« Équipe Montréal » unit ses efforts pour garder l’OACI à Montréal

Le 3 mai 2013 - Le ministre des Affaires étrangères John Baird, le ministre des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur du Québec et ministre responsable de la région de Montréal Jean‑François Lisée, ainsi que le maire de Montréal Michael Applebaum ont uni leurs efforts aujourd’hui pour atteindre l’objectif commun de conserver le siège de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) à Montréal.

Les trois dirigeants d’« Équipe Montréal » se sont rencontrés hier et aujourd’hui afin de réitérer leur ferme volonté de conjuguer leurs efforts et de mobiliser les principaux acteurs du secteur de l’aviation pour exposer aux États membres de l’OACI les nombreux avantages associés au maintien du siège de l’OACI à Montréal.

« Le Canada, le Québec et la Ville de Montréal sont fiers d’accueillir le siège de l’OACI depuis sa fondation en 1947, a déclaré le ministre Baird. Nous prenons nos responsabilités très au sérieux à titre de pays hôte, et le gouvernement fédéral — aussi bien les ministres que nos diplomates sur le terrain dans nos missions de par le monde — travaillera avec acharnement pour que l’OACI reste à Montréal, son foyer naturel. »

« Le Grand Montréal possède tous les atouts pour héberger l’OACI, parmi lesquels une expertise de pointe qui regroupe 40 000 travailleurs spécialisés, dix centres de recherche en aérospatiale, un statut de capitale internationale de l’aviation civile, une qualité de vie de premier ordre et une proximité avec le siège new-yorkais de l’ONU. Le gouvernement du Québec fera valoir avec détermination l’importance pour l’OACI, qui génère plus 500 emplois directs et des retombées économiques annuelles de 100 millions de dollars, de préserver son siège à Montréal », a soutenu le ministre Lisée.

« Nous sommes ensemble, unis, pour répéter d’une même voix que nous partageons un attachement pour une institution qui, depuis des décennies, fait partie de notre réalité et avec laquelle nous avons toujours entretenu les meilleurs rapports. L’OACI fait partie de l’avenir de la métropole. Nous en sommes convaincus », a déclaré le maire de Montréal, M. Michael Applebaum.

Le Canada et l’OACI ont négocié de bonne foi un accord qui garantirait le maintien du siège de l’OACI à Montréal pour une période supplémentaire de 20 ans à partir de 2016. Le Conseil de l’OACI a approuvé officiellement l’accord le 11 mars 2013, et a conféré à son secrétaire général Raymond Benjamin l’autorisation de ratifier cet accord avec le Canada. En avril, le Qatar a présenté au secrétaire général une proposition de dernière minute en vue de déménager l’organisation à Doha.

Le Canada a fait part de ses vives préoccupations au Qatar et à d’autres instances. Ces préoccupations ont été validées par de nombreux intervenants.

« Équipe Montréal » continue d’inciter le secrétaire général de l’OACI à ratifier l’accord conclu avec le Canada, tel qu’autorisé par le Conseil de l’Organisation.

- 30 -

Un document d’information suit.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Le Service des relations avec les médias des Affaires étrangères
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-995-1874
Suivez-nous sur Twitter : @MAECI_DFAIT

 

Document d’information - Le Canada et l’Organisation de l’aviation civile internationale

L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) est l’organisme des Nations Unies responsable du développement sûr et ordonné de l’aviation civile internationale. L’organisation trouve son origine dans la Convention relative à l’aviation civile internationale (aussi connue sous le nom de Convention de Chicago) qui a été ratifiée à Chicago le 7 décembre 1944.

Le Canada compte parmi les 52 signataires initiaux de la convention, et le siège de l’organisation se trouve à Montréal depuis 1947.

Le Canada possède l’un des plus grands systèmes d’aviation civile au monde, qui lui permet d’offrir des vols vers de nombreuses destinations internationales. Le gouvernement du Canada participe activement aux activités de l’OACI afin de s’assurer que les positions et les intérêts du Canada sont représentés sur la scène internationale.

Montréal est un centre mondial d’excellence unique dans le secteur de l’aérospatiale, la ville accueillant des sociétés de recherche, des manufacturiers et des innovateurs d’envergure mondiale. La région métropolitaine de Montréal est un pôle majeur de l’activité aérospatiale, se classant au deuxième rang mondial pour ce qui est de la densité d’emplois dans ce domaine. La province de Québec compte plus de 13 000 ingénieurs et scientifiques œuvrant dans l’aérospatiale. L’OACI tire de nombreux avantages directs du fait qu’il peut travailler avec les plus grands experts mondiaux de l’industrie aérospatiale qui se trouvent à Montréal et ailleurs au Québec.

Le Canada investit dans l’industrie mondiale de l’aviation. Le Canada et la province de Québec investissent annuellement 660 millions de dollars en recherche et développement dans l’industrie aérospatiale. Le Québec compte 10 centres de recherche reconnus mondialement dans le secteur de l’aérospatiale et sept universités qui contribuent à l’avancement de l’industrie mondiale de l’aviation grâce au développement de nouvelles technologies.