Le Canada salue l’Accord sur l’exportation des produits de l’épinette de l’est du Canada en Inde

Les efforts du gouvernement Harper pour ouvrir de nouveaux marchés aux exportateurs canadiens servent aussi ses objectifs de création d’emplois, de croissance et de prospérité à long terme

Le 9 juillet 2013 - Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, le ministre des Ressources naturelles, l’honorable Joe Oliver, et le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, l’honorable Gerry Ritz, ont salué aujourd’hui l’ouverture du marché de l’Inde aux produits de l’épinette de l’est du Canada. L’Accord qui assure cette ouverture entre en vigueur immédiatement.

« Je suis heureux que nous ayons réussi à ouvrir un nouveau marché pour l’excellent bois d’œuvre canadien, a affirmé le ministre Fast. Cet accord aidera les exportateurs de l’est du Canada à tirer profit du marché vaste et en plein essor de l’Inde, qui présente un grand potentiel pour le bois d’œuvre canadien. Il s’agit donc là d’une très bonne nouvelle pour les travailleurs forestiers du Canada et leurs familles. »

Les producteurs canadiens de bois d’œuvre fait à partir d’épinettes noires et d’épinettes rouges de l’est du Canada devraient profiter le plus de l’Accord, étant donné que l’Inde peut utiliser ce bois pour fabriquer des produits en demande, comme des coffrages pour béton, des échafaudages, des articles de menuiserie (portes, fenêtres et moulures), des emballages (palettes et caisses) et des meubles. En outre, la poursuite de la collaboration avec l’Inde en vue d’élargir l’accès aux marchés pour les autres espèces d’arbres pourrait créer de nouveaux débouchés pour le reste du secteur forestier du Canada.

« L’annonce d’aujourd’hui est importante, car elle signifie que les entreprises canadiennes qui fabriquent du bois d’œuvre provenant d’épinettes de l’est du pays peuvent maintenant accroître leurs ventes en Inde, a affirmé le ministre Oliver. Notre gouvernement comprend la nécessité de développer de nouveaux marchés pour les produits forestiers canadiens afin d’assurer la prospérité à long terme de ce secteur. L’Accord conclu vient s’ajouter aux succès que nous avons déjà remportés dans nos efforts pour élargir les marchés d’exportation pour les espèces de l’ouest du Canada. »

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), en collaboration avec des scientifiques du Service canadien des forêts de Ressources naturelles Canada, a joué un rôle important en fournissant au gouvernement indien l’information technique qui l’a aidé à analyser le risque phytosanitaire et à prendre sa décision.

« Depuis mars 2011, le Canada cherche à faire accepter les espèces d’épinette de l’est du pays par le marché indien, a affirmé le ministre Ritz. L’ACIA est ravie d’être associée à cette réalisation et d’avoir démontré l’intégrité sans faille de ses politiques de protection des végétaux et de ses exigences relatives aux exportations. »

L’industrie forestière est une importante composante de l’économie canadienne et elle a contribué à hauteur de plus de 20 milliards de dollars au PIB du Canada en 2012. Cette même année, elle employait quelque 235 000 Canadiens, la plupart dans des postes hautement qualifiés. Les billes de bois représentent actuellement 77 p. 100 des produits du bois importés en Inde. Stimulée par l’augmentation du PIB, la hausse du niveau de vie et une demande croissante de logements, la demande de produits forestiers devrait croître en Inde.

Les exportations canadiennes de bois et d’articles de bois en Inde étaient évaluées à 9,6 millions de dollars en 2012, dont 9,4 millions en bois d’œuvre et en produits connexes. La valeur des exportations de produits du bois en Inde a plus que triplé au cours des cinq dernières années.

« Près de 1,2 million de Canadiens d’origine indienne contribuent à l’enrichissement de nos communautés et de nos villes, dans l’ensemble du Canada, et les liens profonds qu’ils continuent d’entretenir avec l’Inde stimulent les échanges entre nos deux pays, rappelle le ministre Fast. Notre gouvernement souhaite profiter de ces liens pour établir avec l’Inde un partenariat qui débouchera sur de nouvelles possibilités d’échange et des économies plus fortes aussi bien pour le Canada que pour l’Inde. »

La valeur du commerce bilatéral total de marchandises entre le Canada et l’Inde était de 5,2 milliards de dollars en 2012, ce qui représente un sommet sans précédent et une hausse de 12 p. 100 comparativement à cinq ans auparavant.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique
613-992-7332
rudy.husny@international.gc.ca

Le Service des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
613-995-1874
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada

Les Relations avec les médias
Agence canadienne d‘inspection des aliments
613-773-6600