À Rome, la ministre Oda renforce le rôle du Canada en matière de sécurité alimentaire mondiale

Le vendredi 17 juin 2011

Alors que l'honorable Beverley J. Oda, ministre de la Coopération internationale, se trouvait à Rome (Italie) pour renforcer le travail du Canada en matière de sécurité alimentaire, tant sur le plan de l'aide humanitaire que de l'aide au développement, elle a rencontré la directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM) et son équipe chargée de la nutrition mondiale, ainsi que le président du Fonds international de développement agricole (FIDA).

Lorsque les prix des aliments augmentent, les plus démunis — qui consacrent déjà 80 % de leur revenu à l'alimentation — ont de la difficulté à nourrir leurs familles, ce qui entraîne des problèmes, comme la faim, l'agitation et la migration. Les prix élevés des aliments influent également sur le coût de l'aide alimentaire et sur la capacité d'aider les populations touchées par un conflit ou d'importantes catastrophes naturelles.

« Les programmes de sécurité alimentaire du Canada jouent un rôle essentiel au moment où les prix des aliments augmentent pour atteindre les niveaux observés lors de la crise alimentaire de 2008. Des émeutes avaient alors éclaté dans nombre de pays en développement, a dit la ministre Oda. Compte tenu de la situation, il importe de définir les interventions les plus efficaces pour s'assurer que l'aide alimentaire est acheminée aux plus vulnérables, plus particulièrement les femmes et les enfants. J'ai félicité le PAM pour son travail en matière de nutrition, élément clé de l'Initiative de Muskoka, menée par le Canada, qui vise à améliorer la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants. J'ai invité le PAM à continuer de trouver des moyens novateurs et rentables de lutter contre la faim dans le monde. »

Le Canada a un excellent bilan pour ce qui est de contribuer à l'amélioration de la santé, de la nutrition et de la sécurité alimentaire. Le PAM est le plus grand partenaire humanitaire de l'ACDI. En 2010, le Canada était le deuxième pays donateur en importance du PAM.

Lors de sa rencontre avec le président du FIDA, la ministre Oda a reconfirmé l'engagement que le Canada a pris au Sommet du G-8 à L'Aquila d'aider les petits exploitants agricoles, surtout les femmes. Elle a également reçu un rapport faisant état des résultats de la contribution du Canada au FIDA. La ministre a discuté de la nécessité de soutenir le FIDA afin que nombre de ces exploitants agricoles puissent passer de l'agriculture de subsistance à de petites et moyennes entreprises ayant accès aux marchés locaux et régionaux. Elle a insisté sur le fait que pour garantir une sécurité alimentaire à long terme dans les pays en développement, les capacités techniques et les capacités en matière d'infrastructures et d'irrigation doivent être renforcées dans le cadre d'un plan national de sécurité alimentaire cohérent qui prend en compte l'amélioration de la chaîne de valeurs et qui mènera à des activités de développement efficaces et à une réduction de la pauvreté.

Ces rencontres à Rome ont mis fin à la visite de la ministre en Europe, visite au cours de laquelle elle a mis en évidence la priorité qu'accorde le Canada à l'efficacité de l'aide et à la reddition de comptes, afin que l'aide internationale canadienne soit utile et donne des résultats.

 

- 30 -


Information : 

Justin Broekema
Attaché de presse
Cabinet de la ministre de la Coopération internationale 
Téléphone : 819-953-6238

Bureau des relations avec les médias
Agence canadienne de développement international (ACDI)
Téléphone : 819-953-6534
Adresse électronique : media@acdi-cida.gc.ca