L’Indonésie, un partenaire prioritaire du Canada

Ce texte d’opinion a été publié originellement en langue anglaise dans le quotidien Ottawa Citizen, le 7 août 2014

Par John Baird

Lorsque je me rends en Chine ou aux États-Unis en tant que ministre des Affaires étrangères, les Canadiens saisissent d’instinct toute l’importance de ces visites. La coopération du Canada avec ces puissances mondiales est essentielle à la prospérité et à la sécurité de notre pays. Le soudeur de Windsor et le mécanicien de chantier de Fort McMurray savent qu’ils tirent leurs moyens de subsistance de ces immenses puissances économiques étrangères.

Mais le Canada ne peut compter uniquement sur quelques grands partenaires pour assurer son bien-être économique. Voilà pourquoi le premier ministre Harper et moi nous concentrons sur la création de relations positives avec les économies de l’avenir. Comme le disait Wayne Gretzky, surnommé « La Merveille », il s’agit de regarder là où la rondelle ira, et non là où elle se trouve déjà.

Dans le cas du Canada, l’un des plus importants pays en aval est l’Indonésie, où je suis arrivé hier pour une quatrième visite depuis que je suis ministre des Affaires étrangères.

Cette visite revêt un caractère spécial. Lundi soir, j’ai eu l’honneur d’être le premier ministre des Affaires étrangères à rencontrer le nouveau président élu du pays, M. Joko Widodo.

Une rencontre de cette nature témoigne bien des liens étroits qui unissent nos deux nations. Il suffit de jeter un coup d’œil aux chiffres pour en saisir toute l’importance.

L’Indonésie compte 17 000 îles qui s’étendent sur un sixième de la circonférence de la planète. On y parle quelque 700 langues et on y trouve 250 millions d’habitants. D’ici 2030, l’économie de l’Indonésie se classera au septième rang mondial.

Voilà des statistiques que le Canada ne peut ignorer.

Et il ne s’agit pas seulement d’avantages économiques réciproques. D’autres faits montrent que nos deux pays entretiennent une amitié fondée sur des valeurs communes.

Plus de 70 p. 100 des 190 millions d’électeurs inscrits sont allés voter le mois dernier lors de la troisième élection présidentielle du pays, y compris les 67 millions de personnes qui votaient pour la première fois. J’admire le fait que les Indonésiens ont adopté comme valeurs la démocratie et la tolérance depuis le début de l’ère de la Reformasi, en 1998.

Pour couronner le tout, on y trouve une société civile dynamique, une presse libre et une énorme présence des médias sociaux et d’Internet (l’Indonésie se classe au quatrième rang mondial en ce qui a trait au nombre d’utilisateurs de Facebook et de Twitter).

Personne ne représente mieux cette Indonésie que Joko Widodo, un homme d’origine modeste sans lien avec le pouvoir militaire, contrairement à ces prédécesseurs. Le président Widodo fait partie d’une nouvelle génération d’élus, plus enclins à tirer parti des médias sociaux pour faire voir au monde les coulisses du pouvoir. Comme il est rafraîchissant de constater que ce peuple issu d’une tradition d’autoritarisme demande davantage de démocratie, et non moins.

La coopération entre le Canada et l’Indonésie date de l’accession à l’indépendance de cette dernière en 1945. À l’époque, le Canada a reconnu la légitimité de l’Indonésie, et les diplomates canadiens ont joué un rôle de premier plan dans l’intégration de ce jeune pays aux Nations Unies.

En ce qui me concerne, j’ai pleinement saisi tout le potentiel de l’Indonésie en 2011, peu après ma nomination comme ministre des Affaires étrangères. Au cours d’un de mes premiers voyages à l’étranger, j’ai assisté à la Conférence postministérielle de l’ANASE (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) à Bali. J’y ai rencontré le ministre actuel des Affaires étrangères de l’Indonésie, Marty Natalegawa, qui est maintenant un ami.

Au cours de notre rencontre, le regard perçant derrière ses fameuses lunettes, Marty a été très clair : le temps était venu pour le Canada de jouer un plus grand rôle au sein de l’ANASE.

Il m’a ensuite expliqué toute l’importance que revêtent son pays et l’ANASE pour le Canada. Dans cette région où les systèmes économiques se font concurrence, l’Indonésie et l’ANASE constituent des acteurs de premier plan dans la libéralisation du commerce.

Je n’ai jamais oublié ses conseils. Depuis ce temps, le Canada est engagé auprès de l’ANASE, où il contribue à de multiples initiatives liées à la sécurité et à la démocratie. Hier, à Jakarta, j’ai eu l’honneur de m’entretenir avec le secrétaire général de l’ANASE au siège même de l’organisation, une première pour un ministre des Affaires étrangères du Canada. Et pour assurer le maintien de ce niveau d’engagement, j’ai annoncé que le Canada nommera un ambassadeur auprès de l’ANASE.

Ce sont toutefois les investissements qui constituent la preuve de notre engagement auprès de l’Indonésie et de l’ANASE. Les entreprises canadiennes sont plus intéressées que jamais à découvrir ce que la région peut offrir. L’Indonésie est aussi un acheteur important d’avions de fabrication canadienne, une destination de choix pour les investisseurs canadiens du secteur extractif et un marché de premier plan pour BlackBerry. Le pays déborde de ressources, sa main-d’œuvre est jeune et son économie en plein essor. En tant que chef de file de l’ANASE, l’Indonésie peut permettre au Canada d’accéder à d’autres marchés de la région.

Nous avons déjà une longueur d’avance : l’Indonésie est le seul grand pays du monde où le Canada enregistre un excédent commercial.

Bien entendu, comme tous les autres pays, l’Indonésie fait face à certains défis. Mais je respecte le fait que les dirigeants indonésiens sont toujours disposés à coopérer avec nous.

Je suis fier des liens que nous avons tissés, et je souhaite que notre partenariat avec ce magnifique pays, dont histoire est si riche, continue de s’épanouir.

L’Indonésie entame un nouveau chapitre de son histoire. Elle peut compter sur le Canada, un coéquipier reconnaissant et de bonne volonté, prêt à relever les défis inhérents aux affaires internationales et à travailler à la prospérité des deux peuples.