Le gouvernement Harper souligne les nombreux avantages que conférera au Nouveau-Brunswick l’accord commercial historique entre le Canada et l’UE

Le renforcement des échanges commerciaux avec l’Union européenne créera des emplois et suscitera de nouveaux débouchés dans tout le Nouveau-Brunswick

Le 25 octobre 2013 - Le ministre responsable du Nouveau-Brunswick et ministre d’État (Agence de promotion économique du Canada atlantique), et député de Fundy Royal, l’honorable Rob Moore, a souligné aujourd’hui que les travailleurs et les entreprises des grands secteurs économiques du Nouveau-Brunswick profiteront grandement de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne. Le premier ministre Stephen Harper et le président de la Commission européenne, M. José Manuel Barroso, ont annoncé la semaine dernière la conclusion d’un accord de principe concernant cette entente historique. Le président et chef de la direction du Fredericton International Airport Authority, M. David Innes, le vice-président des Manufacturiers et Exportateurs du Canada, M. David Plante, et d’autres dirigeants des milieux d’affaires et de l’industrie se sont joints au ministre Moore lors d’un événement qui a eu lieu à l’aéroport international de Fredericton.

« Cet accord historique est le plus ambitieux jamais conclu par le Canada. Il représente un gain important pour les travailleurs du Nouveau-Brunswick et leurs familles, a déclaré le ministre Moore. En effet, les travailleurs et les familles qui tirent leur gagne-pain des grands secteurs industriels de la province, y compris les produits de la mer, la foresterie et les produits du bois, l’agriculture, ainsi que les produits chimiques et les matières plastiques, bénéficieront de l’accès préférentiel qu’offre cet accord au marché le plus vaste et le plus lucratif du monde. »

De 2010 à 2012, les exportations de produits de la mer du Nouveau-Brunswick vers l’UE se sont chiffrées, en moyenne, à 38,2 millions de dollars par année. Plus de 7 000 Néo-Brunswickois travaillent dans l’industrie des produits de la mer, qui constitue ainsi un moteur de l’économie de la province.

À l’heure actuelle, les exportations de produits de la mer du Canada vers l’UE sont assujetties à des droits pouvant atteindre 25 p. 100, soit les droits les plus élevés auxquels doivent faire face tous les secteurs d’exportation du Nouveau-Brunswick confondus. Ces droits seront supprimés dès l’entrée en vigueur intégrale de l’accord commercial entre le Canada et l’UE.

« Le secteur des produits de la mer du Nouveau-Brunswick est un élément essentiel du tissu économique et social de la province, a ajouté le ministre Moore. La suppression des droits sur ces produits de calibre mondial créera les conditions propices à une augmentation des ventes, ce qui profitera directement aux Néo-Brunswickois grâce à la création d’emplois et de nouveaux débouchés et en contribuant à la hausse des salaires. »

L’accord commercial canado-européen supprimera les droits de 20 p. 100 sur les crevettes cuites et décortiquées, de 8 p. 100 sur le homard vivant, jusqu’à 16 p. 100 sur le homard surgelé, et de 20 p. 100 sur le homard transformé. La suppression de ces droits, qui s’ajoute à d’autres suppressions des droits dans ce secteur, bénéficiera grandement au Nouveau-Brunswick.

« Notre gouvernement se concentre sur ce qui importe aux Canadiens : la création d’emplois et de débouchés, a indiqué le ministre du Commerce international, l’honorable Ed Fast. L’accord commercial Canada-UE engendrera des gains importants pour tous les secteurs clés de l’économie canadienne, et ce, dans toutes les régions du pays. De fait, le Canada sera l’un des seuls pays développés à jouir d’un accès préférentiel aux deux plus grands marchés du monde, soit l’Union européenne et les États-Unis. L’avantage concurrentiel combiné à l’accès à ces marchés — et à leurs quelque 800 millions de consommateurs parmi les plus nantis du monde — fera du Canada l’envie des pays commerçants du monde entier. Il accroîtra également l’attrait du Canada en tant que destination pour les investisseurs et les fabricants, ce qui permettra de créer des milliers d’emplois et de débouchés pour les Canadiens. »

L’UE est déjà la deuxième destination en importance des exportations du Nouveau-Brunswick et son quatrième partenaire commercial. Par ailleurs, elle constitue la plus importante économie intégrée du monde, regroupant 500 millions de consommateurs et affichant un produit intérieur brut de 17 billions de dollars.

Pour de plus amples renseignements sur la façon dont l’accord commercial entre le Canada et l’Union européenne profitera au Nouveau-Brunswick, veuillez consulter la page Avantages pour le Nouveau-Brunswick.

Pour plus de détails sur les vastes retombées positives qu’engendrera l’accord en faveur de toutes les régions du Canada, prière de consulter plandaction.gc.ca/AECG.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international
613-992-7332
rudy.husny@international.gc.ca

Kelsie Corey
Conseillère en communications
Cabinet du ministre d’État
Agence de promotion économique du Canada atlantique
613-941-7241

Le Service des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
613-995-1874
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada