Allocution du ministre Baird à la réunion des Amis du peuple syrien

Le 12 décembre 2012 – Marrakech, Maroc

Sous réserve de modifications

Permettez-moi d’abord de saluer la générosité des pays voisins de la Syrie et des autres États de la région qui ont jusqu’à présent accueilli des centaines de milliers de Syriens fuyant la violence suscitée par un dictateur tyrannique qui ne souhaite que s’accrocher au pouvoir. Nous sommes conscients des immenses pressions qu’exerce l’afflux de réfugiés sur les pays et les communautés d’accueil.

En tant que membres de la communauté internationale, nous devons continuer d’unir nos efforts, au sein du groupe des Amis du peuple syrien, pour mettre fin aux appuis financiers, matériels et diplomatiques dont bénéficie toujours le régime Assad. À ce stade-ci, le meilleur moyen de mettre fin à la guerre et d’instaurer la justice, la liberté et la dignité en faveur du peuple syrien réside dans la mise en œuvre efficace de sanctions ciblées, l’intensification des pressions diplomatiques sur les quelques alliés restants de la Syrie et une action élargie pour isoler le régime actuel.

Mais au fond, c’est aux Syriens eux-mêmes qu’il incombera de fixer l’orientation future de leur pays. Le Canada se réjouit des efforts pour unir l’opposition syrienne. La formation de la Coalition nationale des forces syriennes révolutionnaires et d’opposition constitue un pas important. Je les félicite pour leur courage.

Le Canada encourage la Coalition à continuer de mobiliser tous les groupes minoritaires en Syrie afin de créer un mouvement uni et crédible, capable d’instaurer la paix, la stabilité et la démocratie dans le pays.

Je suis heureux d’annoncer que le Canada apporte une contribution de 5 millions de dollars à la Jordanie sous forme de matériel, pour aider ce pays à faire face à l’afflux important de réfugiés en provenance de la Syrie. Cette contribution s’ajoute à la somme de 6,5 millions que j’ai annoncée l’été dernier au titre de l’aide à la Jordanie.

Le Canada apportera aussi une contribution supplémentaire de 10 millions de dollars sous forme d’aide humanitaire pour répondre aux besoins des populations touchées par la crise en Syrie, portant ainsi l’aide humanitaire totale du Canada à 22 millions de dollars.

Ces difficultés persisteront dans un contexte suscitant des inquiétudes de plus en plus nombreuses. Le Canada est préoccupé par la montée de l’activité terroriste à l’intérieur de la Syrie et par les signes d’un accroissement du sectarisme, qu’attisent ceux qui s’emploient à semer la discorde plutôt qu’à promouvoir l’unité et qui favorisent l’exclusion au détriment de l’inclusion.

Nous sommes sérieusement inquiets d’une éventuelle perte de contrôle sur les stocks d’armes chimiques, de systèmes antiaériens portables et d’autres armes classiques, qui pourraient constituer une menace plus générale à l’échelle régionale et internationale.

Mais nous ne nous contentons pas de faire part de nos préoccupations, nous prenons des mesures concrètes pour nous préparer au pire.

Avec la collaboration des États-Unis, nous fournirons aux forces armées jordaniennes des équipements de protection individuelle d’une valeur de 1,5 million de dollars afin qu’elles puissent se protéger contre les effets d’un incident impliquant des armes chimiques ou biologiques venant de la Syrie.

Nous devons aussi rester vigilants face aux influences et aux développements susceptibles de faire perdurer la violence et l’instabilité qui menacent la région tout entière.

En tant qu’Amis du peuple syrien, il nous incombe de coopérer avec le peuple de la nouvelle Syrie afin de faire en sorte que le pays puisse se relever des horreurs perpétrées aujourd’hui et puisse prendre la place qui lui revient, mais depuis trop longtemps vacante, dans la communauté des nations responsables, désireuses et capables de jouer un rôle constructif dans la région et au-delà.

Je vous remercie.

Centre de presse