La position du Canada au sujet des résolutions des Nations Unies sur le Moyen-Orient

(Nº 342 - Le 10 novembre 2011 - 12 h 20 HE) Le ministre des Affaires étrangères John Baird a fait aujourd’hui la déclaration suivante :

« Aujourd’hui, le Canada a fait connaître sa position de manière non équivoque avec neuf votes aux Nations Unies.

« Notre explication du vote parle d’elle-même.

« De manière générale, ces résolutions contre Israël ont un caractère unilatéral et manquent d’équilibre; elles ne s’attaquent pas à la complexité des enjeux, pas plus qu’elles ne cherchent à examiner les véritables actions prises par chacune des parties et les responsabilités qui leur incombent.

« Bien que ceci ne signifie pas un changement dans la politique de longue date du Canada relativement au processus de paix au Moyen-Orient, il ne fait nul doute qu’elle témoigne de notre frustration à l’égard du processus actuel des Nations Unies.

« Les deux parties, et non les Nations Unies, devront résoudre les questions relatives au statut final. Nous continuerons d’exhorter les deux parties à reprendre les négociations sans conditions préalables. »

- 30 -

Un document d’information suit.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Le Service des relations avec les médias des Affaires étrangères
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-995-1874
Suivez-nous sur Twitter : @MAECI_DFAIT

Document d’information – Explication du vote présentée par le Canada à la Quatrième Commission des Nations Unies

« La position du Canada, qui en est une de longue date, est claire : nous appuyons une solution au conflit israélo-palestinien prévoyant deux États, soit une entente négociée entre les parties qui garantira les droits d’Israël à vivre en paix et en sécurité avec ses voisins et qui mènera à la création d’un État palestinien viable et indépendant.

« Une entente négociée, au sujet de laquelle les deux parties auront convenu, constitue le seul moyen d’obtenir une paix globale, juste et durable. Nous croyons que la déclaration du Quartette pour le Moyen-Orient, le 23 septembre 2011, fournit une base solide pour l’avenir.

« Concernant le fait que les deux parties aient un rôle positif à jouer en vue d’obtenir une paix durable, le Canada s’inquiète depuis longtemps du nombre considérable de résolutions des Nations Unies critiquant uniquement Israël.

« Aucune autre zone de conflit dans le monde n’attire ni même une fraction du temps et de l’énergie des États membres, et ce, même s’il existe divers conflits déstabilisateurs de longue date qui semblent insurmontables.

« En outre, de manière générale, ces résolutions contre Israël ont un caractère unilatéral et ne s’attaquent pas à la complexité des enjeux, pas plus qu’elles ne cherchent à examiner les véritables mesures prises par chacune des parties et les responsabilités qui leur incombent.

« De manière globale, les résolutions manquent d’équilibre, ne font pas référence aux activités terroristes menées par le Hamas, le Jihad islamique palestinien et d’autres groupes contre Israël et, à ce titre, ne contribuent pas à la cause visant à obtenir une paix durable et négociée.

« Les roquettes pleuvent sur les écoles israéliennes sans que ces résolutions ne les condamnent.

« Des soldats israéliens ont été kidnappés et détenus sans égard aux normes internationales. Ce fait n’a pas non plus été pris en compte dans les résolutions adoptées au fil des ans.

« D’importants éléments de ces résolutions doivent faire l’objet de discussions, mais ils sont noyés dans la nature déséquilibrée du vaste ensemble de résolutions.

« Par conséquent, en fonction de sa politique étrangère reposant sur des principes, le Canada a pris la décision de voter « non » ou de s’abstenir de voter lorsque sera soumis ce type de résolution de l’Assemblée générale sur le Moyen-Orient.

« Nous considérons que le processus pose problème.

« La position canadienne de longue date n’a pas changé : nous croyons qu’Israël est lié par la quatrième Convention de Genève et doit en respecter les dispositions.

« Le Canada continuera de soutenir les efforts consentis pour arriver à une solution négociée et fera ce qu’il peut afin que les parties y parviennent.

« Cependant, jusqu’à ce qu’une approche plus équilibrée soit adoptée, le Canada continuera d’exprimer son mécontentement à l’égard du processus par l’intermédiaire de votes comme celui d’aujourd’hui. »