Le Canada participera à la Conférence internationale des donateurs vers un nouvel avenir pour Haïti

(Nº 124 - Le 30 mars 2010 - 17 h 45 HE) Le ministre des Affaires étrangères, l’honorable Lawrence Cannon, et la ministre de la Coopération internationale, l’honorable Beverly J. Oda, ont annoncé aujourd’hui que le Canada participera à la Conférence internationale des donateurs vers un nouvel avenir pour Haïti qui se tiendra au siège des Nations Unies, à New York, le 31 mars 2010.

« En tant que donateur de premier plan en Haïti et membre de la communauté internationale, le Canada réaffirme son attachement à la reconstruction d’Haïti à long terme ainsi que sa solidarité avec le peuple haïtien, a déclaré le ministre Cannon. La Conférence est l’occasion de poursuivre le travail entamé lors de la Conférence ministérielle préparatoire que nous avons tenue à Montréal, le 25 janvier. Nous nous réjouissons à l’idée de collaborer avec d’autres donateurs, dans le cadre d’une action concertée, afin d’aider le gouvernement haïtien à réaliser ses objectifs relatifs au redressement et au développement. »

À l’occasion de la Conférence, la ministre Oda fera connaître la contribution additionnelle du Canada aux efforts de secours, de redressement rapide et de reconstruction en Haïti.

« Le rôle de chef de file que joue le Canada en Haïti est l’expression des liens noués depuis longtemps entre nos deux pays, qu’incarne la présence d’une communauté haïtienne importante au Canada et le nombre important de Canadiens qui ont contribué généreusement aux efforts de secours, a déclaré la ministre Oda. Le Canada est déterminé à aider Haïti à long terme. Les efforts de redressement et de reconstruction devront se poursuivre pendant de nombreuses années, et le Canada œuvrera aux côtés du gouvernement d’Haïti et de la population haïtienne afin de bâtir un Haïti meilleur. »

Le Canada coprésidera la Conférence internationale des donateurs, de concert avec d’autres donateurs importants en Haïti ― le Brésil, l’Espagne, la France et l’Union européenne. Cette conférence est organisée conjointement par les États-Unis et les Nations Unies, avec la collaboration du gouvernement haïtien. Les 192 États membres des Nations Unies ont tous été invités à y participer.

La gouverneure générale du Canada, Son Excellence la très honorable Michaëlle Jean, y participera également, en qualité d’observatrice.

- 30 -

Un document d’information sur la réponse du Canada au tremblement de terre en Haïti suit.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Ève Cardinal
Attachée de presse
Cabinet du ministre des Affaires étrangères
613-995-1851

Jessica Fletcher
Attachée de presse
Cabinet de la ministre de la Coopération internationale
819-953-6534

Le Service des relations avec les médias des Affaires étrangères
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-995-1874

Le Bureau des relations avec les médias
Agence canadienne de développement international
819-953-6238

Document d’information – Réponse du Canada au tremblement de terre en Haïti

Le 12 janvier 2010, un séisme catastrophique de 7,0 sur l’échelle de Richter a frappé Haïti, près de Port-au-Prince. Il a causé une dévastation généralisée et d’innombrables pertes de vie. Dans les heures qui ont suivi, les autorités canadiennes ont organisé rapidement un vaste effort humanitaire qui a fait intervenir des ministères et des organismes de tous les secteurs de l’appareil gouvernemental.

Efforts humanitaires et consulaires

Le Canada a joué un rôle de chef de file en contribuant à une intervention internationale efficace et coordonnée face à la crise, en accueillant les participants à la Conférence ministérielle préparatoire, à Montréal, le 25 janvier. La Conférence visait à définir une vision internationale commune et claire au sujet du redressement d’Haïti dans l’immédiat et de sa reconstruction à long terme. La Conférence a permis de jeter les bases d’un plan de reconstruction à long terme pour Haïti et d’exprimer un engagement clair et solide envers le pays et sa population. Cet engagement se fonde sur les principes sous‑jacents de la prise en charge, de la coordination, de la durabilité, de l’efficacité, de l’inclusivité et de la responsabilisation; le Canada agit de façon décisive et expéditive pour atteindre ces objectifs.

Le gouvernement du canada a versé d’importantes sommes d’argent pour faciliter une action rapide de la part de partenaires humanitaires fiables et expérimentés; il a ainsi affecté environ 85 millions de dollars aux secours d’urgence et aux efforts de redressement. Ces contributions ont permis de procurer aux Haïtiens sinistrés des abris d’urgence, des services médicaux et sanitaires, de la nourriture, des fournitures de secours, de l’eau et des services de protection.

Le gouvernement du Canada a mis sur pied le Fonds d’aide aux victimes du séisme en Haïti (FAVSH) et il a annoncé qu’il y verserait des sommes équivalentes aux dons de charité admissibles faits par la population canadienne pour soutenir les secours en Haïti. L’Agence canadienne de développement international est en train de confirmer les contributions de contrepartie et annoncera bientôt le chiffre définitif. Les sommes composant le FAVSH seront déboursées dans un proche avenir. Le gouvernement d’Haïti a exhorté tous les donateurs à adopter une démarche réfléchie et coordonnée pour distribuer les fonds supplémentaires.

Sous la direction du gouvernement d’Haïti, les Nations Unies, la Banque mondiale, l’Union européenne et la Banque interaméricaine de développement viennent de dresser un bilan des besoins après le désastre. Ce bilan servira de fondement aux discussions et aux promesses d’aide pendant la Conférence internationale des donateurs vers un nouvel avenir en Haïti, qui doit se tenir aux Nations Unies à New York, le 31 mars 2010.

Opération HESTIA – L’intervention des Forces canadiennes après le séisme

À son point culminant, l’opération Hestia, c’est-à-dire la mission que les Forces canadiennes ont exécutée à la suite du séisme catastrophique en Haïti, plus de 2 000 soldats, marins et aviateurs ont été déployés pour fournir des secours immédiats. Les membres de la Force opérationnelle interarmées en Haïti ont creusé et construit des latrines dans les orphelinats et exécuté divers travaux de construction dans les camps dressés pour les personnes déplacées à l’intérieur du pays. Les militaires canadiens ont rempli des fonctions de sécurité et aidé les Nations Unies et des organisations non gouvernementales à distribuer l’aide humanitaire dans trois régions : à Jacmel, à Léogâne et à Port-au-Prince. Ils ont notamment aidé à assainir plus de 2 millions de litres d’eau.

Plus de 16 000 personnes ont été soignées par le personnel militaire à la clinique de rôle 1 à Jacmel, qui leur a dispensé des soins de santé de base, et à l’hôpital de rôle 2 à Léogâne, qui disposait de salles d’opération et d’une pharmacie et qui offrait des services dentaires. Par ailleurs, 5 558 patients ont été traités dans de multiples cliniques médicales aménagées dans les villages.

La police canadienne continue son travail

Le contingent de la police canadienne poursuit ses activités en Haïti. À l’heure actuelle, le Canada compte dans le pays 85 policiers civils qui encadrent la Police nationale haïtienne à Port-au-Prince et ailleurs dans le pays. Les agents canadiens faisant partie de la Police de l’ONU exécutent le mandat de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), à Port-au-Prince et dans le reste du pays.

Le 18 février, les Nations Unies ont nommé le Surintendant principal de la GRC, M. Marc Tardif, au poste de commissaire adjoint chargé des opérations de la MINUSTAH.

Au lendemain du séisme, la GRC a constitué et déployé des équipes d’experts, y compris des enquêteurs et des spécialistes de l’identité judiciaire, pour aider à recouvrer et identifier les dépouilles des victimes. Les équipes ont collaboré de près avec l’équipe du consulat, à l’ambassade du Canada, et elles ont joué un rôle clé afin d’identifier les 46 victimes canadiennes du tremblement de terre.

Mesures d’immigration spéciales et Opération cigogne

Le gouvernement du Canada a par ailleurs adopté des mesures d’immigration spéciales accordant la priorité aux demandes de parrainage nouvelles ou existantes déposées par des citoyens canadiens et par des résidents permanents ayant des membres de leur famille en Haïti. Depuis la mise en œuvre de ces mesures, plus de 1 600 visas de résident temporaire ont été délivrés principalement à des personnes qui accompagnaient des citoyens canadiens évacués d’Haïti.

Citoyenneté et Immigration Canada a établi à Ottawa une unité qui soutient son bureau en Haïti en expédiant le traitement des demandes existantes d’adoption et de parrainage dans la catégorie du regroupement familial. Le bureau d’Ottawa est chargé de traiter ces demandes jusqu’à ce que celui d’Haïti reprenne ses activités normales. En date du 12 mars, 205 visas de résident permanent avaient été délivrés. D’autres le seront dans les semaines et les mois à venir.

L’Opération cigogne a permis à 203 enfants haïtiens d’être accueillis par leur famille adoptive au Canada depuis que le séisme a secoué Haïti et que le premier ministre d’Haïti Jean-Max Bellerive a autorisé les enfants à se rendre au Canada en vue d’y être adoptés. En un mois et demi à peine, le gouvernement du Canada ainsi que les provinces et les territoires ont traité autant de dossiers haïtiens qu’ils en étudient normalement en deux ans environ. Les enfants ont été répartis comme suit :

  • 127 enfants sont allés au Québec;
  • 27 en Alberta;
  • 21 Colombie-Britannique;
  • 10 en Saskatchewan;
  • 8 en Ontario;
  • 6 au Nouveau-Brunswick;
  • 2 au Manitoba;
  • 2 en Nouvelle-Écosse.

Bureaux administratifs temporaires du gouvernement

En février, le premier ministre Stephen Harper a annoncé que le Canada verserait jusqu’à hauteur de 12 millions de dollars pour l’aménagement de bureaux pour des fonctionnaires clés du gouvernement haïtien, après que le premier ministre Bellerive en eut fait la demande au Canada. Ces bureaux permettront au gouvernement d’Haïti de mieux gérer et coordonner les difficiles travaux à venir.

Pour en savoir davantage, notamment sur la façon d’aider les personnes touchées par ce sinistre, prière de consulter la Réponse du Canada au tremblement de terre en Haïti