La ministre Oda incite les chefs d'entreprises canadiennes à participer à des discussions sur la collaboration pour réduire la pauvreté dans le monde

Le 2 mars 2012 - Le 5 mars 2012, l'honorable Beverley J. Oda, ministre de la Coopération internationale, animera une table ronde composée d'environ 25 dirigeants du secteur privé et de partenaires du développement. Les discussions seront axées sur le nouveau rôle du secteur privé en ce qui concerne la réduction de la pauvreté dans le monde.

« Ces discussions nous permettront de trouver de nouvelles façons de collaborer avec le secteur privé canadien afin de déterminer comment jouer un rôle plus important pour améliorer l'efficacité de nos démarches de développement et de recenser les défis connexes, a expliqué la ministre Oda. Nous pouvons tirer profit du savoir-faire, des connaissances et des innovations de ce secteur pour réduire de façon plus efficace la pauvreté dans le monde. »

Le secteur privé peut manifestement contribuer de façon importante aux enjeux des domaines prioritaires du gouvernement canadien en matière d'aide internationale : la croissance économique durable, la sécurité alimentaire et les enfants et les jeunes.

Le Canada n'est pas le seul pays à adopter la tendance croissante qui consiste à encourager la participation du secteur privé dans les activités de développement. Les pays du G20 ont souligné que les entreprises du secteur privé sont d'importants partenaires et qu'il faut les inciter à participer au développement. Les Nations Unies, par l'entremise du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et du Pacte mondial des Nations Unies, font la promotion active de l'inclusion des contributions des entreprises et du secteur privé pour relever les défis du développement.

La table ronde « Canada and the Private Sector : Reducing Poverty — Together » aura lieu à Toronto, en Ontario, et sera animée par la ministre Oda. La conférencière principale sera Andrea L. Taylor, directrice des affaires communautaires nord-américaines de la société Microsoft. Les représentants d'un grand nombre d'organismes du secteur privé ont été invités. Les membres des médias ne pourront pas participer à cette activité.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Justin Broekema
Attaché de presse de la ministre de la Coopération internationale
Téléphone : 819-953-6238
Courriel : justin.broekema@acdi-cida.gc.ca

Bureau des relations avec les médias
Agence canadienne de développement international (ACDI)
Téléphone : 819-953-6534
Courriel : media@acdi-cida.gc.ca

Fiche d'information

Secteur privé et développement — exemples à l'échelle mondiale

Dernièrement, le quatrième Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide à Busan a officiellement intégré le secteur privé dans le volet de l'efficacité du développement grâce à un énoncé conjoint public-privé, auquel le Canada a adhéré. Cet énoncé représente un engagement entre les acteurs du développement en vue d'une collaboration et d'un dialogue ouvert menant vers de meilleurs résultats de développement. Il établit les principes de cette collaboration et les liens avec le plan d'action pour accroître l'efficacité de l'aide.

Dans la dernière décennie, d'autres importants organismes donateurs, comme le ministère du Développement international du Royaume-Uni (DFID), l'Agence australienne de développement international (AusAID) et l'Agence américaine pour le développement international (USAID) ont mobilisé le secteur privé en formant des partenariats public-privé novateurs à fortes retombées.

  • Le DFID a établi la Business Innovation Facility (en anglais) afin d'aider les entreprises à faire des liens entre leurs activités de base et les priorités du développement, à faire correspondre leur financement aux initiatives qui intensifient le développement local et à mesurer les retombées de l'action des partenariats locaux.

  • De même, AusAID a établi le Enterprise Challenge Fund (en anglais), fonds qui soutient les petites entreprises dans les pays en développement, accorde des fonds substantiels au projet multidonateur de prestation de services de santé primaires en région rurale (en anglais) en Papouasie Nouvelle-Guinée, et fait appel au secteur privé dans l'approvisionnement et la distribution de fournitures médicales pour les services de santé ruraux.

  • Enfin, l'initiative Global Development Alliance (en anglais) d'USAID est un modèle de partenariat public-privé, qui mobilise les idées, l'action et les ressources des gouvernements, des entreprises et de la société civile grâce à l'établissement d'alliances afin de favoriser la croissance économique, de développer les entreprises et la main-d'œuvre, de régler les enjeux en matière de santé et d'environnement et d'élargir l'accès à l'éducation et à la technologie. Parmi les programmes issus de cette initiative, notons l'Alliance angolaise de développement (en anglais), grâce à laquelle le gouvernement de l'Angola, USAID et Chevron ont élaboré un modèle d'alliance dans lequel ils conçoivent et gèrent le programme en parts égales, qui comprend des programmes de reconstruction et de développement.