Histoire de la bibliothèque Jules Léger

bibliothèque Jules Léger

Les origines de la bibliothèque remontent à la fondation du Ministère des Affaires extérieures, en 1909.

Sir Joseph Pope, nommé sous-secrétaire d'État au ministère des Affaires extérieures, était persuadé que le ministère aurait besoin d'une collection vaste et complète d'ouvrages de référence pour accomplir son travail avec aptitude.

Cependant, la bibliothèque n'avait à cette époque ni structure ni collection, et les livres étaient conservés dans différentes pièces du ministère, la collection la plus importante étant sous la garde de Sir Joseph Pope.

Un espace dans l'aile Est

Un espace fut attribué à la bibliothèque dans l'aile Est du Parlement en 1914, mais c'est en 1928 qu'elle prit réellement forme, quand le successeur de Sir Pope, M. O.D. Skelton, embaucha Grace Hart au poste de bibliothécaire à temps plein.

Grace Hart regroupa la collection de la bibliothèque et vit à l'obtention de plus d'espace dans les bureaux surpeuplés du ministère.

Elle mit en place le système de catalogage de la bibliothèque du Congrès, commença à tenir des registres d'emprunt et entreprit d'enrichir la collection en acquérant des ouvrages récents et des périodiques et en découpant des articles de journaux. Elle mit également sur pied un service de référence et de recherche pour le ministère. Suite à sa croissance rapide, la bibliothèque put occuper de plus en plus de locaux de l'aile Est.

Déménagement dans l'édifice Pearson

En 1973, le ministère des Affaires extérieures a déménagé à l’Édifice Lester B. Pearson, situé au 125, promenade Sussex, à Ottawa. À ce moment-là, la bibliothèque a déménagé de l’édifice de l’Est au rez-de-chaussée de l’Édifice Lester B. Pearson.

En 1982, elle a été baptisée Bibliothèque Jules Léger en l'honneur du 21e Gouverneur général du Canada et ancien sous-secrétaire d'État aux Affaires extérieures. Après son décès, sa veuve Gabrielle Léger a fait don de sa collection privée à la bibliothèque, où elle est conservée à part. Elle témoigne de l'érudition de M. Léger.

La technologie et la bibliothèque

En 1985, la bibliothèque Jules Léger est devenue l’emplacement d’essai au Canada pour le programme Innovative Interfaces Library Management System. Les modules étaient compatibles avec le catalogue public en direct, les acquisitions, le catalogage, la consignation des numéros de série et le contrôle des ouvrages empruntés. Cela a entraîné l’élimination du catalogue sur fiches.

Au cours des années 1990, la bibliothèque a lancé la Bibliothèque virtuelle, une collection de sources d'information électroniques, à laquelle chaque employé du Ministère, qu'il soit de l'Administration centrale à Ottawa ou d'une mission à l'étranger, a accès sur le système SIGNET. Un simple réseau de CD-ROM au départ, la Bibliothèque virtuelle s’est développée pour devenir l’un des produits de recherche phares mis à la disposition du personnel ministériel qui donne accès à plus de 100 bases de données de sources d'information électroniques.

En 2002, la bibliothèque a lancé le catalogue public en direct (OPAC). Depuis 2006, la Bibliothèque Jules Léger est partenaire avec la bibliothèque de CIC et partage avec celle-ci son Système de gestion de la Bibliothèque.

Transition

Au printemps 2010, les locaux de la bibliothèque au 125, promenade Sussex ont été fermés pour permettre leur déménagement à un emplacement à proximité. Au cours de cette période, les services de référence et de prêt ont été disponibles par téléphone et par courriel pendant l'aménagement des nouveaux locaux. La majeure partie de la collection de livres a été entreposée dans deux entrepôts, l'un au 125, promenade Sussex et l'autre à Gatineau.

Les nouveaux locaux ont été ouverts en avril 2011 au rez-de-chaussée de l'Édifice Lester B. Pearson.

Aujourd'hui

Aujourd'hui, la bibliothèque a une vaste collection sur papier de livres, documents, périodiques et journaux, ainsi qu’une bibliothèque virtuelle de plus de 100 sources d’information électroniques mis à la disposition de tous les employés du Ministère. Avec l’apparition de l’ère numérique, le personnel de la bibliothèque fournit un service de références et de recherches quasiment instantanées à tous ses clients sans égard à leur emplacement.


Références
Hilliker, John. Le ministère des Affaires extérieures du Canada, Vol. 1. Montreal, McGill-Queen's University Press, 1990. Kirkwood, Kenneth R. Historique du ministère des Affaires extérieures du Canada, Ottawa, Ontario, ministère des Affaires extérieures, 1958.