Le Canada est entièrement solidaire du peuple ukrainien

Cette opinion a été publiée dans le Dzerkalo Nedeli, publication en langue ukrainienne, le 28 février 2014.

À peine quelques semaines après le début des manifestations en novembre 2013, j’ai personnellement fait le tour de la place de l’Indépendance, à Kiev, pour parler à la population de l’Ukraine. J’ai pu constater directement que les gens, munis, pour seule arme, d’un simple foulard, étaient réunis pacifiquement pour signifier leur forte opposition à la corruption et au régime de favoritisme, ainsi que leur désir de voir respecter les principes fondamentaux de la démocratie que sont la liberté, les droits de la personne et la primauté du droit.

Ce qui avait débuté par une manifestation populaire contre la répudiation d’un accord avec l’Union européenne s’est transformé en un appel beaucoup plus vaste en faveur de la liberté et de la démocratie.

S’il s’agit d’infliger le blâme pour la violence sauvage et sans discernement qui en a résulté, nul besoin de chercher plus loin que l’opulence abusive du palais présidentiel.

En tant que dirigeant de la nation, M. Viktor Ianoukovitch avait le devoir solennel non seulement de protéger la liberté de son peuple, mais aussi la sécurité de la population. Le bain de sang qui s’est produit à la place de l’Indépendance et ailleurs à Kiev a prouvé hors de tout doute et de manière flagrante qu’il a manqué à son devoir envers les Ukrainiens.

Comme les Canadiens, les Ukrainiens comptent une panoplie d’expériences et de croyances. Il y a toutefois un dénominateur commun qui les unit : leur pays, leur souveraineté, leur drapeau.

Les larmes versées partout en Ukraine étaient pour tous les Ukrainiens. Ces larmes, ces vies perdues, ne doivent pas avoir eu lieu en vain.

Les Ukrainiens de toutes les régions du pays ont leur avenir entre leurs mains. Ils veulent prouver au monde entier que la répression ne peut détruire leur unité, que la violence ne peut anéantir leur liberté, et que l’intimidation ne peut porter atteinte à leurs aspirations pour une nation qui repose sur les principes fondamentaux de la démocratie.

Durant toute cette période difficile que l’Ukraine a vécue au cours des derniers mois, les Canadiens étaient derrière vous. Ils vous ont appuyés parce qu’ils ont vu la passion dans votre regard, l’intimidation que vous éprouviez, et les moyens pacifiques que vous avez utilisés pour réclamer le changement. Les Ukrainiens de toutes les couches de la société, de tous les âges, hommes et femmes, ont occupé cette place — et ont présenté un front uni.

De retour à Kiev, je me souviens de tous ces gens. Bien que la situation de l’Ukraine ait changé de façon dramatique depuis ma dernière visite, la population, elle, n’a pas changé. S’il en est, votre passion pourrait s’être dynamisée, et votre désir de bâtir un meilleur avenir pour l’Ukraine, être plus fort que jamais.

L’illustre poète ukrainien, Taras Chevtchenko, a écrit un jour :

[traduction libre] « Ni vous ni moi n’avions recours à la ruse; nous avancions sur un droit chemin; on ne trouve dans notre sillage la moindre fausseté. »

La route vers la démocratie est parsemée d’embûches et d’obstacles. Mais comme le découvriront les Ukrainiens, l’issue de cette démarche vaut amplement le long chemin parcouru, vaut toutes les épreuves et les larmes versées. Les vies perdues au cours des derniers mois formeront la base sur laquelle vous aurez édifié votre avenir, et elles ne seront jamais oubliées.

Dans un célèbre poème, Chevtchenko a également écrit ce qui suit :

[traduction libre] « Lorsque l’Ukraine est bernée par des méchants et qu’elle se réveille, plus tard, pillée et en flamme... cela ne me laisse pas indifférent. »

Le Canada n’a jamais fait preuve d’indifférence. Le Canada ne sera jamais indifférent. Notre pays continuera de vous appuyer en ces temps difficiles, et nous vous accompagnerons pas à pas dans votre démarche vers la démocratie.

John Baird
Ministre des Affaires étrangères du Canada