Mettre fin au mariage des enfants : Le Canada se porte à la défense des droits des filles à l’échelle mondiale

Le 4 juillet 2014 - Le ministre des Affaires étrangères John Baird, au nom du ministre du Développement international et de la Francophonie, l’honorable Christian Paradis, a annoncé aujourd’hui que le Canada versait un financement à hauteur de 20 millions de dollars sur deux ans à l’UNICEF pour mettre fin au mariage des enfants, au mariage précoce et au mariage forcé.

« L’annonce d’aujourd’hui est la plus récente étape de la campagne menée par le Canada pour mettre fin au mariage des enfants, au mariage précoce et au mariage forcé, a déclaré le ministre Baird. Cette pratique troublante constitue une violation des droits de la personne et nuit également au développement économique. Lorsque les filles ne peuvent atteindre leur plein potentiel, tous en souffrent : les filles, leurs collectivités et leurs pays. »

« La protection des enfants est une priorité du Canada et nous continuerons de rechercher toutes les avenues possibles pour mettre un terme au mariage des enfants, au mariage précoce et au mariage forcé, a affirmé le ministre du Développement international et de la Francophonie, l’honorable Christian Paradis. Nous continuerons de collaborer avec des partenaires sérieux comme l’UNICEF pour faire en sorte que nos interventions produisent des résultats concrets pour le bien-être des filles et des femmes. »

« Le mariage précoce prive les filles de leur droit de prendre leurs décisions d’elles-mêmes et de déterminer leur avenir, a fait savoir le directeur général de l'UNICEF, M. Anthony Lake. Il y a peu de décisions personnelles plus importantes que celle qui consiste à choisir le moment de se marier. Les filles qui se marient moins jeunes fréquentent l'école plus longtemps, ont des enfants plus tard et ont de meilleures possibilités d’atteindre leur plein potentiel. Un mariage à un âge plus avancé sera bénéfique à la fois pour les filles elles-mêmes, leurs familles et leurs sociétés. Le leadership du gouvernement du Canada pour mettre fin au mariage des enfants améliorera le sort de millions de filles. »

Le projet de l’UNICEF a pour objectif d’accélérer le mouvement visant à mettre fin au mariage des enfants au Bangladesh, au Burkina Faso, en Éthiopie, au Ghana, au Yémen et en Zambie, en appuyant les efforts déployés dans ces pays pour renforcer les programmes et l’appui politique nécessaires pour mettre fin à cette pratique.

L’annonce s’inscrit dans le droit fil des efforts soutenus du Canada pour mettre fin au mariage des enfants, au mariage précoce et au mariage forcé à l’échelle mondiale et pour promouvoir la participation des femmes à tous les aspects de la société.

Pour plus d’information, prière de consulter la page Les mariages d’enfants, précoces et forcés.

Un document d’information suit.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Le Service des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @MAECDCanada
Aimez-nous sur Facebook : Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada - MAECD


Document d’information - Mariage des enfants, mariage précoce et mariage forcé

La pauvreté et la discrimination fondée sur le sexe contribuent à perpétuer le problème du mariage des enfants, du mariage précoce et du mariage forcé. On estime que de 2004 à 2014, dans le monde, 100 millions de jeunes filles auront été forcées de se marier avant d’avoir atteint l’âge de 18 ans.

Le financement annoncé aujourd’hui permettra à l’UNICEF de renforcer les initiatives qu’elle a entreprises en vue de mettre fin au mariage des enfants, au mariage précoce et au mariage forcé dans les six pays suivants : le Bangladesh, le Burkina Faso, l’Éthiopie, le Ghana, le Yémen et la Zambie. Malgré les efforts énergiques déployés en vue de faire disparaître la pratique du mariage des enfants dans ces pays, la pratique s’y poursuit.

Au cours des deux dernières années, le Canada a fait preuve de leadership en attirant l’attention du monde sur cet enjeu et en prenant des mesures concrètes pour mettre fin au mariage des enfants, au mariage précoce et au mariage forcé.

  • Le Canada a été à l’origine de la création de la Journée internationale des filles en 2011. Et la première de ces journées a été célébrée le 11 octobre 2012. Le premier thème choisi, soit le mariage précoce et forcé, a attiré et retenu l’attention à l’échelle internationale.
  • En mai 2013, le Canada a coparrainé le lancement de l’exposition « Trop jeune pour se marier », organisée à Ottawa par le Fonds des Nations Unies pour la population, et qui propose des photos prises et des vidéos tournées dans le monde entier, qui mettent de façon saisissante des visages réels sur le mariage des enfants, le mariage précoce et le mariage forcé, y compris au moyen de récits de la bouche de jeunes filles qui en sont victimes. Une version abrégée de cette exposition sera présentée à 10 endroits différents à l’étranger au cours de la prochaine année, dans le cadre des efforts déployés par le Canada pour sensibiliser la population à cet enjeu et entamer le dialogue sur le sujet.
  • En septembre 2013, le Canada a œuvré activement à la formulation d’une première résolution portant exclusivement sur le mariage des enfants, le mariage précoce et le mariage forcé, qui a été présentée à la 24e session du Conseil des droits de l’homme, organisme des Nations Unies. Coparrainée par 110 pays, la résolution a été adoptée par consensus.
  • En octobre 2013, le ministre des Affaires étrangères John Baird a annoncé un nouveau financement de 5 millions de dollars pour s’attaquer aux causes du mariage des enfants, du mariage précoce et du mariage forcé dans le monde. Des activités initiales ont été lancées en Afghanistan, en Éthiopie, au Ghana, en Somalie et au Zimbabwe.
  • Le Canada est également déterminé à poursuivre ses programmes éducatifs sur la santé maternelle destinés aux jeunes filles.