Discours de la ministre Aglukkaq sur la présidence du Canada (2013-2015) à la huitième réunion ministérielle du Conseil de l’Arctique

Une ère nouvelle pour le Conseil de l’Arctique

Le 15 mai 2013 – Kiruna, Suède

Sous réserve de modifications

Le Canada est enchanté d’assumer la présidence du Conseil à ce moment important de l’histoire de la région circumpolaire.

Alors que le Conseil de l’Arctique se prépare à entrer dans une nouvelle ère, il faudra que chacun de nous lui propose des idées et des approches nouvelles afin de nous assurer qu’il relèvera ces défis tout en demeurant arrimé à ses principes fondateurs.

Il ne faut pas oublier que le Conseil de l’Arctique a été créé par les habitants du Nord, pour les habitants du Nord, bien avant que la région présente un intérêt pour le reste du monde.

C’est ce qui a inspiré notre thème pour la présidence, « Le développement au service de la population du Nord ». En d’autres mots, nous voulons donner la priorité aux intérêts des habitants de l’Arctique.

Permettez-moi maintenant de vous parler brièvement de certaines initiatives que le Canada parrainera pour appuyer ce thème.

Les ministres viennent tout juste de signer l’Accord sur la coopération en matière de préparation et d’intervention en cas de pollution marine par les hydrocarbures dans l’Arctique. Nous devons nous féliciter et féliciter la présidence de la Suède pour cette réussite. Nous devons axer nos efforts sur la prévention des déversements d’hydrocarbures dans les eaux de l’Arctique. Un déversement dans cette région aurait un effet dévastateur sur l’environnement et les communautés. Un nouveau groupe de travail élaborera un plan d’action visant à prévenir la pollution par les hydrocarbures et recommandera des façons de le mettre en œuvre.

Pour aider à ralentir le changement climatique dans l’Arctique et sur la planète, le Conseil se fondera sur ses travaux relatifs aux polluants à courte durée de vie ayant un effet sur le climat. Il examinera des façons de réduire davantage les émissions de carbone noir et de méthane. De telles réductions pourraient avoir des effets très appréciables sur la santé des habitants du Nord.

Le Conseil établira en outre un forum des affaires circumpolaires, qui permettra aux entreprises et à l’industrie de collaborer avec les États arctiques et les Participants permanents afin de créer des partenariats, d’accroître la coopération et d’échanger des pratiques exemplaires. Les efforts seront d’abord axés sur le développement des ressources naturelles dans la région circumpolaire.

Enfin, attachée comme je le suis à mes racines dans l’Arctique, je comprends l’importance vitale des modes de vie traditionnels pour les Autochtones. Cette importance, notre culture, nos valeurs et notre spiritualité en sont les témoins. Elle colore aussi les relations qu’entretiennent les Autochtones avec la terre et qui s’expriment dans la cueillette et le partage de ses aliments.

C’est pourquoi, avec la présidence du Canada, nous nous efforcerons de faire apprécier davantage l’importance des modes de vie traditionnels des Autochtones de l’Arctique pour la préservation de leur culture, de leurs moyens de subsistance et de leur santé.

Le Canada a proposé d’autres initiatives à propos des activités des navires de croisière, du savoir traditionnel, de la promotion de la santé mentale dans les communautés nordiques et de l’adaptation au changement climatique. Je suis enchantée de voir que le Conseil a accepté d’entreprendre ces travaux.

Je me réjouis à l’idée de vous recevoir tous dans le Nord du Canada au cours des deux prochaines années. À en juger par mes échanges avec nos dirigeants territoriaux, je peux vous assurer que leurs communautés vous accueilleront tous chaleureusement.

C’est un grand honneur pour moi, une Inuite née et élevée dans l’Arctique, d’accepter le rôle de présidente du Conseil de l’Arctique. C’est la première fois qu’une Autochtone de l’Arctique assume cette responsabilité. Je suis honorée de guider le Conseil dans cette nouvelle ère.

Merci encore, Monsieur le Président, du ferme engagement dont vous avez fait preuve envers le Conseil au cours des deux dernières années, et de votre généreuse hospitalité.

Qujannamiik. Je vous remercie.