Le ministre Baird accueille favorablement la résolution de l’ONU sur le Sri Lanka

Le 21 mars 2013 - Le ministre des Affaires étrangères John Baird a fait aujourd’hui la déclaration suivante :

« Le Canada accueille favorablement l’adoption, par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, d’une résolution exprimant les préoccupations croissantes de la communauté internationale devant le refus du Sri Lanka de s’attaquer aux allégations sérieuses de violations des droits de la personne survenues en 2009. Le Conseil a également exprimé ses préoccupations concernant les menaces à l’indépendance judiciaire et à la primauté du droit, les informations faisant état de disparitions forcées, d’exécutions sommaires et de torture, ainsi que les atteintes aux libertés d’expression, d’association et de rassemblement pacifique.

« Le Canada est fier d’avoir appuyé cette initiative. Je suis rassuré de voir que le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies maintient son attention sur cette situation extrêmement préoccupante.

« La résolution rappelle à des personnes courageuses et à leurs familles, ainsi qu’aux victimes de violations des droits de la personne, que la communauté internationale ne les oublie pas. Le Canada continuera de porter cette question — ainsi que d’autres événements tout aussi troublants comme la fragilisation de l’indépendance judiciaire et de la primauté du droit au Sri Lanka — à l’attention de diverses tribunes multilatérales ou autres forums, incluant le Commonwealth. »

Le Conseil des droits de l’homme a adopté cette résolution aujourd’hui à l’issue d’un vote où 25 pays se sont prononcés en faveur, 13 contre et 8 se sont abstenus de voter.

- 30 -

Un document d’information suit.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Le Service des relations avec les médias des Affaires étrangères
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-995-1874
Suivez-nous sur Twitter : @MAECI_DFAIT 

Document d’information

La résolution, présentée par les États-Unis et coparrainée par le Canada, exige du Sri Lanka qu’il tienne sa promesse d’enquêter sur les nombreuses allégations faisant état de graves violations du droit humanitaire international et des droits de la personne lors de la campagne militaire de mai 2009.

Cette résolution exige que les dirigeants sri-lankais collaborent avec le Haut-Commissariat aux droits de l’homme afin de mettre en œuvre rapidement et efficacement les recommandations du rapport de la Commission enseignements et réconciliation et de prendre des mesures crédibles pour assurer la justice, l’équité et la responsabilisation.

À ce jour, le Sri Lanka n’a pas encore pris en compte les sérieuses accusations de graves violations du droit humanitaire international et des droits de la personne perpétrées vers la fin du conflit. Depuis lors, le Sri Lanka a pris des mesures qui minent la liberté d’expression, l’indépendance judiciaire et la primauté du droit, et il a refusé de s’attaquer aux allégations préoccupantes faisant état de violations constantes des droits de la personne.

Le Canada et la communauté internationale continuent de demander au gouvernement du Sri Lanka de mener une enquête indépendante et digne de confiance sur les graves violations du droit international commises pendant la guerre.