Discours du ministre Baird à la réunion du groupe des Amis de la Syrie

Le 24 février 2012 - Tunis, Tunisie

Sous réserve de modifications

Le Canada salue la tenue de cette première réunion du groupe des Amis de la Syrie. Je tiens à exprimer ma reconnaissance à la Tunisie pour avoir accepté d’être l’hôte de cette rencontre et de la présider.

La création du groupe des Amis de la Syrie témoigne de la solidarité de la communauté internationale avec le peuple syrien face à la violence sauvage infligée par le régime Assad à son peuple.

Les attaques contre des journalistes, y compris ceux qui ont été tués plus tôt cette semaine, sont inacceptables et ne font qu’accentuer la nature aveugle des violences commises par le régime Assad. Même en refusant l’accès aux médias internationaux et à la plupart des organisations humanitaires, la Syrie ne parviendra pas à cacher à la face du monde le caractère barbare de ce régime.

Nous devons nous attaquer de toute urgence à la crise humanitaire qui se fait jour en Syrie. Au lendemain de ma rencontre avec le secrétaire général de la Ligue arabe, hier, je me réjouis d’annoncer aujourd’hui une contribution additionnelle du Canada, à hauteur de 1,5 million de dollars, afin d’apporter une aide humanitaire à la population syrienne.

Nous appelons la Syrie à autoriser immédiatement l’acheminement complet, sûr, rapide et sans entraves de l’aide humanitaire à toutes les personnes qui en ont besoin.

La campagne de terreur du régime Assad nous a amenés à imposer des sanctions strictes à l’encontre des membres du régime et de ses partisans. Le Canada demande avec instance à tous les pays de participer aux efforts visant à isoler le régime syrien actuel jusqu’à ce que M. Assad et ses partisans cessent leurs atrocités contre des civils syriens innocents.

Tous les pays doivent cesser de fournir des armes au régime Assad qui s’acharne à tuer son peuple.

Le leadership remarquable de la Ligue arabe pour tenter de mettre fin à la présente crise est à la fois le bienvenu et essentiel. Je tiens aussi à souligner de façon particulière le rôle d’initiative impressionnant joué par la Turquie dans ce dossier. Nous accueillons avec satisfaction la nomination de M. Kofi Annan aux fonctions d’émissaire spécial conjoint de l’ONU et de la Ligue arabe en Syrie.

Il est temps que le régime en place applique un cessez-le-feu immédiat, inconditionnel et permanent. Il est également temps pour M. Assad de partir.

Enfin, cette rencontre importante nous donne l’occasion d’apporter notre ferme soutien à tous ceux qui luttent pour la liberté et la démocratie en Syrie.

L’opposition doit élaborer une vision claire pour l’après-Assad. Le Canada est fermement convaincu que la protection des minorités religieuses doit être un élément important de ce plan. Il faut respecter les droits fondamentaux de chaque Syrien.

Nous sommes prêts à aider le peuple syrien à bâtir une nouvelle Syrie libre et démocratique, qui respecte les droits de tous ses citoyens et qui vit en paix avec ses voisins.

Le peuple syrien peut être assuré que le Canada l’appuie dans sa lutte actuelle pour la liberté et contre le régime oppressif de M. Assad. Le Canada souhaite l’aider à bâtir un avenir meilleur pour que les Syriens vivent en paix avec leurs voisins.