Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Réponse du Canada à la situation en Libye

Le gouvernement du Canada a levé les mesures imposées unilatéralement contre la Libye le 27 février, 2011. Maintenant que le régime Qadhafi n’est plus en pouvoir, le gouvernement du Canada a abrogé les mesures imposées en support du peuple de la Libye et des nouvelles autorités.

Le premier ministre Stephen Harper a annoncé que le Canada a levé les sanctions à Paris, France le 1er septembre, 2011.

Le rôle du Canada en Libye

La mission militaire du Canada reste inchangée. Nos forces armées jouent un rôle de premier plan dans la lutte pour contrer les attaques et les menaces d’attaque à l’encontre de civils. Cette intervention s'inscrit dans la foulée de la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui demande que tous les moyens nécessaires soient utilisés pour protéger la population civile en Libye

L’opération Mobile constitue la participation des Forces canadiennes à l’opération Unified Protector, l’effort dirigé par l’OTAN visant à imposer à la Libye l’embargo sur les armes et la zone d’exclusion aérienne autorisés par la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU, adoptée le 17 mars 2011, qui demandait à la communauté internationale de protéger les civils et les secteurs comportant une population civile en Libye.

Le Canada interagit avec le Conseil national de transition (CNT) à titre de gouvernement libyen jusqu'à ce que les Libyens sélectionnent eux-mêmes leurs représentants démocratiques.

Contexte

L'adoption unanime des résolutions 1970 et 1973 par le Conseil de sécurité envoie un message clair : la communauté internationale ne tolérera pas que le régime libyen tue ses propres citoyens et viole de façon flagrante les droits de sa population et assurera que ces exactions aient des conséquences graves.

Le 16 septembre 2011, le Conseil de sécurité des Nations Unies, en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations Unies, a adopté la résolution 2009 (2011), qui a modifié les sanctions en place contre la Libye en assouplissant l'embargo sur les armes et en levant partiellement le gel des avoirs. Ces changements ont été mis en œuvre au Canada sous la forme d'amendements aux règlements existants.

Le Canada a donc mis en application les sanctions obligatoires suivantes, prévues dans la Résolution 1970 :

  • Un embargo sur les armes exigeant de tous les États qu'ils empêchent la fourniture ou la vente d'armes à la Libye ou l'exportation d'armes par la Libye;
  • L'inspection de tout fret destiné à la Libye;
  • L'interdiction de voyager pour Mouammar Kadhafi et 15 de ses proches;
  • Le gel des biens de Mouammar Kadhafi et des membres de sa famille.

Voyager

Affaires étrangères et Commerce international Canada recommande d'éviter tout voyage en Libye, à l’exception de Tripoli et du secteur de Benghazi, pour lesquels nous recommandons d’éviter tout voyage non essentiel.

Les amis et les parents qui sont au Canada et qui veulent se renseigner sur des citoyens canadiens qui se trouvent en Libye devraient communiquer avec le Centre des opérations d’urgence du MAECI en appelant, sans frais, le 1-800-387-3124, ou en envoyant un courriel à sos@international.gc.ca.

Tout citoyen canadien se trouvant en Libye et ayant besoin d’une assistance consulaire devrait communiquer avec le Centre des opérations d’urgence à Ottawa au 00-1-613-996-8885, ou encore envoyer un courriel à sos@international.gc.ca pour obtenir de l’aide.

Communiqués

Conseils aux voyageurs et Avertissements

Information

Galerie de photos