Le ministre Fast annonce la conclusion d’un nouvel accord sur l’investissement avec le Burkina Faso

En mettant en place les conditions qui favorisent la réussite des entreprises canadiennes à l’étranger, le gouvernement Harper aide à créer des emplois et des opportunités au pays

Le ministre Fast annonce la conclusion d’un nouvel accord sur l’investissement avec le Burkina Faso

À gauche : Luc Adolphe Tiao, premier ministre du Burkina Faso, et le ministre Fast
À droite : Patiendé Arthur Kafando, ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat du Burkina Faso, le premier ministre Tiao et le ministre Fast

Le 11 juin 2014 - Montréal, Québec - Le ministre du Commerce international, l’honorable Ed Fast, et le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat du Burkina Faso, M. Patiendé Arthur Kafando, ont annoncé aujourd’hui la conclusion des négociations d’un accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE) entre le Canada et le Burkina Faso. L’annonce a été faite en marge de la Conférence de Montréal en présence du premier ministre du Burkina Faso, M. Beyon Luc Adolphe Tiao.

Un APIE est un traité qui vise à promouvoir et à protéger les investissements du Canada à l’étranger, ainsi que les investissements étrangers au Canada, au moyen de dispositions réciproques juridiquement contraignantes. Un tel traité garantit une protection accrue contre les pratiques discriminatoires et arbitraires et améliore la prévisibilité du cadre stratégique d’un marché, ce qui permet aux entreprises d’investir avec plus de confiance.

Le Canada est maintenant le principal investisseur étranger au Burkina Faso. Dans son Plan d’action sur les marchés mondiaux (PAMM), le Canada a désigné le Burkina Faso comme marché émergent offrant des débouchés particuliers aux entreprises canadiennes dans des secteurs tels que l’exploitation minière et la machinerie et le matériel industriels.

Au cours des trois dernières années, les échanges de marchandises entre le Canada et le Burkina Faso se sont chiffrés en moyenne à 60 millions de dollars par année, ce qui représente une augmentation de 47,5 p. 100 par rapport à la moyenne annuelle de 40,7 millions de dollars enregistrée de 2008 à 2010.

Ce mois-ci, le ministre Fast dirigera sa troisième mission commerciale en Afrique. La mission sera axée sur le secteur de l’extraction ainsi que sur l’énergie et l’électricité renouvelables, secteurs désignés comme prioritaires dans le PAMM. Les missions commerciales sectorielles s’inscrivent dans le plan de stimulation du commerce du gouvernement du Canada, qui vise à aider les entreprises canadiennes, en particulier les PME, à découvrir des occasions et de nouveaux marchés pour leurs produits et leurs services.

En Afrique, le Canada a des APIE en vigueur avec le Bénin, l’Égypte et la Tanzanie, et il mène actuellement des négociations en vue de conclure des APIE avec le Ghana, le Kenya et la Tunisie. À l’heure actuelle, le Canada compte 27 APIE en vigueur à l’échelle mondiale.

Télécharger cette photo.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Shannon Gutoskie
Attachée de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international
613-992-7332

Le Service des relations avec les médias
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada
Aimez-nous sur Facebook : Le plan sur le commerce international du Canada - MAECD