Le gouvernement Harper vante les mérites du secteur forestier de calibre mondial de la Colombie-Britannique à l’étranger

L’ouverture de nouveaux marchés et la création de débouchés à l’exportation pour les travailleurs et les entreprises du secteur forestier constituent des éléments importants de l’approche adoptée par le gouvernement Harper pour favoriser l’emploi, la croissance et la prospérité à long terme

Le 6 septembre 2013 - Le ministre du Commerce international, l’honorable Ed Fast, a vanté aujourd’hui les mérites du bois et des produits à base de bois novateurs et de grande qualité de la Colombie-Britannique aux acheteurs et aux investisseurs de plus de 20 pays à l’occasion de la 10e édition annuelle de la Global Buyers Mission et du Wood First Forum, à Whistler. Il était accompagné du député fédéral de West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country, M. John Weston.

« Notre gouvernement est résolu à aider le secteur forestier à réussir à l’étranger afin qu’il puisse créer plus d’emplois et offrir de meilleurs salaires aux travailleurs de la Colombie-Britannique et de l’ensemble du Canada, a déclaré le ministre Fast. Plus de 40 p. 100 de tous les produits du bois canadiens sont destinés à l’exportation; la promotion de nos produits du bois de calibre mondial auprès de marchés clés partout dans le monde est d’une importance capitale pour le secteur forestier et notre économie. »

Le secteur forestier est un moteur important de l’économie canadienne : l’an dernier, il a employé quelque 235 000 Canadiens et contribué pour plus de 20 milliards de dollars au produit intérieur brut du Canada.

L’accès préférentiel des produits forestiers canadiens aux marchés actuels et émergents représente un des objectifs principaux du Plan de promotion du commerce du gouvernement du Canada, et la stratégie produit des résultats concrets pour les travailleurs forestiers et leurs familles. En janvier 2012, les gouvernements Harper et Obama ont reconduit pour deux ans l’Accord canado-américain sur le bois d’œuvre résineux de 2006. L’Accord offre aux entreprises canadiennes la prévisibilité et la stabilité dont elles ont besoin pour concentrer leurs efforts sur l’exploitation de nouveaux marchés en Asie et partout dans le monde.

En juillet dernier, le Canada a salué la conclusion d’un accord sur l’exportation des produits de l’épinette de l’est du Canada en Inde, qui créera des emplois dans les collectivités où la subsistance des travailleurs et de leurs familles est tributaire du secteur forestier, assurant ainsi leur prospérité à long terme.

« Peu importe où je me trouve dans le monde, je mets en valeur le secteur forestier de calibre mondial du Canada, un secteur prioritaire du vaste et ambitieux plan de stimulation du commerce que notre gouvernement a élaboré pour ouvrir de nouveaux marchés, a ajouté le ministre Fast. Au cours des cinq dernières années, nos efforts en vue d’ouvrir de nouveaux marchés pour les produits forestiers se sont traduits par un décuplement des exportations de bois d’œuvre résineux en Chine et par une augmentation de 38 p. 100 de ces mêmes exportations à destination de la Corée du Sud. Nous continuerons de travailler pour trouver des débouchés pour le bois et les produits à base de bois de calibre mondial du Canada et ainsi partager l’expertise de ce pays avec le reste du monde. »

« Le gouvernement du Canada est un partenaire important pour les entreprises qui cherchent à faire des affaires à l’extérieur des frontières du pays, a affirmé le président-directeur général du BC Wood Specialties Group et hôte de la Global Buyers Mission et du Wood First Forum, M. Brian Hawrysh. Que ce soit pour aider à établir des règles commerciales internationales prévisibles et à ouvrir de nouveaux marchés ou pour fournir des conseils sur les débouchés dans des pays particuliers, le gouvernement du Canada contribue à notre réussite à l’étranger. »

L’investissement du gouvernement du Canada aide les entreprises canadiennes du secteur forestier à saisir de nouveaux débouchés à l’étranger. Le Plan d’action économique de 2012 prévoyait 105 millions de dollars pour l’expansion des marchés et l’innovation forestière. Cette année, le Plan d’action économique de 2013 prévoit une somme supplémentaire de 92 millions de dollars, et ce, pour deux autres années. De plus, le gouvernement Harper investit 127 millions de dollars en quatre ans dans le Programme d’innovation forestière, qui porte sur la mise au point et la commercialisation de nouveaux produits et de nouveaux processus d’innovation de grande valeur.

La Global Buyers Mission et le Wood First Forum sont considérés comme les plus importants salons professionnels au Canada à l’intention des fabricants de produits du bois souhaitant accroître leurs occasions d’exporter et établir de nouvelles relations d’affaires.

Un document d’information suit.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international
613-992-7332
rudy.husny@international.gc.ca

Le Service des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
613-995-1874
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada

Document d’information - Diversification des exportations de bois et de produits du bois

L’innovation et l’expertise canadiennes dans le secteur du bois et des produits du bois jouissent d’une renommée mondiale. Plus de 40 p. 100 de tous les produits du bois canadiens sont destinés à l’exportation, et le Plan d’action économique de 2013 présente une approche intégrée en vue de favoriser la diversification et l’expansion, à l’extérieur des marchés traditionnels, des marchés s’offrant au secteur forestier canadien.

Les efforts du gouvernement du Canada visant à s’éloigner de l’exportation vers des marchés traditionnels — par exemple, des marchés des États-Unis et de l’Europe occidentale pour ceux de la Chine et de l’Inde — produisent déjà des résultats. La Chine, qui importe 10 fois plus de bois d’œuvre résineux canadien qu’il y a cinq ans, est devenue un des marchés de produits du bois canadiens dont la croissance est la plus rapide. De tous les pays, le Canada est désormais le plus important fournisseur de bois d’œuvre résineux de la Chine. Par ailleurs, la valeur des exportations canadiennes de bois et de produits du bois en Inde a triplé au cours des cinq dernières années.

Les vingt principales destinations d’exportation de bois et de produits du bois en 2012 (en millions de dollars)

Monde :
États-Unis :
Chine :
Japon :
Royaume-Uni :
Corée du Sud :
Taïwan :
Pays-Bas :
Philippines :
Belgique :
Turquie :
Australie :
Russie :
Arabie saoudite :
Allemagne :
France :
Italie :
Hong Kong :
Pakistan :
Émirats arabes unis :
Nouvelle-Zélande :
10 006,2
6 589,6
1 400,1
994,5
173,9
165,4
73,0
56,9
54,1
46,7
36,9
35,4
33,8
32,1
30,4
29,5
26,9
17,9
16,9
16,7
13,8

L’approche intégrée du gouvernement du Canada

L’approche intégrée du gouvernement du Canada regroupe un éventail de mécanismes d’intervention ainsi que de programmes de stimulation du commerce et de financement, notamment :

  • La négociation d’accords commerciaux et d’accords de libre-échange de gouvernement à gouvernement. L’Accord de libre-échange Canada-Jordanie (entré en vigueur en octobre 2012) supprime les droits de douane (qui pouvaient atteindre 30 p. 100) sur la plupart des exportations de produits forestiers canadiens en Jordanie. Les négociations d’accord de libre-échange en cours, y compris l’accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne, l’accord de partenariat économique global que le Canada négocie avec l’Inde, et les négociations canadiennes visant un accord de libre-échange avec le Japon, ont pour but d’accroître l’accès aux marchés, de réduire les droits de douane et d’abolir les autres obstacles au commerce, et ce, au bénéfice de l’industrie forestière.
  • La reconduction pour deux ans de l’Accord canado-américain sur le bois d'œuvre résineux de 2006 offre aux entreprises forestières canadiennes la prévisibilité et la stabilité dont elles ont besoin pour concentrer leurs efforts sur l’exploitation de nouveaux marchés en Asie et ailleurs dans le monde.
  • Les programmes de financement de Ressources naturelles Canada comprennent le Programme de développement des marchés, qui a été lancé dans le cadre du Plan d’action économique de 2010 et a accordé 105 millions de dollars en deux ans pour soutenir le secteur forestier canadien. Ces fonds visaient à favoriser l’innovation et à accroître les possibilités d’exportation de ce secteur. Un financement supplémentaire de 92 millions de dollars en deux ans a été annoncé dans le cadre du budget de 2013 pour encourager davantage la diversification des marchés et l’innovation forestière.