères, des nouveau-nés et des enfants1Aga Khan Foundation2011 aujourd'hui9,71Intégré en matière d'égalité entre les sexesPas spécifique à Kandahar
Gouvernance démocratique -
droits de la personne
Soutien à la Commission afghane indépendante des droits de la personne2CAIDP2007 à 201314,41Intégré en matière d'égalité entre les sexesProvinces sélectionnées, y compris Kandahar
Fonds de soutien ponctuel pour l'avancement des femmes1UAP – Asie2007 à 20123,31Spécifique en matière d'égalité entre les sexesPas spécifique à Kandahar
La place des femmes dans des postes décisionnels1ONU Femmes2009 à 20112,00Spécifique en matière d'égalité entre les sexesPas spécifique à Kandahar
Participation des femmes en politique au niveau provincial1National Democratic Institute2009 à 20100,76Spécifique en matière d'égalité entre les sexesPas spécifique à Kandahar
Croissance économiqueProjet de rétablissement du système d'irrigation l'Arghandab (barrage de Dahla)3SNC Lavalin International/Central Asia Development Group2008 à 201247,07Note de bas de page 91Aucun résultat en matière d'égalité entre les sexesSpécifique à Kandahar
Mécanisme de microfinancement et de soutien en Afghanistan (MISFA)3Banque mondiale – FASRA2004 à 201094,50Intégré en matière d'égalité entre les sexesNational, y compris à Kandahar
Programme de développement de l'entreprise rurale au Kandahar (REDKan)1PNUD2009 à 20119,40Aucun résultat en matière d'égalité entre les sexesSpécifique à Kandahar
Turquoise Mountain1Turquoise Mountain Trust2008 à 20127,70Aucun résultat en matière d'égalité entre les sexesPas spécifique à Kandahar
Projet de développement rapide des villages dans la province de Kandahar1Development Works Inc.2007 à 20105,26Intégré en matière d'égalité entre les sexesSpécifique à Kandahar
Aide humanitaireAppels du PAM6Programme alimentaire mondialplusieurs années84,52Aucun résultat en matière d'égalité entre les sexesNational, y compris à Kandahar
Notamment Paix et sécuritéProgramme antimines pour l'Afghanistan4UNMAS2004 à 201299,90Aucun résultat en matière d'égalité entre les sexesNational, y compris à Kandahar
Les veuves de Kaboul3CARE Canada2004 à 20119,42Spécifique en matière d'égalité entre les sexesPas spécifique à Kandahar
Retour et réintégration des réfugiés1UNHCR2004 à 20055,00Aucun résultat en matière d'égalité entre les sexesNational, y compris à Kandahar
Projet de préparation et d'intervention en cas d'urgence1CARE Canada2012 à 20132,13Résultats limités en matière d'égalité entre les sexesPas spécifique à Kandahar
AutreProgramme d'initiatives locales à Kandahar (KLIP)1Plusieurs partenaires de mise en œuvre2007 à 201217,00Aucun résultat en matière d'égalité entre les sexesSpécifique à Kandahar
Développement communautaireProgramme de solidarité nationale (PSN)3Banque mondiale – FASRA2004 à 2011147,50Intégré en matière d'égalité entre les sexesNational, y compris à Kandahar
Programme national de développement axé sur les régions (PNDAR)3PNUD2004 à 201141,10Intégré en matière d'égalité entre les sexesNational, y compris à Kandahar

Des projets d'envergure moindre ont été inclus dans deux programmes de gestion des fonds, à savoir le Programme d'initiatives locales à Kandahar (KLIP), géré par l'EPRK et le Fonds de soutien ponctuel pour l'avancement des femmes géré par l'UAP.

A6.3 Approche de la collecte des données et de la méthodologie

Dans le cadre de référence (voir l'annexe 1), les questions préliminaires de l'évaluation ont été formulées et regroupées en fonction de six critères d'évaluation et thèmes précis. Au cours des discussions, les questions d'évaluation du cadre de référence ont été regroupées en fonction des quatre principaux critères, et quatre questions principales ont été énoncées dans l'introduction de ce rapport de synthèse. Trente-neuf (39) sous-questions au total ont été définies par rapport à l'ensemble des questions principales.

Afin de répondre aux questions de l'évaluation aux trois niveaux (programme, secteur et projet/intervention), une approche « descendante et ascendante » a été appliquée, en établissant un lien entre les efforts réalisés en aval, au niveau du projet, et le dialogue sur les politiques sectorielles en amont et établissant, aussi, un lien aux  conférences internationales sur l'Afghanistan depuis 2001 et les prises de décisions du gouvernement du Canada sur l'Afghanistan en ce qui concerne la programmation et la mise en œuvre stratégiques du développement. Une matrice d'évaluation au niveau du programme a été élaborée, en précisant pour chaque sous-question, les indicateurs, la sources et les méthodes de collecte des données (voir le tableau A6.3).

Encadre A.6.3 Matrice d'évaluation au niveau du programme (selon la présentation à la conception de l'évaluation finale du 15 octobre 2013)

Pertinence

Harmonisation avec les priorités du gouvernement afghan

1.1 Dans quelle mesure le Programme de l'Afghanistan correspond-il aux priorités stratégiques du gouvernement afghan?

Sources et méthodes :

Prise en compte des besoins et de la dynamique de conflit

1.2 Dans quelle mesure les principaux besoins de la population afghane (en particulier les femmes et les enfants) sont-ils satisfaits grâce au programme de l'ACDI pour l'Afghanistan?

Examen des documents :

1.3 La dynamique du conflit en Afghanistan et les priorités et les droits des populations touchées ont-ils été pris en compte dans le Programme de l'Afghanistan, notamment dans le cadre de la programmation d'aide humanitaire internationale?

Examen des documents :

Analyse et atténuation des risques

1.4 Les risques ont-ils été correctement évalués et les stratégies d'atténuation correctement formulées? Plus particulièrement, les interventions du programme ont-elles été bien conçues afin d'atténuer ou de prévenir un autre conflit?

Examen des documents :

1.5 Dans quelle mesure l'ACDI avait-elle une compréhension adéquate du contexte de la société afghane et du contexte de la programmation pour concevoir et mettre en œuvre une programmation pertinente et efficace? Comment les choix sur les modes d'acheminement de l'aide (agences d'exécution) et sur les modalités ont-ils était faits selon la compréhension du contexte?

Sources et méthodes :

1.6 Dans quelle mesure les objectifs généraux du programme (en termes d'évolution et de changement) ou les résultats/objectifs envisagés de projets spécifiques étaient-ils appropriés et réalistes?

Sources et méthodes :

Harmonisation avec l'approche pangouvernementale

1.7 Les interventions du Programme de l'Afghanistan ont-elles été harmonisées avec les priorités du gouvernement fédéral, les résultats stratégiques de l'ACDI et l'approche pangouvernementale du Canada?

Sources et méthodes :

1.8 Quelles étaient les principales implications du rapport Manley pour la programmation et la mise en œuvre du Programme de l'Afghanistan de l'ACDI? Dans quelle mesure la coordination renforcée des efforts du gouvernement du Canada affecte-t-elle le rendement de l'ACDI?

Sources et méthodes :

1.9 Quelle a été la stratégie de l'ACDI concernant les activités à Kandahar avant et après le changement de politique par rapport au rapport Manley en 2008? Quelles ont été les implications de cette concentration sur Kandahar pour la programmation et les résultats de l'ACDI?

Sources et méthodes :

1.10 Quelles ont été les implications pour les programmes et les résultats de l'ACDI lorsque le Canada s'est retiré de Kandahar en 2010-2011?

Sources et méthodes :

1.11 Dans quelle mesure les priorités et stratégies globales de l'ACDI se reflètent-elles dans le Programme de l'Afghanistan?

Sources et méthodes :

Thèmes transversaux : égalité entre les sexes et environnement

1.12 Le Programme de l'Afghanistan s'est-il suffisamment préparé en ce qui concerne l'égalité entre les sexes (un thème transversal de l'ACDI) et en a-t-il bien tenu compte?

Sources et méthodes :

1.13 Le Programme de l'Afghanistan a-t-il correctement préparé à et pris en compte les enjeux de durabilité de l'environnement (un thème transversal de l'ACDI)?

Sources et méthodes :

Le rôle du Canada dans la coordination des donateurs

1.14 Le Programme de l'Afghanistan a-t-il coordonné ses efforts de programmation avec ceux d'autres donateurs internationaux, notamment grâce à des dialogues sur les politiques et à des interventions communes? L'intervention de l'ACDI était-elle complémentaire de celles des autres donateurs?

Sources et méthodes :

1.15 Dans quelle mesure le Programme de l'Afghanistan de l'ACDI a-t-il pris en compte les principes prédominants de prise en charge locale, d'harmonisation et d'engagement dans les États et les situations fragiles dans sa programmation et sa mise en œuvre?

Sources et méthodes :

1.16 Dans quelle mesure les principes de bonne contribution humanitaire ont-ils été pris en compte dans le Programme de l'Afghanistan?

Sources et méthodes :

1.17 Quel rôle l'ACDI a-t-elle joué dans l'amélioration de la coordination de l'aide et quelle perception en ont les autres acteurs?

Documents sur la coordination des donateurs en Afghanistan : conférences internationales, architecture de l'aide, comptes-rendus des réunions, études et examens;
Entrevues.

Efficacité

2.1 Dans quelle mesure le soutien de l'ACDI à l'Afghanistan a-t-il été axé sur les résultats? Y avait-il une distinction claire entre les extrants, le résultat et l'impact de la programmation, la mise en œuvre et la finalisation?

Sources et méthodes :

2.2 Les extrants prévus ont-ils été obtenus?

Voir les matrices d'évaluation sectorielles.

Les matrices d'évaluation sectorielles, avec les indicateurs de résultat et d'extrants qui ont été élaborés, sont la base de l'analyse de l'efficacité au niveau d'un projet et d'un secteur sélectionné;
Formulaires d'évaluation de projet et lignes directrices associées pour les experts sectoriels.

2.3 Dans quelle mesure les résultats escomptés ont-ils été atteints?

Voir les matrices d'évaluation sectorielles.

Les matrices d'évaluation sectorielles, avec les indicateurs de résultat et d'extrants qui ont été élaborés, sont la base de l'analyse de l'efficacité au niveau d'un projet et d'un secteur sélectionné;
Formulaires d'évaluation de projet et lignes directrices associées pour les experts sectoriels.

2.4 Si les résultats escomptés n'ont pas été tout à fait atteints, quels étaient les obstacles à la réussite? Les risques ont-ils été prévus et atténués?

2.5 Le Programme de l'Afghanistan a-t-il abordé de façon efficace le thème transversal de l'égalité entre les sexes?

Sources et méthodes :

2.6 Le secteur de la croissance économique a-t-il abordé de façon efficace le thème transversal de l'environnement?

Voir les matrices d'évaluation sectorielles.

Les matrices d'évaluation sectorielles, avec les indicateurs de résultat et d'extrants qui ont été élaborés, sont la base de l'analyse de l'efficacité au niveau d'un projet et d'un secteur sélectionné. Les effets sur l'environnement seront évalués pour le secteur « Croissance économique ». Formulaires d'évaluation de projet et lignes directrices associées pour l'expert du secteur de la croissance économique.

2.7 Des synergies ont-elles été réalisées au sein des secteurs et entre différents secteurs? L'approche pangouvernementale a-t-elle contribué aux synergies?

Preuves des activités qui se sont mutuellement renforcées pour atteindre le même objectif;
Indications de la planification des synergies au sein et entre les secteurs.

Sources et méthodes :

2.8 Quels facteurs spécifiques, internes et externes, ont-ils contribué aux résultats? Le leadership de l'ACDI dans des secteurs ou sous-secteurs spécifiques a-t-il contribué aux résultats obtenus? Qu'en est-il de la sécurité actuellement?

Sources et méthodes :

Efficiency

3.1 Quelles mesures ont-elles été prises pour dispenser l'aide de façon efficiente au niveau du programme?

Sources et méthodes :

3.2 Des stratégies d'atténuation des risques adéquates ont-elles été mises en place pour réduire différents types de risques, notamment le risque de corruption?

Sources et méthodes :

3.3 L'ACDI dispose-t-elle des bons outils, des bons processus et des bonnes procédures pour prendre en charge une programmation et une mise en œuvre efficaces du développement dans les États et les situations fragiles?

Sources et méthodes :

3.4 Dans quelle mesure les mécanismes de livraison de l'aide du Programme de l'Afghanistan ont-ils été favorables à une meilleure programmation des interventions?

Statistiques sur les mécanismes d'acheminement de l'aide.

Sources et méthodes :

3.5 L'offre du soutien de l'ACDI a-t-elle été faite en temps opportun? Y a-t-il eu des retards?

Planification de la durée des projets par rapport à la période de mise en œuvre réelle.

Sources et méthodes :

3.6 Quelles mesures ont-elles été prises pour exécuter les projets de façon efficiente?

Composition of project budgets:

Formulaires d'évaluation de projet et lignes directrices associées pour les experts sectoriels.

3.7 Les mécanismes de S&E appropriés ont-ils été mis en place et les leçons tirées prises en compte dans la programmation et la mise en œuvre?

Sources et méthodes :

3.8 L'ACDI a-t-elle tiré des leçons de son implication en Afghanistan? Quels étaient les mécanismes?

Indications des leçons apprises.

Sources et méthodes :

Durabilité et impact

4.1 Quels sont les effets à long terme positifs et négatifs, et principaux et secondaires du Programme de l'Afghanistan?

Liste des effets positifs et négatifs à long terme incluant la reconnaissance par la population que le gouvernement afghan offre de meilleurs services, de meilleures politiques et stratégies (notamment en matière d'égalité entre les sexes) du gouvernement au niveau national et infranational mises en œuvre, plus grande stabilité, rôle accru des femmes dans la prise de décision à plusieurs niveaux, utilisation accrue des ressources et des services destinés aux personnes pauvres, et en particulier aux femmes.

Sources et méthodes :

Formulaires d'évaluation de projet et lignes directrices associées pour les experts sectoriels.

4.2 Quelle est la probabilité du maintien des avantages à long terme des interventions soutenues par l'ACDI?

Sources et méthodes :

Formulaires d'évaluation de projet et lignes directrices associées pour les experts sectoriels.

4.3 Des plans ont-ils été établis et mis en œuvre de façon à permettre et à encourager « la prise en charge » locale? Si c'est le cas, les plans ont-ils réussi?

Preuves de la prise en charge locale des interventions soutenues par l'ACDI pendant la formulation, la mise en œuvre et après la finalisation du soutien.

Formulaires d'évaluation de projet et lignes directrices associées pour les experts sectoriels.

4.4 Le gouvernement afghan a-t-il créé un environnement politique favorable au maintien des résultats obtenus?

Sources et méthodes :

4.5 Des sources de financement ont-elles été identifiées pour assurer le maintien des résultats de développement obtenus par la programmation de l'ACDI en Afghanistan?

Disponibilité de nouvelles sources de financement spécifiées selon le type de source.

Formulaires d'évaluation de projet et lignes directrices associées pour les experts sectoriels.

4.6 Quelles sont les implications de la stratégie de l'ACDI par rapport à la transition en Afghanistan au vu de la durabilité des résultats?

Sources et méthodes :

Pour chacun des cinq secteurs prioritaires (éducation, santé, croissance économique, aide humanitaire et droits de la personne), une matrice d'évaluation a été élaborée pendant la phase de conception en précisant des indicateurs, des sources et méthodes pour les extrants et résultats propres aux secteurs (voir les cadres A6.4 à A6.8).

Encadre A6.4 Matrice d'évaluation en matière de santé

Extrants

Objectif : Enfants immunisés contre la poliomyélite

Indicateurs : Proportion d'enfants ayant reçu trois doses de vaccin contre la poliomyélite à l'âge de 12 mois par genre et par province*

Sources et méthodes : Données du système d'information de veille sanitaire, données l'OMS et d'UNICEF, enquêtes en grappe à indicateur multiple, enquêtes d'évaluation post-campagne, autres enquêtes, entrevues d'informateurs clés

Objectif : Enfants immunisés contre les maladies pouvant être prévenues par un vaccin

Indicateurs : Proportion d'enfants ayant reçu une dose de vaccin contre la rougeole à l'âge de 12 mois par genre et par province

Sources et méthodes : Données du système d'information de veille sanitaire, données l'OMS et d'UNICEF, enquêtes en grappe à indicateur multiple, enquêtes d'évaluation post-campagne, autres enquêtes, entrevues d'informateurs clés

Objectif : Travailleurs de la santé communautaires formés et déployés

Indicateurs : Nombre de travailleurs de la santé communautaires actifs/formés par genre et par province

Sources et méthodes : Données et rapports du système d'information de veille sanitaire, rapports de projet SHARP, rapports d'ONG, entrevues d'informateurs clés

Objectif : Bénévoles pour l'immunisation formés

Indicateurs : Nombre de bénévoles pour l'immunisation et de coordonnateurs des bénévoles formés par genre et par province

Sources et méthodes : Données et rapports du système d'information de veille sanitaire, rapports de campagne contre la poliomyélite, entrevues d'informateurs clés

Objectif : Sages-femmes et sages-femmes communautaires formées et déployées dans le Badakshan et le Bamyan

Indicateurs : Nombre de sages-femmes et sages-femmes communautaires actives/formées dans les provinces du Badakshan et du Bamyan

Sources et méthodes : Données et rapports du système d'information de veille sanitaire, rapports de projet AKF, rapports d'USAID/de JHPIEGO, entrevues d'informateurs clés

Objectif : Structures de santé essentielles prises en charge.

Indicateurs : Nombre d'établissements de santé qui soumettent des rapports du système d'information de veille sanitaire en temps voulu par province et par type d'établissement

Sources et méthodes : Données et rapports du système d'information de veille sanitaire, rapports et évaluations d'ONG, entrevues d'informateurs clés

Objectif : Programme de base de services de santé fourni

Indicateurs :

Sources et méthodes : Données et rapports du système d'information de veille sanitaire, rapports et évaluations d'ONG, entrevues d'informateurs clés

Résultat

Objectif : Accès amélioré aux services de santé essentiels de qualité

Indicateurs : Proportion de la population résidant à une distance de marche de deux heures des services de soins de base par province et répartition rurale/urbaine

Sources et méthodes : Données et rapports du système d'information de veille sanitaire, enquêtes de population (par ex. enquêtes en grappe à indicateur multiple), entrevues d'informateurs clés

Objectif : Qualité accrue des soins de base destinés aux populations vulnérables, en particulier les femmes et les enfants.

Indicateurs : Proportion d'accouchements assistés par du personnel qualifié par province et par type de prestataire

Sources et méthodes : Données et rapports du système d'information de veille sanitaire, enquêtes de population (par ex. enquêtes en grappe à indicateur multiple), rapports SHARP/d'ONG, entrevues d'informateurs clés

Objectif : Utilisation accrue des services de santé, en particulier par les femmes et les enfants

Indicateurs :

Sources et méthodes : Données et rapports du système d'information de veille sanitaire, enquêtes de population (par ex. enquêtes en grappe à indicateur multiple), entrevues d'informateurs clés

Objectif : Progrès en vue d'éradiquer la poliomyélite

Indicateurs :

Sources et méthodes : Meilleure santé infantile

Objectif :Meilleure santé infantile

Indicateurs :

Sources et méthodes : Données et rapports du système d'information de veille sanitaire, enquêtes de population (par ex. enquêtes en grappe à indicateur multiple)

Objectif : Capacité accrue du ministère de Santé publique à assurer le leadership et la coordination du secteur de la santé au niveau national et provincial, en particulier pour la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants.

Indicateurs : Évaluation qualitative des systèmes d'établissement de rapports, de contrôle et de supervision et de la disponibilité des politiques, procédures opérationnelles normalisées et lignes directrices

Sources et méthodes : Rapports d'évaluation, examens et évaluations organisationnels, examen des plans et des rapports de supervision, examen du système d'information sur la santé, entrevues d'informateurs clés

* Dans tout le tableau, les indicateurs à évaluer « par province » font référence aux provinces prioritaires du programme de l'ACDI/MAECD (nombre de provinces à déterminer).

Encadre A6.5 Matrice d'évaluation en matière d'éducation

Extrants

Objectifs : Offre d'une formation aux enseignants.

Indicateurs : Nombre d'enseignants formés par année (données ventilées selon le genre).

Sources et méthodes :

Objectifs : Construction ou remise en état de l'infrastructure éducationnelle.

Indicateurs : Nombre d'écoles construites, agrandies ou réparées (par catégorie) à Kandahar.

Sources et méthodes :

Objectifs : Mise en place d'écoles communautaires.

Indicateurs : Nombre d'écoles communautaires établies.

Sources et méthodes :

Objectifs : Alphabétisation, formation professionnelle et perfectionnement des compétences.

Indicateurs : Nombre d'individus qui ont bénéficié d'une formation en alphabétisation (données ventilées selon le genre)

Sources et méthodes :

Objectifs : Développement de la capacité de la communauté locale pris en charge.

Indicateurs : Nombre de comités d'administration d’école établis

Sources et méthodes :

Résultat

Objectifs : Accès amélioré à des services d'éducation de qualité pour les femmes et les filles (à Kandahar).

Indicateurs : Taux de scolarisation à l'éducation au niveau national et provincial par genre

Sources et méthodes : Système d'information sur la gestion des établissements d'enseignement et autres sources de données; vérifier au niveau de l'école et avec les entrevues d'informateurs clés

Indicateurs : Nombre d'élèves en éducation communautaire qui sont passés au système éducatif officiel

Sources et méthodes : Données des rapports de programme

Indicateurs : Taux net de scolarisation des enfants en éducation primaire, au niveau national et à Kandahar, ventilé selon le genre

Sources et méthodes : Système d'information sur la gestion des établissements d'enseignement et autres sources de données nationales

Indicateurs : Nombre d'élèves inscrits en formation professionnelle et d'enseignement technique (FPET)

Sources et méthodes : Système d'information sur la gestion des établissements d'enseignement et autres sources de données nationales

Objectifs : Apprentissage amélioré des enfants dans les écoles

Indicateurs :

Sources et méthodes :

Objectifs : Meilleure qualité de l'éducation de base.

Indicateurs : Programmes et méthodes d'enseignement améliorés;

Sources et méthodes : Données des rapports de programme

Indicateurs : Nombre et pourcentage d'élèves (données ventilées selon le genre) qui terminent l'éducation de base.

Sources et méthodes : Système d'information sur la gestion des établissements d'enseignement et autres sources de données nationales

Objectifs : Meilleure capacité des institutions nationales, provinciales et locales à à fournir les demandes gouvernementales et à offrir une éducation de qualité

Indicateurs :

Sources et méthodes :

Encadre A6.6 Matrice d'évaluation en matière de croissance économique Note de bas de page 92

Extrants

Objectifs : Projets d'infrastructures et de modes de subsistance communautaires exécutés (principalement à Kandahar)

Indicateurs :

Sources et méthodes : Données du PSN et du PNDAR, autres enquêtes, entrevues d'informateurs clés

Objectifs : Services de microfinance fournis

Indicateurs :

Sources et méthodes : Données sur le MISFA, rapports et enquêtes de la BM, entrevues d'informateurs clés

Objectifs : Petites et moyennes entreprises ayant un accès accru au crédit et des connaissances et compétences améliorées

Indicateurs :

Sources et méthodes : Données et rapports de REDKan, entrevues d'informateurs clés

Objectifs : Artisans traditionnels et artistes formés par l'Institut des arts afghans et d’architecture et ayant trouvé un emploi

Indicateurs :

Sources et méthodes : Données et rapports de Turquoise Mountain, entrevues d'informateurs clés, groupe de discussion avec des diplômés

Résultat

Objectifs : Accès amélioré aux possibilités d'emploi et de revenus pour les femmes et les hommes, en particulier à Kandahar

Indicateurs :

Sources et méthodes : Enquêtes auprès des ménages et sur les modes de subsistance, rapports de fin de projet ou rapports d'évaluation finale de l'ACDI, entrevues d'informateurs clés

Objectifs : Accès amélioré à des services financiers et commerciaux pour les PME et les entrepreneurs, gérés par les Afghans pour les Afghans.

Indicateurs :

Sources et méthodes : Enquêtes auprès des ménages et sur les modes de subsistance, données du MISFA, données de la Banque mondiale, entrevues d'informateurs clés

Objectifs : Capacité accrue des communautés à identifier et mettre en œuvre des projets de développement communautaire (à Kandahar)

Indicateurs :

Sources et méthodes : Données et rapports du PNDAR et du PSN, enquêtes auprès des ménages et sur les modes de subsistance, entrevues d'informateurs clés

Encadre A6.7 Matrice d'évaluation en matière d'aide humanitaireNote de bas de page 93

Outputs

Objectifs : Aide alimentaire fournie aux populations vulnérables.

Indicateurs :

Sources et méthodes :

Objectifs : Logement, équipement d'hiver et articles non alimentaires fournis aux ménages vulnérables.

Indicateurs : Nombre de ménages vulnérables auxquels sont fournis un logement, un équipement d'hiver et des articles non alimentaires (données ventilées selon le genre)

Sources et méthodes :

Objectifs : Capacité améliorée des institutions publiques et des communautés à planifier et coordonner l'aide d'urgence.

Indicateurs :

Sources et méthodes :

Objectifs : Réhabilitation des modes de subsistance durables pour les communautés et les rapatriés touchés

Indicateurs :

Sources et méthodes :

Objectifs : Déminage des terres de retour pour les communautés afghanes

Indicateurs :

Sources et méthodes :

Résultat

Objectifs : Amélioration de l'état alimentaire et nutritionnel des femmes, des enfants et des modes de subsistance vulnérables

Indicateurs : Nombre de personnes, communautés et régions qui ont connu une amélioration de la consommation alimentaire et de l'état nutritionnel, en particulier des enfants, des femmes et des individus vulnérables

Sources et méthodes : Examen des rapports du PAM, de l'UNICEF, du BCAH et de l'ACDI,
Entrevues avec les représentants du PAM et l'équipe humanitaire de l'ACDI à Kaboul

Objectifs : Amélioration de la préparation des autorités nationales aux catastrophes naturelles et liées au conflit

Indicateurs :

Sources et méthodes :

Objectifs : Amélioration de la capacité des agriculteurs et des communautés à avoir accès à leurs terres

Indicateurs : Nombre d'agriculteurs en mesure de cultiver leurs terres

Sources et méthodes :

Encadre A6.8 Matrice d'évaluation en matière de droits de la personneNote de bas de page 94

Extrants

Objectifs : Soutien à la Commission afghane indépendante des droits de la personne.

Indicateurs :

Sources et méthodes :

Objectifs : Activités d'éducation et de sensibilisation des candidats, des électeurs et des civils pour les hommes et les femmesNote de bas de page 95.

Indicateurs :

Sources et méthodes :

Objectifs : Organisations de femmes soutenues.

Indicateurs : Nombre d'organisations de femmes qui ont bénéficié de subventions par type d'organisation et type d'activités financées en vertu du FSPAF

Sources et méthodes :

Résultat

Objectifs : Amélioration de la capacité de la CAIDP à exercer son leadership et assurer la promotion, le contrôle et la protection des droits de la personne

Indicateurs :

Sources et méthodes :

Objectifs : Sensibilisation accrue aux droits de la personne par les détenteurs de droits et d'obligations.

Indicateurs :

Sources et méthodes :

Objectifs : Amélioration de la protection des droits de la personne pour les femmes et les hommes

Indicateurs :

Sources et méthodes :

Objectifs : Participation accrue des femmes et des hommes aux processus électoraux et politiques au niveau national, provincial et local.Note de bas de page 96

Indicateurs :

Sources et méthodes :

Objectifs : Accès renforcé des femmes à la prise de décision.

Indicateurs : Augmentation du nombre de femmes occupant des postes :

Qualité et importance des rôles assumés par les femmes à des postes de décideurs

Sources et méthodes :

Objectifs : OSC de femmes renforcée.

Indicateurs : Capacité accrue de l'OSC à mener des activités en faveur de l'avancement des femmes (augmentation du nombre de bénéficiaires, zones géographiques couvertes, thèmes et questions abordés).

Sources et méthodes :

En plus des analyses sectorielles, deux analyses transversales ont été effectuées : une sur l'égalité entre les sexes et une autre sur la province de Kandahar où le Canada a mis en œuvre une approche pangouvernementale entre 2008 et 2011.

Les principes d'évaluation appliqués incluaient l'importance du facteur temps (en tenant compte des changements de politiques, de critères et d'objectifs pendant la période couverte par l'évaluation) et l'importance du facteur conflit (conception et mise en œuvre de l'évaluation de façon à garantir la sécurité des informateurs, connaître les effets du processus d'évaluation, comprendre le conflit et faire bien attention à la sécurité des évaluateurs).

L'équipe en charge de l'évaluation a opté pour une approche multi-méthodes en vue de collecter et d'analyser des données qualitatives et quantitatives afin de répondre aux questions de l'évaluation. Le contexte spécifique de l'Afghanistan, ainsi que le temps et les ressources disponibles pour cette évaluation, ont fait qu'aucune enquête n'a pu être réalisée. Par conséquent, l'évaluation repose en grande partie sur des données secondaires. Voici les principales méthodes de collecte des données :

Tout au long de l'évaluation, toute l'information a été collectée et enregistrée conformément aux matrices de l'évaluation. Ainsi, les questionnaires ont été structurés conformément aux questions de l'évaluation, en tenant compte de la spécificité du secteur et du passé de la personne interrogée. Étant donné le nombre relativement important de questions et d'indicateurs, des choix ont été faits avant les entrevues sur les questions les plus pertinentes à poser. Dans ce processus, des manques d'information ont pu être identifiés et des renseignements complémentaires ont été collectés pour les combler.

Au niveau des projets, un formulaire d'évaluation de projet a été élaboré pour chaque projet sélectionné, avec les constatations de l'examen documentaire et de la collecte de données sur le terrain. Les formulaires d'évaluation de projet étaient également basés sur les questions de l'évaluation et les matrices d'évaluation associées.

Des rapports sectoriels ont été élaborés pour les cinq secteurs principaux, alors que deux autres rapports ont été établis sur l'égalité entre les sexes comme thème transversal et sur Kandahar. Des formulaires d'évaluation de projet ont été inclus dans les versions préliminaires des cinq rapports sectoriels pour tous les projets sélectionnés. Dans le processus de finalisation, les rapports sectoriels ont été transformés en annexes et les formulaires d'évaluation de projet sont considérés comme des documents de travail internes.

Dans la conception et la mise en œuvre de l'évaluation, une attention particulière a été portée à l'analyse des contributions, car le Canada n'était pas, le plus souvent, le seul donateur des projets et des programmes, mais a contribué à des programmes à donateurs multiples. L'analyse des contributions, telle que définie par John Mayne dans « Contribution analysis: Coming of age?, Evaluation, 2012 18: 270 », repose sur une analyse systématique comme moyen de justifier les résultats obtenus. Ce type d'analyse exige une théorie du changement dans laquelle les hypothèses et les facteurs externes font l'objet de tests pour confirmer la logique des résultats; c'est cette approche qui a été choisie dans cette évaluation. Pour chaque projet, les évaluateurs ont tenté d'analyser la contribution canadienne au projet en termes monétaires et non monétaires. En général, on estime que le Canada a contribué de façon proportionnelle aux résultats conformément à sa contribution monétaire. Cette hypothèse a pu être validée dans la plupart des cas. Dans certains cas, lorsque le Canada a joué un rôle très actif dans le dialogue sur les politiques et la coordination des donateurs, son influence a été supérieure à ce qui était prévu par rapport à sa contribution monétaire. Toutefois, dans d'autres cas, le Canada s'est moins impliqué dans le dialogue sur les politiques et sa contribution a pu être inférieure à ce qui était prévu par rapport à sa contribution monétaire.

Une fois la collecte des données terminée et les données codées conformément aux matrices de l'évaluation, toutes les données ont été triangulées dans la mesure du possible. En cas de preuves insuffisantes, aucune conclusion définitive n'a été formulée. Tout au long du processus d'analyse et d'assurance qualité des données, une attention particulière a été portée afin de veiller à ce que les conclusions soient basées sur des preuves tangibles et solides, et que des leçons soient tirées conformément aux conclusions et que des recommandations soient associées aux conclusions et aux leçons.

Les rapports sectoriels ont servi à informer l'évaluation au niveau du programme. De plus, l'information spécifique au niveau du programme a été collectée et analysée, en particulier concernant l'approche pangouvernementale. Afin d'améliorer la lisibilité du rapport final, notamment les rapports sectoriels présentés dans le volume 2 du rapport technique, les questions de l'évaluation par critères ont été regroupées sous des titres spécifiques utilisés dans ce rapport et dans les rapports sectoriels (voir le tableau A2.2).

Les données ont été collectées et codées conformément aux matrices de l'évaluation au niveau des secteurs et du programme. Dans le processus d'analyse des données, ces dernières ont été triangulées afin d'arriver à des constatations tangibles basées sur des preuves solides.

A6.4 Défis et limites méthodologiques

L'encadre A6.4 détaille une partie des défis de cette évaluation et les mesures prises pour atténuer leurs répercussions négatives sur le processus et le résultat de l'évaluation.

Encadre A6.9 Défis méthodologiques et mesures d'atténuation

Risque/défi : Documents manquants, fichiers incomplets

Mesures d'atténuation : L'équipe d'évaluation a reçu environ 2 000 documents du Programme de l'Afghanistan tout au long du processus d'évaluation. De nombreuses versions du même document ont été reçues, souvent non datées, d'où la difficulté à déterminer la succession de modifications. L'information relative au portefeuille de projets était complète dès le début de l'évaluation, cependant, ce n'est pas l'ensemble de la codification qui avait été effectué de façon à permettre une analyse claire et une nouvelle codification a donc été nécessaire (voir l'annexe 5).

Étant donné la nature délicate de ce programme, l'équipe n'a eu accès à une partie de l'information qu'une fois celle-ci déclassifiée. Ceci peut avoir affecté la qualité de l'information étant donné le temps que prend souvent le processus de déclassification. Dans un cas, une information classifiée a été mise à la disposition de l'équipe à la suite d'une demande d'accès à l'information.

Le Programme a fait de son mieux pour fournir l'accès aux documents et aux personnes, mais a fait face à des limitations, ce qui a entraîné des retards de transmission des documents à l'équipe d'évaluation et entravé l'efficacité du processus. Tous les documents essentiels semblent avoir été partagés.

Risque/défi : Roulement rapide du personnel, d'où un manque de mémoire institutionnelle

Mesures d'atténuation : Un grand nombre d'employés a été impliqué dans le Programme de l'Afghanistan tout au long de la période d'évaluation. Le roulement du personnel canadien basé à Kaboul et à Kandahar était relativement élevé, ce qui était le cas pour la plupart des pays, pas seulement le Canada. Avec du retard, l'équipe d'évaluation a pu collecter les noms des employés concernés (ex-ACDI, ex-MAECI, Forces canadiennes, ministère de la Défense nationale) et un grand nombre d'entrevues a été programmé (voir l'annexe 4). Le fait que l'ACDI ait permis l'accès à différents employés impliqués à différents moments et à plusieurs postes pendant la période d'évaluation a contribué positivement à la mémoire institutionnelle et l'apprentissage actif.

Risque/défi : Résistance à l'évaluation

Mesures d'atténuation : L'équipe n'a rencontré que peu de résistance à l'évaluation. Le programme, acteur principal de l'évaluation, a facilité cette dernière autant que possible. Il est clair que l'équipe a cherché à tirer des leçons et des conclusions intéressantes bénéfiques pour leur travail. La plupart des parties prenantes ont accepté de coopérer, comme on peut le voir dans la liste complète des personnes interrogées (annexe 4). La résistance de certaines parties prenantes était liée aux contraintes de temps, surmontées en parvenant à des accords clairs sur le calendrier. Plusieurs personnes interrogées ont exprimé leur satisfaction à réfléchir à leur travail pendant l'entrevue et à prendre de la distance par rapport à leur quotidien chargé. Toutefois, d'autres personnes ont exprimé une certaine frustration du fait qu'elles aient été interrogées avant leurs exercices de « leçons apprises », mais qu'aucune leçon ne leur a été présentée, car ces exercices étaient internes.

Risque/défi : Effet du cercle excentriqueNote de bas de page 97

Mesures d'atténuation : L'équipe a également rencontré des cas de ce qu'on appelle « l'effet du cercle excentrique », où il y avait une volonté évidente de souligner les résultats positifs. L'équipe a atténué ce risque grâce à l'utilisation de modes de communication ouverts et transparents et grâce à la triangulation des preuves de différentes sources, notamment un grand nombre d'interlocuteurs et de visites sur le terrain. L'équipe a préparé des fiches de réponse détaillées en fournissant des réponses à chaque commentaire dans les versions préliminaires des rapports sectoriels et du rapport technique, indiquant si et comment les commentaires seraient traités.

Risque/défi : Disponibilité des données

Mesures d'atténuation : L'équipe d'évaluation était tout à fait consciente des problèmes de disponibilité des données en Afghanistan, où la pression de démontrer des résultats à court terme et de l'assurance de la visibilité ont entravé l'établissement de lignes de base utiles et, ultimement, ont gêné la mesure des effets à long terme. Ce problème a été reconnu et un certain nombre de nouvelles enquêtes et de nouveaux rapports d'évaluation ont vu le jour pendant la période d'évaluation et ont été utilisés comme sources d'information. Néanmoins, l'absence d'information fiable était flagrante, en particulier pour certaines provinces, problème qui n'a pas pu être entièrement résolu.

Risque/défi : Situation sécuritaire problématique en Afghanistan

Mesures d'atténuation : Les consultants savaient qu'ils devaient planifier en ayant la sécurité à l'esprit et veiller à ce que d'autres plans soient prêts en cas de besoin d'atténuer des risques de sécurité identifiés ou émergents. Les consultants travaillaient en étroite collaboration avec l'Unité d'appui au programme canadien (UAP) dans la planification du travail de terrain en Afghanistan, en particulier les visites sur les sites des projets en dehors de Kaboul : Kandahar, Hérat et Jalababad. Seule une visite prévue dans la province de Bamyan a été annulée en raison des intempéries.

Risque/défi : Évaluation de projet distincte pour le projet de rétablissement du système d'irrigation de l'Arghandab/du barrage de Dahla

Mesures d'atténuation : Étant donné que l'ACDI avait commandé un examen indépendant du projet de premier plan qui consiste dans la remise en état du système d'irrigation de l'Arghandab (AIRP), il a été convenu que cette évaluation sommative du programme serait basée sur les constatations de l'évaluation de ce projet pour éviter les doublons. Les constatations, les conclusions et les leçons apprises de l'évaluation du projet devaient être intégrées à cette évaluation sommative. Il a été convenu que les méthodologies et matrices d'évaluation utilisées par les deux évaluations seraient cohérentes et harmonisées. Malgré un effort considérable, cette harmonisation n'a pas été réalisée. L'évaluation du projet s'est poursuivie avec des retards très importants et les risques présentés n'ont pas pu être suffisamment atténués. Par conséquent, une autre approche a été élaborée pour intégrer les constatations de ce projet de premier plan important à l'évaluation de ce Programme en fonction d'une recherche documentaire supplémentaire et une collecte de données effectuée par l'équipe d'évaluation du programme. Une annexe à la conception de l'évaluation a été élaborée pour répondre à ceci et est présentée en annexe 2.

A6.5 Mise en phases de l'évaluation

Figure A6.10 Mise en phases de l'évaluation

Figure A6.10 Texte alternatif

2011 — Phase de préparation de l'évaluation

  • Étude d'évaluabilité (2011-2012)
  • Élaboration du Cadre de référence (2011-2012)
  • Procédure d'appel d'offres et embauche de l'équipe d'évaluation (2012-March 2013)

Avril 2013 — Phase de conception de l'évaluation

  • Réunion de lancement entre la Division de l'évaluation du développement et le chef d'équipe au Canada (avril 2013);
  • Entrevues des principales parties prenantes au Canada - avril 2013 (voir  l'annexe 2, Liste des entrevues);
  • Revue de la littérature, mai-juin 2013 (voir l'annexe 3, Liste des documents);
  • Analyse du portefeuille préliminaire, mai-Juin 2013;
  • Mission exploratoire à Kaboul - juillet 2013;
  • Version préliminaire de la conception et du plan de travail de l'évaluation - juillet 2013;
  • Version finale de la conception et du plan de travail de l'évaluation – octobre 2013.

Octobre 2013 — Phase de collecte des données

  • Entrevues des parties prenantes au Canada notamment en face à face, par téléphone et Skype – septembre 2013 (voir l'annexe 2, Liste des entrevues);
  • Revue documentaire (voir l'annexe 3, Liste des documents);
  • Mission sur le terrain en Afghanistan -  octobre-novembre 2013.

Novembre 2013 — Phase d'analyse des données et d'établissement des rapports

  • Présentation des conclusions préliminaires de la mission sur le terrain au personnel de l'ambassade à Kaboul, 7 nov. 2013;
  • Présentation des constatations et conclusions préliminaires au Comité consultatif d'évaluation à Ottawa, 12 décembre 2013;
  • Élaboration de la version préliminaire des rapports sectoriels et thématiques basée sur la triangulation des constatations; examen par la Division de l'évaluation du développement, décembre 2013-fév. 2014;
  • Version finale du rapport, y compris les commentaires sur les rapports sectoriels, mars 2014;
  • Version finale révisée du rapport à présenter au Comité d'évaluation en juin 2014.

Septembre 2014 — • Finalisation du rapport technique

A6.6 Approche de l'intégration des constatations sur l'évaluation du Projet de rétablissement du système d'irrigation de l'Arghandab (AIRP)

L'approche définie dans la conception de l'évaluation devait reposer en grande partie sur les constatations de l'évaluation du projet du barrage de Dahla/AIRP commandée par le Programme de l'Afghanistan. Toutefois, cette approche n'a pas pu être mise en œuvre pour les raisons brièvement évoquées dans le tableau A6.9 ci-dessus. Par conséquent, une autre approche a dû être élaborée.

Cette autre approche élaborée pour ce projet de premier plan se fonde sur la recherche documentaire effectuée pour l'évaluation sommative, conformément à la conception de l'évaluation principale, les constatations des entrevues au Canada et en Afghanistan, d'autres recherches documentaires et quelques constatations de l'évaluation du projet sur des enjeux clés avec suffisamment de preuves validées étaient disponibles en temps.

Cette approche concernant l'intégration des constatations sur le projet du barrage de Dahla/AIRP est comparable à l'approche adoptée pour les deux autres projets de premier plan; les constatations spécifiques de ces projets sont présentées dans le texte ou dans des encadrés spécifiques liés aux questions de l'évaluation et aux indicateurs définis dans les matrices d'évaluation. Seul le travail sur le terrain pour le barrage de Dahla n'était pas explicitement axé sur ce projet de premier plan, mais il n'a pas non plus été ignoré. Même s'il était prévu que tout au long de l'évaluation du projet, de l'information additionnelle soit disponible (plus que pour les autres projets de l'échantillon), ce ne fut pas le cas, mais la couverture du barrage de Dahla est comparable aux autres projets de l'échantillon de l'évaluation.

A6.7 Organisation de l'évaluation

Les rôles et responsabilités des principaux acteurs de l'évaluation sommative sont expliqués ci-dessous.

Division de l'évaluation du développement

La Division de l'évaluation du développement était ultimement responsable de la supervision de la conception, la mise en œuvre et la diffusion de l'évaluation. Cette division est l'autorité technique mentionnée dans le cadre de référence; elle assure la supervision, coordonne les processus de révision et approuve tous les livrables. Étant donné que la décision a été pris en juin 2014 d'utiliser le rapport final produit par Ecorys comme rapport technique, la Division de l'évaluation du développement était également responsable de la production du rapport synthèse final.

Consultant

Le Consultant était responsable de la conception détaillée de l'évaluation, du plan de travail, de la mise en œuvre de l'évaluation et de la préparation du rapport final conformément aux normes de qualité supérieure comme indiqué dans le cadre de référence.

Comité consultatif de l'évaluation

Le Comité consultatif de l'évaluation a agi en tant qu'organe consultatif fournissent une orientation et des recommandations à l'autorité technique. Ce Comité était présidé par le directeur général responsable de la gestion de la Division de l'évaluation du développement et était composé de participants au Programme de développement pour l'Afghanistan, de parties prenantes d'autres directions générales du MAECD et du ministère de la Défense nationale. Le Comité consultatif de l'évaluation a commenté tous les livrables.

Responsable de l'évaluation par les pairs

Un expert en évaluation indépendant a été mis à contribution afin d'assurer l'évaluation externe par les pairs et il était responsable de s'assurer la qualité tout au long du processus d'évaluation, y compris à formuler des commentaires sur tous les livrables.

Comité ministériel d'évaluation du développement

Le Comité ministériel du développement, composé d'une majorité de membres externes, est responsable du contrôle de la qualité des rapports d'évaluation. Ce rapport a été présenté comme rapport technique au Comité d'évaluation du développement, dont les membres ont fourni des commentaires, ensuite intégrés à la version finale du rapport. Le Comité sera également responsable du contrôle de la qualité du rapport de synthèse final et décidera de recommander, ou pas, son approbation par le Sous-ministre du Développement international.

Équipe de l'évaluation

La répartition des responsabilités au sein de l'équipe d'évaluation était la suivante :

Annexe 7 Liste des documents

En plus :

Annexe 8 Liste des personnes interrogées

A8.1 Représentants de ministères et du gouvernement en Afghanistan

M Qarizada, Sous-ministre, ministère des Finances

Ameen Habibi, Directeur général de la mise en œuvre des politiques stratégiques, ministère des Finances

Mustafa Aria, Directeur de la Division de la gestion de l'aide, ministère des Finances

Ghulam Mustafa Safi, Spécialiste de la coordination de l'aide, ministère des Finances

Abdul Raheem Daud « Rahimi », Gestionnaire du Programme national de développement axé sur les régions (PNDAR), ministère du Relèvement rural et du développement

Muneer Ahmad Barmak, Chef, Unité d'appui à la gestion du programme, PNDAR, ministère du Relèvement rural et du développement

Ghulam Rasoul W. Rasouli, Directeur des opérations, Programme de solidarité nationale (PSN), ministère du Relèvement rural et du développement

Jovitta Thomas, Conseillère en opérations, PSN, ministère du Relèvement rural et du développement

Mamoon Khawar, Gestionnaire des relations avec les donateurs, PSN, ministère du Relèvement rural et du développement

Noor Mohammed Arzoie, Chef de l'unité de coordination de l'aide, ministère de la Santé publique

Sadia Fayeq Ayubi, Directeur de la santé reproductive, ministère de la Santé publique

Tawab Hashemi, Spécialiste de la santé, ministère de la Santé publique

Yousufzai Khoshrav, Chef du suivi / Direction générale du suivi et de l'évaluation, ministère de la Santé publique

Jalili Ab Maruf, Chef de l'évaluation / Direction générale du suivi et de l'évaluation, ministère de la Santé publique

Mohammad Taufiq Mashal, Directeur général de la médecine préventive, ministère de la Santé publique

Shahla Rahmani, Agente de communication provinciale sur la poliomyélite, ministère de la Santé publique

Abdul Salam Rasooly, Gestionnaire EPI, Région de l'est, ministère de la Santé publique

Baz Mohammad Shirzad, Directeur de la santé, province de Nangahar, ministère de la Santé publique

Shukrullah Shakiv, Consultant en suivi et évaluation / Direction générale du suivi et de l'évaluation, ministère de la Santé publique

Musli Waheedullah, Agent du suivi et de l'évaluation / Fonds international / Direction générale du suivi et de l'évaluation, ministère de la Santé publique

Habibi Wahidullah, Chef du service de pédiatrie, hôpital régional de Nangahar

Kameen Wali, Agent du système d'information de veille sanitaire, province de Nangahar, ministère de la Santé publique

Sayed Ahmad, Agent provincial de liaison, Unité de CBE. Ministère de l'Éducation

Multan Alingari, Chef d'équipe, Unité de CBE, ministère de l'Éducation

Jalaudin Atayee, Gestionnaire de la recherche et l'évaluation, ministère de l'Éducation

Hamida Nizami, Directeur de l'éducation de base et secondaire, ministère de l'Éducation

Mohammad Rahman Rahimi, Conseiller technique, Unité de CBE, ministère de l'Éducation

Abdul Haq Rahmati, Directeur des Affaires universitaires, ministère de l'Éducation

Khalil ur Rahman Rahmani, Agent de liaison provincial, Unité de CBE, ministère de l'Éducation

Khowaja Mohammad Sediqi, Conseiller technique, Unité de CBE, ministère de l'Éducation

Razia Stanikzai, Gestionnaire supérieur, Formation préalable à l'affectation, ministère de l'Éducation

Arian Wassay, Directeur, ministère de l'Éducation

Susan Wardak, Conseillère supérieur en politiques et directrice générale de la formation des enseignants, ministère de l'Éducation

Saadatullah Zaheer, Conseiller technique, Unité de CBE, ministère de l'Éducation

Fareshta Akhgar, Mobilisateur communautaire, PAQE, ministère de l'Éducation

Amiri Basir, Directeur EMIS du PAQE, ministère de l'Éducation

Abdul Jabbar Hazim, Superviseur provincial des mobilisateurs sociaux, PAQE, ministère de l'Éducation

Seddiq Weera, Directeur du PAQE. Ministère de l'Éducation

Qaderi Salehi, Hérat, Directeur du PAQE, ministère de l'Éducation

Zia Ahmad Ahmadi, Gestionnaire de projets éducatifs CRS, Collège de formation des enseignants d'Hérat

Wahida Baburi, Agent de projets éducatifs CRS, Collège de formation des enseignants d'Hérat

Katy Cantrell, Chef du bureau, Collège de formation des enseignants d'Hérat

Haji Ghawsoddin, Project éducatif CRS, Coordinateur du district d'Injil, Collège de formation des enseignants d'Hérat

Gholam Hazrat Tanha, Directeur, Collège de formation des enseignants d'Hérat

Farida Hancuzai, Principal, École des filles de Dalai, Jalalabad

Mojgan Mustafavi, Sous-ministre, ministère de la Condition féminine

Mohamed Sediq Rashid, Centre de coordination de la lutte antimines des Nations Unies en Afghanistan (MACCA)

Aziz Ahmad Khaled, Directeur provincial de l'éducation à Kandahar

Dr Abdul Quyoom (Pokhla), Directeur provincial de la santé à Kandahar

Dr Qassam, Ancien membre du conseil provincial, Kandahar

M. Eshan Noorzai, Président du Conseil provincial de Kandahar

Mohammed Omar Satai, Chef du secrétariat commun du Comité pour la paix de Kandahar

Parwiz Najeeb, Chef du personnel, Bureau du gouverneur de Kandahar

Prof. Tooryalai Wesa, Governeur de Kandahar

Rafiullah Rawan et son personnel, Directeur de la CAIDP, bureau de Kandahar

Eng. Sher Mohammad, Directeur, Autorité du bassin versant de la rivière Arghandab

Abdul Sattar « Baryalai » et son personnel, Directeur, Organisation de reconstruction de Loy Kandahar (LKRO), Kandahar

Saidullah Saeed, Gestionnaire financier, Organisation d'aide sociale et humanitaire (SHAO), Kandahar

Muhammed Yaqub Sulliman, Gestionnaire régional, Bureau de MRRD/PNDAR de la région Sud, Kandahar

Ehsanullah Ehsan and staff, Directeur, Institut d'études modernes de l'organisation afghane de formation et de développement

A8.2 Partenaires du développement

Joji Tokeshi, Directeur pays, BAD

Mark Bailey, Conseiller – Développement, AusAid

Semin Qasmi, Gestionnaire principal du programme, AusAid

Andrew Leigh, Sous-chef de bureau, DFID

Olivier Rousse, DirecteurECHO Afghanistan

Rocco Busco, Anna Stege, Dr Habib, Délégation de l'UE, Chef d'équipe Agriculture et développement rural, conseillère politique et conseiller en santé

Katja Weigelt, Conseillère en développement, Ambassade d'Allemagne

Chiara Fonghini, Gestionnaire de programme, Bureau italien de coopération au développement, Kaboul

Azzurra Chiarini, Agent de l'égalité entre les sexes et les droits de la personne, Bureau italien de coopération au développement, Kaboul

Kenicho Masamaoto, Conseiller, Ambassade du Japon

Laetitia van Asch, Chef de la coopération au développement, Ambassade des Pays-Bas

Nasrin Hoseini, Gestionnaire de programme, Éducation et égalité entre les sexes (deuxième secrétaire), Ambassade de Suède

Dr. Ken Yamashita, Directeur de la coordination du programme, Ambassade des États-Unis

Sarah Wines, Sous-directrice de mission, USAID

Edward P. Heartney, Sous-directeur de la coordination pour le développement et les affaires économiques

Charles Swagman, Mark Michell et Allister Starr, Chef de USAID à Kandahar et son personnel

Charles V. Drilling, Directeur du Bureau de la croissance économique et de l'infrastructure, USAID

Michael Nehrbass, Sous-directeur, Bureau de la croissance économique et de l'infrastructure, USAID

Freeman Daniels, Agent de liaison de stabilisation, USAID

Mohammad Faiz, Chef d'équipe par intérim de la santé, USAID

Christopher Steel, Agent d'éducation et de développement des jeunes, Bureau du développement du secteur social, USAID

A8.3 Nations Unies

Aidan O'Leary, Chef du BCAH

Arnhild Spence, Sous-chef du BCAH

Cindy Issac, Coordinatrice de la région de Kaboul, BCAH en Afghanistan

Shoaib Timory, Directeur pays adjoint, Unité infranationale de la gouvernance et du développement, PNUD

Amiri Atiqullah, Agent de rapports, UNICEF

Khadija Bahram, Agent d'éducation, Programmes, UNICEF

Catherine Panji Chamdimba, Spécialiste en éducation (CFS), UNICEF

Carmen Garrigos, Chef de l'unité d'éradication de la poliomyélite, UNICEF

Zulfikur Ali Khan, Spécialiste du programme - Éducation GPE, UNICEF

Amina Mohammed, Chef du bureau local, UNICEF

Bo Shack, Représentant de l'UNHCR en Afghanistan

Abigail Hartley, Service de l'action antimines des Nations Unies

Pamela Hussain, ONU Femmes

Rik Peeperkorn, Représentant de l'OMS

Mohammad Akram Hussain, Chef du bureau de la région est, OMS

Arshad Quddus, Chef d'équipe du PEI en Afghanistan, OMS

Mehmet Akif Saatcioglu, Sous-chef d'équipe du PEI en Afghanistan, OMS

Djordje Vdovic, Coordinateur du programme P4P, PAM

Keiko Izushi, Chef des relations avec les donateurs, PAM

Marcus Prior, Administrateur général, PAM

Shafiq Yari, Agent de programme, PAM

Bob Saum, Directeur pays de la Banque mondiale

Ditte Fallesen, Dolly Aziz et Sara Azimi, Agent des opérations du FASRA et son personnel, Banque mondiale

A8.4 Organisations non gouvernementales

Rafiullah Rawan, Bureau de Kandahar, CAIDP

Sima Samar, Président de la CAIDP

Mohd Shafiq Nour, CAIDP, Chef de l'équipe des enquêtes spéciales, CAIDP

Qaiss Bawari, CAIDP, Agent de l'unité de suivi et des enquêtes, CAIDP

Erik Bentzen, Directeur, Éducation, AKF en Afghanistan

Farzana Bardal, Coordinateur national, Programme d'éducation, AKF en Afghanistan

Khoban Kochai, Coordinateur national, Programme de santé, AKF en Afghanistan

Mohammad Dauod Khuram, Gestionnaire nationale, Programme de santé, AKF en Afghanistan

Tanya Salewski, Gestionnaire de programme, AKF en Afghanistan

Hasina Safi, Directeur, Réseau des femmes afghanes

Palwasha Hassan, Fondateur, Réseau des femmes afghanes

Amanul Haque Chowdhury, Gestionnaire, Développement du programme, BRAC

Fatema, Gestionnaire provincial, BRAC

Golab, Gestionnaire provincial, BRAC

Gulbuddin, Agent de liaison provincial, BRAC

Mahbubul Kabir, Coordinateur de la recherche internationale de BRAC pour les pays asiatiques, agrégé supérieur de recherche, Division de la recherche et de l'évaluation

Abdul Qdaer, Gestionnaire de projet, BRAC

Abdul Quyyum, Gestionnaire de programme, BRAC

Rana, Masud, Directeur provincial, BRAC

Suraiya, Gestionnaire de district, BRAC

Richard Paterson, Directeur des programmes internationaux, Care Canada

Alain Lapierre, Ancien coordinateur de l'aide humanitaire, Care Canada

Jessie Thomson, Coordinatrice de l'aide humanitaire, Care Canada

Karen Moore, Directrice par intérim, Care Afghanistan

Abdul Ghafoor Latifi, Coordinateur de l'aide d'urgence, Care Afghanistan

Delawaiz Sayeda, Coordinateur du programme, Aide humanitaire aux femmes en Afghanistan, Care Afghanistan

Frozan Hahmana, Agent principal du suivi et de l'évaluation, Care Afghanistan

Khawani Rashed, Coordinateur du programme, Programme d'aide humanitaire en milieu rural (HRAP), Care Afghanistan

Haqmal Munib, Chef de service, HRAP, Care Afghanistan

Drew Gilmour (par Skype), Development Works Inc.

Modaser Islami, Coordinateur technique, Conseil de développement des ressources humaines

Wakil Ahmad Naji, Gestionnaire d'éducation provincial d'Hérat, Comité international de secours

Nirali Mehta, BEACON - Directeur du programme, Comité international de secours

Bahram Barzin, Directeur des opérations et administratif délégué par intérim, Mécanisme de microfinancement et de soutien en Afghanistan (MISFA)

Shoshana Clark Stewart, Administratrice générale, Turquoise Mountain

Abdul Wali, Directeur de la communication et des rapports, Turquoise Mountain

Wazhma Frough, Institut de recherche sur la paix et la sécurité

A8.5 Siège du développement de l'ACDI/MAECD, Gatineau/ Ottawa

Adrian Walraven, Groupe de travail de l'ACDI en Afghanistan, basé à Kaboul, Kandahar et Ottawa

Andrew Scyner, Ancien conseiller du KAF (Kandahar)

Anne Lavender, ACDI, Kandahar 2010-2011

Bernard Etzinger, Groupe de travail de l'ACDI en Afghanistan, DG responsable des communications

Cheryl Urban, Groupe de travail de l'ACDI en Afghanistan 2010-2011

Christie Skladany, Chef du personnel du Programme de l'ACDI pour l'Afghanistan 2011-2013

David Metcalfe, Directeur des opérations à Kandahar; Directeur principal, Afghanistan, Direction générale des programmes géographiques

Francoise Ducros, Vice-présidente du Groupe de travail en Afghanistan

Heather Cruden, Chef de l'aide de l'ACDI à Kaboul, 2009-2011

Tracie Henriksen, Conseillère en éducation, Ottawa

Ingrid Knutson, Chef de l'aide de l'ACDI à Kaboul

James Melanson, Directeur du développement, ACDI, Kandahar (2007-2010) et DG du Programme de l'ACDI pour l'Afghanistan 2010-2011

Jean-Frédéric Beauchesne, Conseiller principal en croissance économique, ACDI, Kandahar 2008-2010, Conseiller principal en transition, Groupe de travail de l'ACDI en Afghanistan 2010-2011

John de Boer, Chef sectoriel – Gouvernance, , Groupe de travail de l'ACDI en Afghanistan 2007-2011

Jonh Summerbell, Groupe de travail de l'ACDI en Afghanistan, analyste principal

Lara Romaniuc, Ancienne conseillère de programme, Aide humanitaire (siège)

Lawrence Peck, Chef d'équipe, Groupe de travail et Programme de l'ACDI en Afghanistan

Lucas Robinson, ACDI, Kandahar

Maliha Dost, Ancienne conseillère de programme, Aide humanitaire (siège)

Margaret Biggs, Présidente de l'ACDI (2008-2013)

Michael Collins, Groupe de travail de l'ACDI en Afghanistan, Directeur des services de gestion 2007-2012

Michael Koros, Spécialiste des États fragiles, ACDI

Mojaddedi, Abdullah, Conseiller en éducation, Ottawa

Moreno Padilla, Spécialiste principal en environnement, ACDI

Nipa Banerjee, Chef de l'aide de l'ACDI à Kaboul 2003-2006

Nicolas Lacroix, Programme de l'Afghanistan

Robert Greenhill, Président de l'ACDI (2005-2008)

Sam Millar, Directeur des politiques, groupe de travail sur l'Afghanistan

Stephen Salewicz, Directeur, Aide humanitaire internationale

Stephen Wallace, Vice-président du groupe de travail sur l'Afghanistan, vice-président des politiques

Sudeep Bhattarai, Spécialiste principal en santé

Vincent Raiche, Agent de gouvernance, Programme de l'ACDI pour l'Inde, le Sri Lanka et l'Afghanistan 2004-2006, groupe de travail de l'ACDI sur l'Afghanistan 2007-2010 (siège)

Viola Cassis, Ancienne conseillère de programme, Aide humanitaire (siège)

Zoe Kahn, ACDI, Kandahar

A8.6 Ambassade du Canada à Kaboul et ERP de Kandahar

Abdullah Mojaheddi, Agent en gouvernance au siège du Groupe de travail de l'ACDI en Afghanistan, 2006

Alia Mirza, Point de contact sur l'égalité entre les sexes, Groupe de travail de l'ACDI en Afghanistan au siège et à Kaboul

Geneviève Bussière, Premier secrétaire (Santé)

Catherine Coleman, Agent en gouvernance de l'ACDI, Kaboul 2011-2013

Laurie Clifford, Spécialiste en l'égalité entre les sexes (consultante), Groupe de travail de l'ACDI en Afghanistan au siège et à Kaboul 2004-2006 et 2011

Caroline Delaney, Agent en gouvernance de l'ACDI, Kaboul 2007-2009

Claude Desilets, Administrateur général de la coopération

Nasir Ebrahimkhail, Agent principal du développement (Santé)

Genevieve Gasser, Agente en gouvernance au siège du Groupe de travail de l'ACDI en Afghanistan 2007-2008; 2011

Mohammad Iqbal Halimi, Agent en éducation. Kaboul

Jennifer Heys, Administratrice générale de l'aide

Geeta Khosla, Premier secrétaire de la santé (2008-2009) à l'ambassade du Canada à Kaboul

Deborah Lyons, Ambassadrice du Canada, 2013-

Jennifer Miles, Spécialiste en l'égalité entre les sexes, Groupe de travail de l'ACDI en Afghanistan au siège et à Kaboul 2009-2011

Crystal Procyshen, Chef de la coopération

Provencher, Marie-France, Ancienne employée du secteur de la santé, Programme de l'Afghanistan / Ambassade (2009-2012)

Alison Riddle, Ancienne Premier secrétaire de la santé à l'ambassade du Canada à Kaboul (2010-11)

Jeea Saraswati (entrevue téléphonique), Spécialiste en l'égalité entre les sexes, Groupe de travail de l'ACDI en Afghanistan 2007-2008 au siège

Pamela Scholey, Spécialiste en l'égalité entre les sexes de l'ACDI impliquée en Afghanistan 2004-2005; 2007-2008 et 2011

Taslim Madhani, Premier secrétaire, Ambassade du Canada (Développement)

Suzanne Quinn, Agente en gouvernance, siège de l'ACDI et Kaboul 2008-2011

Sue Wiebe, Agente principale en éducation, Kaboul

Ben Rowswell, Administrateur générale de la mission à Kabul, ROCK à Kandahar

Elissa Golberg, Directrice exécutive du groupe Manley, ROCK 2008-2009, DG du GTSR

Ron Hoffman, Ambassadeur à Kaboul et administrateur général de la mission à Kaboul

Shelley Whiting, Administratrice générale de la mission à Kaboul, ambassadrice adjointe, Kaboul

A8.6 MDN et FC

Bernd Horn, Consultant en sécurité et en défense

Dr Howard Coombs, Conseiller spécial du commandant

A8.7 BCP

David Mulroney, BCP et secrétaire du rapport Manley

Fayaz Manji, BCP

A8.8 Unité d'appui au programme canadien - Kaboul Note de bas de page 98

Directeur
Conseiller en éducation
Conseiller en santé
Conseiller en aide humanitaire
Conseiller en égalité entre les sexes
Agent de développement en gouvernance et en des droits de la personne
Contrôleur sur le terrain
Gestionnaire des opérations
Coordinateur de mission

A8.9 Autres

Graeme Smith, Journaliste et auteur

Janice Gross Stein, Université de Toronto

A8.10 Groupes de discussion

Bénéficiaires du projet d'aide humanitaire Les veuves de Kaboul, Douze veuves de Kaboul

Bénéficiaires du Fonds de soutien ponctuel pour l'avancement des femmes

.

Annexe 9 Analyse complémentaire des politiques et des portefeuilles

A 9.1 Cadres stratégiques

L'ACDI a élaboré les stratégies suivantes et les Cadres de gestion et de responsabilisation axés sur les résultats (CGRR) du Programme de l'Afghanistan dans lesquels ont été définis les objectifs, les choix sectoriels, les mécanismes de livraison de l'aide et les cibles spécifiques :

Une nouvelle stratégie du Programme de l'Afghanistan en 2014-2017 a été préparée début 2014.

À travers et dans les phases indiquées, les priorités du Programme de développement de l'Afghanistan ont changé. Ceci est illustré dans le tableau A 9.1, qui montre que les étiquettes des priorités sectorielles ont changé, plusieurs des sous-thèmes abordés sont restés identiques.

Tableau A9.1 Secteurs prioritaires du Programme de l'Afghanistan selon les documents stratégiques et modèles de logique
2003-2005Note de bas de page 992006 - 2007Note de bas de page 1002007-2008Note de bas de page 1012008-2011Note de bas de page 1022011 – 2014Note de bas de page 103
Sécurité et primauté du droitDéveloppement démocratique et gouvernement efficace
Renforcement des capacités et consolidation des institutions
Stabilisation à Kandahar
Gouvernance
Primauté du droit
Institutions et processus démocratiques
Réforme de l'administration publique
Droits de la personne
Gouvernance
(Institutions nationales et développement démocratique)
Institutions publiques
Processus électoraux
Droits de la personne
en particulier les droits des femmes
Gestion des ressources naturelles
Développement communautaire Note de bas de page 104
Améliorer le rôle des femmes et des filles dans la société
Éducation des femmes et des filles Micro-prêts
Construction d'institutions de défense des droits des femmes
Développement social et économique
Égalité entre les sexes
Développement du secteur privé Infrastructure communautaire
Gouvernance économique
Ressources naturelles
Services essentiels
Croissance économique
Infrastructure communautaire
 
Modes de subsistance en milieu rural et protection sociale
Accès amélioré aux services sociaux
Modes de subsistance durables en milieu ruralNote de bas de page 105
Soutien à l'agriculture, l'élevage et l'horticulture
Micro-prêts
Développement social et économique

Accès à la santé
Accès à l'éducation
Services essentiels
Accès à l'éducation
Accès aux services de santéNote de bas de page 106
Initiative pour l'éradication de la poliomyélite
Éducation de base et santé des mères, des nouveau-nés et des enfants Note de bas de page 107
Sécurité Sécurité humaine et physique (action antimines/éducation aux risques des mines, réinstallation)Aide humanitaire Aide et préparation aux situations d'urgence
Action antimines
Aide humanitaire

*Remarque : Les catégories sectorielles au fil du temps ne sont pas toujours entièrement comparables. L'inclusion dans les mêmes lignes indique au moins des similitudes partielles dans les domaines thématiques respectifs de la programmation. Il y a un manque d'information sur la période allant de 2003 à 2005 sur le bien-fondé et le mode d'exécution de projets spécifiques de cette période par rapport aux secteurs prioritaires indiqués.

Ce tableau des priorités de l'ACDI, en combinaison avec l'analyse du portefeuille, indique clairement ce qui suit :

Ces observations illustrent que la plupart des secteurs indiqués constituent des concepts très larges qui captent une multitude de sous-thèmes assez divers. En outre, les documents stratégiques offrent très peu d'information sur les critères ou les processus de sélection et de définition des (sous-)priorités sectorielles ou thématiques associées, ni sur la façon dont ces priorités étaient utilisées pour éclairer les décisions sur des projets/investissements spécifiques ou sur des stratégies de sortie de secteur. Les documents font référence à l'alignement aux priorités du gouvernement afghan et à l'avantage comparatif perçu du Canada dans les secteurs prioritaires.

A 9.2 Analyse du portefeuille

La source de l'information relative au portefeuille est la direction générale des statistiques de le DPF MAECD; l'ensemble de données a été généré à partir du système le 18 avril 2013. L'information relative à l'exercice 2012-2013 est préliminaire. Tous les calculs effectués par l'équipe d'évaluation sont basés sur l'information contenue dans l'ensemble de données répertoriant les 310 initiatives du portefeuille du Programme de l'Afghanistan. Les chiffres excluent l'appui institutionnel à long terme imputé aux organisations multilatérales.

Pendant le processus d'analyse des données, une série de corrections mineures a été apportée par rapport à la codification et aux définitions utilisées dans l'ensemble de données. Avec chaque révision, les modifications apportées dans l'ensemble de données ont été dument notées dans un onglet spécial « Modifications ». Par exemple, le Programme d'initiatives locales à Kandahar a d'abord été classé comme développement du secteur privé par rapport au principal secteur prioritaire. Il a été reclassé sous Multisecteur. L'ensemble de données répertoriait également trois initiatives du PNDAR, dont l'une a été mise en œuvre par l'Association internationale des avocats de la défense. Le titre de ce projet de 3,1 millions de dollars a été modifié en Nationalisation des services d'aide juridique, après vérification des codes de projet dans la base de données de l'ACDI. D'autres modifications apportées par l'équipe d'évaluation concernent la classification des mécanismes de livraison de l'aide et la priorité accordée à Kandahar pour les projets. Aucune modification n'a été apportée concernant la codification sexospécifique utilisée par l'ACDI. 

Quant aux données relatives aux déboursés, il faut faire en sorte que les données soient relatives aux paiements effectués au cours d'un exercice donné. La majorité des projets ou des initiatives font l'objet de paiements sur plusieurs années. En tenant compte de l'ampleur de l'évaluation (9 exercices financiers au total) et du grand nombre de secteurs (7), les tendances des déboursés par secteur donnent une bonne indication générale des changements de priorités conformément aux changements d'orientation stratégique du Programme. 

Figure A9.1 Déboursés annuels du Programme de l'Afghanistan, exercice financier 2004-2005 à 2012-2013 Note de bas de page 108

Figure A9.1 Texte alternatif
Déboursés annuels du Programme de l'Afghanistan, exercice financier 2004-2005 à 2012-2013
Row Labelsprojets #Project total budgetProject total disbursement (2)Déboursés totaux du 2004/2005 à 2012/2013 en Afghanistan
Geographic Program Branch211$1,622.35 M$1,487.11 M$1,476.77 M
Multilateral and Global Programs Branch30$232.73 M$232.29 M$60.76 M
Partnership with Canadians64$228.66 M$138.17 M$8.69 M
Strategic Policy and Performance5$0.37 M$0.25 M$0.05 M
Grand Total310$2,084.10 M$1,857.82 M$1,546.26 M

Les dix projets aux déboursés les plus importants sont les suivants :

Tableau A9.2 Les dix projets les plus importants : Programme de l'Afghanistan, 2004/2005 à 2012/2013, en millions de dollars
Secteur prioritaireNom du projetNbre d'initiativesAgence d'exécutionPériodeTotal des déboursés
Autres/diversVolet des coûts récurrents5Banque mondiale – FASRA2004-2013203
Gouvernance démocratique*Programme de solidarité nationale (PSN)3Banque mondiale – FASRA2004 - 2010148
Paix et sécuritéProgramme antimines pour l'Afghanistan4UNMAS2004-2012100
Croissance économiqueMécanisme de microfinancement et de soutien en Afghanistan (MISFA)3Banque mondiale – FASRA2004 - 201095
ÉducationProgramme d'amélioration de la qualité de l'éducation (PAQE) Note de bas de page 1091Banque mondiale – FASRA2007 à aujourd'hui92
Aide humanitaireAppels du PAM6Programme alimentaire mondialplusieurs années85
SantéInitiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite4OMS et UNICEF2006 à aujourd'hui93
Croissance économiqueProjet de rétablissement du système d'irrigation l'Arghandab/barrage de Dahla3SNC Lavalin International/CADG2008 - 201247
GouvernanceNote de bas de page 110 démocratiqueProgramme national de développement axé sur les régions (PNDAR)3PNUD2004 - 201141
ÉducationProgramme de soutien à l'éducation des filles (PSEF) Note de bas de page 1112BRAC et AKF2006-201326

La plupart de ces projets sont mis en œuvre par l'entremise des Nations Unies ou du FASRA, à l'exception du projet de premier plan du barrage de Dahla, mis en œuvre par le secteur privé, et du Programme de soutien à l'éducation des filles, mis en œuvre par des ONG. Il n'est donc pas surprenant que les institutions financières internationales et les agences des Nations Unies soient les deux modes d'acheminement de l'aide les plus importants, chacun représentant 38 % du total des déboursés. Les institutions financières internationales englobent l'ensemble de l'aide financière du FASRA, par l'intermédiaire de la Banque mondiale.

A9.3 Mécanismes de livraison de l'aide

La figure A9.2 présente les principaux mécanismes de livraison de l'aide utilisés par le Programme de l'Afghanistan pendant toute la période d'évaluation.

Figure A9.2 Total des déboursés par type d'agence d'exécution, 2004-2005 à 2012-13

Figure A9.2 Texte alternatif
  • Institutions Financière Internationales - 38%
  • Nations Unies - 38 %
  • Société civile - 15 %
  • Secteur privé- 6 %
  • Autre - 3 %

Si l'on analyse les mécanismes de livraison sur la période d'évaluation, un schéma clair apparaît, tel qu'illustré dans la figure A7.3. En 2004-2005 et 2007-2008, plus de 90 % du total des déboursés sont passés par la Banque mondiale/FASRA (et une toute petite partie à d'autres institutions financières internationales) ou par les Nations Unies, et la part du secteur privé et des partenaires de la société civile était minime (voir également l'annexe 5 pour en savoir plus sur le mécanisme de livraison de l'aide et par année en %). Ceci a radicalement changé à partir de 2008-2009, lorsque la société civile et le secteur privé sont devenus des partenaires plus importants. Cependant, la part de financement privé a diminué à nouveau à partir de 2011-2012, ce qui s'explique par la transition opérée par le Canada et son détachement vis-à-vis du secteur de la croissance économique. En 2012-2013, la société civile est pour la première fois devenue le mécanisme de livraison d'aide le plus important, avec 37 % des déboursés totaux.Note de bas de page 112

Figure A9.3 Mécanismes de livraison de l'aide par type d'agences d'exécution, de 2004-2005 à 2012-2013, par année

Appendix 5 - Texte alternatif
(en millions des dollars)
Type d'agences d'exécution2004/052005/062006/072007/082008/092009/102010/112011/122012/13Déboursés totaux du 2004/2005 à 2012/2013
Société civile3,899,869,6517,7036,1339,5250,1829,4835,32231,73
Secteur privé0,190,080,212,6713,0017,9837,4611,781,1384,50
Nations Unies50,3436,6549,7073,50123,74116,5580,5242,1018,63591,74
Institutions Financière Internationales45,0052,00117,30183,3043,8745,7034,8132,0034,50588,49
Autre3,942,491,993,227,0010,3312,513,305,0149,81
Grand Total103,36101,09178,86280,39223,75230,08215,48118,6694,591,546,26

Les figures suivantes présentent une répartition détaillée des déboursés en fonction des mécanismes de livraison de l'aide :

Figure A9.4 Mécanismes de livraison de l'aide par type d'agence d'exécution, de 2004-2005 à 20112-2013, par année, en %

Figure 9,4 Texte alternatif
(par année en  %)
Type d'agences d'exécution2004/052005/062006/072007/082008/092009/102010/112011/122012/13Déboursés totaux du 2004/05 à 2012/13
Société civile3,76 %9,76 %5,40 %6,31 %16,15 %17,18 %23,29 %24,84 %37,34 %14,99 %
Secteur privé0,18 %0,08 %0,12 %0,95 %5,81 %7,82 %17,38 %9,93 %1,19 %5,46 %
Nations Unies48,70 %36,26 %27,79 %26,21 %55,30 %50,66 %37,37 %35,48 %19,70 %38,27 %
Institutions Financière Internationales43,54 %51,44 %65,58 %65,37 %19,61 %19,86 %16,16 %26,97 %36,48 %38,06 %
Autre3,82 %2,46 %1,11 %1,15 %3,13 %4,49 %5,80 %2,78 %5,30 %3,22 %
Grand Total100,00 %100,00 %100,00 %100,00 %100,00 %100,00 %100,00 %100,00 %100,00 %100,00 %

Figure A9.5 Comparaison des déboursés entre l'ONU et les institutions financières internationales, par année en %

Figure 9.5 Texte alternatif
(par année en %)
Type d'agences d'exécution2004/052005/062006/072007/082008/092009/102010/112011/122012/13Déboursés totaux du 2004/05 à 2012/13
Nations Unies52,80%41,34%29,76%28,62%73,82%71,84%69,82%56,81%35,06%50,14%
Institutions Financière Internationales47,20%58,66%70,24%71,38%26,18%28,16%30,18%43,19%64,94%49,86%
Grand Total100,00%100,00%100,00%100,00%100,00%100,00%100,00%100,00%100,00%100,00%

Figure A9.6 Déboursés par agence de l'ONU, par année en %

Figure 9.6 Texte alternatif
(par année en  %)
Déboursés par agence de l'ONU2004/052005/062006/072007/082008/092009/102010/112011/122012/13Déboursés totaux du 2004/05 à 2012/13
PNUD - Programme des Nations Unies pour le développement27,54 %31,65 %16,98 %17,00 %27,04 %12,63 %21,78 %5,00 %0,00 %159,61 %
ONU-HABITAT - Programme des Nations unies pour les établissements humains0,00 %0,00 %3,48 %3,02 %0,00 %19,70 %0,70 %0,00 %0,00 %26,90 %
HCR - Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés5,00 %0,00 %0,00 %5,80 %5,00 %3,00 %2,95 %0,00 %0,00 %21,75 %
UNICEF0,00 %0,00 %5,35 %5,13 %9,95 %6,30 %18,26 %10,00 %2,01 %57,00 %
SLAM - Service de la lutte antimines de l’ONU10,00 %5,00 %7,00 %21,80 %26,00 %10,00 %17,00 %3,10 %0,00 %99,90 %
PAM - Programme alimentaire mondial5,00 %0,00 %11,90 %16,80 %26,20 %37,35 %15,00 %13,00 %7,52 %132,77 %
OMS - Organisation mondiale de la santé1,00 %0,00 %5,00 %3,95 %29,56 %26,78 %3,54 %11,00 %7,10 %87,92 %
UN - Autres organisations1,80 %0,00 %0,00 %0,00 %0,00 %0,80 %1,28 %0,00 %2,00 %5,89 %
Grand Total50,34 %36,65 %49,70 %73,50 %123,74 %116,55 %80,52 %42,10 %18,63 %591,74 %

A9.4 Secteurs prioritaires

Les figures suivantes indiquent la division des principaux codes sectoriels du CAD par secteur prioritaire principal :

Figure A9.7 Gouvernance démocratique selon les codes sectoriels du CAD

Figure A9.7 Texte alternatif
  • Décentralisation et appui au gouvernement infranational - 20 %
  • Participation démocratique et société civile - 28 %
  • Élections - 15 %
  • Droits humains - 8 %
  • Politique du secteur public et gestion administrative - 24 %
  • Autres - 5 %

Figure A9.8 Croissance économique selon les codes sectoriels du CAD

Figure A9.8 Texte alternatif
  • Resources d'eau agricole - 17 %
  • Participation démocratique et société civile - 9 %
  • Production des cultures vivrières - 7 %
  • Intermediares informels/semi-formels financières - 30 %
  • Non défini - 6 %
  • Transport routier - 12 %
  • Autres - 19 %

Figure A9.9 Éducation selon les codes sectoriels du CAD

Figure A9.9 Texte alternatif
  • Multiple domaines - éducation - 64%
  • Éducation primaire - 20%
  • Établissements scolaires et formation - 5%
  • Autres - 11%

Figure A9.10 Santé selon les codes sectoriels du CAD

Figure A9.10 Texte alternatif
  • Contrôle des maladies infectieuses - 59%
  • Politique de santé et gastion administrative - 12%
  • Contrôle de la tuberculose - 11%
  • Infrastructure de santé de base - 6%
  • Soins de santé reproductive - 6%
  • Autres - 6%

Figure A9.11 Aide d'urgence selon les codes sectoriels du CAD

Figure A9.11 Texte alternatif
  • Vivres d'urgence - 57%
  • Assistance d'urgence matérielle et services - 15%
  • Coordination de l'aide; protection et services d'appui - 8%
  • Non défini - 6%
  • Autres - 14%

Figure A9.12 Paix et sécurité selon les codes sectoriels du CAD

Figure A9.12 Texte alternatif
  • Déminage et restes explosifs de guerre - 82%
  • Participation dans les opérations de maintein de la paix - 12%
  • Autres - 6%

A9.5 Codification sexospécifique

Un aperçu de la codification sexospécifique du portefeuille du Programme de l'Afghanistan offre une première indication de la mesure dans laquelle l'égalité entre les sexes était prise en compte dans la programmation. La codification indique si un projet a été conçu selon une analyse sexospécifique et si les résultats en matière d'égalité entre les sexes ont toujours été inclus dans la logique d'intervention.Note de bas de page 113

Figure A9.13 Codification sexospécifique, Programme de l'Afghanistan entre 2004-2005 et 2012-2013

Figure A9.13 Texte alternatif
  • Aucun resultat en égalité entre les sexes - 56%
  • Initiative "intégrée" en égalité entre les sexes - 35%
  • Résultats limités en égalité entre les sexes - 6%
  • Initiative "spécifique" en égalité entre les sexes - 3%

Annexe 10 Déboursés des donateurs pour l'Afghanistan entre 2002 et 2011 (en millions de dollars américains), à l'exception des multilatéraux et des États-Unis

Source : République islamique d'Afghanistan, ministère des Finances, Rapport de la coopération au développement 2010 et 2011.

Annexe 11 Réponse de la direction

Résumé des commentaires sur l'évaluation sommative du Programme canadien de développement de l'Afghanistan (exercices financiers 2004-2005 à 2012-2013)

  1. La présente évaluation sommative constitue un jalon stratégique pour le Programme de développement de l'Afghanistan. Le Programme reconnaît l'importance de cet exercice d'évaluation pour le Canada, les partenaires de développement, le gouvernement de l'Afghanistan et la communauté internationale. Les constatations de l'évaluation donnent l'occasion de partager les leçons apprises avec la communauté internationale de donateurs, tout en s'adaptant aux nouvelles réalités en Afghanistan dans les années à venir, qui marquent le début de la décennie de transformation (2015-2024) proclamée par l'Afghanistan.
  2. Le Programme reconnaît la complexité et l'ampleur de cet exercice d'évaluation qui s'étend sur neuf exercices financiers, ainsi que l'excellent travail de l'équipe d'évaluation. Le Programme de développement de l'Afghanistan accepte les conclusions du rapport et reconnaît que, pendant la période de l'évaluation, le contexte de planification et de mise en œuvre d'un programme d'aide au développement en Afghanistan au sein d'une mission militaire internationale était extrêmement complexe et précaire. Même si l'ACDI possédait une expertise limitée dans ce contexte, au fil du temps, le Programme a développé des compétences et des approches novatrices pour mieux appuyer les efforts afghans et internationaux visant à établir les conditions qui permettront de produire un développement durable.
  3. L'évaluation affirme que le Canada est reconnu comme un des principaux partenaires de développement de l'Afghanistan et qu'il a participé de manière efficace comme membre de la communauté internationale à des dialogues sur les politiques avec le gouvernement afghan, et que le Programme a donné des résultats à court et à long terme qui ont contribué à améliorer la vie des Afghans de façon tangible.
  4. L'évaluation présente les domaines où le Programme devrait mettre l'accent sur l'égalité des sexes et les droits de la personne, et qui favorisent des synergies entre les secteurs et au sein de ces derniers, tout en continuant à renforcer le dialogue sur les politiques, les efforts de planification et de programmation avec  un leadership et un appui solides au gouvernement pour atteindre des objectifs concrets.
  5. L'évaluation aide également à éclairer la prochaine phase du Programme de de l'Afghanistan dans les années à venir. Par l'entremise de cet exercice, le Programme s'est inspiré de constatations, de leçons apprises et de recommandations clés qui aideront à façonner la Stratégie du Programme de développement de l'Afghanistan au cours de la période 2014 à 2019.
  6. Le Canada s'est engagé à verser 227 M$ à l'Afghanistan entre 2014 et 2017 pour financer des domaines où le Programme a fait preuve de leadership et acquis de l'expérience, et où il y a de fortes raisons de continuer à fournir une aide au développement et à obtenir des résultats, notamment en éducation, en santé, en renforcement des capacités de réduction des risques de catastrophe et en avancement des droits et en autonomisation des femmes et des filles.

Recommandation 1

Établir un mécanisme institutionnel pour capturer les leçons provenant de la mise en œuvre qui tire des leçons de l'implémentation de l'approche pangouvernementale en Afghanistan et ailleurs en vue de mieux renseigner l'engagement canadien futur dans les États fragiles.

Engagements et mesures

Partiellement d'accord :  

Le Ministère convient qu'il est important de s'assurer que les leçons apprises dans un contexte difficile soient comprises et appliquées de manière appropriée dans d'autres situations. Au lieu d'établir un mécanisme institutionnel autonome axé sur les leçons apprises en Afghanistan, le Ministère préfère utiliser des mécanismes établis pour atteindre cet objectif, y compris des comités de gouvernance ministériels pertinents tels que le comité de programme, les missions sur le terrain (qui disposent d'un personnel engagé à l'échelon local et possédant des connaissances poussées) et les bureaux ministériels clés. En ce qui concerne les politiques relatives aux États fragiles, le Bureau du Groupe de travail sur la stabilisation et la reconstruction est le centre de liaison du Ministère; il fait partie du rôle continu de ce dernier et facilite le dialogue sur les politiques relatives aux États fragiles et applique les leçons apprises aux engagements futurs dans les situations qui exigent une intervention extraordinaire de la part du Canada. L'ADM, Sécurité internationale et affaires politiques, joue également un rôle spécifique dans la coordination des réponses intégrées de tout le MAECD et du gouvernement aux crises majeures en ayant recours, selon le cas, à des interventions stratégiques et de programmation touchant la sécurité, la défense, le développement et la diplomatie et en mettant à profit les leçons apprises.

Responsable - SMA IFM

Date d'achèvement - s. o.

Recommandation 2

Élaborer une vision pour l'engagement ultérieur du Canada en Afghanistan, en prenant en compte les leçons tirées de la mise en œuvre de l'approche pangouvernementale.

Engagements et mesures

Le Programme de développement de l'Afghanistan est d'accord avec cette recommandation. 

Bien que le Programme soit certainement d'accord avec l'approche pangouvernementale, la présence du gouvernement du Canada en Afghanistan a été réduite à quelques ministères – y compris le fusionnement de l'Agence canadienne de développement et du ministère des Affaires étrangères et du Commerce.

Le Programme élaborera une Stratégie de développement bilatérale (2014-2019) pour l'Afghanistan en consultation avec les partenaires et autres ministères gouvernementaux pertinents. Cette stratégie tiendra compte des facteurs suivants :

Responsable - SMA Asie-Pacifique

Date d'achèvement - La stratégie de développement bilatérale du Programme (2014-2019) est approuvée par le ministre en 2015.

La vision du Canada pour son engagement en Afghanistan (2014-2019) est présentée au ministère des Finances de l'Afghanistan par le biais du dialogue annuel  sur la coordination du développement en septembre 2015.

Recommandation 3 : Gouvernance

La nature transversale de la gouvernance devrait être optimisée dans le Programme de l'Afghanistan, y compris le renforcement des liens entre le dialogue politique et le dialogue sur les politiques de développement avec les partenaires du gouvernement afghan. Les décisions de programmation sur le type d'aide à apporter – aide budgétaire par opposition à extrabudgétaire – doivent se fonder sur des objectifs clairs et être directement liés au dialogue politique et sur les politiques en cours.

Engagements et mesures

Le Programme de développement de l'Afghanistan est d'accord avec cette recommandation.

Le Programme prendra les mesures suivantes :

Responsable - SMA Asie-Pacifique

Date d'achèvement - Le Programme participera à la mise en œuvre du cadre de responsabilité mutuelle sur une base continue, tel que déterminé par le gouvernement de l'Afghanistan et en coordination avec d'autres partenaires internationaux, en tant qu'interlocuteur du MAECD auprès du gouvernement de l'Afghanistan.

La boîte à outils sur le dialogue sur les politiques sera élaborée en avril 2015.

Chaque année, le Programme appliquera l'approche approuvée pour les mesures incitatives et, dans la mesure du possible, assurera son harmonisation avec les autres donateurs internationaux.

Le Programme participera de façon continue aux dialogues continus sur la coopération en matière de développement avec le gouvernement de l'Afghanistan (Ministère des Finances).

Recommandation 4

Continuer de donner la priorité à l'intégration des questions de l'égalité entre les sexes tout en l'adaptant pour s'assurer, dans la mesure du possible, d'une meilleure réceptivité aux valeurs et aux principes socioculturels.

Engagements et mesures

Le Programme de développement de l'Afghanistan est d'accord avec cette recommandation.

Bien que le Programme convienne volontiers de continuer à mettre l'accent sur l'intégration des questions liées à l'égalité des sexes, il faut reconnaître qu'en Afghanistan, la participation des femmes aux sphères économique, sociale et politique de la société n'est encore acceptée que de façon limitée, ce qui constitue un obstacle à l'intégration efficace des questions liées au sexe.

Dans le cadre de l'élaboration de la Stratégie de développement bilatérale  (2014-2019), le Programme utilisera l'égalité des sexes – avec une emphase sur les droits et l'autonomisation des femmes et des filles – comme facteur d'intégration dans tous les domaines d'intervention liés à l'aide au développement du Programme. Cela supposera aussi d'élaborer un modèle logique sectoriel qui énonce nos engagements quant aux résultats des initiatives qui appuient les droits et l'autonomisation des femmes et des filles.

De concert avec les autres partenaires, le Programme explorera des approches innovatrices pour adapter l'objectif de l'égalité des sexes à la réalité culturelle de l'Afghanistan, y compris l'importance d'amener les hommes, les garçons, les femmes, les filles, les chefs religieux et les autorités sociales à participer. Les nouvelles approches seront fondées sur une analyse détaillée de l'égalité des sexes afin de comprendre la dynamique des sexes, d'élaborer des initiatives pertinentes et de réduire les risques connexes.

Une formation sur l'égalité des sexes sera offerte de façon régulière au personnel du siège social et à Kaboul afin d'augmenter les composantes d'égalité des sexes du Programme.

Responsable - SMA Asie-Pacifique

Date d'achèvement - La stratégie de développement bilatérale (2014-2019) est approuvée par le ministre en 2015.

La version finale de la stratégie sectorielle sur les droits et l'autonomisation des femmes et des filles du Programme (2014-2019) sera approuvée par le directeur principal du Programme en septembre 2015.

La version finale du modèle logique sectoriel sur les droits et l'autonomisation des femmes et des filles du Programme (2014-2019) sera approuvée par le directeur principal du Programme en septembre 2015.

Une formation annuelle sur l'égalité des sexes sera offerte au personnel du Programme au siège social et à Kaboul sur une base continue.

Recommandation 5

Pour les investissements futurs ultérieurs dans les secteurs clés, s'assurer d'une orientation stratégique claire, incluant comprenant une analyse réaliste des risques et une stratégie solide efficace d'atténuation de ces risques :

Éducation – Assurer la transition entre un programme axé principalement sur l'accès à l'éducation et à un programme qui vise également une éducation de qualité la qualité de l'éducation, en mettant davantage l'accent sur avec une pour les résultats de l'apprentissage et qui . Ce programme doit faciliter la transition des étudiants aux différentes étapes de leur éducation (par exemple, depuis un système communautaire à système éducation formelle)

Santé – Renforcer l'orientation à partie du Programme consacrée au droit à la santé et, à l'équité sociale, ainsi que les et aux objectifs définis dans le cadre des engagements du Canada en matière de santé des mères, des nouveau-nés et des enfants.

Droits de la personne – Renforcer la protection des droits de la personne en augmentant la sensibilisation et les capacités prise de conscience et les capacités de la part des acteurs gouvernementaux ou non gouvernementaux grâce par au dialogue politique et sur les politiques ainsi qu'à la programmation, et par les programmes.

Aide humanitaire – Rechercher des occasions de renforcer encore davantage les liens entre le secours, la reconstruction et le développement tout en veillant à ce que l'aide humanitaire continue d'être livrée en respectant à s'aligner sur les meilleurs principes de bonne contribution humanitaire.

Engagements et mesures

Le Programme de développement de l'Afghanistan est d'accord avec cette recommandation. 

En élaborant une Stratégie de développement bilatérale pour l'Afghanistan (2014-2019), le Programme élaborera des stratégies sectorielles qui tiennent compte des facteurs suivants :

Plus précisément :

Éducation : la stratégie sectorielle continuera de mettre l'accent principalement sur l'instruction de base afin d'améliorer l'accès à l'éducation, la qualité de l'éducation et la capacité des systèmes locaux de fournir des services éducatifs. Cet effort tiendra compte des facteurs suivants : 

Santé : la stratégie sectorielle mettra l'accent sur la promotion des droits des femmes et des filles grâce à des investissements stratégiques visant à améliorer leur accès à des services de santé de qualité, conformément aux engagements internationaux continus du Canada en faveur de la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants et la lutte contre la polio. La stratégie tiendra compte des facteurs suivants :

Droits de la personne : la stratégie sectorielle mettra à profit les leçons apprises de l'expérience pangouvernementale et continuera de peaufiner et de rehausser un plan stratégique déjà en œuvre pour la participation du Canada à la protection et à la promotion des droits de la personne en Afghanistan, notamment en ce qui touche les droits et l'autonomisation des femmes et des filles, et tiendra compte des facteurs suivants :

Aide humanitaire : la stratégie sectorielle cherchera avant tout à établir des liens entre le secours, la réhabilitation et le développement, à combler le fossé entre la phase de prestation d'une aide humanitaire d'urgence et les phases de développement durable à court et à long terme, en partenariat avec le Bureau d'assistance humanitaire internationale du MAECD. La stratégie tiendra compte des facteurs suivants :

Dans le contexte de l'élaboration et de la mise en œuvre de la Stratégie de développement bilatérale pour l'Afghanistan (2014-2019), le Programme établira des approches pour la gestion du risque, notamment :

De plus, le Programme effectuera les activités suivantes :

Responsable - SMA Asie-Pacifique

Date d'achèvement - La version finale de la stratégie de développement bilatérale (2014-2019) du Programme est approuvée par le ministre en septembre 2015.

Les stratégies du Programme ayant trait à l'éducation, à la santé et aux droits et à l'autonomisation des femmes et des filles seront parachevées, et les stratégies du secteur de l'aide humanitaire (2014-2019) sont approuvées par le directeur principal du Programme en septembre 2015.

Le modèle logique du Programme de développement de l'Afghanistan (2014-2019) et les cadres de mesure du rendement du Programme sont alignés sur les priorités de développement stratégique du MAECD; ils seront achevés en 2015 et approuvés d'ici juin 2015 par le directeur général du Bureau de l'Asie-Pacifique (Développement).

On procède à une évaluation des risques du Programme de développement de l'Afghanistan par l'entremise de l'exercice du Registre des risques du Programme sera complétée sur une base continue et biannuelle.

Le MAECD effectue des évaluations du risque pour tous les nouveaux projets et ce, de façon continue.

Date de modification: