Le gouvernement Harper souligne les nombreux avantages que conférera à l’industrie du porc l’accord commercial historique entre le Canada et l’Union européenne

Le renforcement des échanges commerciaux avec l’Union européenne créera des emplois et des débouchés pour l’industrie québécoise du porc

Le 4 novembre 2013 - Le ministre du Commerce international, l’honorable Ed Fast, et le ministre d’État (Petite entreprise et Tourisme, et Agriculture), l’honorable Maxime Bernier, ont affirmé aujourd’hui que l’industrie québécoise du porc profitera largement de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne.

« Cet accord historique est le plus ambitieux et le plus complet jamais conclu par le Canada. Il représente un gain énorme pour l’industrie québécoise du porc, a indiqué le ministre Fast. Les travailleurs et les familles qui tirent leur gagne-pain de cette industrie profiteront sans contredit de l’accès préférentiel qu’offre cet accord au marché le plus vaste et le plus lucratif du monde. »

Le ministre Fast et le ministre d’État Bernier prenaient la parole à l’Épicerie J. A. Moisan. Située dans le Vieux-Québec, cette épicerie fine vend plusieurs produits locaux et artisanaux, dont des produits fabriqués à partir de porc qui sont très recherchés par les touristes tant européens que canadiens.

« Le secteur de l’agroalimentaire du Québec est l’un des piliers de l’économie de la province, a affirmé le ministre d’État Bernier. Les éleveurs et les transformateurs de porcs ainsi que les travailleurs de l’industrie québécoise du porc profiteront de façon particulière des droits moins élevés et de l’accès accru au marché lucratif de l’Union européenne (UE) que prévoit l’accord, ce qui favorisera la création d’emplois et de débouchés ainsi que la hausse des salaires. »

Les exportations agricoles du Canada vers l’UE sont soumises à des droits de douane élevés, de 13,9 p. 100 en moyenne. Une fois que l’accord commercial entre le Canada et l’UE sera pleinement mis en œuvre, plus de 95 p. 100 des droits de douane qu’impose l’UE sur les produits agricoles seront éliminés, notamment ceux appliqués aux produits agricoles transformés et aux boissons.

« L’accord commercial entre le Canada et l’UE est une excellente nouvelle pour l’industrie canadienne du porc, affirme Jean-Guy Vincent, président du Conseil canadien du porc. L’accord permettra aux éleveurs et aux transformateurs de porcs du Canada d’obtenir un accès exclusif au marché de l’Union européenne, qui constitue le marché du porc le plus important du monde, après celui de la Chine. »

L’accord procurera de nouvelles possibilités d’accès au marché pour certaines exportations agricoles clés, dont le porc et le bœuf. Pour ce qui est du porc, l’accord prévoit un contingent tarifaire en franchise de droits de 81 000 tonnes.

Le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire du Québec est au cœur de l’économie de la province et sa réputation est solidement établie à titre de fournisseur de produits salubres de grande qualité. De 2010 à 2012, les exportations québécoises de produits agricoles vers l’UE se chiffraient en moyenne à 688,5 millions de dollars par année, faisant de ce secteur le troisième secteur d’exportation du Québec vers l’UE. L’UE est le deuxième partenaire commercial du Québec et son deuxième marché d’exportation.

En 2012, le secteur agricole et agroalimentaire a injecté plus de 10,4 milliards de dollars dans l’économie de la province. Il employait environ 138 500 Québécois, dont plus du tiers dans le segment de la transformation.

Le 18 octobre 2013, le Canada et l’UE ont annoncé une entente de principe relative à un accord commercial historique. Les 28 États membres de l’UE représentent un marché de plus de 500 millions de consommateurs et une activité économique annuelle de 17 billions de dollars. On estime que l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne pourrait injecter annuellement 12 milliards de dollars dans l’économie canadienne, ce qui équivaut à la création de 80 000 emplois ou à l’augmentation de 1 000 $ du revenu annuel de la famille moyenne canadienne.

Pour de plus amples renseignements sur la façon dont l’accord commercial entre le Canada et l’UE profitera au Québec, prière de consulter la page Avantages pour le Québec.

Pour plus de détails sur les vastes retombées positives qu’engendrera l’accord en faveur de toutes les régions du Canada, prière de consulter plandaction.gc.ca/AECG.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international
613-992-7332
rudy.husny@international.gc.ca

Scott French
Directeur des communications
Cabinet de l’honorable Maxime Bernier
Ministre d’État (Petite entreprise et Tourisme, et Agriculture)
613-943-6183

Le Service des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
613-995-1874
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada