Le Canada annonce une contribution financière visant à réduire la menace des armes de destruction massive et élargit la portée géographique du Programme de partenariat mondial

(Nº 178 - Le 26 juin 2009) Le ministre des Affaires étrangères, l’honorable Lawrence Cannon, a annoncé aujourd’hui une contribution de 180 millions de dollars pour financer de nouveaux projets dans le cadre du Programme de partenariat mondial (PPM) du Canada, lequel a pour but de prévenir l’acquisition d’armes de destruction massive et de matières connexes par des terroristes ayant l’intention de s’en servir contre le Canada et ses alliés. Il a également annoncé l'élargissement de la portée géographique du Programme de partenariat mondial au-delà de l'ex-Union soviétique.

« L'expansion géographique du Programme de partenariat mondial permettra au Canada de s’attaquer à la prolifération des armes de destruction massive là où elle pose les menaces les plus importantes », a déclaré le ministre Cannon.

Le ministre Cannon a annoncé cette mesure à Trieste, en Italie, où il vient d’assister à la réunion des ministres des Affaires étrangères du G8. Au cours de cette rencontre, le Canada a pu s’entretenir avec ses partenaires du G8 au sujet de dossiers relatifs à la sécurité internationale, tels la non-prolifération et le désarmement, le terrorisme et la piraterie, ainsi que de questions de sécurité régionales comme l’Afghanistan, le Pakistan et les pays voisins, l’Iran, le Moyen-Orient et la République démocratique populaire de Corée.

« Des terroristes cherchent activement des armes de destruction massive et des matériaux pour en fabriquer, a fait observer le ministre Cannon dans ses remarques sur le PPM. Le meilleur moyen de les en empêcher est de contrôler rigoureusement l’accès aux matières pouvant servir à fabriquer des armes. Les projets entrepris dans le cadre du Programme de partenariat mondial vont réduire considérablement la menace que le recours aux armes de destruction massive à des fins terroristes fait peser sur les Canadiens et sur toute la communauté internationale. »

Le Partenariat mondial contre la prolifération des armes de destruction massive et des matières connexes a été lancé par le G8 il y a sept ans pour s’attaquer à divers aspects de la non-prolifération, de la lutte antiterroriste et du désarmement liés aux armes de destruction massive. Le Canada s’est engagé à contribuer un milliard de dollars sur 10 ans au Partenariat mondial; la somme de 526 millions a déjà été versée.

La dernière contribution du Canada vise des projets réalisés surtout en Russie, en Ukraine et au Kirghizistan. Cette contribution comprend 86,3 millions de dollars destinés à la sécurité nucléaire, dont 61 millions pour la mise à niveau des systèmes de protection physique dans sept usines nucléaires russes. Le reste (25,3 millions) sera consacré à des projets visant à assurer le transport sécuritaire des matières nucléaires en Russie.

En outre, le Canada consacrera 3,8 millions de dollars à la conception technique d’une installation de confinement biologique qui doit être construite à Bichkek, au Kirghizistan, pour regrouper les pathogènes dangereux provenant de plusieurs usines de ce pays.

Le gouvernement canadien consacrera également 33,6 millions de dollars à des activités liées à la réorientation d’anciens scientifiques de l’armement, notamment pour financer 90 projets qui emploieront 828 de ces scientifiques à des travaux de recherche civile et pacifique dans les laboratoires de l’Ukraine, de la Russie et d’autres républiques issues de l’ex-URSS. En outre, 15 programmes de renforcement des capacités aideront d’anciens scientifiques de l’armement et leurs établissements à accéder à la viabilité financière.

Les 56,3 millions de dollars restants serviront à financer le démantèlement de cinq sous-marins nucléaires hors service, dont trois dans l’Arctique russe et deux dans l’Extrême-Orient russe. Ces sous-marins nucléaires font peser des menaces sur le plan de la sécurité, de la prolifération et de l’environnement, car ils contiennent des matières nucléaires et d’autres substances toxiques.

Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet du Programme de partenariat mondial, prière de consulter la page Web suivante :Programme de partenariat mondial.

Le plus récent communiqué de presse sur les contributions au Programme de partenariat mondial peut être consulté à l’adresse suivante :

Le Canada contribue à l’effort multilatéral visant à prévenir le terrorisme nucléaire : Le Canada contribue à l'effort multilatéral visant à prévenir le terrorisme nucléaire.

- 30 -

Un document d’information suit.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Natalie Sarafian
Attachée de presse
Cabinet du ministre des Affaires étrangères
613-995-1851

Le Service des relations avec les médias des Affaires étrangères
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-995-1874
international.gc.ca

Document d’information

Nouveaux projets entrepris dans le cadre du Programme de partenariat mondial du Canada

Un montant de 180 millions de dollars sera réparti de la façon suivante :

Sécurité nucléaire et radiologique – 86,3 millions
  • 61 millions pour la mise à niveau des systèmes de protection physique dans sept usines nucléaires russes contenant de grandes quantités de matières nucléaires pouvant servir à fabriquer des armes. Ce projet comprend l'érection de clôtures de sécurité, la construction de points de contrôle et de voûtes et l'installation de caméras, de systèmes d'accès par cartes-clés et de barrières pour véhicules;
  • 25,3 millions pour assurer le transport sécuritaire de matières nucléaires en Russie.
Non-prolifération des armes biologiques – 3,8 millions
  • 3,8 millions pour la conception technique d'une nouvelle installation de confinement biologique de niveau 3 à Bichkek, au Kirghizistan.
Réorientation d’anciens spécialistes de l'armement – 33,6 millions
  • 33,6 millions pour financer 90 projets devant employer 828 anciens spécialistes de l'armement dans des travaux de recherche civile et pacifique dans des établissements en Ukraine, en Russie et dans d’autres républiques issues de l’ex-URSS, ainsi que 15 programmes de renforcement des capacités destinés à aider des scientifiques autrefois spécialisés dans l'armement et leurs établissements à devenir financièrement viables.
Démantèlement de sous-marins nucléaires – 56,3 millions
  • 24,6 millions pour le démantèlement de trois sous-marins dans le nord-ouest de la Russie (région arctique);
  • 12,5 millions pour l’amélioration de la voie ferroviaire dans l'Extrême-Orient russe afin de faciliter la mise en sûreté de combustible nucléaire irradié contenant de l'uranium hautement enrichi;
  • 19,2 millions pour financer le transport et le démantèlement, dans des conditions de sécurité, de deux sous-marins dans l'Extrême-Orient russe.

Nota : Le financement décrit ci-dessus vient s’ajouter à la somme de 100 millions de dollars qui avait a été annoncée en juillet 2006 par le premier ministre Harper pour la construction d’une usine de destruction d'armes chimiques à Kizner en Russie.