Les producteurs de blé canadiens : grands gagnants de l’accord commercial entre le Canada et l’Union européenne

Le programme de stimulation du commerce du Canada aidera les agriculteurs canadiens à trouver de nouveaux marchés pour leurs produits de qualité supérieure

Le 4 février 2014 - Ottawa, Ontario - Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

Le ministre du Commerce international, l’honorable Ed Fast, a déclaré aujourd’hui devant un auditoire de producteurs de blé canadiens que, en dépit du souffle nouveau apporté à l’industrie par les réformes internes, de nouveaux marchés internationaux s’avèrent indispensables à la réussite future, raison pour laquelle le gouvernement fédéral a œuvré en vue de conclure l’accord commercial entre le Canada et l’Union européenne (UE). L’accord offrira des débouchés considérables aux producteurs, aux transformateurs et aux exportateurs canadiens. Depuis l’annonce de l’entente de principe intervenue en octobre 2013, l’accord commercial est considéré comme étant l’initiative commerciale la plus ambitieuse du Canada et l’une des plus vastes à l’échelle mondiale.

Le ministre Fast a fait ces remarques lors d’une activité de la Western Canadian Wheat Growers Association, à Ottawa.

L’accord aura des retombées importantes dans tous les secteurs clés de l’économie, notamment le secteur agricole et agroalimentaire. En fait, le Canada sera l’un des seuls pays développés à jouir d’un accès préférentiel aux deux plus grands marchés du monde : l’Union européenne et les États-Unis.

Les faits en bref

  • L’UE est la plus grande économie intégrée du monde : elle regroupe plus de 500 millions de consommateurs et affiche un produit intérieur brut de 17 billions de dollars.
  • Aux termes de l’accord commercial entre le Canada et l’UE, les droits de douane seront supprimés sur la vaste majorité des exportations agricoles du Canada, dont le blé, auquel l’UE applique actuellement des droits de douane atteignant jusqu’à 122 $ la tonne.
  • De 2010 à 2012, les exportations agricoles canadiennes à destination de l’UE se sont chiffrées, en moyenne, à 2,5 milliards de dollars par année; elles se composaient principalement de blé (dur et commun), de soja et d’autres oléagineux, d’huile de canola, de fruits congelés et de sirop d’érable.
  • Dès la mise en œuvre intégrale de l’accord, environ 95 p. 100 des droits de douane appliqués par l’UE aux exportations agricoles seront supprimés, notamment ceux qui frappent les exportations de certains produits agricoles canadiens comme l’huile de canola et d’autres céréales (dont l’avoine).

Citations

« Les producteurs de céréales de renommée mondiale du Canada sortent grands gagnants de l’accord commercial historique conclu entre le Canada et l’Union européenne. Ces nouvelles occasions se traduiront par la création de nouveaux emplois et une prospérité accrue pour les agriculteurs et leurs familles, et ce, dans toutes les régions du Canada. »

- Ed Fast, ministre du Commerce international

« L’Accord économique et commercial global est un accord extrêmement important; il représente une énorme victoire pour les producteurs de céréales de l’Ouest du Canada, qu’il s’agisse de la suppression des droits de douane ou du meilleur accès au marché lucratif de l’UE pour les céréales. En outre, les gains prévus à l’exportation pour le secteur de l’élevage se traduiront par des avantages considérables pour les producteurs canadiens de céréales fourragères. »

- Levi Wood, président de la Western Canadian Wheat Growers Association

Produits connexes

Liens connexes

Contacts

Shannon Gutoskie
Attachée de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international
613-992-7332

Le Service des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
613-995-1874
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada