Le gouvernement Harper lance un nouveau plan commercial mondial

Créer des emplois et des occasions pour les Canadiens grâce au commerce constitue une priorité pour le Canada, alors qu’il concentre ses efforts sur les marchés et les secteurs présentant le meilleur potentiel

Le 27 novembre 2013 - Le ministre du Commerce international, l’honorable Ed Fast, a lancé aujourd’hui un nouveau plan commercial qui reflète l’évolution du contexte mondial et s’appuie sur les principales forces du Canada. Ce plan harmonise les outils relatifs au commerce, au développement et à la politique étrangère du Canada qui serviront à promouvoir ses intérêts commerciaux partout dans le monde et fixe des objectifs concrets concernant l’accroissement de la présence des petites et moyennes entreprises canadiennes (PME) sur les marchés émergents. Le ministre Fast a dévoilé le rapport intitulé Plan d’action sur les marchés mondiaux : la stratégie commerciale pour créer des emplois et des occasions pour les Canadiens, lors d’un discours devant l’Economic Club of Canada à Ottawa.

« Dans le cadre du Plan d’action sur les marchés mondiaux, notre gouvernement concentrera ses efforts sur les marchés les plus prometteurs pour les entreprises canadiennes, et s’emploiera à atteindre de grands objectifs commerciaux dans chacun de ces marchés, a déclaré le ministre Fast. Nous le ferons au moyen d’une promotion vigoureuse et continue du commerce, appuyée par une politique commerciale ambitieuse. En bref, ce nouveau plan nous permettra de tirer profit de nos forces et de veiller à ce que l’ensemble des ressources diplomatiques du Canada soient mises à profit pour favoriser la réussite commerciale des entreprises et des investisseurs canadiens. Nous sommes pleinement conscients que la réussite de nos entreprises à l’étranger crée des emplois et des débouchés au pays pour tous les Canadiens. »

Le Plan d’action ciblera trois types de marchés distincts :

  • les marchés émergents où le Canada poursuit de vastes intérêts;
  • les marchés émergents qui offrent des débouchés particuliers aux entreprises canadiennes;
  • les marchés établis où le Canada poursuit des intérêts généraux.

Les principaux éléments du Plan d’action sur les marchés mondiaux comprennent :

  • l’intégration du concept de « diplomatie économique » dans un nouveau plan de promotion du commerce, afin de concentrer les ressources et les services gouvernementaux de manière à maximiser le succès des intérêts commerciaux du Canada sur les marchés étrangers clés;
  • la priorisation des outils stratégiques commerciaux du Canada au service d’initiatives qui procureront le plus d’avantages économiques aux entreprises et aux travailleurs canadiens;
  • la poursuite des efforts afin d’exploiter la position du Canada en tant que seule nation du G-8 disposant d’un accès préférentiel aux deux plus grands marchés du monde — l’Union européenne et les États-Unis — qui regroupent plus de 800 millions de consommateurs et donnent au Canada un libre accès à plus de la moitié du marché mondial;
  • le renouvellement des liens avec les intervenants afin d’harmoniser les priorités du gouvernement avec les besoins des entreprises et d’adapter le plan d’action selon l’évolution de l’économie mondiale.

Accroître les exportations des PME vers les marchés émergents au cours des cinq prochaines années

Le Plan d’action sur les marchés mondiaux définira également la manière dont le gouvernement du Canada collaborera avec le secteur essentiel des petites et moyennes entreprises dans le but d’accroître leur présence sur les marchés émergents et d’atteindre les objectifs suivants :

  • accroître de 29 p. 100 à 50 p. 100 en 2018 la présence des PME canadiennes sur les marchés étrangers;
  • faire passer le nombre de PME canadiennes sur les marchés émergents de 11 000 à 21 000 entreprises;
  • générer, grâce à cette augmentation, la création nette de 40 000 emplois.

Source : Exportation et développement Canada (EDC) – Services économiques.

« Dans l’économie mondiale hautement concurrentielle d’aujourd’hui, le Canada ne peut relâcher ses efforts, a souligné le ministre Fast. Nous devons être plus persuasifs et efficaces que la compétition féroce à laquelle nous faisons face afin de promouvoir les intérêts commerciaux du Canada sur les principaux marchés mondiaux. Ce nouveau plan représente un changement majeur dans la façon dont les ressources diplomatiques du Canada sont déployées partout dans le monde, et ce, afin de s’assurer que la réussite commerciale des entreprises et des investisseurs canadiens devienne partie intégrante de nos grands objectifs de politique étrangère. »

Pour plus de renseignements, prière de consulter ces documents en ligne : le Plan d’action sur les marchés mondiaux et les fiches d’information sur les Marchés prioritaires.

Un document d’information suit.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international
613-992-7332
rudy.husny@international.gc.ca

Le Service des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
613-995-1874
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada

Document d’information - Consultations au sujet du Plan d’action sur les marchés mondiaux

Dans le Plan d’action économique de 2012, le gouvernement du Canada s’est engagé à actualiser la Stratégie commerciale mondiale (SCM) de 2007 après la tenue de vastes consultations avec les principaux intervenants canadiens concernés par le commerce et l’investissement, notamment des dirigeants du secteur privé et du milieu universitaire, des partenaires provinciaux et territoriaux ainsi que des représentants de petites et moyennes entreprises. Toujours dans le Plan d’action économique de 2012, le gouvernement a pris l’engagement de faire en sorte que les activités du Canada en matière de commerce et d’investissement continuent de viser des marchés prioritaires précis et en forte croissance.

En mai 2012, le ministre du Commerce international, l’honorable Ed Fast, a mis en place un comité consultatif de premier ordre composé de 10 membres et chargé d’appuyer l’actualisation de la SCM. Ce comité a joué un rôle de groupe de rétroaction pour fournir des avis dans le but de veiller à ce que cette prochaine phase maximise les occasions pour les travailleurs et les entreprises du Canada sur les principaux marchés émergents et bien établis.

Dans le cadre de vastes consultations, cinq volets d’activités ont guidé l’établissement de marchés prioritaires afin de donner aux entreprises canadiennes les outils et le soutien nécessaires :

  1. Accès aux principaux marchés mondiaux
  2. Accès aux capitaux
  3. Accès à la technologie
  4. Accès à des services de soutien
  5. Accès à du personnel qualifié

Les discussions ont aussi porté sur les principales activités du gouvernement qui pourraient aider les entreprises canadiennes à mieux réussir sur les marchés prioritaires. Le comité consultatif a ainsi fourni des conseils des plus utiles au ministre Fast sur le rôle positif que le gouvernement du Canada peut jouer pour aider les entreprises canadiennes à créer des emplois et des occasions pour les Canadiens et leurs familles.

Le 14 août 2012, le ministre Fast a lancé des consultations pancanadiennes sur l’actualisation de la SCM. Des séances ont eu lieu à Halifax, Montréal, Toronto, Ottawa, Winnipeg, Saskatoon, Calgary et Vancouver. Ces consultations pancanadiennes ont mobilisé quelque 400 représentants d’entreprises et de l’industrie. Les consultations tenues auprès des Canadiens ont contribué à étoffer le Plan d’action sur les marchés mondiaux (PAMM).

De plus, aux termes du plan, des plans triennaux d’accès aux marchés seront élaborés et mis en œuvre pour chacun des marchés prioritaires. Ces plans feront l’objet d’une mise à jour périodique et ils mobiliseront les partenaires de l’ensemble du gouvernement fédéral et du secteur privé pour faire de la poursuite des intérêts commerciaux du Canada sur les marchés cernés un véritable effort national coordonné. Depuis la fin des consultations, le gouvernement du Canada s’est efforcé d’améliorer le PAMM pour qu’il reflète les tendances économiques mondiales actuelles et émergentes.